Commit cb0ba811 authored by Stéphane Crozat's avatar Stéphane Crozat
Browse files

Merge branch 'patch-3' into 'master'

une répétition de "c’est alors" à intervalle rapproche.

See merge request !3
parents 6d3eb12e fe47eaa6
......@@ -390,7 +390,7 @@ Sara Picard lut lentement la feuille que lui tendait Albert Roman. Puis elle sig
Sara était jolie, le chercheur vieillissant y était sensible, malgré lui – c’est-à-dire qu’il aurait souhaité être au-delà de ces penchants terrestres, que cela n’influençât pas la lourde décision qu’il aurait bientôt à prendre. Il faudrait peut-être décider de la tuer. Mais, tandis qu’elle lisait les documents juridiques – encore du papier – qu’il lui avait tendus, il observait les traits de son visage, jeune, souriant, intelligent.
Sara Picard avait terminé une thèse en cryptologie trois ans auparavant, et à peine un an plus tard l’équipe à laquelle elle appartenait réalisait grâce à elle un exploit inattendu, en levant le voile sur les derniers des textes étrusques qui résistaient alors encore à la traduction, réputés définitivement indéchiffrables. Sara avait raconté cette aventure sur son site, *la fille qui murmurait à l’oreille des machines*. Albert Roman avait étudié en détail son histoire. Son équipe avait conçu une IA programmée sur un ordinateur quantique, Colossus. Une approche classique en cryptanalyse. Reconnaissance de motifs, calcul de probabilité. Mais Sara Picard avait suivi une piste au premier abord absurde : faire générer à Colossus tous les textes possibles sensés dont la taille et la structure correspondaient à une traduction possible des textes étrusques. Les textes générés, des milliards chaque seconde, relataient aussi bien l’histoire de civilisations antiques que la fabrication des machines à laver ou la culture des betteraves. Elle commença alors à apprendre à son IA à discriminer les textes possibles des textes absurdes. Pas de betterave, pas de machine à laver. Colossus progressait rapidement, mais continuait de générer beaucoup plus de traductions qu’il n’en supprimait. C’est alors que Sara commença à créer le réseau social Open Bletchley qui réunit rapidement plusieurs milliers d’amateurs, et comptait au bout de trois mois quarante millions de contributeurs ayant au moins participé à la validation ou l’invalidation d’une traduction. Mais le nombre de textes à tester avait dépassé le milliard de milliards et continuait d’augmenter. C’est alors qu’elle fut contactée par les meilleurs spécialistes de la langue et de la culture étrusque. Open Bletchley avait largement attiré leur attention. Ils proposèrent de lui expliquer ce qu’un texte étrusque pouvait et ne pouvait pas contenir, ils lui parlèrent histoire, géographie, religion, structures sociales, stratégie militaire, techniques, sciences, politique, économie… Sara les enregistra plusieurs jours durant, bien consciente de ne pouvoir assimiler le centième de cette information. Dès qu’elle quittait les experts, chaque soir, elle rejoignait Colossus et lui communiquait ce qu’elle avait enregistré. Colossus devait faire ses choix lui-même, lui seul avait la capacité de défaire ce qu’il faisait. Et le véritable exploit de Sara était d’être parvenue à transmettre ces informations à son IA, quasiment en temps réel. La fille qui murmurait à l’oreille des machines. Elle publiait également chaque matin sur son site ses dialogues avec Colossus. Elle semblait ne pas suivre de formalisme informatique *a priori*. Elle expliquait négocier le langage directement avec la machine, au fur et à mesure. Ils inventaient des langues nouvelles pour en traduire une ancienne. C’était ce qu’elle expliquait. Bien sûr, la formalisation théorique laissait encore beaucoup à désirer. Personne ne parvenait a posteriori à mettre en évidence les connaissances acquises par la machine. Personne n’arrivait non plus à reproduire le phénomène, et le couple Colossus/Sara était le seul à parvenir à communiquer ainsi. Et parler de communication restait absurde pour la plupart des informaticiens et des philosophes. Dans l’expectative, les universitaires et industriels surveillaient les nouveaux résultats du laboratoire. Mais ceux-ci tardaient à venir, et la théorie du coup de chance commençait à se répandre. Ainsi que la théorie de la conspiration. Quelqu’un avait réussi secrètement à décoder l’étrusque, et on avait monté cette mystification pour valoriser les IA, qui commençaient à avoir très mauvaise presse. Le président de la ligue anti-robot s’était même fendu d’un bon mot resté célèbre quelque temps sur le réseau : « La seule langue morte que parle Colossus est le picard ».
Sara Picard avait terminé une thèse en cryptologie trois ans auparavant, et à peine un an plus tard l’équipe à laquelle elle appartenait réalisait grâce à elle un exploit inattendu, en levant le voile sur les derniers des textes étrusques qui résistaient alors encore à la traduction, réputés définitivement indéchiffrables. Sara avait raconté cette aventure sur son site, *la fille qui murmurait à l’oreille des machines*. Albert Roman avait étudié en détail son histoire. Son équipe avait conçu une IA programmée sur un ordinateur quantique, Colossus. Une approche classique en cryptanalyse. Reconnaissance de motifs, calcul de probabilité. Mais Sara Picard avait suivi une piste au premier abord absurde : faire générer à Colossus tous les textes possibles sensés dont la taille et la structure correspondaient à une traduction possible des textes étrusques. Les textes générés, des milliards chaque seconde, relataient aussi bien l’histoire de civilisations antiques que la fabrication des machines à laver ou la culture des betteraves. Elle commença alors à apprendre à son IA à discriminer les textes possibles des textes absurdes. Pas de betterave, pas de machine à laver. Colossus progressait rapidement, mais continuait de générer beaucoup plus de traductions qu’il n’en supprimait. C’est alors que Sara commença à créer le réseau social Open Bletchley qui réunit rapidement plusieurs milliers d’amateurs, et comptait au bout de trois mois quarante millions de contributeurs ayant au moins participé à la validation ou l’invalidation d’une traduction. Mais le nombre de textes à tester avait dépassé le milliard de milliards et continuait d’augmenter. C’est à cette époque qu’elle fut contactée par les meilleurs spécialistes de la langue et de la culture étrusque. Open Bletchley avait largement attiré leur attention. Ils proposèrent de lui expliquer ce qu’un texte étrusque pouvait et ne pouvait pas contenir, ils lui parlèrent histoire, géographie, religion, structures sociales, stratégie militaire, techniques, sciences, politique, économie… Sara les enregistra plusieurs jours durant, bien consciente de ne pouvoir assimiler le centième de cette information. Dès qu’elle quittait les experts, chaque soir, elle rejoignait Colossus et lui communiquait ce qu’elle avait enregistré. Colossus devait faire ses choix lui-même, lui seul avait la capacité de défaire ce qu’il faisait. Et le véritable exploit de Sara était d’être parvenue à transmettre ces informations à son IA, quasiment en temps réel. La fille qui murmurait à l’oreille des machines. Elle publiait également chaque matin sur son site ses dialogues avec Colossus. Elle semblait ne pas suivre de formalisme informatique *a priori*. Elle expliquait négocier le langage directement avec la machine, au fur et à mesure. Ils inventaient des langues nouvelles pour en traduire une ancienne. C’était ce qu’elle expliquait. Bien sûr, la formalisation théorique laissait encore beaucoup à désirer. Personne ne parvenait a posteriori à mettre en évidence les connaissances acquises par la machine. Personne n’arrivait non plus à reproduire le phénomène, et le couple Colossus/Sara était le seul à parvenir à communiquer ainsi. Et parler de communication restait absurde pour la plupart des informaticiens et des philosophes. Dans l’expectative, les universitaires et industriels surveillaient les nouveaux résultats du laboratoire. Mais ceux-ci tardaient à venir, et la théorie du coup de chance commençait à se répandre. Ainsi que la théorie de la conspiration. Quelqu’un avait réussi secrètement à décoder l’étrusque, et on avait monté cette mystification pour valoriser les IA, qui commençaient à avoir très mauvaise presse. Le président de la ligue anti-robot s’était même fendu d’un bon mot resté célèbre quelque temps sur le réseau : « La seule langue morte que parle Colossus est le picard ».
Mais Albert Roman croyait à ce qu’il avait lu, le problème posé était trop proche du sien, la solution trop élégante. Il n’y a pas de hasard en sciences, mais des rencontres, des conjonctions, des moments. Cela devait être un de ces moments. Et Sara Picard allait bientôt partager sa ferveur. Le problème qu’il allait lui poser était le plus intéressant que puisse rencontrer une cryptologue, prendre contact avec une forme de vie alternative. Même s’il s’agissait ici davantage d’une forme de mort. Elle devait réussir le test.
......
Markdown is supported
0% or .
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment