Commit 24abde5c authored by Julien Jerphanion's avatar Julien Jerphanion Committed by Stéphane Crozat
Browse files

N'y a-t-il a point de petite interrogation ?

parent e9373e04
......@@ -1422,7 +1422,7 @@ Jean Lassereille passa la main à un homme âgé, bedonnant, soixante-cinq ou so
<!--SAUT1-->
[DavidSansac] Combien de personnes ont été tuées dans votre laboratoire, au niveau moins quatre.
[DavidSansac] Combien de personnes ont été tuées dans votre laboratoire, au niveau moins quatre ?
[SP] Vingt et un mille trois cent vingt-six.
......@@ -3418,7 +3418,7 @@ J’étais revenu brusquement ici et maintenant. J’avais quitté l’autre lie
<!--SAUT1-->
Je me souvins alors de ce moment, au Zaïre, vingt ans auparavant, alors qu’il s’appelait encore le Zaïre. Les pays comme les régions meurent aussi. La case était faite de vieilles briques adobes. Nous étions assis sur des nattes de paille en décomposition, de vieux matelas de mousse troués, ou à même la terre battue. Des cafards gros comme des pouces couraient sur le sol et les parois. Une multitude de papillons de nuit tourbillonnait autour d'une lampe à pétrole au centre de la pièce. L’air était saturé de la fumée des joints qui tournaient, lentement, de main en main. L’odeur du haschich couvrait celle, pourtant si entêtante, de l’encens qui brûlait dans un pot en terre cuite ajouré.
Je me souvins alors de ce moment, au Zaïre, vingt ans auparavant, alors qu’il s’appelait encore le Zaïre. Les pays comme les régions meurent aussi. La case était faite de vieilles briques adobes. Nous étions assis sur des nattes de paille en décomposition, de vieux matelas de mousse troués, ou à même la terre battue. Des cafards gros comme des pouces couraient sur le sol et les parois. Une multitude de papillons de nuit tourbillonnait autour d'une lampe à pétrole au centre de la pièce. L’air était saturé de la fumée des joints qui tournaient, lentement, de main en main. L’odeur du haschich couvrait celle, pourtant si entêtante, de l’encens qui brûlait dans un pot en terre cuite ajouré.
Le rasta parlait fort, prêchait pour ainsi dire. Je ne me souvenais plus de son nom, ni comment nous l’avions rencontré, ni comment nous étions arrivés là, à l’écouter. Cela avait trait à la mort. Et à ce qu’il appelait l’esprit. Vois-tu, me disait-il, je connais un secret. Je peux te le dire, mais tu ne le comprendras pas. L’esprit peut voyager, se déplacer en dehors de l’espace précis qu’il occupe à tel instant. Car ton esprit occupe plus que l’espace du corps, il est lié à l’espace des perceptions. Au-delà de tes sens, il n’y a plus d’esprit, car il est exactement la perturbation que tu produis sur le monde. L’esprit est lourdement ancré dans le corps, dans le présent où il évolue, mais à l’approche de la mort, tu peux le détacher. À condition que la mort soit suffisamment proche, et qu’elle soit inattendue. Et il faut aussi que ce soit une mort violente, suffisamment violente pour que son explosion distende l’esprit de son état vivant vers son état mort. Car un esprit qui meurt ne disparaît pas complètement, il en reste une trace, oubliée pour toujours.
......@@ -3491,7 +3491,7 @@ Vous pouvez copier et diffuser sans contrepartie, personne ne collectera de donn
#### Offrir
Si comme moi vous aimez encore un peu le papier, offrez des exemplaires. J'écris mal avec un stylo, je ne sais pas dessiner, mais je me ferai un plaisir de vous faire parvenir un exemplaire dédicacé ou de l'envoyer directement de votre part.
Si comme moi vous aimez encore un peu le papier, offrez des exemplaires. J'écris mal avec un stylo, je ne sais pas dessiner, mais je me ferai un plaisir de vous faire parvenir un exemplaire dédicacé ou de l'envoyer directement de votre part.
#### Distribuer
......
Markdown is supported
0% or .
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment