Commit 19df7b9c authored by Stéphane Crozat's avatar Stéphane Crozat
Browse files

Coupes légères dans les derniers extraits ajoutés

parent 2c6c5333
<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<div xmlns="http://www.w3.org/1999/xhtml">
<p>— C’est tentant monsieur Roman. De l’or, de la puissance de feu. Vous avez une sacrée main monsieur Roman, c’est sûr. J’imagine les puissants intérêts qui vous financent, monsieur Roman, et qui se feront un plaisir de me financer une belle maison et une belle voiture, de privatiser les plages de la baie de Somme pour moi. Mais si j’avais envie, moi, plutôt, d’indépendance, de liberté, de transparence ? Si vos secrets, vos accès restreints et vos clauses de confidentialité étaient contraires à une certaine vision de la science, à ma vision de la science ? Vous savez, le bien commun, la libre circulation des connaissances. Ce que je produis, je le publie immédiatement sous des licences libres monsieur Roman, je suis pour une recherche publique, vous n’avez pas vu cela avec vos tests ? Si vous voulez que je joue à Faust, monsieur Roman, il vous faut affiner vos contrats. Je…</p>
<p>— Sara, elles bougent.</p>
<p>Son visage se figea. Elle avait compris. Immédiatement.</p>
<p>— Excusez-moi, monsieur, désolé de vous déranger, mais je n’arrive pas à me souvenir si je suis déjà venu ou pas. Vous sauriez me dire si le restaurant était ouvert il y a dix ans ? Environ.</p>
<p>— Bien sûr monsieur. Cela ne ferme jamais. Le restaurant est tenu de père en fils depuis plusieurs générations, il était déjà ouvert sous Napoléon, l’empereur lui-même est venu y dîner. Vous imaginez ? Jamais fermé !</p>
</div>
<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<div xmlns="http://www.w3.org/1999/xhtml">
<p>Finalement, il avait rencontré un chasseur d’âmes – c’est comme ça qu’ils les appelaient entre eux, sur le bateau ils avaient tous croisé un chasseur d’âmes à un moment, ça aussi ça les rapprochait – et il avait accepté bien sûr. Tous avaient accepté. Le prix n’était cependant pas le même, pas du tout le même. Amadou s’était bien fait baiser. C’est comme ça les Africains, il disait à Sergeï, on se fait toujours baiser. Quand même, ma femme et ma fille sont à l’abri, c’est ce qui compte, n’est-ce pas ? Elles seront vraiment à l’abri, n’est-ce pas ? Tu y crois aussi ? demandait-il à Sergeï, ce n’est pas une arnaque ? C’est sûrement une arnaque, Amadou, les pactes avec le diable sont toujours des arnaques. Mais pas comme ça. Je crois qu’elles seront vraiment à l’abri. Alors, inch’allah – Amadou disait tout le temps inch’allah – le reste, c’est entre les mains de Dieu, mon ami. Sergeï ne répondait pas. Il éprouvait de la sympathie pour Amadou, mais pour les dieux il n’éprouvait qu’une haine froide.</p>
<p>Finalement, il avait rencontré un chasseur d’âmes – c’est comme ça qu’ils les appelaient entre eux, sur le bateau ils avaient tous croisé un chasseur d’âmes à un moment, ça aussi ça les rapprochait – et il avait accepté bien sûr. Tous avaient accepté. Le prix n’était cependant pas le même, pas du tout le même. Amadou s’était bien fait baiser. C’est comme ça les Africains, il disait à Sergeï, on se fait toujours baiser. Quand même, ma femme et ma fille sont à l’abri, c’est ce qui compte, n’est-ce pas ? Elles seront vraiment à l’abri, n’est-ce pas ? Tu y crois aussi ? demandait-il à Sergeï, ce n’est pas une arnaque ? C’est sûrement une arnaque, Amadou, les pactes avec le diable sont toujours des arnaques. Mais pas comme ça. Je crois qu’elles seront vraiment à l’abri. Alors, inch’allah – Amadou disait tout le temps inch’allah – le reste, c’est entre les mains de Dieu, mon ami.</p>
</div>
<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<div xmlns="http://www.w3.org/1999/xhtml">
<p>Charlie, souscrivez dès aujourd’hui gratuitement au service Dixie, et réservez votre nom de domaine dixie.aa. Je suis ravie de vous annoncer que votre pseudo est encore disponible, l’adresse charlieporte.dixie.aa vous attend. Ce sera votre interface personnalisée sur l’enregistrement de votre future manifestation quantique post mortem, directement sur le réseau officiel. Vous profiterez de la disponibilité et de la fiabilité unique des serveurs d’A&amp;A, gratuitement et éternellement. La seule chose que vous avez à faire est de me dire oui, en validant le formulaire prérempli reçu par courrier hier à douze heures vingt-huit et en acceptant les conditions d’utilisation permettant de profiter du service d’enregistrement, de stockage et d’accès illimité Dixie. Il s’agit bien sûr d’un service gratuit, comme tous les services d’A&amp;A. Une fois votre enregistrement réalisé, tous les utilisateurs que vous aurez ajoutés à votre cercle funèbre pourront y accéder simplement avec notre Dixie Player.</p>
<p>Ce sera votre interface personnalisée sur l’enregistrement de votre future manifestation quantique post mortem, directement sur le réseau officiel. Vous profiterez de la disponibilité et de la fiabilité unique des serveurs d’A&amp;A, gratuitement et éternellement. La seule chose que vous avez à faire est de me dire oui, en validant le formulaire prérempli reçu par courrier hier à douze heures vingt-huit et en acceptant les conditions d’utilisation permettant de profiter du service d’enregistrement, de stockage et d’accès illimité Dixie. Il s’agit bien sûr d’un service gratuit, comme tous les services d’A&amp;A. Une fois votre enregistrement réalisé, tous les utilisateurs que vous aurez ajoutés à votre cercle funèbre pourront y accéder simplement avec notre Dixie Player.</p>
</div>
<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<div xmlns="http://www.w3.org/1999/xhtml">
<p>Autrefois, Bob aimait parcourir la campagne, seul, en fredonnant des chansons. Les plaines de Picardie étaient souvent plombées de brouillard, avec des tas de betteraves pour uniques montagnes et le vent du nord qui te soufflait une haleine chargée d’engrais dans la tronche. Néanmoins, Bob aimait bien s’y balader, il aimait enliser ses godasses dans les sentiers boueux, respirer l’odeur de la forêt humide, sentir la brûlure des ronces sur ses avant-bras nus, écouter le bruit des maïs quand il en traversait les champs, hors de vue. Il aimait croiser un chevreuil épargné par les chasseurs à l’occasion, même un faisan ou un lièvre, c’était toujours ça de fauché aux dernières heures d’une ère bientôt révolue. Il se sentait alors un peu solidaire, rescapé lui aussi, pour quelque temps.</p>
<p>Autrefois, Bob aimait parcourir la campagne, seul, en fredonnant des chansons. Les plaines de Picardie étaient souvent plombées de brouillard, avec des tas de betteraves pour uniques montagnes et le vent du nord qui te soufflait une haleine chargée d’engrais dans la tronche. Néanmoins, Bob aimait bien s’y balader, il aimait enliser ses godasses dans les sentiers boueux, respirer l’odeur de la forêt humide, sentir la brûlure des ronces sur ses avant-bras nus, écouter le bruit des maïs quand il en traversait les champs, hors de vue. Il aimait croiser un chevreuil épargné par les chasseurs à l’occasion, même un faisan ou un lièvre, c’était toujours ça de fauché aux dernières heures d’une ère bientôt révolue.</p>
</div>
Markdown is supported
0% or .
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment