Commit 1208fec2 authored by Olivier's avatar Olivier

Chapitre 7 : fautes de frappe mineures (italicisation des indices B)

parent 7e651eba
...@@ -467,7 +467,7 @@ ...@@ -467,7 +467,7 @@
\index{température!selon Kelvin}\index{Kelvin!température selon} \index{température!selon Kelvin}\index{Kelvin!température selon}
Kelvin définit une échelle de température, dite de \vocab[température!absolue]{température absolue}\index{température!thermodynamique}\index{température!selon Kelvin}. À l’intérieur d’une machine de Carnot, le rapport des températures maximale $T_H$ et minimale $T_B$ est défini comme égal au rapport des débits sous forme de chaleur, c’est-à-dire : Kelvin définit une échelle de température, dite de \vocab[température!absolue]{température absolue}\index{température!thermodynamique}\index{température!selon Kelvin}. À l’intérieur d’une machine de Carnot, le rapport des températures maximale $T_H$ et minimale $T_B$ est défini comme égal au rapport des débits sous forme de chaleur, c’est-à-dire :
\begin{equation} \begin{equation}
\left| \frac{\dot Q_{TH}}{\dot Q_{TB}} \right| \equiv \frac{T_H}{T_\B } \tag{\ref{def_échelle_température_kelvin}} \left| \frac{\dot Q_{TH}}{\dot Q_{TB}} \right| \equiv \frac{T_H}{T_B} \tag{\ref{def_échelle_température_kelvin}}
\end{equation} \end{equation}
\begin{equationterms} \begin{equationterms}
\item par définition, dans une machine de Carnot, \item par définition, dans une machine de Carnot,
...@@ -526,7 +526,7 @@ ...@@ -526,7 +526,7 @@
\index{Kelvin!température selon}\index{température!selon Kelvin}% \index{Kelvin!température selon}\index{température!selon Kelvin}%
La proposition de Thomson est la suivante : soit un corps à une température~$T_1$ (par exemple de mille unités, comme montré en \cref{fig_échelle_température_kelvin}). On y attache un moteur de Carnot, qui va fournir du travail et rejeter de la chaleur à température plus basse $T_2$. Cette température $T_2$ est deux fois plus faible que $T_1$ si le moteur rejette la moitié de la chaleur qu’il reçoit ; elle est quatre fois plus faible lorsqu’il en rejette le quart, etc. En termes mathématiques, Thomson propose\footnote{En fait, ce n’est pas si simple. Thomson propose d’abord (en 1848 \cite{kelvin1848}) une échelle dans laquelle $\frac{\dot Q_{TH}}{\dot Q_{TB}}$ est proportionnel à la \emph{différence} des températures ; ce qui en fait une échelle logarithmique de notre point de vue actuel. Il se ravise avec l’aide de James Prescott Joule\index{Joule!James Prescott} pour obtenir la proposition~\ref{def_échelle_température_kelvin} six ans plus tard~\cite{kelvinjoule1854}.} : La proposition de Thomson est la suivante : soit un corps à une température~$T_1$ (par exemple de mille unités, comme montré en \cref{fig_échelle_température_kelvin}). On y attache un moteur de Carnot, qui va fournir du travail et rejeter de la chaleur à température plus basse $T_2$. Cette température $T_2$ est deux fois plus faible que $T_1$ si le moteur rejette la moitié de la chaleur qu’il reçoit ; elle est quatre fois plus faible lorsqu’il en rejette le quart, etc. En termes mathématiques, Thomson propose\footnote{En fait, ce n’est pas si simple. Thomson propose d’abord (en 1848 \cite{kelvin1848}) une échelle dans laquelle $\frac{\dot Q_{TH}}{\dot Q_{TB}}$ est proportionnel à la \emph{différence} des températures ; ce qui en fait une échelle logarithmique de notre point de vue actuel. Il se ravise avec l’aide de James Prescott Joule\index{Joule!James Prescott} pour obtenir la proposition~\ref{def_échelle_température_kelvin} six ans plus tard~\cite{kelvinjoule1854}.} :
\begin{equation} \begin{equation}
\left| \frac{\dot Q_{TH}}{\dot Q_{TB}} \right| \equiv \frac{T_H}{T_\B } \left| \frac{\dot Q_{TH}}{\dot Q_{TB}} \right| \equiv \frac{T_H}{T_B}
\label{def_échelle_température_kelvin} \label{def_échelle_température_kelvin}
\end{equation} \end{equation}
\begin{equationterms} \begin{equationterms}
...@@ -562,7 +562,7 @@ ...@@ -562,7 +562,7 @@
Thomson dispose donc d’une \vocab[echelle@échelle (physique)]{échelle}\ une méthode permettant de définir une température «~deux fois plus élevée~». Thomson dispose donc d’une \vocab[echelle@échelle (physique)]{échelle}\ une méthode permettant de définir une température «~deux fois plus élevée~».
Le zéro de cette échelle correspond bien au degré zéro de température, puisqu’avec l’expérience de la \cref{fig_échelle_température_kelvin} on dispose alors d’un «~gouffre~» de température zéro qui permet de détendre les gaz jusqu’à zéro température (on peut ainsi convertir toute l’énergie interne d’un fluide en travail\footnote{On peut prendre une machine de Carnot avec $T_\B = \SI{0}{\kelvin}$. Le transfert de chaleur à la source froide est alors inutile puisque l’on a effectué une détente infinie ($3 \to 4$) pour obtenir une température de zéro. $Q_{TB}$ est alors nul, et on retrouve bien un rendement de~\SI{100}{\percent}.}). Le zéro de cette échelle correspond bien au degré zéro de température, puisqu’avec l’expérience de la \cref{fig_échelle_température_kelvin} on dispose alors d’un «~gouffre~» de température zéro qui permet de détendre les gaz jusqu’à zéro température (on peut ainsi convertir toute l’énergie interne d’un fluide en travail\footnote{On peut prendre une machine de Carnot avec $T_B = \SI{0}{\kelvin}$. Le transfert de chaleur à la source froide est alors inutile puisque l’on a effectué une détente infinie ($3 \to 4$) pour obtenir une température de zéro. $Q_{TB}$ est alors nul, et on retrouve bien un rendement de~\SI{100}{\percent}.}).
\thermoquotebegin{O} \thermoquotebegin{O}
Cette convention particulière est que la différence de température entre les points de gel et d’ébullition de l’eau sous atmosphère standard est appelée 100 degrés. Cette convention particulière est que la différence de température entre les points de gel et d’ébullition de l’eau sous atmosphère standard est appelée 100 degrés.
......
Markdown is supported
0% or
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment