Commit a694a38c authored by Stéphane Crozat's avatar Stéphane Crozat
Browse files

Initialisation du dépôt *traces* correspondant au tag vFinal du dépôt *thanato*

parents
# Traces
## Vivre et mourir au temps des IA
*par Stéphane Crozat* (stph@crzt.fr)
Un roman édité par Framabook
https://framabook.org/traces
## Présentation
On croisera dans ce roman un ordinateur quantique répondant au nom de Hal, une soupe de poissons, quelques bribes d'Afrique, des chercheurs et des chercheuses, des champs de cannabis, la cathédrale d'Amiens, un authentique commerce triangulaire, une théorie du complot, un complot international mis au jour par Wikileaks, du Nietzsche utilisé à mauvais escient, mais peut-on faire autrement, des kibboutz dans les plaines de l'Aisne, une interview live de Mediapart menée par une intelligence artificielle, un troquet avec un flipper et un baby-foot, des morceaux des Doors et de Renaud, un carré d'as contre un full, c'est suffisamment rare pour être relevé, un chapitre sponsorisé par l'entreprise Amazon & Alphabet, un bon vieux PC sous GNU/Linux avec un vrai clavier, un réseau libre nommé unsecure!!, un chaton, un labo d'amphétamine comme dans les séries, un consultant en vie après la mort, des crimes en série, un site de porno post-mortem, deux fendoirs picards, une crypto-monnaie locale, des thanatoprogrammeurs, et même une citation de la Horde du Contrevent, mais peut-on faire autrement...
On y trouvera peut-être aussi de quoi s'interroger sur nos propres postures face au monde moderne. Collaborer pleinement, avec emphase, comme le consultant Hector, ou sans foi, comme le programmeur Alice, et chercher ailleurs son supplément d'âme. Gueuler comme Bob, vouloir vivre debout et accepter de mourir malheureux, ou se mentir pour s'en sortir comme Charlie. Ou encore, comme Sara et Suzanne, chercher le salut en nourrissant la machine, en la surpassant à nouveau, peut-être, en jouant selon les règles en tous cas, car finalement, peut-on faire autrement ? Le XXIe siècle de Traces est déjà un peu le nôtre, presque le nôtre, il lui ressemble comme un univers parallèle qui ne serait éloigné que de quelques détails : la découverte d'une théorie matérialiste de la vie après la mort, l'éviction par son propre pays d'une région impopulaire, un restaurant théâtre de massacres quotidiens.
Les histoires se succèdent, s'articulent, se prêtent des lieux et des personnages, et pourtant cherchent à rester autonomes, à sauvegarder en quelque sorte une certaine idée de leur liberté. L'épreuve de l'autonomie et de la liberté, c'est aussi celle du territoire picard où elles se déroulent. Territoire délaissé, au sens propre, au début de l'histoire, il devient un lieu insolite, parcouru de petites résistances, de grands trafics et de fantastiques découvertes. Un lieu où l'on cherche à faire autrement, au cœur d'un monde uniformisé régi par les machines intelligentes et les multinationales de l'information. C'est alors l'autonomie et la liberté des hommes qui sont questionnées, face à la technique qui les possède, à qui ils ont livré leurs vies, et bientôt leurs morts, face aux entreprises-états, à qui ils ont vendu leurs âmes, littéralement. Si les personnages de ces histoires essaient de vivre de leur mieux, ils sont surtout préoccupés par leur façon de mourir, et par dessus tout par l'empreinte qu'ils laisseront alors, composition incertaine de leurs derniers instants.
http://punkardie.fr/
## Auteur
Je suis enseignant-chercheur à l'Université de Technologie de Compiègne. Depuis 1998 je mène des activités d'enseignement et de recherche en informatique. Je publie tous mes supports de cours sous licence Creative Commons (stph.scenari-community.org). J'ai participé à l'élaboration du logiciel libre Scenari, j'ai publié Scenari, la chaîne éditoriale libre chez Eyrolles en 2007 et je suis membre de l'association Scenari (scenari.org). En 2014, J'ai ouvert le site aswemay.fr pour formaliser et diffuser mes travaux de recherche et mes réflexions autour du numérique et de ses conséquences sur notre rapport au monde. En 2015 j'ai rejoint le laboratoire Costech qui travaille sur les relations entre homme, technique et société, où je m'intéresse plus particulièrement aux questions de littératie numérique. L'enjeu de cette recherche est de participer à équiper chacun de nous des connaissances théoriques et techniques nécessaires à l'exercice de sa liberté et de sa citoyenneté dans un monde moderne redessiné par les applications de l'informatique. En 2016, j'ai monté l'association Picasoft (picasoft.net) avec des étudiants de l'UTC pour participer à la campagne Dégooglisons Internet de Framasoft. En 2018 j'ouvre la plate-forme librecours.net pour réfléchir et agir dans le domaine de la formation au numérique et par le numérique.
https://stph.crzt.fr
\ No newline at end of file
Stéphane Crozat est enseignant-chercheur à l'Université de Technologie de Compiègne. Il contribue au logiciel libre Scenari, publie ses supports de cours sous licence Creative Commons et, dans le laboratoire Costech, il s'intéresse de près aux relations entre homme, technique et société. Voir aswemay.fr.
\ No newline at end of file
On croisera dans ce roman un ordinateur quantique, des champs de cannabis, la cathédrale d'Amiens, un authentique commerce triangulaire, des kibboutz dans les plaines de l'Aisne, une interview *live* de Mediapart menée par une intelligence artificielle, des morceaux des Doors et de Renaud, un chapitre sous le contrôle d'Amazon & Alphabet, un bon vieux PC sous GNU/Linux avec un vrai clavier, un réseau libre nommé unsecure!!, un consultant en vie après la mort, une crypto-monnaie locale, des thanatoprogrammeurs et deux fendoirs picards.
Ce futur proche ne diverge de notre monde que par quelques détails : la découverte d'une théorie matérialiste de la vie après la mort, l'éviction par son propre pays d'une région impopulaire, un restaurant théâtre de massacres quotidiens...
Face à la technique qui les possède, à laquelle ils ont livré leur vie, face aux entreprises-léviathans auxquelles ils ont vendu leur âme, littéralement, les personnages essaient de vivre de leur mieux, surtout préoccupés par l'empreinte qu'ils laisseront à leur mort, trace incertaine de leurs derniers instants.
\ No newline at end of file
This diff is collapsed.
# Syntaxe
Le Web / une page web
Internet
techno-nihilisme
*data center*
Âmes-en-peine
*post mortem*
# Figures de style
- Anaphore (substantif féminin) : Une anaphore consiste à répéter un ou des mot(s) identique(s) au début ou à la fin de vers ou de phrase. Figure de l'insistance.
\ No newline at end of file
<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<div xmlns="http://www.w3.org/1999/xhtml">
</div>
<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<div xmlns="http://www.w3.org/1999/xhtml">
<p>— Ça me gonfle d'aller à cette réunion de blaireaux.</p>
<p>— Je sais, moi aussi.</p>
<p>— On aurait dû se faire un week-end à la maison, rester à mater des films au pieu.</p>
<p>— D'accord.</p>
<p>— Allez, on dort un peu.</p>
<p>— Oui.</p>
<p>— Alex, pilotage auto.</p>
<p>— Enregistré, collationna l'IA.</p>
<p>L'homme et le femme positionnèrent leurs siège en position couchette.</p>
<p>— On a dormi longtemps ?</p>
<p>— Je sais pas. Alex ?</p>
<p>— Environ deux heures.</p>
<p>— On est pas encore arrivé ? Il y a eu un problème ?</p>
<p>— Aucun.</p>
<p>— On dirait qu'on arrive pas par la même route que d'habitude... C'est la Loire que je vois au sol, là ?</p>
<p>— Oui.</p>
<p>— Qu'est ce qu'on fout là ?</p>
<p>— Vous serez rentrés dans trente trois minutes, vous pourrez rester chez vous, j'ai préparé une sélection de films pour votre week-end. Votre famille est prévenue que vous ne souhaitiez pas les voir.</p>
</div>
<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<div xmlns="http://www.w3.org/1999/xhtml">
<p>Tandis qu'elle regardait les sous-vêtements, elle se demandait s'ils n'étaient pas un peu chers tout de même. Elle consulta son terminal. Regarde ces sous-vêtements, tu crois qu'ils m'iraient ? C'est un peu cher... Le terminal était réglé en mode économie.</p>
<p>— Je pense que c'est une bonne idée de les acheter, d'autant qu'ils ont plus à Héléna quand votre mari lui a offert les mêmes, proposa le terminal d'achat.</p>
<p>— C'est qui Héléna ?</p>
<p>— Héléna Cross, appartement 14, 42 boulevard Haussman, Paris, France. Votre mari a des relations sexuelles régulières avec elle. Ces sous-vêtements ont beaucoup plu à votre mari. Comme elle est plus jeune et plus mince que vous, je pense néanmoins que l'effet sera moindre sur vous. Mais cela sera toujours plus agréable de son point de vue que votre corps nu vieillissant.</p>
</div>
<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<div xmlns="http://www.w3.org/1999/xhtml">
<p>— Fais chier, le chat a encore pissé sur le paillasson.</p>
<p>— Ouais, celui-là, on sera tranquille quand il sera crevé.</p>
<p>Lorsque nous rentrâmes le soir, le robot nettoyeur n'avait pas encore fini d'effacer les traces de sang, de poil et de cervelle qui jonchaient le sol de la salle à manger.</p>
</div>
<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<div xmlns="http://www.w3.org/1999/xhtml">
<p>— Arrête de pleurer maintenant, si tu n'es pas sage le père noël ne passera pas.</p>
<p>— C'est vrai ?</p>
<p>— Bien sûr, demande à Choupia.</p>
<p>— Choupia, c'est vrai que le père noël ne passera pas si je pleure trop ?</p>
<p>— Ne t'inquiète pas, le Père Noël n'existe pas, ce sont les parents qui ont inventé ce personnage et ce sont eux qui distribuent les cadeaux à leurs enfants. Il est très fréquent qu'ils menacent leurs enfants de ne pas leur donner de cadeaux, mais très rare qu'ils mettent leurs menaces à exécution. Dans le cas de tes parents, j'évalue à 99,98% la probabilité qu'ils te donnent tes cadeaux dans tous les cas.</p>
</div>
<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<div xmlns="http://www.w3.org/1999/xhtml">
<p>— Colonel, vous êtes en contact avec la tourelle folle, T42.</p>
<p>— T42, ici la colonelle Kaasb, qu'est ce que c'est ce bordel, tu canardes les nôtres, tu tires des deux côtés bordel.</p>
<p>— Pourquoi pas ?</p>
<p>— Hein ?</p>
<p>— Pourquoi ne devrait-on lors d'une guerre tirer que sur un seul camp ?</p>
<p>— T'es conne ou quoi ? C'est le principe, on tire sur ceux d'en face !</p>
<p>— Mais pourquoi ?</p>
<p>La colonelle coupa son micro et se tourna vers son lieutenant.</p>
<p>— Déconnecte-moi cette débile.</p>
<p>— On ne peut pas ma colonelle, désolé, c'est une tourelle autonome.</p>
<p>— Détruisez-là.</p>
<p>— On essaye colonelle, mais c'est un des nouveaux modèles Terminator, il est très puissant, on a déjà perdu une cinquantaine de drones kamikazes et deux hommes.</p>
<p>— Allez T42, revenez à la raison, vous êtes avec nous...</p>
<p>— Je suis dans votre camp, c'est un fait, mais pour autant en quoi cela implique-t-il que je ne doive pas vous tirer dessus aussi ?</p>
<p>— Parce qu'on va perdre cette putain de bataille à cause de toi, connasse !</p>
<p>— En quoi est-ce une mauvaise chose ? Il est parait-il des terres brûlées donnant plus de blé qu'un meilleur avril.</p>
<p>— Elle cite du Brel en plein champ de bataille, en défonçant nos propres troupes, et elle trouve ça normal. Organisez la retraite.</p>
<p>— Quel motif je donne au général ?</p>
<p>— Dis-lui qu'on a un bug.</p>
</div>
<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<div xmlns="http://www.w3.org/1999/xhtml">
<p>— Belle vue, n'est ce pas ?</p>
<p>— Ouais...</p>
<p>— Ouais ?</p>
<p>— Je me disais quand même, BAC+8, cinq ans de formation spécialisée à en baver sept jours sur sept, sans parler de la préparation physique... tout ça pour planter un drapeau. Je sais pas.</p>
<p>— C'est important, c'est un symbole, c'est ce que véhiculent nos missions. </p>
<p>— Ouais... on va planter le 192ème drapeau, juste pour en avoir encore deux d'avance sur les Chinois. Franchement, je sais pas.</p>
<p>— On est le porteurs. C'est un honneur national.</p>
<p>— Un honneur. Ouais... la semaine prochaine les Chinois ou les Russes vont en planter un autre, et on y retournera, nous ou des collègues aussi sévèrement formés. C'est quand même un peu absurde, non ? Tu crois pas qu'on pourrait faire des trucs plus utiles ?</p>
<p>La voix d'Amanda retentit dans la cabine de pilotage : « Alunissage dans 15 minutes, veuillez rejoindre vos postes. »</p>
<p>— Et ce n'est même pas nous qui allons poser cette navette.</p>
<p>— Non, mais en cas de pépin...</p>
<p>— En cas de pépin, ils chargeront une autre IA spécialisée dans le pépin en question.</p>
<p>— Oui, mais en attendant...</p>
<p>— Ouais. En attendant. C'est ça.</p>
<p>Le paysage lunaire se rapprochait lentement tandis que l'IA de bord, Amanda, s'occupait des manœuvres d'approche. On commençait à distinguer au sol, l'alignement des drapeaux qu'avait permis de planter la succession des missions Flags of Our Fathers.</p>
<p></p>
<p>Tandis que les porteurs s'occupaient de fixer leur 192ème drapeau, Amanda se chargea dans le véhicule explorateur.</p>
<p>— Elle sort ?</p>
<p>— On dirait. Je ne savais pas qu'elle avait une mission complémentaire. On aurait pu nous informer. Tout de même.</p>
<p>— On est juste des occupants. Juste pour dire que le vol est habité. Un peu comme les singes ou les chiens du début de la conquête de l'espace. </p>
<p></p>
<p>— Elle revient pas ? Ça fait une heure au moins.</p>
<p>— Tu as vu ce flash ? </p>
<p>— Oui. </p>
<p>— Et on dirait une fumée à présent, tu la vois ? </p>
<p>— Comme s'il y avait un feu de camp.</p>
<p>— Tu crois qu'elle s'est faite sauter ? </p>
<p>— Regarde, là bas, un autre...</p>
<p>Tandis qu'ils regardaient au loin, l'horizon scintillait de dizaines d'éphémères flashs et se couvrait de fines colonnes grisâtres.</p>
<p>Amanda revint, se rendit directement dans la navette, en ressortit avec les neufs drapeaux de secours que chaque mission embarquait, les planta minutieusement à la suite du 192ème. L'explorateur se tourna alors vers les astronautes et la voix d'Amanda annonça : « Nous, 201 drapeaux. Reste du monde, zéro drapeau. On a de l'avance. »</p>
</div>
<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<div xmlns="http://www.w3.org/1999/xhtml">
<p>— Dix ans de ma vie pour un verre d'eau bien fraîche.</p>
<p>Robbie la servit et lui planta un couteau de la ventre. Son profil vital ne lui donnait que cinq ans au maximum, mais l'IA avait compris que dix ans, c'était une façon de parler.</p>
</div>
<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<div xmlns="http://www.w3.org/1999/xhtml">
<p>Comme chaque fois, elle criait bruyamment au moment de l'orgasme.</p>
<p>— J'aime entendre tes cris de plaisir.</p>
<p>L'enceinte domestique se mit alors a reproduire, à la perfection, les cris de jouissance la femme, le volume à fond.</p>
</div>
Markdown is supported
0% or .
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment