Commit dafbe882 authored by AntoineC.'s avatar AntoineC.
Browse files

Ajout du fichier caracteristiques-veritable-materiel-libre

1ere tentative de Resume des 11 caracteristiques
parent 63b3b060
LES 11 CARACTÉRISTIQUES RÉSUMÉES
D’UN VÉRITABLE MATÉRIEL LIBRE :
======================================================
(0) C’EST UNE CHOSE MATÉRIELLE À LA QUELLE S’APPLIQUENT
LES PRINCIPES DES LOGICIELS LIBRES, MAIS DE FAÇON
ADAPTÉE POUR LA FABRICATION DE CHOSES
MATÉRIELLES...
(1) C’EST UNE CHOSE FABRIQUÉE ...
(2) QUI COMPORTE UNE INDICATION IMMÉDIATEMENT VISIBLE À
SA SURFACE STIPULANT QUE C’EST UN MATÉRIEL LIBRE
(3) QUE L’ON PEUT FABRIQUER AVEC DES TECHNIQUES
COMMUNÉMENT ACCESSIBLES ...
(4) QUI EST DÉLIVRÉE AVEC UNE DOCUMENTATION PROCURANT
TOUTE LA CONNAISSANCE NÉCESSAIRE POUR TOUT SAVOIR
SUR CETTE CHOSE FABRIQUÉE …
(5) DONT LA DOCUMENTATION DOIT ÊTRE DANS LE DOMAINE
PUBLIC, OU BIEN PUBLIÉE SOUS UNE LICENCE LIBRE
COMPATIBLE AVEC LA DERNIÈRE VERSION DE LA LICENCE
GNU-GPL ...
(6) DONT LES LOGICIELS DOIVENT ÊTRE DANS LE DOMAINE
PUBLIC, OU BIEN PUBLIÉS SOUS UNE LICENCE LIBRE
COMPATIBLE AVEC LA DERNIÈRE VERSION DE LA LICENCE
GNU-GPL ...
(7) DONT LES MODIFICATIONS QUI Y ONT ÉTÉ APPORTÉES, FONT
L’OBJET DE LA PRODUCTION D’UNE DOCUMENTATION, SOIT
RELEVANT DU DOMAINE PUBLIC, SOIT PUBLIÉE SOUS DES
CONDITIONS COMPATIBLES AVEC LA DERNIÈRE VERSION DE
LA LICENCE GNU-GPL, SOIT PUBLIÉE SOUS DES CONDITIONS
COMPATIBLES AVEC LES CONDITIONS DE PUBLICATIONS DE
LA DOCUMENTATION INITIALE ...
(8) QUI EST DANS LE DOMAINE PUBLIC, OU BIEN QUI EST
AUTORISÉE À ÊTRE FABRIQUÉE, COPIÉE, DISTRIBUÉE,
MODIFIÉE, Y COMPRIS POUR CE QUI CONCERNE SON
APPARENCE, SON ORNEMENTATION, OU SES ÉLÉMENTS
BREVETÉES ...
(9) DONT TOUS LES COMPOSANTS MATÉRIELS SONT AUSSI DES
MATÉRIELS LIBRES …
(10)DONT LES PROCÉDÉS DE FABRICATION SONT AUSSI DES
MATÉRIELS LIBRES …
(11)ET QUE TOUTE FABRICATION QUI INCORPORE CETTE CHOSE
FABRIQUÉE : DOIT PERMETTRE D’AVOIR ACCÈS À CETTE
CHOSE MATÉRIELLE PAR DES TECHNIQUES COMMUNÉMENT
ACCESSIBLES ; DOIT INDIQUER DE FAÇON IMMÉDIATEMENT
VISIBLE QUE CETTE CHOSE FABRIQUÉE EST INCORPORÉE À
LA FABRICATION ; DOIT INDIQUER DE FAÇON
IMMÉDIATEMENT VISIBLE ET QUE C’EST
UN MATÉRIEL LIBRE ; ET DOIT INDIQUER DE FAÇON
IMMÉDIATEMENT VISIBLE OÙ TROUVER SA DOCUMENTATION.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
  • mentioned in commit 3a662a17

    Toggle commit list
  • j'essaye d'imaginer cette licence avec comme test :

    • une eolienne libre,
    • un velo libre.
    • un space 4046
    • un rouleau de fil pour imprimante 3d biosourcé
    • un médicament libre !

    (1) `C’EST UNE CHOSE FABRIQUÉE=> me parrais trop vague, propose :C’EST UNE CHOSE ASSEMBLÉE, EXTRAITE ou TRANSFORMÉE SUIVANT LES PRÉMICES DU POINT (0)

    (2) QUI COMPORTE UNE INDICATION IMMÉDIATEMENT VISIBLE À SA SURFACE STIPULANT QUE C’EST UN MATÉRIEL LIBRE IMMÉDIATEMENT VISIBLE => me parais trop restrictif propose : QUI COMPORTE UNE INDICATION STIPULANT QUE C’EST UN MATÉRIEL LIBRE.

    (3) => non, pas nécessaire.

    (4) => QUI EST DÉLIVRÉE AVEC UNE DOCUMENTATION PROCURANT TOUTE LA CONNAISSANCE NÉCESSAIRE POUR TOUT SAVOIR SUR CETTE CHOSE AFIN DE LA REPRODUIRE. (4 bis) RÉDIGER DANS DES UNITÉS DU SYSTEME INTERNATIONAL.

  • Merci.

  • J'ai pas fini, je voudrai que l'on en discuté ensemble point par point... pk pas pendant le festival D?

  • @iel Quand tu dis "chose fabriquée me paraît trop vague" et que tu ajoutes "assemblée, extraite, transformée", est-ce que c'est parce que tu penses surtout à la matière brute que l'on peut utiliser?

  • @iel:

    (3) => non, pas nécessaire.

    Pourtant, c'est la clef de voute d'un matériel libre. Car un matériel libre que l'on ne pourrait pas fabriquer avec des techniques commnément accessible, revient à en faire un matériel non-libre. C'est le pendant du code d'un logiciel libre selon la GNU-GPL.

    À quoi penses-tu en disant que cela n'est "pas nécessaire"?

  • @iel

    "RÉDIGER DANS DES UNITÉS DU SYSTEME INTERNATIONAL."

    Est-ce que ce genre d'ajout pourrait s'envisager dans le texte plus détaillé des caractéristiques, mais pas dans le résumé des caractéristiques?

  • @all

    J'ai eu beaucoup de mal à écrire le point 11, en tant que court résumé en forme de titre. Je trouve qu'il est mal rédigé en tant que très court résumé en forme de titre. Il est difficile à comprendre. Il s'enchaîne mal avec les points précédents. Il faudrait trouver un meilleur phrasé pour que la liaison avec les caractéristiques précédentes se fasse plus aisément.

  • Je pensais a un médicament, ou un moteur, difficile a fabriquer, mais pourtant libre, en attendant des techniques simplificatrices

  • Effectivement, j'ai maintenant compris qu'il s'agit de résumé de paragraphe.

  • Je crois que je n'avais pas fais la remarque la fois dernière : numéroté de 0 à 11, cela fait 12 caractéristiques. Y a-t-il une raison à indiqué seulement 11 caractéristiques ? Ou de commencer à 0 ? La caractéristique 0 n'en est pas une ?

    Pourquoi mettre des points de suspension partout ? Je me demande toujours si le point est incomplet ou non ?

    Sinon pour mes retours :

    • Le point 2 peut être effectivement impossible à réaliser. Il me parait optionnel.
    • Je tournerai le point 4 dans l'autre sens, car il parait impossible qu'une documentation soit exhaustive : "QUI EST DÉLIVRÉE AVEC UNE DOCUMENTATION D'UTILISATION ET DE FABRICATION S’EFFORÇANT DE NE RIEN CACHER/DISSIMULER( AU SUJET DE CETTE CHOSE FABRIQUÉE)". Le texte entre parenthèse me parait superflux dans ma reformulation.
    • Le point 7 me parait redondant du point 4. Si l'objet est documenté, alors ses modifications le sont également.
    • Le point 9 est un choix qui est très restrictif, il me semble que nous en avions discuté. Je ne pourrai donc par exemple pas utiliser un processeur intel dans mon materiel libre.
    • Le point 10 est étonnant, un procédé de fabrication n'est pas forcément une chose matérielle. Je dirais : "DONT LES PROCÉDÉS DE FABRICATION SONT LIBRE ET FONT INTERVENIR UNIQUEMENT DES MATÉRIELS LIBRES"

    Au sujet du point 11: Je ne vois pas en quoi c'est un résumé, ni un titre. Il exprime une nouvelle caractéristique : celle de "l'embarquement", donc ce n'est pas un résumé. Si c'est un titre, effectivement c'est long.

    La formulation est différente des autres caractéristiques, car elle se concentre sur l'objet lambda embarquant un materiel que l'on sait déjà libre.

    Je reformulerai donc ainsi : (11)QUE TOUTE INITIATIVE EMBARQUANT/INCORPORANT/UTILSANT UN MATERIEL LIBRE GARANTISSE L'ACCES A CE MATERIEL LIBRE ; PORTE CLAIREMENT LA MENTION "UTILISE DU MATERIEL LIBRE" ; INDIQUE CLAIREMENT LA PRÉSENCE DE CE MATERIEL LIBRE EN PARTICULIER ; ET POINTE CLAIREMENT SUR LA DOCUMENTATION DE CE MATERIEL LIBRE EN PARTICULIER.

    Edited by Maxime BOSSARD
  • @iel dafbe882 (comment 151549)

    Je pensais a un médicament, ou un moteur, difficile a fabriquer, mais pourtant libre, en attendant des techniques simplificatrices

    Je reformule: tu suggères que l'on ait la possibilité de considérer qu'un médicament, ou qu'un moteur, pour l'instant impossible à fabriquer avec des techniques communément accessibles, puisse être considéré comme un matériel libre si il satisfait aux autres caractéristiques.

    Cela reviendrait à dire, que l'on ne peut pas le fabriquer autrement qu'en utilisant des techniques non communément accessibles. J'ai l'impression que c'est un peu comme si on pouvait considérer qu'un logiciel peut être un logiciel libre, même s'il est nécessaire de devoir passer par un logiciel propriétaire pour y avoir accès, pour le modifier, etc ... Or il me semble que ce n'est pas aligné avec la définition d'un logiciel libre (voir https://www.gnu.org/philosophy/categories.html et sa section "logiciel non libre": "Son utilisation, sa redistribution ou sa modification .../... sont tellement restreintes qu'en pratique vous ne pouvez pas le faire librement.").

    Pour cette raison, l'idée serait de considérer qu'un matériel qui n'indique pas comment on peut le fabriquer avec des techniques communément accessibles, revient à réduire la liberté de le fabriquer à un nombre restreint de personnes, et finalement, de considérer que c'est une façon détournée de le rendre "propriétaire", car en pratique, les possibilités de le fabriquer sont tellement restreintes, qu'il devient non-libre.

    Pour éviter ce genre de situation, on pourrait donc considérer qu'il n'est pas possible d'accepter que les matériels qui n'indiquent pas comment on peut les fabriquer avec techniques communément accessibles, soient considérés comme des matériels libres.

    De tels matériels seraient quoi?. Des "Matériel Non-Libres" comme suggère la FSF au sujet des logiciels non-libres? Des "Matériels à Source Ouverte Difficile À Fabriquer" ... ?

    Edited by AntoineC.
  • @mxbossard dafbe882 (comment 151933)

    Y a-t-il une raison à indiqué seulement 11 caractéristiques ? Ou de commencer à 0 ? La caractéristique 0 n'en est pas une ?

    "La caractéristique 0 n'en est pas une ?" hummm... oui, tu as raison, c'est un peu ça que j'ai cherché à générer. L'idée est prévoir un premier paragraphe d'introduction. Dans ce 1er paragraphe, on introduirait le lien avec les logiciels libres. Cela pourrait être utile aux personnes qui ne connaissent pas cette notion de "libre". Graĉe à cette introduction, elles pourraient comprendre la référence faite aux logiciels libres. Et son portage dans les fabrications.

    Pourquoi mettre des points de suspension partout ? Je me demande toujours si le point est incomplet ou non ?

    Les 0+11 caractéristiques sont des titres de sections. Je me disais qu'en mettant des points de suspension, cela permettrait à des personnes de faire une lecture survollée du document, en ne lisant que les titres, sans avoir à lire le détail des sections. Les points de suspension suggèrent qu'il y a une suite, que c'est une phrase qui se prolonge. Mais cela ne marche peut-être pas bien. Une idée?

    Le point 2 peut être effectivement impossible à réaliser.

    C'est vrai que dans certains cas, c'est totalement impossible à réaliser: sur de la matière; sur des surfaces impossibles, etc ... Cependant, il est important que cette indication soit quelque part. Il me semble que c'est fortement lié au point n°9: DONT TOUS LES COMPOSANTS MATÉRIELS SONT AUSSI DES MATÉRIELS LIBRES

    @iel suggère un peu la même chose dans son post dafbe882 (comment 148679) en suggérant "QUI COMPORTE UNE INDICATION STIPULANT QUE C’EST UN MATÉRIEL LIBRE". Cependant, une matière ne pourra pas "comporter une indication". Ce terme "comporter" ne convient pas bien. Par contre, le matériel qui la contient, ou bien son contenant, pourront porter cette indication.

    Idée: ne pourrait-on pas préférer:

    • "(2) AVEC LAQUELLE EST DÉLIVRÉE UNE INDICATION STIPULANT QUE C’EST UN MATÉRIEL LIBRE"?
    Edited by AntoineC.
  • On s'organise une Après midi dédié a la licence hardware open/ libre? Avec comme objectifs: -relecture et compréhension de l'existant -création des tables de lois en 10 points -félicitations collective pour services rendus

  • @mxbossard dafbe882 (comment 151933)

    Je tournerai le point 4 dans l'autre sens, car il parait impossible qu'une documentation soit exhaustive : "QUI EST DÉLIVRÉE AVEC UNE DOCUMENTATION D'UTILISATION ET DE FABRICATION S’EFFORÇANT DE NE RIEN CACHER/DISSIMULER( AU SUJET DE CETTE CHOSE FABRIQUÉE)". Le texte entre parenthèse me parait superflux dans ma reformulation.

    Je reformule: tu te dis que le texte du point (4) (QUI EST DÉLIVRÉE AVEC UNE DOCUMENTATION PROCURANT TOUTE LA CONNAISSANCE NÉCESSAIRE POUR TOUT SAVOIR SUR CETTE CHOSE FABRIQUÉE) laisse à penser que cette documentation sera vraiment complète, et tu penses que cela ne sera jamais possible.

    Question: Est-ce que tu penses que cela ne sera pas possible parce que une telle documentation n'existe pas (c'est impossible à réaliser), ou bien parce que tu penses que personne ne va s'enquiquiner à faire une telle documentation, car ce serait trop exigeant?

    Le point 7 me parait redondant du point 4. Si l'objet est documenté, alors ses modifications le sont également.

    Je reformule: tu dis que puisque le matériel que l'on a devant les yeux est documenté, alors, sont comprises dans cette documentation toutes les modifications qui ont pu être apportées.

    Certe. Toutefois, l'idée ici était de spécifier que ce matériel libre embarque avec lui une obligation pour toutes les modifications avales (futures) qu'un fabricant pourrait effectuer. L'idée est d'avoir l'obligation de trouver une indication qui oblige les futures modifications matérielles apportées, à être documentées.

    Par ailleurs, cela concerne aussi les modifications apportées en amont, et cela consiste à obliger à ce que ces modifications soient indiquées comme étant belles et bien des modifications qui doivent faire référence à ce qui était avant la modification.

    Si je ne fais pas d'erreur de raisonnement, ce point n'est pas redondant avec le point (4), mais c'est un point additionnel qui concerne les modifications apportées et celles qui seront apportées.

    Le point 9 est un choix qui est très restrictif, il me semble que nous en avions discuté. Je ne pourrai donc par exemple pas utiliser un processeur intel dans mon materiel libre.

    Oui, c'est tout à fait juste. Si tu utilise un LM317, il faut que la datasheet t'indique comment tu peux refaire ce LM317 avec des moyens communément accessibles, idem pour la puce d'intel.

    Un matériel qui serait documenté correctement, mais qui utiliserait des composants non-libres (la puce d'Intel, ou d'autres composant opaques, non impossible à reproduire avec des techniques communément accessibles), serait alors un matériel non-libre, sauf si ces composants indiquent comment on peut les reproduire, et l'autorisent.

    Encore une fois, il s'agit ici de définir ce que devrait être la notion de matériel libre. Il ne s'agit pas de l'écriture de la licence.

    Le point 10 est étonnant, un procédé de fabrication n'est pas forcément une chose matérielle. Je dirais : "DONT LES PROCÉDÉS DE FABRICATION SONT LIBRE ET FONT INTERVENIR UNIQUEMENT DES MATÉRIELS LIBRES"

    Très juste. Peut-on remplacer dans ta phrase "procédés" par "dispositifs"?

  • @iel , je commente ici, ce que tu as posté précédement où tu proposes que l'on fasse une séance spéciale sur le sujet -> voir ton message dafbe882 (comment 152013)

    • relecture et compréhension de l'existant

    Le texte que nous commentons, est issue de discussions précédentes. Ces discussions précédentes, se trouvent ici: 3a662a17 . Ces discussions précédentes, commentaient la publication d'une des versions en cours de développement du texte de la licence FabLib. Dans ces discussions, il apparaissait qu'il serait bien de définir ce que c'est qu'un matériel libre, autrement qu'au travers des définitions de la licence. Pour répondre à cette demande, j'ai rédigé un texte qui défini ce que devrait être un matériel libre universel. Ce texte liste les caractéritiques d'un matériel libre. Il donne un résumé de quelques lignes pour chacune de ces caractéristiques. Chacun des textes résumés des caractéristiques, débute avec un titre. Chaque résumé de caractéristique porte un titre. Chaque titre doit se lire comme une sorte de condensé de chaque résumé. De la sorte, une personne peut survoler le texte, en ne lisant que les titres. La mise bout-à-bout de tous les titres peut se lire comme une longue phrase.

    Le texte publié, et discuté sur la présente page, est l'expression de tous ces titres de ces 0+11 caractéristiques.

    On s'organise une Après midi dédié a la licence hardware open/ libre? Avec comme objectifs:

    • relecture et compréhension de l'existant
    • création des tables de lois en 10 points
    • félicitations collective pour services rendus

    @all: L'utilisation des rencontres permet effectivement d'aller plus vite. Néanmoins, il s'agit ensuite de rendre compte de ces discussions, afin que le processus de raisonnement puisse être mi à l'épreuve. En général, on est dans l'C01N les jeudis après midi ... ce peut être de bons moments pour en discuter.

    • création des tables de lois en 10 points

    Pour l'instant, il y a 11 points ... je ne pense pas que définir un nombre de points à atteindre, soit une bonne chose. J'avais aussi songé à tenter un exercice de table de lois. Je trouve tout à fait pertinent de tenter le coup.

    • félicitations collective pour services rendus

    On convoque la presse aussi? (la presse à bière?, la presse à jus?)

    Edited by AntoineC.
  • @Antoine Point 4: Je pense qu'une documentation complète n'existe pas, donc je me dis que juridiquement c'est mieux si on dit qu'il faut tout mettre en oeuvre pour qu'elle soit la plus complète possible, ou bien tout mettre en oeuvre pour ne rien cacher.

    Point 7: Donc je pense que le point 7 est mal formulé, car je comprend uniquement les modifications passés apportés à l'objet que je regarde. Il n’apparaît pas de notion de "Filiation". Ensuite, la formulation du point 7 me laisse penser que si une modification n'est pas documenté par choix ou par nécéssité, alors le Materiel Libre original n'en est plus un puisqu'il existe des modifications non documentées. Je ne pense pas que cela soit l'esprit du texte.

    D'après moi il faudrait plutôt dire : "QUE L'ON A LE DROIT DE MODIFIER. CES MODIFICATIONS [...]".

  • @mxbossard

    Au sujet du point (4) QUI EST DÉLIVRÉE AVEC UNE DOCUMENTATION PROCURANT TOUTE LA CONNAISSANCE NÉCESSAIRE POUR TOUT SAVOIR SUR CETTE CHOSE FABRIQUÉE ….

    Je relis tes messages numéro dafbe882 (comment 152133) et numéro dafbe882 (comment 151933) .

    Tu digitapota ceci:

    "une documentation complète n'existe pas" .../... "impossible qu'une documentation soit exhaustive"

    Or le point (4) dit UNE DOCUMENTATION PROCURANT TOUTE LA CONNAISSANCE NÉCESSAIRE POUR TOUT SAVOIR. Il n'est pas dit que la documentation est complète ou exhaustive. Mais il est dit que toute la connaissance nécessaire est présente pour que l'on puisse tout savoir sur la chose en question. La documentation peut être incomplète, mais en tous les cas, on doit pouvoir vraiment tout savoir sur la chose fabriquée.

    Si la documentation n'est pas capable de donner tout le savoir sur la chose fabriquée, alors, ce n'est pas un matériel libre.

    C'est en effet très exigeant.

    Cependant, dans l'expression de ce texte, on ne cherche pas à savoir si c'est faisable ou pas. On ne cherche pas non plus à savoir si c'est juridiquement tenable ou pas. On cherche juste à pousser le bouchon le plus loin possible pour atteindre un niveau équivalent que celui des logiciels libres.

    En discutant avec les experts juridiques en charge des questions juridiques pour les très grandes organisations internationales (incluant les structures dédiées à la défense juridique des grands logiciels libres internationaux), nous sommes tous d'accord pour dire, que déposer quelque chose uniquement avec sa licence libre, sans donner d'explication, de documentation pour tout savoir sur cette chose, cela rend la compréhension de la chose difficile, et donc cela restreint l'accès à la connaissance sur cette chose, ce qui revient en quelque sorte, à le maintenir dans un état "propriétaire". Et nous sommes d'accord pour dire, que dans le domaine matériel, c'est encore plus vrai.

    Aussi, si ce raisonnement tient la route, alors, exiger cette documentation dans une vision "puriste" ou "jusqu'au-boutiste", serait très pertinent. C'est pourquoi j'ai songé à l'inclure.

    Dans la réalité, cela signifie que si des termes juridiques exigent ce genre de choses, alors cela met un niveau d'exigence phénoménale sur le projet en question (comme d'autres caractéristiques, par exemple les caratéristiques 6, 7, 8 ,9,10 et 11).

    Cela signifie aussi, que pour pallier à ces difficultés d'exigences, il sera nécessaire d'écrire des textes de licences avec différents "palliers" d'exigences ...

  • @mxbossard

    Au sujet du point numéro 7 et de ce que tu posté dans ton message numéro dafbe882 (comment 152133).

    Pour rappel le point numéro 7, est écrit comme ceci: (7) DONT LES MODIFICATIONS QUI Y ONT ÉTÉ APPORTÉES, FONT L’OBJET DE LA PRODUCTION D’UNE DOCUMENTATION, SOIT RELEVANT DU DOMAINE PUBLIC, SOIT PUBLIÉE SOUS DES CONDITIONS COMPATIBLES AVEC LA DERNIÈRE VERSION DE LA LICENCE GNU-GPL, SOIT PUBLIÉE SOUS DES CONDITIONS COMPATIBLES AVEC LES CONDITIONS DE PUBLICATIONS DE LA DOCUMENTATION INITIALE.

    Point 7: Donc je pense que le point 7 est mal formulé, car je comprend uniquement les modifications passés apportés à l'objet que je regarde. Il n’apparaît pas de notion de "Filiation".

    Oui, c'est très juste, puisque le verbe est conjugué au passé: Y ONT ÉTÉ APPORTÉES.

    Ensuite, la formulation du point 7 me laisse penser que si une modification n'est pas documenté par choix ou par nécéssité, alors le Materiel Libre original n'en est plus un puisqu'il existe des modifications non documentées. Je ne pense pas que cela soit l'esprit du texte.

    Oui. Très juste. Il ne faut pas que le matériel dans le flux amont, qui était bien documenté, ne puisse plus être considéré comme matériel libre, simplement à cause des défauts de documentation des modifications avales (effets après coups des filiations)

    D'après moi il faudrait plutôt dire : "QUE L'ON A LE DROIT DE MODIFIER. CES MODIFICATIONS [...]".

    De mon côté, j'ai l'impression que l'on doit peut-être bien scinder en deux, pour exprimer d'un côté les modifications passées, et de l'autre les modifications futures. En effet, en reprenant la logique de la personne qui est face à un matériel libre, alors, au sujet des modifications, cette personne doit avoir deux informations qui lui indiquent:

    • a) si cet objet est identique à son original, ou si il a été modifié - et dans ce cas, elle doit savoir ce qui a été modifié, et elle doit pouvoir constater que ces modifications sont conformes à la notion de matériel libre;
    • b) que l'on peut effectuer des modifications à condition que ces modifications soient aussi encapsulées par la notion de matériel libre.

    J'ai l'impression que cela doit faire l'objet de deux caractéristiques ... À moins que l'on arrive à l'écrire en une caractéristique ...

    Une idée?

    Edited by AntoineC.
  • @mxbossard Au sujet du point numéro (11) et de ton message numéro dafbe882 (comment 151933)

    Je ne vois pas en quoi c'est un résumé, ni un titre. Il exprime une nouvelle caractéristique : celle de "l'embarquement", donc ce n'est pas un résumé. Si c'est un titre, effectivement c'est long. La formulation est différente des autres caractéristiques, car elle se concentre sur l'objet lambda embarquant un materiel que l'on sait déjà libre. Je reformulerai donc ainsi : (11)QUE TOUTE INITIATIVE EMBARQUANT/INCORPORANT/UTILSANT UN MATERIEL LIBRE GARANTISSE L'ACCES A CE MATERIEL LIBRE ; PORTE CLAIREMENT LA MENTION "UTILISE DU MATERIEL LIBRE" ; INDIQUE CLAIREMENT LA PRÉSENCE DE CE MATERIEL LIBRE EN PARTICULIER ; ET POINTE CLAIREMENT SUR LA DOCUMENTATION DE CE MATERIEL LIBRE EN PARTICULIER.

    Je vois que toi aussi tu as du mal à "raccourcir" ce titre ... ;-)

    Je rappelle ici comment est écrit le point numéro (11).

    • (11)ET QUE TOUTE FABRICATION QUI INCORPORE CETTE CHOSE FABRIQUÉE : DOIT PERMETTRE D’AVOIR ACCÈS À CETTE CHOSE MATÉRIELLE PAR DES TECHNIQUES COMMUNÉMENT ACCESSIBLES ; DOIT INDIQUER DE FAÇON IMMÉDIATEMENT VISIBLE QUE CETTE CHOSE FABRIQUÉE EST INCORPORÉE À LA FABRICATION ; DOIT INDIQUER DE FAÇON IMMÉDIATEMENT VISIBLE ET QUE C’EST UN MATÉRIEL LIBRE ; ET DOIT INDIQUER DE FAÇON IMMÉDIATEMENT VISIBLE OÙ TROUVER SA DOCUMENTATION.

    Dans ta proposition, il y a des choses importantes qui sont manquantes, et le phrasé ne permet pas de faire la suite de la première caractéristique (Rappel du titre de la première caratéristique: C'EST UNE CHOSE FABRIQUÉE ...).

    Mais je me dis, que l'on pourrait à ce moment là réduire la phrase à un titre plus générique, qui demande à lire en détails le contenu de cette caractérisique.

    Par exemple: C'EST UNE CHOSE FABRIQUÉE ... QUI, LORSQU'ELLE EST INCORPORÉE À UN DISPOSITIF, ALORS ELLE CONTRAINT CE DERNIER À RESPECTER DES OBLIGATIONS VISANT À GARANTIR LES CARACTÉRISTIQUES PRÉCÉDENTES. Et dans le texte explicatif de cette 11ème caractéristique, on explique plus en détails.

    Ou un autre titre équivalent ... ?

    Edited by AntoineC.
  • Je reviens sur nos échanges concernant le point numéro 7 (au sujet des modifications qui ont été apportées, et celles qui seront apportées).

    Voici pour rappel le texte: (7) DONT LES MODIFICATIONS QUI Y ONT ÉTÉ APPORTÉES, FONT L’OBJET DE LA PRODUCTION D’UNE DOCUMENTATION, SOIT RELEVANT DU DOMAINE PUBLIC, SOIT PUBLIÉE SOUS DES CONDITIONS COMPATIBLES AVEC LA DERNIÈRE VERSION DE LA LICENCE GNU-GPL, SOIT PUBLIÉE SOUS DES CONDITIONS COMPATIBLES AVEC LES CONDITIONS DE PUBLICATIONS DE LA DOCUMENTATION INITIALE.

    Que pensez-vous du simple ajout des mots en gras ci dessous, pour signifier aussi bien la matérialisation de la documentation des modifications passées, que l'obligation concernant les modifications futures ?

    PROPOSITION DE MODIFICATION DU POINT NUMÉRO (7):

    • (7) DONT LES MODIFICATIONS PASSÉES OU À VENIR, FONT OBLIGATOIREMENT L’OBJET DE LA PRODUCTION D’UNE DOCUMENTATION, SOIT RELEVANT DU DOMAINE PUBLIC, SOIT PUBLIÉE SOUS DES CONDITIONS COMPATIBLES AVEC LA DERNIÈRE VERSION DE LA LICENCE GNU-GPL, SOIT PUBLIÉE SOUS DES CONDITIONS COMPATIBLES AVEC LES CONDITIONS DE PUBLICATIONS DE LA DOCUMENTATION INITIALE
    Edited by AntoineC.
  • Ca me parait pas mal pour ce point 7.

  • @all

    CE QUI RESTE À FAIRE À CE STADE DE LA DISCUSSION

    Pour y voir clair, je liste ci-dessous les points dont la rédaction resterait encore à améliorer.

    RAPPEL: chaque point exprimé dans le texte, est un titre de section. Chaque titre sera expliqué plus en détails dans le contenu de sa section.

    • le point (1): est-on d'accord pour conerver le terme "CHOSE FABRIQUÉE" en tant que titre
    • le point (2): est-on d'accord avec la modification "(2) AVEC LAQUELLE EST DÉLIVRÉE UNE INDICATION STIPULANT QUE C’EST UN MATÉRIEL LIBRE"
    • le point (4): est-on d'accord, pour, finalement, le conserver tel qu'il est
    • le point (11): reste à discuter.
  • @iel , @mxbossard

    Je propose les modifications du point 11 suivantes, l'une en version courte et l'autre en version longue. Qu'en pensez-vous?

    POINT N°11:

    Proposition, en version titre court:

    • (11) QUI, LORSQU'ELLE EST INCORPORÉE À UN DISPOSITIF, DOIT RESTER ACCESSIBLE, AINSI QUE SA DOCUMENTATION

    Proposition, en version titre long:

    • (11) QUI, LORSQU'ELLE EST INCORPORÉE À UN DISPOSITIF, DOIT RESTER ACCESSIBLE, AINSI QUE SA DOCUMENTATION - LE DISPOSITIF DEVANT INDIQUER DE FAÇON IMMÉDIATEMENT VISIBLE LA PRÉSENCE DE CE MATÉRIEL LIBRE INCORPORÉ, ET OÙ SE TROUVE SA DOCUMENTATION
  • Quelques retours ingénues :

    (2) QUI COMPORTE UNE INDICATION IMMÉDIATEMENT VISIBLE À
        SA SURFACE STIPULANT QUE C’EST UN MATÉRIEL LIBRE

    ça peut être compliqué pour des petits médicaments : IMMÉDIATEMENT VISIBLE À SA SURFACE ET/OU SUR SON EMBALLAGE ?

    (3) QUE L’ON PEUT FABRIQUER AVEC DES TECHNIQUES
        COMMUNÉMENT ACCESSIBLES ...

    l'accessibilité des techniques est propre à un contexte (imprimante 3D pas si facile à trouver en Afrique ...), on peut fabriquer une chose avec des techniques pointues qui seront pê plus accessibles dans le futur : QUE L’ON PEUT FABRIQUER AVEC DES TECHNIQUES IDENTIFIÉES ?

    (8) ... OU SES ÉLÉMENTS 
        BREVETÉES ...

    pas très clair pour moi et contradictoire avec le point (9) ?

    (9) DONT TOUS LES COMPOSANTS MATÉRIELS SONT AUSSI DES
        MATÉRIELS LIBRES …

    ça me semble bien restrictif, une Raspberry Pi n'est pas un matériel libre, pas sur non plus pour les Arduinos (jeu d'instruction du microcontroleur, "marque" arduino), ... ce point pourrait limiter grandement les choses matérielles couvertes par cette licence, non ? Pas de suggestion pour l'instant

    (10)DONT LES PROCÉDÉS DE FABRICATION SONT AUSSI DES
        MATÉRIELS LIBRES …

    Il me semble qu'un procédé n'est pas un matériel, c'est un ensemble de processus qui s'appuient sur des matériels, non ? Je me demande aussi si ce n'est pas trop restrictif, un tour à bois, une perceuse sont souvent brevetés mais j'ai peut être mal compris

  • Merci @b01 pour tes remarques postées dans ton message numéro dafbe882 (comment 154454) .

    Voici en retour, un premier éclairage essentiel. Cet éclairage devrait te permettre de replacer tes remarques en perspective de l'objet de ce texte et de cette discussion. En effet, tes remarques sont pertinentes, mais hélas, elles ne le sont pas au regard de l'objet de ce texte et de cette discussion. Je reviens donc, ci-dessous, sur l'objet de ce texte et de cette discussion.

    J'ai rappelé l'objet de ce texte et de cette discussion, dans le message numéro: dafbe882 (comment 152103)

    Grosso modo: l'objet de ce texte et de cette discussion, n'est pas de penser à la rédaction d'une licence, mais d'écrire les titres d'un texte décrivant ce que devrait être un véritable matériel libre universel, en se plaçant dans la peau d'une personne qui serait face à un objet.

    RAPPEL DE L'OBJET DE CE TEXTE ET DE CETTE DISCUSSION:

    Voici, ci-dessous, le copié / collé du message numéro dafbe882 (comment 152103) rappelant l'objet de ce texte et de cette discussion.

    Le texte que nous commentons, est issue de discussions précédentes. Ces discussions précédentes, se trouvent ici: 3a662a17 . Ces discussions précédentes, commentaient la publication d'une des versions en cours de développement du texte de la licence FabLib. Dans ces discussions, il apparaissait qu'il serait bien de définir ce que c'est qu'un matériel libre, autrement qu'au travers des définitions de la licence. Pour répondre à cette demande, j'ai rédigé un texte qui défini ce que devrait être un matériel libre universel. Ce texte liste les caractéritiques d'un matériel libre. Il donne un résumé de quelques lignes pour chacune de ces caractéristiques. Chacun des textes résumés des caractéristiques, débute avec un titre. Chaque résumé de caractéristique porte un titre. Chaque titre doit se lire comme une sorte de condensé de chaque résumé. De la sorte, une personne peut survoler le texte, en ne lisant que les titres. La mise bout-à-bout de tous les titres peut se lire comme une longue phrase.

    Tu peux aussi parcourir le message numéro dafbe882 (comment 152536) qui donne d'autres indications sur le lien entre ce texte, et les futurs textes de licence.

    Cependant, voici quelques explications concernant les remarques que tu a postées

    POINT N°2:

    (2) QUI COMPORTE UNE INDICATION IMMÉDIATEMENT VISIBLE À SA SURFACE STIPULANT QUE C’EST UN MATÉRIEL LIBRE

    La suggestion actuelle (voir la fin du message numéro dafbe882 (comment 151991)) serait de remplacer par ce titre:

    • (2) AVEC LAQUELLE EST DÉLIVRÉE UNE INDICATION STIPULANT QUE C’EST UN MATÉRIEL LIBRE

    POINT N°3:

    (3) QUE L’ON PEUT FABRIQUER AVEC DES TECHNIQUES COMMUNÉMENT ACCESSIBLES ... l'accessibilité des techniques est propre à un contexte (imprimante 3D pas si facile à trouver en Afrique ...), on peut fabriquer une chose avec des techniques pointues qui seront pê plus accessibles dans le futur

    Tu trouveras une réponse dans le message numéro dafbe882 (comment 151950) où il est question de signifier qu'un matériel est libre, au sens libre d'un logiciel libre, lorsque l'on peut le fabriquer sans avoir à en passer par des techniques restreintes à un nombre de personnes. S'il est restreint à un nombre de personne alors, il est non libre. L'expression de cette obligation, est "avec des techniques communément accessibles". Ce n'est donc pas lié à un contexte particulier. Un matériel qui demande une imprimante 3D, n'est pas un matériel libre universel, car les imprimantes 3D ne se trouvent pas partout sur la planète de façon communément accessible.

    POINT N°8:

    (8) ... OU SES ÉLÉMENTS BREVETÉES ... pas très clair pour moi et contradictoire avec le point (9) ?

    Si des éléments du matériels sont des éléments brevetés, alors, ces éléments doivent avoit été transformés en matériel libre, soit en faisant tomber le brevet dans le domaine public, soit en publiant le brevet sous une licence libre. Ce faisant, ces éléments deviennent des matériels libres.

    POINT N°9:

    (9) DONT TOUS LES COMPOSANTS MATÉRIELS SONT AUSSI DES MATÉRIELS LIBRES … ça me semble bien restrictif, une Raspberry Pi n'est pas un matériel libre, pas sur non plus pour les Arduinos (jeu d'instruction du microcontroleur, "marque" arduino), ... ce point pourrait limiter grandement les choses matérielles couvertes par cette licence, non ? Pas de suggestion pour l'instant

    Tu peux lire le message numéro dafbe882 (comment 152037) au sujet du point (9). La réponse est "oui", c'est très restrictif. Ni les arduino, ni les raspberry pi ne semblent répondre à ce que devrait être un matériel libre, au sens stricte et puriste du terme. Mais ce n'est pas grave, car il ne s'agit pas d'écrire la licence, mais d'écrire ce que devrait être un matériel libre, au sens stricte et puriste du terme. Les licences devront moduler cette exigence.

    POINT N°10:

    (10)DONT LES PROCÉDÉS DE FABRICATION SONT AUSSI DES MATÉRIELS LIBRES … Il me semble qu'un procédé n'est pas un matériel, c'est un ensemble de processus qui s'appuient sur des matériels, non ? Je me demande aussi si ce n'est pas trop restrictif, un tour à bois, une perceuse sont souvent brevetés mais j'ai peut être mal compris

    Tu peux lire la fin du message numéro dafbe882 (comment 152037) en réponse à Max qui avait fait la même remarque à propos du mot "procédé".

    Il est envisagé de remplacer le mot "procédé" par le mot "DISPOSITIF", ce qui donnerait:

    • (10)DONT LES DISPOSITIFS DE FABRICATION SONT AUSSI DES MATÉRIELS LIBRES …

    Là aussi, il s'agit effectivement d'être restrictif. Et de rechercher la notion de matériel libre véritable, stricte et puriste, afin d'éviter que la fabrication ne soit restreinte à des techniques innaccessible (voir les messages évoqués plus haut)

    Merci encore @b01 , en espérant que cela donne un éclairage ...

  • ok @Antoine c'est éclairant, je me raccroche aux branches :)

  • bienvenu au club des gens qui se raccroche.;

    malheureusement, je ne vois pas de matériel qui pourrait satisfaire cette licence 'pure' libre des qu'il y a :

    -de l’électronique c'est mort ( impossible de faire une diode calibrée sans techniques plus ou moins avancées), un pcb complet... je me gausse. alors le coups des logiciels sur de l'hardware non libre..

    • des matériaux standards c'est mort, même un meuble en palette , nécessite des palettes issu de dispositifs non libres, alors du bois brut.. vive le buchcraft. et encore , pour aller chercher du bois et me le ramener..dispositif non libre pour mon cas. d’ailleurs dans le cas du logiciel, on peut parfaitement créer du logiciel libre avec des outils et des dispositifs non libres.

    sinon

    • comment je fais si il faut être plus de 1 pour fabriquer mon 'truc' libre ?

    -bon disons que je créer un caillou avec des arêtes tranchantes hyper efficaces pour couper du bois et que je lui appose la licence libre. comment je peut restreindre son utilisation ? pour des fin malveillance.. je veux pas faire du troll, je pose la question sur l'utilisation a posteriori et a priori de l'objet , es-ce hors sujet ou bien ?

    • le point 8 permet À ÊTRE FABRIQUÉE, COPIÉE, DISTRIBUÉE, MODIFIÉE, Y COMPRIS POUR CE QUI CONCERNE SON APPARENCE, SON ORNEMENTATION avec des dispositif non libres,donc en contradiction avec le point 7

    • le point 8 permet AUTORISÉE À ÊTRE FABRIQUÉE, COPIÉE, DISTRIBUÉE, MODIFIÉE [...] SES ÉLÉMENTS BREVETÉES ... dont en contradiction avec le point 9 : DONT TOUS LES COMPOSANTS MATÉRIELS SONT AUSSI DES MATÉRIELS LIBRES …

    a plus

  • Merci @iel pour ces commentaires perspicaces que tu as postés dans ton message numéro dafbe882 (comment 154501) .

    Je vais essayer de reformuler les portions de tes messages, pour être sûr de bien les comprendre comme il le faut. Et d'y apporter des éclairages éventuels.

    ///// 1er tronçon de ton message:

    bienvenu au club des gens qui se raccrochent.;

    Tu laisses entendre que tout cela n'est vraiment pas évident à comprendre. Arghhh ... il est vrai que cette discussion est longue et fournie. Tu as raison. Cependant, j'ai du mal à imaginer comment nous pourrions échanger à distance, par phrases compréhensibles par tout le monde, sans en passer par ce genre de longue discussion.

    ///// 2ème tronçon de ton message:

    je ne vois pas de matériel qui pourrait satisfaire cette licence 'pure' libre

    Si je comprends bien, tu te places ici dans le cas où ces caractéristiques seraient transformées en texte juridique de licence.

    Il est tout à fait exact de penser qu'il est envisagé que ces caractéristiques soient transformées en texte légal de licence. Cependant, les caractéristiques sont ici des titres résumant leurs descriptifs, exprimées de façon non-juridiques. L'expression de ces caractéristiques s'entend ici, déconnectée d'un texte juridique.

    ///// 3ème tronçon de ton message:

    malheureusement, je ne vois pas de matériel qui pourrait satisfaire cette licence 'pure' libre des qu'il y a :

    -de l’électronique c'est mort ( impossible de faire une diode calibrée sans techniques plus ou moins avancées), un pcb complet...

    Si je comprends bien, tu te dis que, comme il est quasi-impossible de produire un composant électronique avec des techniques communément accessibles, alors, cela exclus tous les objets constitués d'électroniques du champs des matériels libres (au sens de ces caractéristiques).

    C'est effectivement un point sensible. Tant qu'un composant électronique ne peut pas être fabriqué avec des techniques communément accessibles, alors, il ne peut pas être considéré comme un martériel libre (au sens de ces caractéristiques). Et il ne peut entrer dans la composition d'un matériel libre (au sens de ces caractéristiques). C'est effectivement une des conséquences.

    je me gausse.

    J'ai du mal à interpréter ... Je n'arrive pas à savoir si tout cela t'ennuie, si tu trouves ça risible, etc ... Si c'est le cas, je être plus vigilant à ne pas t'opportuner par mes sollicitations (si c'est le cas, je m'en excuse).

    alors le coups des logiciels sur de l'hardware non libre..

    Ah oui, je crois comprendre ce que tu signifies. Tu fais référence aux personnes qui pensent que l'on ne peut pas utiliser de logiciels libres, sur des ordinateurs non-libres. Et tu fais un parallèle avec l'exigence de matériel libre si tous ses composants et tous ses dispositifs de fabrications sont libres. Et tu émets un doute sur cette logique.

    Encore une fois, il ne s'agit pas de décrire quelque chose qui devrait nous permettre de fabriquer des choses sous l'estampillage matériel libre, en prenant en compte les contraintes de notre environnement. Mais il s'agit de faire le contraire. Il s'agit en effet, de rédiger un texte permettant de décrire ce que devrait être un véritable matériel libre universel, sans se préoccuper ni des textes de lois, ni des possibilités matérielles, ni de l'environnement.

    malheureusement, je ne vois pas de matériel qui pourrait satisfaire cette licence 'pure' libre des qu'il y a: .../..;

    • des matériaux standards c'est mort, même un meuble en palette , nécessite des palettes issu de dispositifs non libres, alors du bois brut.. vive le buchcraft. et encore , pour aller chercher du bois et me le ramener..dispositif non libre pour mon cas.

    Tu penses donc que les palettes, sont des dispositifs non-libres. Pourtant, si tu arrives à expliquer comment fabriquer du métal, comment le transformer en plaque après l'avoir fait fondre, comment couper des bouts pour en faire des dents, comment l'utiliser comme scie pour couper un arbre, alors, tu es devant un matériel libre potentiel. C'est un très bon exemple. Car cela revient à dire, que la notion de matériel libre, est intriquement liée à l'obligation de "revoir toute la connaissance de fabrications à zéro", de la remettre à plat, et de la rendre accessible, en partant des choses les plus simples. C'est effectivement une des conséquences directes.

    d’ailleurs dans le cas du logiciel, on peut parfaitement créer du logiciel libre avec des outils et des dispositifs non libres.

    Tu fais référence ici, au fait que dans le cas des logiciels libres, certaines personnes tolèrent que l'on puissent créer des logiciels libres avec des logiciels, des ordinateurs, des circuits électroniques, qui ne seraient pas libres.

    C'est ce que certaines personnes pensent ou tolèrent. D'autres sont moins permissives et suggèrent qu'un logiciel libre doit être produit à partir d'une chaîne de dispositifs libres. D'où l'intérêt de tenter d'écrire des caractéristiques de véritable matériel libre universel qui permettrait de faire se rejoindre la notion de véritable logiciel libre avec la notion de véritable matériel libre.

    Dans le cas des codes de logiciels, tu peux les écrire sur les murs d'une caverne avec un bon silex. Ou sur du sable avec un bâton. Ce ne sont que des signes. Des codes.

    Dans le cas du matériel fabriqué, il s'agit d'objets matériels fabriqués avec des composants (d'autres objets matériels, de la matière transformée, des logiciels incorporés, de la documentation, et même parfois des services associés). Ces choses ne sont pas issues de rien. Il faut bien les fabriquer.

    Le code est une sucession de signes. Le matériel est une agglomération d'objets.

    Un code logiciel libre ne peut inclure un code propriétaire qui ne satisfait pas aux exigences de logiciel libre.

    De la même façon, un matériel libre, ne peut inclure d'objet qui ne satisfont pas aux exigences de matériel libre.

    Un code logiciel peut s'écrire avec un bâton sur du sable.

    De la même façon, un matériel libre doit pouvoir se fabriquer avec des techniques communément accessibles.

    ///// 4ème tronçon de ton message:

    sinon

    • comment je fais si il faut être plus de 1 pour fabriquer mon 'truc' libre ?

    Tu veux dire, que puisque pour fabriquer ton truc, il faut faire appel à plusieurs personnes pour y arriver, alors cela revient à restreindre sa fabrication, et donc cela revient à considérer que ton truc n'est pas libre? C'est bien cela?

    Si c'est cela que tu signfies, j'aurais tendance à penser, mais je me trompe peut-être, que si les techniques sont communément accessibles, alors, cela entre dans le cadre du matériel libre (selon les caractéristiques discutées ici), même s'il faut être plusieurs personnes. Non ?

    ///// 5ème tronçon de ton message:

    -bon disons que je créer un caillou avec des arêtes tranchantes hyper efficaces pour couper du bois et que je lui appose la licence libre. comment je peut restreindre son utilisation ? pour des fin malveillance.. je veux pas faire du troll, je pose la question sur l'utilisation a posteriori et a priori de l'objet , es-ce hors sujet ou bien ?

    Tu poses ici la question de limiter ou non, l'utilisation de l'objet réalisé sous l'estampillage matériel libre, à des utilisations innoffensives pour l'homme et son environnement. Et tu te demandes si c'est le sujet de ce texte de caractéristiques et de cette discussion.

    Cette remarque est importante. Mais elle doit s'envisager de façon déconnectée de ce texte de véritable matériel libre, et de cette discussion.

    De mon côté, j'ai opté pour imaginer que ce sera une variante de licence de matériel libre, incluant une clause d'innoffensivité, dans un mécanisme silimaire aux Creative Commons. Dans le même ordre d'idée, on trouverait aussi les variantes avec clause de réciprocité.

    ///// 6ème tronçon de ton message:

    le point 8 permet À ÊTRE FABRIQUÉE, COPIÉE, DISTRIBUÉE, MODIFIÉE, Y COMPRIS POUR CE QUI CONCERNE SON APPARENCE, SON ORNEMENTATION avec des dispositif non libres,donc en contradiction avec le point 7

    Je reformule ce que tu écris: comme le point 8 autorise la présence d'éléments qui sont couverts par des brevets ou des droits de dessins et modèles, alors, cela est en contradiction avec le point 7, dont l'expression actuelle proposée est: "(7) DONT LES MODIFICATIONS PASSÉES OU À VENIR, FONT OBLIGATOIREMENT L’OBJET DE LA PRODUCTION D’UNE DOCUMENTATION, SOIT RELEVANT DU DOMAINE PUBLIC, SOIT PUBLIÉE SOUS DES CONDITIONS COMPATIBLES AVEC LA DERNIÈRE VERSION DE LA LICENCE GNU-GPL, SOIT PUBLIÉE SOUS DES CONDITIONS COMPATIBLES AVEC LES CONDITIONS DE PUBLICATIONS DE LA DOCUMENTATION INITIALE" - voir le message numéro dafbe882 (comment 153101)

    Il me semble, que ce n'est pas "en contradiction". Mais cela permet justement de dire, que si il y a des composants brevetés (ou brevetables, ou équivalents) alors, ces derniers doivent avoir été "ouverts" (publiés sous termes libres) de telle façon à pouvoir les modifier, etc ... Sinon, ils ne peuvent pas être "utilisés.

    ///// 7ème tronçon de ton message:

    le point 8 permet AUTORISÉE À ÊTRE FABRIQUÉE, COPIÉE, DISTRIBUÉE, MODIFIÉE [...] SES ÉLÉMENTS BREVETÉES ... dont en contradiction avec le point 9 : DONT TOUS LES COMPOSANTS MATÉRIELS SONT AUSSI DES MATÉRIELS LIBRES …

    Là aussi, si les éléments brevetés sont "libérés" alors ils deviennent matériel libre, et cela n'est pas en contradiction. Mais si ces éléments brevetés ne sont pas "libérés" alors il ne peuvent pas être des matériels libres, ni entrer dans la composition d'un matériel libre.

    Un brevet peut très bien être placé sous licence libre. C'est d'ailleurs une des seules façons de faire lorsque l'on créé une innovation et que l'on n'a pas la possibilité de la rendre publique de façon officiellement reconnue par un tribunal.

    Piou ... je doute que tout cela ne participe à un éclairage allégé ... mais bon, il me semble que ces discussions sont importantes.

    Merci @iel pour ces remarques.

    Edited by AntoineC.
  • Je rebondie sur les derniers échanges.

    Il est vrai que vu la complexité du sujet et des échanges, il est facile de perdre des yeux l'objectif initial du texte : "Quelles sont les caractéristiques d'un véritable matériel libre ?". Ici, je l'avais oublié, l'adjectif "véritable" à le sens de "idéal", "conceptuel", "abstrait", voir "utopique" ?

    Je voudrai rappelé encore une fois qu'il y a certains points trop vague qui laisse trop la place à l’interprétation : comme "technique communément accessible". Chacun n'imagine pas le même ensemble de techniques communément accessible. J'aurai tendance à penser désormais que l'impression 3D et la découpe laser sont des techniques communément accessibles, quand des chinois penseront peut être que certains circuit électronique sont communément accessibles, car le moindre fondeur au coin de la rue peut en fabriquer.

    Ensuite, à la vue des derniers échanges avec BenJ et Gaziel, je pense qu'il y aura forcément des techniques de fabrication peu accessible, car trop lourde ou trop complexe à mettre en oeuvre par tout un chacun (de la grosse chimie nécessitant des très forte pression ou très haute température par exemple, ou encore de la fonderie, ...). Néanmoins, ces techniques pourraient être communément proposés par des industriels à leur voisins, à des coups "raisonnables" deviendraient elles alors "communément accessibles" ? De fait, je me demande si un ordinateur pourra un jour devenir un véritable matériel libre, ou bien est-ce impossible ? Peut être les ordinateurs ayant 20 ans de retard peuvent devenir de véritable matériel libre ? Il me semble qu'en l'état une fracture va se créé entre les catégories d'objets pouvant être de "véritable matériel libre" et les autres ne pouvant l'être que très difficilement. Du coup, je me demande si cela ne va pas à l'encontre de la notion de matériel libre qui aurait pour vocation d'être universel ?

    Qu'en penses-tu Antoine ? La "pureté" du "véritable matériel libre" ne serait-elle pas un frein à l'adoption du matériel libre ? Ne faudrait-il pas inclure de la souplesse avec des choses fabriquées élémentaires non libre mais tellement commune que pouvant être considéré quasiment comme une matière première, ou jouir d'un statut spécifique prévu ?

  • Merci @mxbossard pour ces retours et ces interrogations légitimes que tu émets dans ton message ci-dessus, numéro dafbe882 (comment 154583)

    Rappelant les échanges précédents avec @iel et avec @b01 , et posant de nouveau des interrogations sur le terme pas assez explicite "techniques communément accessibles", tu termines ton message par une question générale (qui m'est adressée):

    .../... Qu'en penses-tu Antoine ? La "pureté" du "véritable matériel libre" ne serait-elle pas un frein à l'adoption du matériel libre ? Ne faudrait-il pas inclure de la souplesse avec des choses fabriquées élémentaires non libre mais tellement commune que pouvant être considéré quasiment comme une matière première, ou jouir d'un statut spécifique prévu ?.

    Pour être certain de ne pas faire d'erreur de compréhension, je reformule, dis-moi si je me trompe.

    Tu émets l'idée qu'à force de monter la barre trop haut en matière d'exigences dans une définition trop "jusque-boutiste" de la notion de "véritable" matériel libre, on risque d'arriver à la conclusion que de fabriquer un tel objet devient impossible, et ne sera par conséquent jamais utilisé. Et tu suggères que l'on propose des possibilités de réduire ces niveaux d'exigences, pour que cette notion de matériel libre, puisse devenir une réalité opérationnelle, utilisée, utilisable.

    Je te donne mon avis en quelques mots.

    Et bien je dirais ... que tu as tout à fait raison, et que c'est exactement en ce sens que cet exercice de définition de véritable matériel libre universel est conçu.

    Je m'explique ci-dessous, rapidement.

    En poursuivant cette expérimentation de définition de véritable matériel libre universel, en plaçant la barre à son paroxisme, et en transformant le tout en un texte de licence du type de la dernière version de la FabLib (doc+log sous licence libre, et fab sous termes libres), nous devrions aboutir à la conclusion qu'il est très difficile d'atteindre ce niveau d'exigence dans la réalité des activités de fabrications.

    Et nous devrions avoir envie de proposer d'autres textes de licences, avec des niveaux d'exigences inférieures.

    Cela ne nous rappelle rien?

    À bien y regarder, cela ressemble à la logique des Licence Creative Commons. Entre la CC0 et la CC-BY-ND-NC, il y a un monde en terme d'exigences. Et, dans mon idée, ce serait de réaliser la même chose. Une FabLib-00 qui serait alignée avec la définition de véritable matériel libre universel, et d'autres variantes FabLib qui seraient moins exigentes (plus permissives).

    Dès lors, quelles seraient les variantes de licences possibles?

    D'après nos échanges, on voit se confirmer des critères segmentant. Il faudra sans doute les affiner. Mais on distigne des variantes possibles de licences, avec par exemple, des critères de type:

    • variante 00: alignée avec la définition de véritable matériel libre universel
    • variante DF-NL: dispositifs de fabrications non libres autorisés
    • variante EI-NL: éléments incorporés non libres autorisés
    • variante FI: fabrications inoffensives seulement
    • variante RCP: avec réciprocité
    • variante CL: respect des cultures locales en terme de propriété intellectuelle

    À partir d'une défition de véritable matériel libre universel, on étalonne des variantes de licences plus ou moins permissives, comme le font les variantes de la GPL ou des Créative Commons

    En ré-écrivant ce que serait un véritable matériel libre universel, on créé un étalon. Et à partir de cet étalon, on va rédiger des licences qui pemettront tout à chacun de générer des matériels libres en fonction de sa configuration.

    Nous aboutirons à des degrés de matériel libre. Chaque variante de licence permettant de s'y retrouver (un peu comme le font les creative commons).

    Qu'en pensez vous ? on est sur le bon chemin, non?

    Edited by AntoineC.
  • Soit, je comprend l'idée. Néanmoins, avec les exemples de variantes que tu propose, j'entrevois un premier problème : avec DF-NL ou EI-NL, tu met sur le même plan un matériel libre composé d'un Arduino et un matériel libre composé d'un iphone. Est-ce que je me trompe ? Pourtant, il me semble que de tels fabrications sont philosophiquement très éloignées.

    Ce que j'essaye d'exprimer, c'est qu'il y aura probablement toujours des techniques, ou des éléments non libres. Pour autant, il ne sont pas tous égaux dans la privation qu'ils apportent. On le voit aujourd'hui, un Arduino ou un Raspberry disposent d'énormément d'avantages par rapport à d'autres outils complètement fermés. Or cela ne semblent pas se refléter dans ce que tu propose.

    Edited by Maxime BOSSARD
  • @mxbossard , en référence à ton message ci-dessus: dafbe882 (comment 154628)

    Rapidement pour éviter toute confusion:

    Je voulais juste donner des exemples de variantes, à titre d'exemple. J'aurais tout aussi bien pu donner comme variantes: FB, pour seules des fabrications de couleur bleue; FR, pour seules des fabrications de couleur rose. C'était juste pour signifier qu'avec nos échanges, on entrevoit des choses qui segmentent et qui pourront servir pour aboutir à des variantes. Mais tout cela reste à déterminer. Comme tu le soulignes, il y a des choses qui restent à penser.

    Ensuite, ce que je propose ici, si vous en êtes d'accord, c'est de se focaliser sur la rédaction d'un texte d'étalonnage du matériel libre, au niveau 00, c'est à dire, au niveau le plus exigent. Et c'est l'objet de la publication de ce texte de cette page et de la discussion que nous avons.

    Nous examinons actuellement, les titres de cette description du véritable matériel libre universel. Il nous faudra ensuite, examiner le contenu de chacune de ces sections.

    Nous verrons dans d'autres discussions, qu'elles pourraient être les variantes de licences qui en découlent.

    Ce serait ma proposition. D'abord la production du texte Véritable Matériel Libre Universel, puis les variantes de licences.

    Edited by AntoineC.
  • /Qu'en pensez vous ? on est sur le bon chemin, non?/

    oui :)

    Edited by AntoineC.
  • D'accord, mais de mon point de vue, il faut donc retirer tout le flou du genre "communément accessible" et le remplacer par un terme du genre "véritable procédé libre", ou "véritable dispositif libre" qui disposerait également d'une petite définition se rapportant à du "véritable matériel libre".

    De plus, si tu pense que l'adjectif "véritable" est le bon, il serait bien également de préciser rapidement le sens, car dans "véritable", j'entend qui existe véritablement. Il me semble que d'autres adjectifs collerait mieux du genre (en vrac) : canonique, idéal, profond(ément), intégral(ement), complet(ement), total(ement), hypothétique(ment), ... ex: Matériel Profondément Libre ou Matériel Libre Total, qui ne sous entend pas une existence systématique, mais plutôt hypothétique.

  • merci d'avoir mis des mots sur ma pensée

  • Merci @mxbossard pour ton ajout de commentaire dans ton message numéro dafbe882 (comment 154660).

    Je reformule ce que tu as posté.

    1. Tu milites de nouveau pour que le terme "communément accessible" essentiellement utilisé dans le titre numéro (3) (cf: (3) QUE L’ON PEUT FABRIQUER AVEC DES TECHNIQUES COMMUNÉMENT ACCESSIBLES), soit retiré car trop flou selon toi, et pour le remplacer par un terme moins flou.
    2. Tu préfèrerais remplacer le terme "véritable" par d'autres termes, car tu penses que ce terme induit "qui existe véritablement" et ce ne serait pas ce qu'il faudrait sous-entendre.

    Sur le terme "communément accessible"

    Bon ... d'un côté, il est tout à fait clair que le terme "techniques communément accessibles" est tout à fait approprié à ce qu'il est censé signifier. Et de l'autre, il semble vous déranger grandement. Je ne sais pas si nous pourrons trouver quelque chose pour remplacer ce que veut dire ce terme par un terme qui signifierait la même chose. Une chose est certaine, le terme "véritable procédé libre" ne signfie aucunement la même chose. Personnellement, je continue à penser que ce terme convient pour ce qu'il est censé signifier. Maintenant, que cette chose qu'il est censé signifier, génère un problème, c'est un autre sujet qui diffère du remplacement du terme en lui-même.

    Je n'arrive pas à savoir ce qui dérange. Est-ce la notion que ce terme sous-entend, ou est-ce une histoire de vocabulaire inaproprié. Il est évident, que ce terme englobe un large panel de situations. C'est pourquoi il est très approprié. Car c'est ce qu'il doit générer. Un vaste champ des possibles de techniques, qui seraient communément accessibles au grand public sans trop d'efforts. Bref, tu prends ton véhicule préféré, tu vas dans la ville moyenne la moins éloignée, et tu y trouves la technique communément accessible pour toi et le grand public en général dans le coin où tu crèches, et partout ailleurs dans des villes de moyenne importance. C'est de ça dont il s'agit. Alors bien sûr, on voit tout de suite que les curseurs peuvent varier d'un endroit à l'autre, d'une époque à l'autre, etc ... Et chaque territoire de moduler le curseur, avec en ligne de mire la situation planétaire globale par rapport à cette technique.

    Il faudrait voir si nous arrivons à trouver mieux, ou bien devrions nous essayer de satisfaire de ce terme, qui rappelons le, en l'état, signifie très bien ce qu'il est censé signifier: "le niveau de savoir commun" et "la possibilité d'y avoir accès".

    Cependant, je suis bien conscient que ce terme est sacrément tentaculaire

    Sur le terme "véritable"

    Je n'ai pas vraiment d'avis sur la question. L'idée est d'évoquer ce que devrait être la véritable notion de matériel libre, c'est à dire, la définition qui serait la plus "juste" (au sens de la moins erronnée). Peut-être le terme "juste" serait plus approprié? À voir ... ?

    Bon, je ne sais pas trop quoi en penser ...

  • bonsoir

    j'ai l'impression qu'il faut dé-corréler outils et les process de la chose fabriqué.

    tant qu'il sonts complètements documentés peu importe la complexité de la production de la chose ( j'entend bien l'argument de non libre car non accessible) mais la documentation doit être exigeante à sont plus bas niveau possible et permettre même de faire des objets qui sont complexes.

    et donc la Licence Ouverte Et Libre (LoL) devrais se focaliser sur les droits et devoir des utilisateurs / fabriqueurs

  • Bonsoir @iel . Merci pour cette contrib' dans ton message ci-dessus.

    J'avoue ne pas arriver à comprendre ce que tu mentionnes.

    Ta remarque semble orientée vers la rédaction d'une licence, mais pas vers la rédaction de la définition de ce que devrait être un matériel libre, indépendamment d'une quelconque licence. C'est ça?

    Si c'est le cas, alors, il faut noter ces idées pour le moment où nous tenterons de revenir vers la rédaction de licences permissives (Une licence LoL, ça fait pas sérieux ... Licence ouverte et Libre pour Matériel Démocratique Révolutionnaire, c'est un peu plus sérieux, ça fait: LoL-MDR).

    Mais pour l'heure, il s'agit "seulement" de terminer l'expression des titres de la définition de la notion de matériel libre, dans sa version dure, exigeante, ultime. Je te dis pas ce que ça va être quand il va s'agir de commenter chaque contenu de chacun de ces titres ... Je vais imploser ...

  • Licence ouverte et Libre pour Matériel Démocratique Révolutionnaire, c'est un peu plus sérieux, ça fait: LoL-MDR). mais COMMENT T'es TROP FORT ! adopté !

    que devrait être un matériel libre=> j'ai l'impression que c'est un peu comme la différence entre logiciel libre et/ou openscource.... c'est au createur / organisme rataché a ses notions, qui décrète qu'ils le soit ou non.

    un matériel que j'ai créé est libre , parque je l'ai dit ainsi ; après se pose les questions de recreation-left qui.... en fait je viens de comprendre..

    oki

    déterminons la chose libre ultime...

    Desolé pour le bruit.

    En cas d'implosion, il diminuer la pression.En général par une soupe de sécurité, genre l'humour.

  • @mxbossard , je reviens sur le mot véritable, selon ton message précédent numéro dafbe882 (comment 154660)

    J'ai cherché des synonymes existant aux mots que tu proposes pour voir, notamment en utilisant le site des synonymes du Centre de Recherche Inter-langues sur la Signification en COntexte CRISCO de l'université de Caen.

    Voici, ci-dessous, la liste que j'ai pu détecter.

    Je pencherais pour le mot "absolu", dont la définition donnée par le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales - CNRTL) est la suivante:"Dont l'existence ou la réalisation ou la valeur est indépendante de toute condition de temps, d'espace, de connaissance, etc"

    Liste des synonymes au regard des mots proposés pour remplacer véritable:

    idéal: parfait modèle sublime abstrait exemplaire imaginaire absolu consommé immatériel perfection transcendant accompli chimérique complet

    canonique: normatif orthodoxe règlementaire obligatoire conforme régulier réglé exact normal authentique convenable

    véritable: véridique authentique vrai réel avéré sincère sûr incontestable tangible exact indubitable irréfragable fidèle franc historique juste

    intégral intégrant plénier global in extenso complet total entier tout plein absolu

    complet: entier total achevé absolu intégral parfait accompli franc abouti bondé exhaustif terminé unanime bourré consommé fieffé

    total: entier complet somme global intégral absolu nombre sans restriction sans réserve unanime totalité chiffre radical tout compte général

    général: unanime collectif d'ensemble global universel commun amiral chef-fe généralissime générique homme de guerre synoptique commandant international stratège total

  • Je reviens sur la remarque de @mxbossard sur le point (0) (voir le commentaire numéro dafbe882 (comment 151933)), remarque que je copie/colle ci-dessous:

    numéroté de 0 à 11, cela fait 12 caractéristiques. Y a-t-il une raison à indiqué seulement 11 caractéristiques ? Ou de commencer à 0 ? La caractéristique 0 n'en est pas une ?

    Pour rappel, le point (0) est écrit de la façon suivante:

    (0) C’EST UNE CHOSE MATÉRIELLE À LA QUELLE S’APPLIQUENT
        LES PRINCIPES DES LOGICIELS LIBRES, MAIS DE FAÇON 
        ADAPTÉE POUR LA FABRICATION DE CHOSES 
        MATÉRIELLES...

    C'est vrai que le point zéro n'est pas vraiment une caractéristique. C'est juste un paragraphe d'introduction. Ce paragraphe aura pour vocation de rappeler succinctement, l'idée de portage depuis les pratiques du Logiciel Libre vers le Matériel Libre.

    Comme @mxbossard le remarque, ce n'est pas une caractéristique, et sa numérotation (0) peut être mal perçue. La numéro (0) était un clin d'oeil fait à la loi des robots de Asimov, et aux caractéristiques des logiciels libres d'après la FSF, dont les premiers items portent le numéro (0).

    Si nous devions changer, que diriez vous de remplacer le chiffre (0) par le mot (intro) ou (rappel). Cela donnerait:

    PROPOSITION DE MODIFICATION DU POINT (0):
    -----------------------------------------
    (intro) ou (rappel)
        C’EST UNE CHOSE MATÉRIELLE À LA QUELLE S’APPLIQUENT
        LES PRINCIPES DES LOGICIELS LIBRES, MAIS DE FAÇON 
        ADAPTÉE POUR LA FABRICATION DE CHOSES 
        MATÉRIELLES.

    Qu'en pensez-vous?

    Edited by AntoineC.
  • Au sujet du terme "véritable", comme le souligne @mxbossard (voir les différents commentaires numéros, dafbe882 (comment 154583), dafbe882 (comment 154660) et dafbe882 (comment 155260)), il semble pertinent d'employer un autre terme.

    Pour rappel le titre est le suivant:

    LES 11 CARACTÉRISTIQUES RÉSUMÉES 
    D’UN VÉRITABLE MATÉRIEL LIBRE :

    Au regard des discussions, les modifications suivantes pourraient-elles être acceptables ?:

    LES 11 CARACTÉRISTIQUES RÉSUMÉES 
    D’UN MATÉRIEL LIBRE IDÉAL ABSOLU,
    EXPRIMÉES SOUS UNE FORME CANONIQUE

    La signification du mot canonique est tout à fait adaptée, mais je me demande si ce mot est explicite pour les quidams et quidames que nous sommes ...

    Une idée ?

    Edited by AntoineC.
  • Hello @Antoine,

    Au sujet de ton commentaire dafbe882 (comment 156535), je n'avais aucune des 2 références. C'est peut être un défaut professionnel, mais lorsqu'une numérotation commence à 0, je vérifie toujours que la quantité affiché correspond à celle annoncée, et du coup cela me fait tiquer quand ce n'est pas correcte, surtout pour un texte officiel. Si c'est une introduction, je pense qu'il faudrait l’énoncé de préférence avant la liste et pas dans la liste numéroté. Mais je ne vois pas bien en quoi ce n'est pas une caractéristique comme les autres ?

    Au sujet de ton commentaire dafbe882 (comment 156543), effectivement, dans mon metier (informatique), j'ai souvent l'habitude d'utiliser ce terme, mais surtout en anglais. Effectivement, dans mon esprit il ne revêt que faiblement l'aspect religieux. Il faudrait voir avec d'autres personnes si il est bien compris. Il faut y voir le sens canon de beauté par exemple.

  • @mxbossard

    je n'avais aucune des 2 références

    Mille excuses Maxime. J'aurais du l'indiquer plus tôt. Pour la petite histoire, je te glisse ci-dessous une image de copie d'écran du site internet du meta-projet des petites éoliennes sur lequel tu peux y lire une variante libre de l'application de la loi des robots de assimov pour les projets de matériels libres. 4-lois-voosilla

    J'en profites aussi pour glisser ici, l'URL du guide des pratiques contributives que j'avais essayé de rédiger à l'époque, et qui me semble encore assez complet et opérationnel (URL: http://fr-voosilla.ouvaton.org/Incubation/DevSite/Actuel/Lib-Voosilla-PropPratiqContrib.html).

    Dans ton message n° dafbe882 (comment 156790) tu dis aussi au sujet de la caractéristique (0): "Mais je ne vois pas bien en quoi ce n'est pas une caractéristique comme les autres ?". Ta remarque me fait réfléchir. Hummm ... ce serait une caractéristique, au sens où elle apporte un élément de description? On y apprend qu'un matériel libre, est le pendant du logiciel libre pour les fabrications matériel, c'est vrai que cela pourrait très bien être considérée comme une caractéristique préalable. Ton idée est pas mal. Merci. Cela veut-il dire que l'on pourrait la garder en lui appliquant le numéro (0)?

    Pour le mot "canonique" (également dans ton message dafbe882 (comment 156790)) je vais demander autour de moi. Je ne sais pas si on pourrait écrire: EXPRIMÉ DANS SA BEAUTÉ TOUTE NUE ou SON PLUS SIMPLE APPAREIL. Sait-on jamais, cela pourrait faire du buzz, tu crois? (votre avis @all ?)

    Sources:

  • Je constate qu'ici, pour les lois voosilla la numérotation commence à 0 et que tu dénombre bien 4 points différents et non 3.

  • Mais tu as bougrement raison. Donc, si le point (0) est maintenu, alors, il faudrait écrire, comme tu l'a suggéré depuis le début sur ce fil de discussion, 12 caractéristiques, et pas 11. Gnarf! Je ne comprends que maintenant ce que tu voulais signifier. Désolé. Merci pour ce rappel.

    Donc si ce point (0) est maintenu, alors il faut écrire 12 caractéristiques, et si il n'est pas maintenu, alors, il faut écrire 11 caractéristiques. Quand bien même la dernière caractéristique porte le numéro 11 dans les deux cas. OK, partons sur cette logique. Merci encore.

  • Bonjour à toutes et tous ( @all )

    En vertu de notre discussion, voici, ci-dessous, une proposition de ré-écriture simplifiée de l'ensemble du texte discuté. Cette ré-écriture essaye de prendre en compte les remarques.

    Si ce texte complet vous convient, je vous propose que je publie cette nouvelle version.

    Q: cela-vous convient-il?

    Les principales modifications proposées sont les suivantes:

    • (a). Raccourcissement des titres pour faciliter la lecture
    • (b). Modification de l'ordre pour faciliter la logique de lecture
    • (c). Modifications relatives à la discussion

    Ma proposition de texte complet modifié simplifié

    /////////////////////////////////////////////////////
      LES 11 CARACTÉRISTIQUES RÉSUMÉES 
      D’UN MATÉRIEL LIBRE IDÉAL ABSOLU
      V00-01-REV01
    /////////////////////////////////////////////////////
    
    
    // SOMMAIRE /////////////////////////////////////////
    
    A. INTRODUCTION : LA NOTION DE MATÉRIEL LIBRE
       S’INSPIRE DES LOGICIELS LIBRES
    
    
    B. LA LISTE DES 11 CARACTÉRISTIQUES APPLICABLES À 
       LA NOTION DE MATÉRIEL LIBRE IDÉAL ABSOLU
    
       (01) C’EST UNE CHOSE FABRIQUÉE (EXTRAITE,
            TRANSFORMÉE, ASSEMBLÉE, PRODUITE)
    
       (02) QUI EST DÉLIVRÉE AVEC UNE INDICATION STIPULANT
            QUE C’EST UN MATÉRIEL LIBRE
    
       (04) QUI EST DÉLIVRÉE AVEC UNE DOCUMENTATION
            PERMETTANT DE TOUT SAVOIR SUR CETTE CHOSE 
            FABRIQUÉE
    
       (05) DONT LA DOCUMENTATION DOIT ÊTRE LIBRE
    
       (06) DONT LES LOGICIELS DOIVENT ÊTRE LIBRES
    
       (07) DONT LES MODIFICATIONS FONT L’OBJET D’UNE
            DOCUMENTATION LIBRE
    
       (09) DONT TOUS LES COMPOSANTS MATÉRIELS SONT AUSSI
            DES MATÉRIELS LIBRES
    
       (10) DONT LES DISPOSITIFS NÉCESSAIRES À SA
            FABRICATION SONT AUSSI DES MATÉRIELS LIBRES
    
       (03) QUE L’ON PEUT FABRIQUER AVEC DES TECHNIQUES
            COURANTES ET ACCESSIBLES
    
       (08) QUI EST AUTORISÉE À ÊTRE FABRIQUÉE, COPIÉE,
            DISTRIBUÉE, MODIFIÉE
    
       (11) ET QUI, LORSQU'ELLE EST INCORPORÉE À UN
            DISPOSITIF, DOIT RESTER ACCESSIBLE, AINSI QUE SA 
            DOCUMENTATION 
  • Hi @Antoine,

    Ca me parait pas mal du tout. Chouette travail de concision ! Je vais l'envoyer autour de moi pour voir ce que ça donne.

    Je remarque tout de même que le point 3 est toujours aussi vague, ce qui continue de me chagriner. Et je trouve que le point 11 est mal formulé, je trouve que le bout à propos de la documentation sonne mal. De plus, je pense que la difficulté de ce point réside dans le terme "accessible" qui il me semble peut prêter à confusion, mais je ne sais pas par quoi le remplacer. J'ai du mal à imaginer la limite de l'accessibilité.

    Pour tenter de mieux faire sonner la phrase, je te propose des tournures alternatives dont le sens diffère un peu : "(11) ET QUI DOIT RESTER ACCESSIBLE AVEC SA DOCUMENTATION" ? Ou bien : "(11) ENFIN, DONT TOUS LES COMPOSANTS MATÉRIELS, LOGICIELS ET DOCUMENTAIRES DOIVENT RESTER ACCESSIBLES" ? "(11) DONT L'ACCESSIBILITE DOIT ETRE PRESERVE MEME APRES AVOIR ETE INCORPORE A UN DISPOSITIF TIERS"

    Soit dit-en passant, en réfléchissant sur ce point, je pense à un cas particulier : Dans la nature, il existe des procédés de création irréversible, comme la confection d'un gâteau par exemple. Une fois le gâteau cuisiné, je ne peux plus accéder aux ingrédients. Si je fais le parallèle avec le point 11, on peut alors imaginer que ce point interdisent certaines créations qui feraient disparaître un matériel libre (le rendant inaccessible).

    En y réfléchissant, je m'aperçois que du fait de la caractéristique 11, tous les composants d'un matériel libre sont de fait accessible et doivent le demeurer. Vu que dans le point 11 tu précise "AINSI QUE SA DOCUMENTATION", cela veut il dire que tu considère que la documentation n'est pas un composant du matériel libre ? Je propose d’étoffer les points 5 et 6 ainsi : '(5) DONT LA DOCUMENTATION DOIT DEMEURER LIBRE ET ACCESSIBLE' '(6) DONT LES LOGICIELS DOIVENT DEMEURER LIBRES ET ACCESSIBLES'

    Le point 11 pourrait alors être : "(11) ET QUI, LORSQU'ELLE EST INCORPORÉE À UN DISPOSITIF, DOIT DEMEURER LIBRE ET ACCESSIBLE"

    Ici, je trouve que le verbe DEMEURER à plus d'impact que le verbe RESTER. Il faudrait peut être également trouver un moyen de dire que la documentation et les logiciels sont des composants du matériel libre. Peut-être: '(5) QUI EST COMPOSE D'UNE DOCUMENTATION DEMEURANT LIBRE ET ACCESSIBLE' '(6) QUI EST COMPOSE DE LOGICIELS DEMEURANT LIBRES ET ACCESSIBLES'

  • Merci @mxbossard pour tes commentaires dans ton message ci-dessus, qui concernent les points 5,6 et 11. À brûle pourpoint, ta suggestion d'employer les expressions DEMEURER et LIBRE ET ACCESSIBLE semble fonctionner. Je vais me laisser quelques heures de plus pour vérifier, et je reviendrais poster un commentaire en ce sens.

    Rapelons-le, l'important, c'est, au travers de ces titres courts, d'évoquer des concepts clefs, qui seront ensuite détaillés dans le contenu du texte explicatif.

    D'ailleurs, à ce sujet, voici, ci-dessous, une première proposition d'écriture des contenus des premiers titres.

    N'hésitez pas, @all , à me faire part de vos questions et suggestions.

    // A. INTRODUCTION : LA NOTION DE MATÉRIEL LIBRE
          S’INSPIRE DES LOGICIELS LIBRES 
    
    La notion de matériel libre proposée ici, est construite 
    sur l’idée de porter les fondements des logiciels 
    libres, dans l’univers des fabrications de choses 
    matérielles.
    
    L’organisme Free Software Foundation, donne une 
    définition de la notion de Logiciel Libre que voici: 
    
       [// début de citation]
       « Logiciel libre » [free software] désigne des 
       logiciels qui respectent la liberté des utilisateurs. 
       En gros, cela veut dire que les utilisateurs ont la 
       liberté d'exécuter, copier, distribuer, étudier, 
       modifier et améliorer ces logiciels.
       [// fin de citation]
           source FSF, page URL
           <https://www.gnu.org/philosophy/free-sw.fr.html>
    
    La notion de matériel libre, consiste à porter cette 
    notion de logiciel libre dans l’univers des 
    choses matérielles fabriquées, en l’adaptant aux 
    particularités des fabrications des choses matérielles.
    
    
    
    // B. LA LISTE DES 11 CARACTÉRISTIQUES APPLICABLES À 
          LA NOTION DE MATÉRIEL LIBRE IDÉAL ABSOLU
    
    Le portage et l’adaptation de la notion de logiciel 
    libre dans l’univers de la fabrication de choses 
    matérielles, oblige à prendre en compte, aussi bien le 
    matériel lui-même, que ses dispositifs de fabrication, 
    sa documentation, ses logiciels et ses composants. 
    
    Pour savoir si une chose matérielle est un matériel 
    libre, au sens « idéal », « absolu », « canonique » du 
    terme, il vous faut vérifier que cette chose matérielle 
    possède bel et bien les 11 caractéristiques suivantes.
    
    
    (01) UNE CHOSE FABRIQUÉE (EXTRAITE,
         TRANSFORMÉE, ASSEMBLÉE, PRODUITE)
    
    Premièrement, pour savoir si une chose matérielle est un 
    matériel libre, au sens « idéal », « absolu », 
    « canonique » du terme, il vous faut vérifier que cette 
    chose matérielle est une chose matérielle fabriquée. 
    
    Vérifiez que c’est une chose artificielle, composée 
    d’éléments matériels, qui forment un ensemble. Ce doit 
    être une chose qui a été fabriquée, extraite, 
    transformée, assemblée, produite. Ce doit être une 
    fabrication. Cette fabrication peut être soit, une 
    création complète, soit un assemblage de composants pré-
    existants, soit un mélange des deux.
    
    Si jamais cette chose est juste un plan, juste une 
    notice de montage, juste une notice de fonctionnement, 
    ou si cette chose matérielle est délivrée telle qu’elle 
    par la nature, alors ce n’est pas une chose matérielle 
    fabriquée, et ce ne peut pas être un matériel libre, au 
    sens « idéal », « absolu », « canonique » du terme
    
    
    (02) QUI EST DÉLIVRÉE AVEC UNE INDICATION STIPULANT
         QUE C’EST UN MATÉRIEL LIBRE
    
    Deuxièmement, pour savoir si une chose matérielle est un 
    matériel libre, au sens « idéal », « absolu », 
    « canonique » du terme, il vous faut vérifier que cette 
    chose matérielle vous est délivrée avec une indication 
    indiquant que c’est un matériel libre.
    
    Vérifiez que cette indication de matériel libre, est 
    bien présente : sur l’objet lui-même ; ou sur une 
    documentation livrée avec l’objet ; ou au travers d’un 
    dispositif intermédiaire livré avec l’objet, dispositif 
    qui vous indique que c’est un matériel libre. 
    
    Parfois, il est difficile de placer cette indication sur 
    une chose matérielle – lorsqu’elle est trop petite, trop 
    grande, ou lorsque c’est une matière, ou pour d’autres 
    raisons. Une indication livrée avec l’objet, doit vous 
    permettre de vérifier que c’est un matériel libre.
    
    Si aucune indication de matériel libre n’est délivrée 
    avec l’objet, alors ce ne peut pas être un matériel 
    libre, au sens « idéal », « absolu », « canonique » du 
    terme.
    
    Edited by AntoineC.
  • Quelqu'un qui bosse dans la propriété intellectuelle m'a fait la remarque que le point 1 est la définition d'un "produit industrialisable".

  • Salut @mxbossard

    le point 1 est la définition d'un "produit industrialisable"

    Merci à toi d'avoir ainsi sondé autour de toi, et merci à la personne qui t'a fait cette remarque.

    Cette personne fait sans doute une interprétation libre du terme utilisé en propriété intellectuelle qui est "Exploitations Susceptibles d’Applications Industrielles".

    Cependant, le terme "produit" pose un problème: 1) il sous-entend que c'est déjà une chose qui entre dans un échange de production économique; et 2) un service est un type de produit, et un service est industrialisable (comme dans les assurances, par exemple).

    Or, dans notre cas, la chose: 1) peut ne pas être inscrite dans un processus de production - ne pas être encore inscrite, ou ne pas être du tout inscrite; et 2) doit absolument être "matérielle" - le matériel libre recouvre seulement les choses faites d'atomes.

    Peut-être, pour mieux comprendre, peut-on se remémorer une partie du contenu des définitions de la FabLib, comme elle existe actuellement, dont je reproduis ci-dessous des tronçons:

    .../...
    « Fabriqué(e) », « Fabriquer »,
      fait référence au fait d’être produit(e) de l’Art, de
      la Science  ou de l’Industrie, c’est à dire,
      produit(e), fabriqué(e), manufacturé(e), créé(e) ou
      généré(e), par le travail de l’Homme, par une
      technique humaine ou par une machine ou par un être
      humain ou par un robot ou par tout autre dispositif
      artificiel ou matériel ou système ou mécanisme ou
      matière artificielle, ou, dit autrement, fait
      référence à toute chose non produite
      par la Nature (qui n’est pas naturelle, qui remplace
      la Nature, qui se substitue à la Nature).
    
    « Chose Matérielle », 
      fait référence à toute chose 
      artificielle Fabriquée et faite avec des atomes.
    
    « Savoir Commun de Confection Nécessaire et Suffisant »,
      fait référence à toute la connaissance nécessaire et
      suffisante pour, tout à la fois :
      .../...
      * pouvoir la Fabriquer, c’est-à-dire, le mode opératoire 
        (incluant précisément les dispositifs nécessaires pour 
        mettre en œuvre et reproduire ce mode opératoire) pour
        la fabriquer, et pour la faire fonctionner, 
        l’assembler, la désassembler, la réparer,
        la modifier, et plus généralement l’utiliser et en
        réaliser des Exploitations Susceptibles
        d’Applications Industrielles.
    
    .../...

    Il s'agit donc de bien fixer l'attention sur la fait que la chose est "fabriquée", et que c'est une chose matérielle.

    Par conséquent, on pourrait alors accentuer le fait qu'elle doit être "matérielle" dans le point (1), en ajoutant MATÉRIELLE, ce qui donnerait:

    (01) C’EST UNE CHOSE MATÉRIELLE FABRIQUÉE 
         (EXTRAITE, TRANSFORMÉE, ASSEMBLÉE, 
          PRODUITE)
    
  • En reprenant toutes les remarques de cette discussion, et en incluant la dernière modification suggérée pour le titre du point 01, ma proposition concernant du texte des titres des caractéristiques, deviendrait le texte suivant:

    /////////////////////////////////////////////////////
      LES 11 CARACTÉRISTIQUES RÉSUMÉES 
      D’UN MATÉRIEL LIBRE IDÉAL ABSOLU
      V00-01-REV02
    /////////////////////////////////////////////////////
    
    
    // SOMMAIRE /////////////////////////////////////////
    
    A. INTRODUCTION : LA NOTION DE MATÉRIEL LIBRE
       S’INSPIRE DES LOGICIELS LIBRES
    
    
    B. LA LISTE DES 11 CARACTÉRISTIQUES APPLICABLES À 
       LA NOTION DE MATÉRIEL LIBRE IDÉAL ABSOLU
    
       (01) C’EST UNE CHOSE MATÉRIELLE FABRIQUÉE (EXTRAITE,
            TRANSFORMÉE, ASSEMBLÉE, PRODUITE)
    
       (02) QUI EST DÉLIVRÉE AVEC UNE INDICATION STIPULANT
            QUE C’EST UN MATÉRIEL LIBRE
    
       (04) QUI EST DÉLIVRÉE AVEC UNE DOCUMENTATION
            PERMETTANT DE TOUT SAVOIR SUR CETTE CHOSE 
            FABRIQUÉE
    
       (05) DONT LA DOCUMENTATION DOIT ÊTRE LIBRE
    
       (06) DONT LES LOGICIELS DOIVENT ÊTRE LIBRES
    
       (07) DONT LES MODIFICATIONS FONT L’OBJET D’UNE
            DOCUMENTATION LIBRE
    
       (09) DONT TOUS LES COMPOSANTS MATÉRIELS SONT AUSSI
            DES MATÉRIELS LIBRES
    
       (10) DONT LES DISPOSITIFS NÉCESSAIRES À SA
            FABRICATION SONT AUSSI DES MATÉRIELS LIBRES
    
       (03) QUE L’ON PEUT FABRIQUER AVEC DES TECHNIQUES
            COURANTES ET ACCESSIBLES
    
       (08) QUI EST AUTORISÉE À ÊTRE FABRIQUÉE, COPIÉE,
            DISTRIBUÉE, MODIFIÉE
    
       (11) ET QUI, LORSQU'ELLE EST INCORPORÉE À UN
            DISPOSITIF, DOIT RESTER ACCESSIBLE, AINSI QUE SA 
            DOCUMENTATION

    Je suis tenté de geler ce texte à ce stade, afin de pouvoir passer à la description de chacun de ces titres. Je vais donc modifier le fichier, par ce texte de titres.

    Puis, je vais créer un autre fichier destiné à recevoir le descriptif détaillé de chaque titre.

    Edited by AntoineC.
  • Edited by AntoineC.
  • @b01 @mxbossard @iel Ohlalalalalala. Je remarque que le point (3) du texte est passé à la trappe. Il a tout simplement disparu.

    (3) QUE L’ON PEUT FABRIQUER AVEC DES TECHNIQUES
        COMMUNÉMENT ACCESSIBLES ...
    

    On a en discuté ici ou là sur cette page, comme par exemple ici dafbe882 (comment 154751) ou encore ici dafbe882 (comment 154660) et aussi ici dafbe882 (comment 154454)

    Bon, j'ai l'impression que nous n'avons pas vraiment tranché sur ce texte de titre. Et donc, cela signifierait que l'on n'a pas encore trouvé de meilleure alternative au texte initial.

    Je vais me résoudre à l'inclure tel quel, sans modification, en attendant mieux. Si cela vous va.

    Cela vous va?

  • non, cela ne me va pas. je propose : (3) QUE L'ON PEUT FABRIQUER AVEC DES TECHNIQUES USUELLES

    avec usuel : adjectif et nom masculin 1.adjectif : Qui est utilisé habituellement, qui est dans l'usage courant. Un objet usuel.

    ou QUE L'ON PEUT FABRIQUER AVEC DES TECHNIQUES ACCESSIBLES UNIVERSELLEMENT ou QUE L'ON PEUT FABRIQUER AVEC DES TECHNIQUES FACILEMENT ACCESSIBLES

    bien à vous

  • @iel , vs ton post ci-dessus n° dafbe882 (comment 209404)

    Merci pour ta remarque. Bien vu. Personnellement j'aime bien ton idée de terme USUEL.

    Si on mixe ce terme TECHNIQUES USUELLES avec la notion d'accessibilité, en reprenant ton idée, cela donnerait:

    (03) QUE L'ON PEUT FABRIQUER AVEC DES TECHNIQUES 
         USUELLES ET FACILEMENT ACCESSIBLES

    Est-ce cela t'irait ?

    La difficulté va porter peut-être sur le terme FACILEMENT. Mais, on verra comment on traduit ça dans le texte de cette section, en cours de rédaction. Que je t'invite à parcourir, si le coeur t'en dit. Selon ta remarque il va donc falloir que je corrige le texte en cours de cette section 03.

  • Effectivement, c'est le facilement qui gêne de mon point de vu c'est accessible ou cela n'est pas accessible, le qualificatif FACILEMENT n'a pas lieu d'étre de plus si cela est usuel , c'est en fonction du contexte de temps et d'espace : une technique d'impression 3d est usuelle en france ( maintenant) mais pas au laos ,elle le sera plus tard là bas idem pour les futurs techniques qui seront accessibles au commun des mortels plus tard. je trouve donc que seul USUELLE définie l’accessibilité des techniques, qui doivent être effectivement facilement accessibles mais en fonction du contexte ( je me répète là non ?)

    donc un matériel libre ne le serais pas partout et tout le temps ? c'est conforme à la réalité selon moi.

    et donc... ok pour une définition ULTIMATE de ce qu'est un MATÉRIEL LIBRE ( Qui doit l’être une fois pour toute) je propose

    (03) QUE L'ON PEUT FABRIQUER AVEC DES TECHNIQUES USUELLES ET ACCESSIBLES UNIVERSELLEMENT

    (notez l'inversion !)

    biz

  • il restera a définir le UNIVERSELLEMENT dans la section du 03.

  • mentioned in commit cf51f1b7

    Toggle commit list
  • Merci @iel

    Cette section (03) étant très sensible depuis le début, je propose de la travailler séparément.

    À cet effet j'ai créé un fichier qui ne contient que la section (03) et son contenu

    ( @mxbossard , @b01, @iel ) Pour discuter du titre et du contenu de cette section (03), je nous invite à nous rendre sur la page de la 1ère publication (commit) de ce fichier:

    >>>discussion ici<<<

    Je vais dors et déjà y publier tes remarques @iel et proposer ta suggestion.

    La notion de contexte de temps et d'espace, y est déjà incluse dans le texte, comme l'avait souligné @b01 dans son commentaire n°dafbe882 (comment 154454) . Cependant, comme tout le texte de la section est fondé sur la notion "communément accessible", il sera nécessaire de le modifier.

    >>>discussion ici<<<

    Edited by AntoineC.
  • @b01 , @mxbossard , @iel

    Je fais suite à ma remarque n° c70e5321 (comment 212988)

    La logique du texte actuelle est exprimée avec les termes suivants:

    Pour savoir si une chose matérielle est un matériel 
    libre, au sens «idéal», «absolu», «canonique» du 
    terme, il vous faut vérifier que cette chose matérielle 
    possède bel et bien les 11 caractéristiques suivantes.

    Ces termes sous-entendent, qu'il est de la responsabilité de la personne réceptable du matériel libre, à vérifier que c'est un matériel libre. Il faudrait retourner ça, et mettre la responsabilité dans les mains de la personne qui délivre l'objet, l'obligeant à donner clairement les indications nécessaires pour qu'une personne puisse se dire: "ah, c'est bien un matériel libre".

    Proposition de modification:

    Remplacer il vous faut vérifier que cette chose matérielle possède bel et bien les 11 caractéristiques suivantes par:

    il faut que cette chose matérielle vous
    indique clairement, fiablement, et relativement
    facilement qu'elle présente bel et bien 
    les 11 caractéristiques suivantes.
    Edited by AntoineC.
  • mentioned in commit c70e5321

    Toggle commit list
  • @Antoine sur ce point, je ne suis pas certain de savoir où tu veux aller exactement. Il faut que le fabriquant mette la main à la patte, je suis d'accord, néanmoins, je pense que l'on ne peut pas faire l'économie de la sensibilisation des acheteurs. Il me parait indispensable que l'acheteur puisse vérifier que le matériel est libre, dans l'absolue en n'ayant pas à faire confiance au fabriquant. Sans quoi il devient plus facile de "frauder" pour un fabriquant si tout repose sur lui.

    Si tu veux simplifier l'accès à la vérification pour l'acheteur, alors peut être que tu devrais introduire un tiers de confiance qui peut certifier qu'un matériel est libre. C'est là que peut intervenir un organisme de certification pour simplifier le processus, et permettre à l'acheteur qui a confiance de ne pas avoir à vérifier tous les points un par un lui même. Néanmoins, ce tiers de confiance peut exister naturellement même si il n'est pas mentionné dans la licence.

    Du coup, je ne vois pas pourquoi il faudrait modifier le texte. Tout au plus, on pourrait ajouter une mention du genre : "La fabriquant est tenu de mettre à disposition des acheteurs tous les éléments qui permettent de vérifier que son matériel est libre, pour une durée de X ans, d'une manière qui ne puisse pas décourager les acheteurs d'effectuer ces vérifications." Cette mention contraint un peu plus le fabriquant, je ne sais pas si c'est une bonne idée, mais ça peut encourager émergence de plateforme de certification.

  • Merci @mxbossard pour ton aide ci-dessus n° dafbe882 (comment 213498)

    je ne suis pas certain de savoir où tu veux aller exactement.

    Je veux juste continuer à rédiger ce texte sensé apporter une définition pédagogique à ce que pourrait être un matériel libre au sens «idéal», «absolu», «canonique» du terme, sans empiéter sur la rédaction de textes juridiques (une licence).

    Mon idée est de m'adresser à la personne réceptable de l'objet, de façon pédagogique, pour qu'elle ait des clés de compréhension lui permettant d'identifier si l'objet dont elle est en présence, est un matériel libre.

    on ne peut pas faire l'économie de la sensibilisation des acheteurs .../... Sans quoi il devient plus facile de "frauder" pour un fabriquant si tout repose sur lui .../... introduire un tiers de confiance

    Si je comprends ton idée, tu suggère qu'il faut que le texte alerte la personne réceptacle, qu'elle devrait essayer de procéder par elle-même à la détection des 11 caratéristiques, ou si elle ne peut pas, qu'elle regarde si il existe une indication provenant d'un tiers à qui elle peut faire confiance. C'est ça?

    Ce qui me gêne, c'est d'abord que ce tiers n'existe pas encore. À l'OSHWA nous avons mis en place une certification, mais elle ne prend pas en compte les fabrications, elle prend en compte juste les documentations. Créer un tel tiers est "utopique". Je te passe ici les discussions approfondies que nous avons eues au sein de l'OSHWA sur ce sujet.

    Comme cette capacité complète et éternelle de certification est illusoire, et que la capacité de fraude est inscrite dans le patrimoine humain, je préfèrerais:

    1. que le texte pédagogique oriente la responsabilité dans les mains du fabricant, pour que celui-ci se débrouille pour que les indications de preuve des 11 caractéristiques soient "évidentes".
    2. et alerter la personne réceptable, comme tu le suggères,
    • sur les capacités de fraudes,
    • sur le fait de devoir faire une vérification pour être sûr,
    • et sur le recours à un tiers de confiance si on ne sent pas capable de faire la vérification.

    Alerter sur les fraudes et sur le recours à un tiers de confiance, c'est déjà ce qui est exprimé dans la note n°2, qui arrive en fin de document, et qui fait l'objet de renvoi dans les point (05), (06), et (07) concernant la mise à disposition sous licence libre - voir le texte de la note 2 se trouve là: 5b27a0fa

    Suggestion:

    En début, on indique à la personne que le fabricant doit lui indiquer les 11 caratéristiques, mais qu'elle doit vérifier, et si elle ne se sent pas d'attaque, qu'elle demande à quelqu'un de l'y aider.

    Puis, dans les sections, on ne met l'accent que sur le dos du fabricant.

  • déporter la responsabilité de prouver que la chaine est libre sur le fabricant me semble une bonne idée, quelques µidées : penser un logo avec la possibilité de mentionner les points sur lequel le fabricant s'engage (fes étoiles, un chiffre, ...) indiquer l'url vers le site du fabricant, de la doc de l'objet (je crois que c'est déjà prévu), les utilisateurs pourront vérifier par eux mêmes en fonction de cette documentation l'engagement du fabricant / ces critères ça n'empêche pas dans un deuxième temps à une autorité tierce de certification de produire un label (comme iso 9000 / 14000, bio, ...) à apposer en plus du logo ce certificat qui montre que le fabricant a sollicité un prestataire reconnu pour certifier l'intégrité de sa démarche

    Edited by Benjamin Labomedia
  • Merci @b01 pour ces pistes clairevoyantes (voir ton message ci-dessus n° dafbe882 (comment 213584))

    penser un logo .../... (des étoiles, un chiffre)

    Très bonne idée. Cela rejoint et améliore les idées que qu'avaient eues il y a très longtemps (2009) les personnes de Gosh/Cern avec le projet ohanda.org, ainsi que l'idée du logo servant à donner la preuve de la certification OSHWA.

    Ton idée d'étoiles ou de chiffre, je trouve ça très cool.

    Reprenant cette idée que tu émets, on pourrait essayer de mettre l'écriture du texte à l'épreuve d'un futur logo qui pourra embarquer le tout.

    Le texte que l'on écrit, sert finalement à décrire le futur logo "materiel-libre-0+": l'équivalent d'un matériel dans le domaine public (en référence à la licence creative commons O CC0), avec des exigences en plus concernant l'obligation de publier de la documentation pédagogique, etc ...

  • mentioned in commit acfd3123

    Toggle commit list
  • Concernant la rédaction du point pré-intitulé QUI EST AUTORISÉE À ÊTRE FABRIQUÉE, COPIÉE, DISTRIBUÉE, MODIFIÉE, voici un schéma qui explique les solutions possibles:

    IMG_3753

    Selon ce schéma:

    • si une personne a la capacité juridique sur la chose matérielle, alors, elle doit avoir les 8 libertés
    • si une personne n'a pas la capacité juridique sur la chose matérielle, alors, elle doit avoir les 8 libertés sur les fabrications d'exemplaires (copies) ou sur les fabrications modifiées (copies modifiées).
  • AntoineC. @Antoine

    mentioned in issue #3

    ·

    mentioned in issue #3

    Toggle commit list
  • Hello @iel , @b01 , @mxbossard

    La rédaction de la note n°2, me donne du fil à retordre.

    Il s'agit de décrire comment une personne peut vérifier qu'une chose est conformément mise à disposition sous licence libre, ou dans le domaine public.

    Contrairement à ce que qui est écrit un peu partout, il ne s'agit pas ici, de dire "conformément à ce que demande la licence", mais plutôt de rechercher ce qu'un juge jugerait comme conforme.

    Pour moi, je ne vois que 3 conditions:

    1. une mise à disposition conforme aux termes de la licence utilisée, ou conforme au processus de domaine public (un brevet en fin de course; une chose produite par un organisme public par des agents dont le travail désigné était de produire cette chose)
    2. une mise à disposition sur un vecteur de confiance;
    3. une mise à disposition valide pour une cours de justice (un juge);

    Ce n'est pas si évident que ça.

    Edited by AntoineC.
  • @all

    Je viens de publier une première finalisation complète du texte des caractériqtiques, amendé, corrigé, modifié, amélioré, de toutes nos discussions passées.

    Le texte se trouve à cette adresse

    Pour mémoire, j'ai placé des liens directs sur le fichier readme.md de la page d'accueil du projet (en allant sur la page du projet, il faut descendre vers le bas, et le texte de ce fichier readme.md apparaît, avec les liens directs).

Supports Markdown
0% or .
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment