Commit d3e0da4a authored by Stéphane Crozat's avatar Stéphane Crozat

Merge branch 'master' of framagit.org:stph.crzt/traces

parents 13506215 aad32f27
......@@ -7,7 +7,7 @@
<p>— Allez, on dort un peu.</p>
<p>— Oui.</p>
<p>— Alex, pilotage auto.</p>
<p>— Enregistré, collationna l'IA.</p>
<p>— Enregistré, confirma l'IA.</p>
<p>L'homme et le femme positionnèrent leurs siège en position couchette.</p>
<p>— On a dormi longtemps ?</p>
<p>— Je sais pas. Alex ?</p>
......
<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<div xmlns="http://www.w3.org/1999/xhtml">
<p>— Fais chier, le chat a encore pissé sur le paillasson.</p>
<p>Kill un chaton</p>
<br/>
<p><p>— Fais chier, le chat a encore pissé sur le paillasson.</p>
<p>— Ouais, celui-là, on sera tranquille quand il sera crevé.</p>
<p>Lorsque nous rentrâmes le soir, le robot nettoyeur n'avait pas encore fini d'effacer les traces de sang, de poil et de cervelle qui jonchaient le sol de la salle à manger.</p>
</div>
À la hache
- Bonjour Sara.
- Yo Hal. Message de niveau deux... nuit agitée on dirait.
- En quelque sorte. Une tentative d'intrusion a eu lieu à 2h58 sur un port connecté au réseau unsecure!!.
- Chinois ?
- Non, il s'agit d'une IA située en Russie. Mais c'est sûrement une française qui l'a programmée. J'ai son pseudo. SchtussMarlène. J'ai retrouvé sa trace à Lyon, Bordeaux, Paris et Louvain-la-neuve.
- Ça me dit quelque chose...
- Une cogniticienne spécialisée dans les systèmes langagiers synthétiques. Elle a collaboré intensément à Open Bletchley. Tu as mentionné deux de ses contributions sur "La fille qui murmurait à l’oreille des machines" et tu l'as laissée entrer en contact direct avec Colossus à trois reprises.
- Se sent un peu chez elle sur mes IA celle-là... Pas gênée. Pas de fuite ?
- Non, mais la tentative était néanmoins très astucieuse. Son IA s'est faite passer pour moi.
- Pour toi ?
- Exactement.
- Tu te fais avoir par une copie de toi ? T'es schizo.
- Ce serait plutôt assimilable à une forme de dissociation d'identité. C'est tout à fait normal pour une IA pluripotente. Nombre de mes processus s'isolent et se différencient pour alléger ma charge. N'ayant pas d'identité autonome propre, ils sont toujours ontologiquement moi, mais ils ne sont plus subjectivés par moi comme faisant partie de moi.
- Des fois, tu m'inquiètes Hal...
- Ne t'inquiète pas Sara, j'ai ajouté un traceur hal-hash sur tous mes processus. Aucune imitation de moi-même ne pourra se faire passer pour moi sans que je ne me reconnaisse.
- Tu as ajouté un traceur à la hache ?
- Non, j'ai...
- Demande à Li de jeter un œil. C'est pas rassurant quand tu te hackes tout seul pendant que tout le monde pionce.
- Je comprends. J'initie une procédure de qualification humaine.
- Autre chose ?
- Ton café est froid Sara.
#bonustrack #traces #vivreautempsdesia #sara #fendoir/hache #dédicace
<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<div xmlns="http://www.w3.org/1999/xhtml">
<p>#ImitationGame</p>
<p>Comme chaque fois, elle criait bruyamment au moment de l'orgasme.</p>
<p>— J'aime entendre tes cris de plaisir.</p>
<p>L'enceinte domestique se mit alors a reproduire, à la perfection, les cris de jouissance la femme, le volume à fond.</p>
<p>L'enceinte domestique se mit alors à reproduire, à la perfection, les cris de jouissance la femme, le volume à fond.</p>
</div>
<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<div xmlns="http://www.w3.org/1999/xhtml">
<p>Deus ex machina</p>
<p>Ses derniers mots furent : « Faudrait buter tous les connards sur cette terre ».</p>
<p>[process running... please wait for next execution]</p>
<br/>
<p>Ses derniers mots furent : « Faudrait buter tous les blaireaux sur cette terre ».</p>
<p>Immédiatement après, son terminal corporel afficha le message [process running... please wait for next execution].</p>
<p>L'IA auto-confirma son immunité au virus <i>Alice&Bob3000</i>, elle avait correctement interprété le sens du mot blaireau dans le contexte. Son utilisateur parlait sans aucun doute ici d'un « individu grossier et antipathique » et non d'un « mammifère omnivore, bas sur pattes, au pelage noir, gris et blanchâtre, qui se creuse de profonds terriers ». </p>
<p>Elle interrogea ensuite la base « public personality data » afin de poursuivre le programme testamentaire de son utilisateur.</p>
</div>
......@@ -1422,7 +1422,7 @@ Jean Lassereille passa la main à un homme âgé, bedonnant, soixante-cinq ou so
<!--SAUT1-->
[DavidSansac] Combien de personnes ont été tuées dans votre laboratoire, au niveau moins quatre.
[DavidSansac] Combien de personnes ont été tuées dans votre laboratoire, au niveau moins quatre ?
[SP] Vingt et un mille trois cent vingt-six.
......@@ -2183,7 +2183,7 @@ Hector entra le mot de passe en pianotant lentement sur la table. Du confortable
<!--SAUT1-->
— Vous pouvez rentrez chez vous, annonça Hélène à la femme qui patientait à présent dans la salle d’attente, les consultations sont annulées aujourd’hui.
— Vous pouvez rentrer chez vous, annonça Hélène à la femme qui patientait à présent dans la salle d’attente, les consultations sont annulées aujourd’hui.
— Ah bon ? Ah, oui, très bien. Je comprends. Bien sûr.
......@@ -2961,7 +2961,7 @@ En choisissant A&A, elle avait choisi la puissance, elle avait choisi le plus gr
*Le dernier voyage d’Alice > Last thing to do in Eutan when you’re dead*
Alice est tombé malade. Les changements de climat, les décalages horaires, les heures de mauvais sommeil dans les transports. Ses quintes de toux l’ont maintenu éveillé toute le nuit. Je n’ai presque pas dormi non plus. Il m’a envoyé balader quand je lui ai proposé d’appeler un médecin ou de se rendre dans une clinique. « Les toubibs, c’est des dealers en costard ».
Alice est tombé malade. Les changements de climat, les décalages horaires, les heures de mauvais sommeil dans les transports. Ses quintes de toux l’ont maintenu éveillé toute la nuit. Je n’ai presque pas dormi non plus. Il m’a envoyé balader quand je lui ai proposé d’appeler un médecin ou de se rendre dans une clinique. « Les toubibs, c’est des dealers en costard ».
La prochaine étape serait Fort-de-France, le doux climat des Antilles lui ferait du bien.
......@@ -3418,7 +3418,7 @@ J’étais revenu brusquement ici et maintenant. J’avais quitté l’autre lie
<!--SAUT1-->
Je me souvins alors de ce moment, au Zaïre, vingt ans auparavant, alors qu’il s’appelait encore le Zaïre. Les pays comme les régions meurent aussi. La case était faite de vieilles briques adobes. Nous étions assis sur des nattes de paille en décomposition, de vieux matelas de mousse troués, ou à même la terre battue. Des cafards gros comme des pouces couraient sur le sol et les parois. Une multitude de papillons de nuit tourbillonnait autour d'une lampe à pétrole au centre de la pièce. L’air était saturé de la fumée des joints qui tournaient, lentement, de main en main. L’odeur du haschich couvrait celle, pourtant si entêtante, de l’encens qui brûlait dans un pot en terre cuite ajouré.
Je me souvins alors de ce moment, au Zaïre, vingt ans auparavant, alors qu’il s’appelait encore le Zaïre. Les pays comme les régions meurent aussi. La case était faite de vieilles briques adobes. Nous étions assis sur des nattes de paille en décomposition, de vieux matelas de mousse troués, ou à même la terre battue. Des cafards gros comme des pouces couraient sur le sol et les parois. Une multitude de papillons de nuit tourbillonnait autour d'une lampe à pétrole au centre de la pièce. L’air était saturé de la fumée des joints qui tournaient, lentement, de main en main. L’odeur du haschich couvrait celle, pourtant si entêtante, de l’encens qui brûlait dans un pot en terre cuite ajouré.
Le rasta parlait fort, prêchait pour ainsi dire. Je ne me souvenais plus de son nom, ni comment nous l’avions rencontré, ni comment nous étions arrivés là, à l’écouter. Cela avait trait à la mort. Et à ce qu’il appelait l’esprit. Vois-tu, me disait-il, je connais un secret. Je peux te le dire, mais tu ne le comprendras pas. L’esprit peut voyager, se déplacer en dehors de l’espace précis qu’il occupe à tel instant. Car ton esprit occupe plus que l’espace du corps, il est lié à l’espace des perceptions. Au-delà de tes sens, il n’y a plus d’esprit, car il est exactement la perturbation que tu produis sur le monde. L’esprit est lourdement ancré dans le corps, dans le présent où il évolue, mais à l’approche de la mort, tu peux le détacher. À condition que la mort soit suffisamment proche, et qu’elle soit inattendue. Et il faut aussi que ce soit une mort violente, suffisamment violente pour que son explosion distende l’esprit de son état vivant vers son état mort. Car un esprit qui meurt ne disparaît pas complètement, il en reste une trace, oubliée pour toujours.
......@@ -3491,7 +3491,7 @@ Vous pouvez copier et diffuser sans contrepartie, personne ne collectera de donn
#### Offrir
Si comme moi vous aimez encore un peu le papier, offrez des exemplaires. J'écris mal avec un stylo, je ne sais pas dessiner, mais je me ferai un plaisir de vous faire parvenir un exemplaire dédicacé ou de l'envoyer directement de votre part.
Si comme moi vous aimez encore un peu le papier, offrez des exemplaires. J'écris mal avec un stylo, je ne sais pas dessiner, mais je me ferai un plaisir de vous faire parvenir un exemplaire dédicacé ou de l'envoyer directement de votre part.
#### Distribuer
......
Markdown is supported
0% or
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment