III – Révolution

15. Un atterrissage mouvementé

L'expression « Terre de Grilecques » désignait un immense continent aux côtes biscornues, grignoté par des bras de mer et de larges baies. Elle était divisée en provinces indépendantes et disparates en taille, richesse et puissance. Les provinces les plus riches et les plus puissantes étaient bien entendu celles de Sorrbourg, la capitale politique, et de Dordelane, la capitale économique. Un peu plus de quatre heures d'avion les séparaient.

Barne était assoupi contre un hublot sur l'aile gauche de l'appareil. À son grand soulagement, il n'y avait eu aucun accroc à l'aéroport et ils avaient pu embarquer sans rencontrer de problème. Amélise occupait le siège à côté de Barne et dormait elle aussi. Les autres étaient installés sur la même rangée, de l'autre côté de l'allée. Lorsqu'ils avaient embarqué, Barne avait pu leur raconter ce qu'il avait vu à la télévision dans le hall de l'aéroport :

— Ce n'est pas étonnant, avait sombrement répondu Carmalière. Il n'y a rien de plus jouissif pour des membres du FIF que de taper sur du gauchiste : là, ils ont l'occasion de le faire avec l'assentiment d'une partie de la population.

— Parce que vous pensez que beaucoup de gens soutiennent ce genre d'énergumène ?

— Ils ne représentent pas la majorité, mais ils existent, oui. Ne va pas t'imaginer que notre entreprise révolutionnaire est unanimement saluée : pas mal de gens sur la Terre de Grilecques ont plutôt intérêt à protéger le statu quo. N'oublions pas non plus ceux qui auraient tout intérêt à nous suivre mais qui sont séduits par le discours d'ordre et de sécurité du FIF. Les choses ne sont pas si simples…

À plusieurs reprises, Barne aurait pu jurer que le personnel de l'aéroport et même des visiteurs les avaient reconnus… et pourtant, aucune alerte n'avait été donnée. Carmalière souriait et Barne se demandait si le magicien avait prévu cela : que le risque qu'ils soient reconnus serait compensé par la sympathie que l'on pouvait ressentir pour eux et pour leur cause. Si le FIF avait bon nombre de partisans, comme iel l'avait expliqué, ils ne fréquentaient apparemment pas cet aéroport…

L'avion était parti à l'heure et sous un soleil éclatant. La plus grande partie du vol avait lieu au-dessus de la mer, les deux villes étant séparées par l'immense Baie d'Ultium dont les côtes avaient accueilli, jadis, le berceau de la civilisation. Très vite, les compagnons avaient sombré dans un profond sommeil : au moins, les quatre heures de vol leurs permettraient-elles de terminer leur nuit.

Ce fut la voix de l'hôtesse de l'air qui les réveilla :

— Mesdames et messieurs, résonnèrent les hauts-parleurs, nous entamons notre descente vers Dordelane Nossy. Merci de bien vouloir regagner vos places et attacher vos ceintures.

Barne se frotta les paupières et ouvrit les yeux.

— Bien dormi ? lui demanda Amélise.

— Pas vraiment… mais ça fait du bien quand même.

Le temps était magnifique. Barne voyait nettement l'ombre de l'avion se découper sur le bleu de l'océan en contrebas. Le soleil de midi tapait fort et se reflétait sur les vagues en un million de petits éclats dorés.

Bientôt, ce furent à nouveau des terres émergées qui défilèrent sous l'appareil. Barne n'avait jamais mis les pieds dans la province de Dordelane et fut surpris par l'aspect aride des paysages : le climat, dans cette région du sud, était bien plus chaud et sec que dans le nord de la Terre de Grilecques, là où se trouvaient Sorrbourg et Quantar, la ville où habitait Barne.

— On pourrait presque croire que nous partons en vacances, murmura-t-il.

— Oui, et pourtant… on ne se prépare pas franchement à une partie de plaisir.

— Tu es déjà venue à Dordelane ?

— Plusieurs fois, oui. C'est une mégalopole ultramoderne, avec des boulevards immenses et des gratte-ciels à perte de vue. Rien à voir avec la cité historique de Sorrbourg… Le cœur de la ville, ici, c'est la bourse et ses kilomètres carrés de bureaux. Sans oublier les banques et les sièges sociaux des multinationales qui l'entourent.

— Le QG des forces du mal, en somme, railla Barne.

— Je n'irais pas jusque là : il y a autant de gens biens à Dordelane qu'ailleurs… mais un certain nombre de nos ennemis les plus puissants y résident, c'est certain.

— Et nous nous jetons dans la gueule du…

— Quoi ? demanda Amélise car Barne ne terminait pas sa phrase.

Il avait les yeux rivés sur l'horizon, à travers le hublot.

— Rien, j'aurais juré apercevoir…

Il plissa les yeux et pressa son visage contre le hublot. Non, ça n'est pas possible, se disait-il. Je n'ai pas pu voir ça. Ça doit être autre chose, ça ne peut pas être…

— LÀ ! s'écria-t-il en faisant se retourner plusieurs passagers. Regarde !

Sur le sol, loin devant l'ombre de l'avion, une seconde ombre de taille semblable se mouvait lentement. L'ombre était également pourvue d'ailes : elle volait, mais ça n'était pas un avion…

— Ce n'est quand même pas… murmura Amélise.

Elle jeta un regard alarmé à Barne qui le lui rendit. La réalité était trop terrifiante pour être énoncée, et pourtant il leur fallait le faire, il fallait donner l'alerte. Ils s'y résolurent au même moment et dire d'une même voix :

— UN DRAGON !


La présence d'une telle créature massive, magique et sauvage était si improbable que Barne et Amélise durent s'y reprendre à plusieurs fois pour confirmer leurs soupçons. Cette fois, les passagers qui se retournèrent poussèrent de grands cris :

— Quoi ?!

— Où ça ?

— Vous plaisantez !

Carmalière avait détaché sa ceinture et avait foncé sur le hublot, écrasant Barne sur son siège.

— Mesdames et messieurs, dit une voix faussement rassurante dans les hauts-parleurs, nous allons traverser une zone de turbulences. Merci de garder votre calme.

Il n'en fallut pas plus pour déclencher une panique générale à bord. Les passagers ayant vue sur l'aile gauche de l'avion confirmèrent bien vite la présence d'un dragon qui, visiblement, se trouvait pile sur la trajectoire de l'avion vers l'aéroport.

— Messieurs-dames, je vous en prie, restez calme ! s'écria l'une des hôtesses de l'air qui était en proie à la même panique que le reste des passagers.

Carmalière se précipita dans l'allée centrale en bousculant sur son passage tous les badauds qui s'étaient levés de leurs sièges. Barne et Amélise échangèrent un regard et se lancèrent derrière lui, suivis par Pod et Jasione.

Arrivé devant la porte de la cabine de pilotage, Carmalière se mit à y tambouriner.

— Monsieur ! Monsieur ! dit un steward en accourant. Vous ne pouvez pas entrer ici !

— Il y a un dragon, là dehors ! dit Carmalière. Je vous en prie, laissez-moi vous aider ! Je suis magicienne !

— Oh, balbutia-t-il.

Il ne semblait pas savoir quoi faire : les règles les plus élémentaires de sécurité lui interdisaient d'ouvrir la cabine à un étranger. En même temps, le plus grand danger qui les menaçaient tous à ce moment-là se trouvait à l'extérieur de l'appareil.

— Vite ! pressa le magicien.

— Bon, bon, entrez alors.

Le steward déverrouilla la porte en tremblant des mains et Carmalière s'introduisit dans la cabine de pilotage avec le reste de la compagnie sur ses talons. Le steward ouvrit de grands yeux :

— Mais… vos amis aussi ?

— On est ses assistants ! s'écria Barne.

La cabine de pilotage était relativement étroite et la compagnie avait bien du mal à s'y tenir au complet. Les deux pilotes se retournèrent avec un air halluciné.

— Qu'est-ce que c'est que ce bazar ?!

— Je suis magicienne ! répéta Carmalière. Comment pouvons-nous vous aider ?

— Nous aider ? Oh, eh bien, je ne sais pas… nous avons un dragon droit devant ! UN DRAGON ! Qu'est-ce que vous voulez faire contre ça ?

Les dragons comptaient parmi les créatures les plus dangereuses au monde. Ils avaient été traqués sans relâche au Moyen-Âge et leur population à l'ère moderne avait été réduite au minimum. On n'en trouvait plus guère que dans les zoos et les réserves naturelles… Seuls quelques territoires reculés, principalement dans les montagnes, en abritaient encore quelques spécimens à l'état sauvage. Malgré tout, ils restaient fort loin des villes, et l'espace aérien était normalement suffisamment surveillé pour que, si d'aventure l'un d'entre eux venait à menacer un endroit habité, il puisse être intercepté avant de pouvoir nuire.

Pourtant, l'impensable s'était produit : un dragon de trente mètres de long survolait la proche banlieue de Dordelane, la capitale économique de la Terre de Grilecques, à quelques kilomètres à peine de l'aéroport.

La vision était surréaliste et Barne ne se souvenait pas avoir déjà assisté à une scène aussi glaçante : sur le ciel bleu se découpaient les gratte-ciels du centre économique de Dordelane, des immeubles aux hauteurs insensées, des tonnes et des tonnes de béton et d'acier qui façonnaient la silhouette mythique de la glorieuse cité. Et, devant ce paysage imposant, une immense bête battait vigoureusement des ailes… Le dragon avait un corps recouvert d'écailles de couleur rouge foncé et d'immenses ailes qui égalaient, en taille, celles de l'avion qui lui faisait face. Ces ailes avaient la même forme que celles des chauve-souris et s'agitaient furieusement, fouettant assez d'air pour mettre en mouvement ces tonnes de graisse et de muscle.

— C'est une entreprise criminelle, murmura Carmalière. Ce prédateur ne peut pas se trouver là par hasard… Il ne s'est pas égaré : on l'a amené ici. Pour nous attaquer.

— Nous attaquer ? dit l'un des pilotes. Pourquoi voudrait-on nous…

Puis il regarda attentivement Carmalière, jeta un œil à la compagnie derrière lui et il comprit.

— Oh non…

— Quoi ? demanda son collègue. Qu'est-ce qu'il y a ?

— Ce sont les types de la FNT ! Ceux d'la bibliothèque ! C'est à cause d'eux qu'on nous attaque !

— Quoi ? répéta l'autre. Mais on n'y est pour rien, nous ! Ils ne vont quand même pas crasher un avion pour cinq syndicalistes un peu agités, non ?

— Je doute que ce soit la police qui lâche ainsi un dragon sur nous, objecta Carmalière. Je le répète : nous avons affaire à des gens dangereux, des criminels.

— Comme vous ! s'offusqua le premier pilote.

— Arrête tes bêtises, dit le second. Tu ne vas quand même pas gober ce qu'on te dit à la télé, non ? Ce sont des gens biens, ils se battent pour nous !

Il se tourna vers Carmalière avec un sourire confiant.

— Je suis syndiqué à la FNT aussi, expliqua-t-il.

— Super, dit le premier pilote. Tout ça c'est super. Sauf que ça ne va plus avoir d'importance dans quelques minutes parce qu'on va tous finir carbonisés ou réduits en bouillie !

— Vous avez un plan ? demanda le pilote syndiqué à Carmalière avec des yeux pleins d'espoir.

Le magicien ne répondit pas immédiatement. Iel réfléchissait, fixant la bête qui attendait patiemment au loin, battant des ailes pour se maintenir dans les airs.

— Tenter d'aborder l'aéroport par un autre angle sera inutile, énonça-t-iel, le dragon peut changer de cap bien plus facilement que nous et finira toujours par nous coincer. On pourrait demander à être détournés vers un autre aéroport… mais j'ai bien peur que ce ne soit trop tard. Nous sommes largement à sa portée.

— Et donc ?

Le deuxième pilote regardait toujours Carmalière. Cellui-ci transpirait légèrement : il n'était pas aisé d'être vu comme le seul détenteur de la solution à un problème de cette taille…

— Et donc… si nous ne voulons pas être carbonisés à l'instant où nous croiserons sa route, nous allons devoir le combattre.

Il y eut un concert de protestation dans la cabine, tant de la part des deux pilotes que de la compagnie.

— Comment voulez-vous donc combattre un dragon depuis l'habitacle d'un avion de ligne ?

— C'est tout le problème : l'avion étant pourvu d'un champ d'annulation magique, je ne peux lancer aucun sort. Avez-vous la possibilité d'annuler ce champ ?

— Vous plaisantez ? dit le pilote en secouant la tête. Il faut toute une équipe de magénieurs pour le mettre en place… autant pour le retirer… et on ne le retire jamais.

— Vous voulez dire que le champ d'annulation magique est magique également ? remarqua Barne.

— Bien sûr, confirma le pilote. Seule la magie peut annuler la magie.

— J'vais p'tét dire une connerie…

Tout le monde se retourna, même les pilotes. C'était Jasione qui avait parlé. Soudain projetée au centre de l'attention, elle sembla regretter immédiatement d'avoir osé le faire.

— Euuuh… le dragon… l'est pas magique aussi ? Y peut pas nous atteindre, donc ?

— Bon sang, mais elle a raison ! s'écria Carmalière. Le feu du dragon est un feu magique, il ne pourra traverser le champ !

— Il y a juste un tout petit problème, remarqua le pilote. Le champ d'annulation est restreint à l'intérieur de l'appareil : rien n'empêchera le souffle du dragon d'atteindre la carlingue et de mettre le feu au kérosène, entraînant la désintégration immédiate de l'appareil…

La déception frappa toute la cabine de pilotage. Ils avaient eu un espoir fugace, mais les choses semblaient bel et bien perdues… À travers la vitre de la cabine, la silhouette du dragon continuait à grossir inexorablement.

Soudain, Carmalière s'écria :

— J'ai une idée ! Amélise, est-ce que, comme moi, tu ressens ce champ d'annulation ?

La fée resta pensive un instant.

— Il me semble bien que oui.

— Bien sûr. Tous les êtres magiques doivent le ressentir à des degrés divers. Je suis persuadé que nous pouvons agir dessus !

— Je vous ai déjà expliqué, dit le pilote, qu'il faut une équipe complète de magénieurs pour espérer le…

— Je ne parle pas de le désactiver, dit impatiemment Carmalière, juste d'agir : en me concentrant assez fort, je crois que je peux légèrement le dilater ou le contracter, comme un gros ballon dans lequel je soufflerais… C'est léger – très léger – mais imaginons maintenant que nous soyons beaucoup à agir de la sorte…

— Ça ne changera rien, coupa le pilote d'un air navré, vous n'arriverez pas à le supprimer.

— Non ! Mais est-ce qu'on ne pourrait pas… je ne sais, le dilater suffisamment pour qu'il englobe l'avion ? Et qu'il empêche ainsi les flammes d'atteindre la carlingue même ?

Cette fois, le pilote perdit son expression de résignation. Son collègue, celui de la FNT, approuvait énergiquement en secouant la tête de bas en haut.

— J'imagine que ça ne coûte rien d'essayer, finit par dire le premier pilote. De toute façon, nous serons sur le dragon dans moins d'une minute. C'est ça ou la mort…

Carmalière quitta la cabine de pilotage avec précipitation et se tourna vers les passagers. Eux étaient toujours plongés dans une intense panique : certains pleuraient, d'autres semblaient en proie à des crises de spasmes, et beaucoup appelaient leurs proches pour entendre leurs voix une dernière fois.

La magicienne éleva une voix forte, calme mais ferme :

— MESDAMES ET MESSIEURS, VOTRE ATTENTION, S'IL VOUS PLAÎT !

Il y eut un silence soudain et tout le monde tourna la tête dans sa direction. Lui-même fut surpris par la facilité avec laquelle il avait obtenu leur attention, vu les circonstances.

— Mesdames et messieurs, vous l'avez compris : l'heure est grave. Un dragon s'apprête à attaquer l'avion. Heureusement, nous avons aussi un plan ! Est-ce que tous les êtres magiques présents parmi les passagers pourraient, s'il vous plaît, lever la main ?

Plusieurs passagers la levèrent immédiatement, trop heureux qu'on leur tende un espoir de faire quelque chose, quoi que ce soit. D'autres, nombreuses, furent plus timides.

— Oui oui, confirma Carmalière, même les elfes. Écoutez-moi, vous devez tous ressentir actuellement l'effet du champ d'annulation magique qui équipe cet avion. Est-ce bien le cas ?

Il y eut un instant de flottement puis tous les passagers qui avaient levé la main acquiescèrent à voix basse.

— Bien. Ce champ n'est présent qu'à l'intérieur de l'appareil : si nous nous concentrons et si nous envoyons notre énergie magique sur ce champ, ensemble, alors nous avons une chance de l'agrandir assez pour qu'il protège tout l'appareil, extérieur compris. Si la zone tampon autour de l'appareil est suffisamment large, les flammes soufflées par le dragon ne pourront nous atteindre. C'est bien compris ?

Les passagers opinèrent du chef. Devant l'imminence du danger – et de la mort probable –, ils auraient pu s'accrocher à n'importe quel espoir qu'on leur aurait servi…

— Le dragon est presque à portée ! cria l'un des deux pilotes.

— Bien, s'écria Carmalière, que tous les êtres magiques mettent toute leur énergie à dilater ce foutu champ d'annulation ! MAINTENANT !

Barne était resté dans la cabine et ne put voir le bon tiers des passagers qui fermaient les yeux et entraient dans une phase d'intense concentration, tout comme le firent Amélise et Carmalière. Par contre, il vit l'immense forme du dragon approcher à toute vitesse. Surtout, il vit une seconde forme, assise sur le dragon…

— Quelqu'un chevauche ce monstre, murmura Pod.

Alors que le dragon ouvrait sa gueule en grand pour déchaîner son souffle brûlant, Barne eut juste le temps d'apercevoir et de reconnaître le visage de l'homme fou qui tenait les rennes :

— SARAZ ! s'écria-t-il.

L'homme du FIF les avait devancés et les avait attendus ici. Avec un dragon. Les autres personnes présentes dans la cabine de pilotage n'eurent pas le temps de demander à Barne pourquoi il avait prononcé ce nom : un jet de flammes immense et infernal s'était matérialisé devant la bouche de la bête et, en quelques dixièmes de seconde, avait enveloppé tout le cockpit. Le ciel bleu avait disparu, laissant place à un tourbillon de feu aveuglant. Tous les passagers, la compagnie et l'équipage se protégèrent les yeux. Les parois rougeoyaient et la chaleur dans la cabine augmenta d'un coup, comme si l'avion s'était transformé en four. Il y eut un nouveau concert de cris.

Pourtant… les flammes restèrent en dehors. Elles semblaient couler le long de l'appareil, à plusieurs centimètres de la carlingue. Suffisamment loin pour ne pas faire fondre la structure et, surtout, pour ne pas mettre le feu aux réserves de carburant. Le plan de Carmalière semblait marcher.

Lorsque les flammes se dissipèrent et que le ciel bleu refit son apparition à travers le cockpit, tout l'équipage poussa un énorme soupir de soulagement.

— Carmalière ! s'écria Barne. Vous avez réussi ! Vous avez…

La joie fut de courte durée. Un choc brutal remua l'avion, accompagné d'un bruit de ferraille tordue. Les passagers, qui n'avaient même pas eu le temps de se remettre de l'épisode de l'avion reconverti en four à pizza, hurlèrent de plus belle. Carmalière se jeta contre un hublot pour regarder ce qui se passait à l'extérieur.

— Je crois que le dragon s'est accroché à la pointe arrière ! s'exclama-t-il.

— Il est beaucoup trop lourd ! dit le pilote en s'agrippant au manche qui tremblait violemment. Impossible de maintenir l'avion droit, on va s'écraser !

L'aéroport était tout proche à présent, l'avion n'était plus qu'à quelques dizaines de mètres d'altitude, mais il descendait maintenant beaucoup plus vite : il était évident qu'il aurait touché le sol avant d'avoir atteint la piste d'atterrissage. Même dans le cas contraire, l'avion faisait des embardées bien trop importantes pour pouvoir être posé sans basculer et s'écraser dans la foulée.

Le paysage virevoltait sous les yeux de Barne ; la ligne d'horizon oscillait dangereusement sous l'effet des mouvements du dragon qui s'accrochait fermement à l'arrière de l'appareil.

— Ouvrez la porte ! ordonna Amélise.

— QUOI ?! s'écria Barne. Tu ne vas quand même pas sortir ?

— Si l'on ne fait pas lâcher prise à cette sale bête, nous n'avons aucune chance !

L'équipe de stewards et des hôtesses de l'air était divisée entre un groupe tout aussi paniqué et terrifié que les passagers, et un autre qui s'évertuait, comme les pilotes, à rester calme et à tenter de maîtriser la situation.

— Je vous en prie, répéta Amélise. Ouvrez-moi cette porte, ou nous sommes fichus !

L'une des hôtesses de l'air prit l'initiative et appuya sur plusieurs boutons du panneau de contrôle. La porte s'ouvrit dans un « pschhht » sonore et un vent à décorner les bœufs s'engouffra dans l'habitacle.

— AMÉLISE ! cria Barne.

La fée était déjà penchée par l'ouverture, au-dessus du sol qui défilait encore à des centaines de kilomètres par heure.

— On va taper ! geignit le pilote qui transpirait à grosses gouttes en tentant de maintenir la course de son appareil.

Amélise disparut par l'ouverture en agitant ses ailes. Barne se jeta derrière elle et passa la tête par l'ouverture en se tenant fermement à l'accoudoir du siège le plus proche. La vision qu'il eut était apocalyptique : l'immense dragon avait ses deux griffes plantées devant l'aileron central de l'arrière de l'avion. Sur son dos, Morr Saraz s'accrochait et semblait jubiler devant la situation. Amélise plongeait vers la bête, incapable de maintenir la vitesse acquise par l'avion par la seule force de ses ailes…

Tout se passa en quelques secondes : une pluie d'étincelles jaillit des ailes de la fée et s'abattit sur le visage du dragon ; aveuglé, il poussa un hurlement guttural assez fort pour couvrir le grondement des réacteurs et lâcha prise en agitant les ailes frénétiquement ; soudainement libéré de ce poids, l'avion fit une violente embardée vers l'avant.

Barne perdit de vue Amélise mais vit le dragon ouvrir sa gueule en grand. Il se réfugia à l'intérieur de l'appareil et entendit le souffle de la bête. Les flammes atteignirent l'arrière de l'avion qui avait cessé d'être protégé par le champ « dilaté » par les êtres magiques. Les passagers du fond de l'habitacle de précipitèrent vers l'avant en voyant le feu lécher leurs hublots.

— ON BRÛLE ! s'écria le pilote.

— Oui, mais le dragon est maintenant hors de portée ! dit Barne. Vous pouvez atterrir ?

— Plus le choix !

Barne était revenu dans la cabine de pilotage. L'aéroport était à quelques mètres. L'avion avait repris une descente normale mais il était bien plus bas que prévu et sa queue brûlait.

— Accrochez-vous ! dit le pilote en serrant bien fort le manche.

Le train d'atterrissage heurta une clôture de l'aéroport qui fut en partie arrachée et provoqua un nouveau sursaut à l'avion. L'appareil toucha ensuite le sol, à l'extrême limite du début de la piste d'atterrissage. Il y eut une sorte de rebond, l'appareil tangua sur un côté pendant quelques secondes qui parurent durer des heures… puis il se stabilisa en ligne droite. Le pilote enclencha les freins : ils avaient atterri.

Après quelques mètres, l'avion s'immobilisa totalement. Il y eut un silence et soudain, un tonnerre d'applaudissements et de cris de joies explosèrent dans l'habitacle. Les passagers pleuraient, mais de soulagement, cette fois, du bonheur d'être en vie, d'avoir survécu à ce péril qu'ils n'auraient jamais imaginé devoir affronter.

Barne souffla et s'écroula sur le sol en se prenant la tête dans les mains. Il n'arrivait même plus à tenir le compte du nombre de fois où il avait failli mourir, ces derniers jours… celle-ci était particulièrement spectaculaire.

— On se félicitera plus tard ! dit le pilote d'un ton autoritaire. Il faut évacuer l'avion avant que l'incendie ne se répande, vite !

L'équipe des stewards et des hôtesses de l'air s'activa immédiatement. Ils étaient rodés et diablement efficaces : des rampes de secours gonflables jaillirent de l'appareil et les passagers furent invités à sortir aussi rapidement que possible. Déjà, sur le tarmac, des ambulances et des camions de pompiers arrivaient en trombe. Tout le trafic de l'aéroport avait déjà été immobilisé à l'approche de l'appareil et de son assaillant maléfique.

Les passagers étaient pris en charge par les équipes médicales et raccompagnés dans les ambulances. Barne, Carmalière, Pod et Jasione se retrouvèrent tous ensemble sur le tarmac et, sans prévenir, se jetèrent dans les bras les uns des autres. Barne se rendit compte qu'il pleurait. Carmalière aussi.

— Amélise, murmura Barne.

Carmalière secoua la tête de gauche à droite en essuyant ses yeux. Ils jetèrent un regard vers l'arrière. En ligne droite, derrière l'avion, ils apercevaient la clôture défoncée et, un peu plus loin, la silhouette du dragon, toujours en vol.

— Vite ! leur dit l'un des membres du personnel médical. Nous devons évacuer les pistes ! Le dragon fonce sur nous !

Barne pensa à l'avion, aux membres de l'équipage, aux passagers, à tous ces innocents qui avaient failli laisser leurs peaux dans cette ignoble attaque. Il pensa à Amélise… même si leurs relations n'étaient pas les meilleures du monde, même s'ils se prenaient régulièrement le bec, elle avait été son amie. Peut-être même l'une des meilleures, avec le recul.

Puis il revit l'image de ce dragon, immense, terrible, impitoyable. Par dessus tout, il revit le visage déterminé et vicieux de Morr Saraz, le chef du Front des Inertes Fiers. Le fou dangereux qui était à leurs trousses et qui avait juré leur mort. Le pire allié objectif de l'oligarchie orquogobelinesque que la FNT combattait. L'agent de la haine prêt à tuer des dizaines d'innocents pour les atteindre, eux.

— Eh bien, murmura-t-il, qu'il vienne. Nous n'en avons pas terminé avec lui.

Carmalière lui jeta un regard. Barne était bien vivant, mais le petit employé de bureau un peu lâche, lui, était mort dans cet avion. Dans ses yeux, on pouvait maintenant lire la détermination et le courage de ses ancêtres guerriers, prêts à en découdre avec les orques, prêts à se battre pour la liberté.

Prêt à affronter la créature des enfers qui volait dans leur direction.

16. Le maître du dragon

Aux temps anciens, lorsque le territoire des dragons s'étendait encore sur l'ensemble de la Terre de Grilecques, les attaques étaient monnaie courante et les peuples civilisés avaient appris à vivre avec. Bien sûr, cela ne rendait pas ces attaques supportables ou banales, mais au moins ne se retrouvait-on pas complètement démuni lorsque l'une de ces créatures obscurcissait le ciel.

Un dragon pouvait détruire une ville entière par le feu aussi efficacement qu'un bombardement moderne, aussi la méthode de protection était-elle similaire : se cacher, tout simplement, se terrer dans les caves en attendant que la menace s'éloigne. Puis, sortir, éteindre les incendies, enterrer les morts et sauver les quelques blessés et ruines qui pouvaient encore l'être. En général, il y en avait peu.

À l'inverse des bombardements, les attaques de dragons avaient un aspect purement aléatoire et non ciblé, ce qui était une différence de taille : on bombarde une ville pour des raisons stratégiques ou conquérantes, alors qu'un dragon est un simple prédateur qui ne cherche qu'à contenter son colossal appétit. La fréquence des attaques de dragons s'expliquait tout naturellement par la densité de population des villes : c'était, pour ces monstres, une maximisation des chances de pouvoir manger à sa faim en minimisant ses efforts.

Après plusieurs siècles de terreur, la suprématie des dragons avait fini par être limitée et, par la suite, quasiment réduite à néant. Les mécanismes de protection des cités étaient devenus plus efficaces, ce qui rendait les expéditions des dragons moins fructueuses. À cela s'était bien vite ajoutée la création d'armes à même de leur infliger des dégâts substantiels. Le nombre de dragons vivants diminua drastiquement et ceux-ci finirent par s'éloigner de la civilisation : il n'y avait plus guère que dans les contrées sauvages qu'ils pouvaient espérer continuer à vivre et à chasser – des troupeaux d'animaux, en général – sans être immédiatement eux-mêmes pourchassés et tués.

L'attaque soudaine d'un dragon sur la mégalopole de Dordelane fut donc accueillie avant tout par une grande surprise, une panique généralisée et une parfaite impuissance de la part des habitants. Peu de gens prirent la peine d'analyser le fait que le dragon semblait concentré sur un avion et n'attaquait pas la ville, ce qui, en soi, était un comportement inhabituel.

Il fallut un long moment aux autorités pour adopter une réaction appropriée et qui consista, en l'occurrence, à envoyer la Brigade d'Intervention Spéciale sur place. À ce moment-là, l'avion avait d'ores et déjà atterri dans des conditions particulièrement chaotiques et les passagers avaient été pris en charge à l'aéroport.

À travers la vitre de l'ambulance qui les amenait au terminal le plus proche, la compagnie observait les fourgons blindés de la BIS envahir les pistes de décollage. Carmalière avait tenté d'expliquer que c'était à eux que le dragon en avait – surtout son maître, en réalité – et qu'il était donc plus prudent de les laisser s'occuper du problème. Malgré ses protestations, les autorités de l'aéroport n'avaient rien voulu savoir. Sans doute s'étaient-elles imaginé que la vieille magicienne délirait, secoué par l'attaque du dragon et l'atterrissage en catastrophe.

— Plus vite ! s'écria l'infirmier qui était assis à l'arrière aux côtés de la compagnie.

Sa collègue qui conduisait pouvait voir, dans le rétroviseur, le terrifiant dragon qui les talonnait.

— Vous n'arriverez pas à le distancer ! lança Carmalière d'un ton pressant. Arrêtez-vous et laissez-moi descendre ! Je peux créer un bouclier contre les flammes, mais je dois être à l'extérieur !

— On va y arriver ! dit la conductrice. Regardez, le dragon a l'air aux prises avec quelque chose…

Barne plissa les yeux en regardant à travers la vitre arrière. Effectivement, la bête venait clairement vers eux mais elle faisait en même temps des mouvements erratiques, agitant les ailes et les griffes dans tous les sens, comme l'on ferait si l'on voulait chasser une mouche… une mouche ?

— Amélise ! s'écria Barne.

— Cette guerrière ! rugit Carmalière. Elle a survécu ! Elle est repartie à la charge !

— Elle va se faire carboniser ! Ou dévorer ! s'alarma Barne.

— ARRÊTEZ CE VÉHICULE ! hurla Carmalière.

Devant l'absence de réaction de la conductrice, Carmalière prit les devants et se leva pour ouvrir les portes arrières.

— Hé ! s'écria l'infirmier. Mais…

La conductrice vit la scène depuis son rétroviseur interne et, à contrecœur, s'arrêta pour ne pas risquer un accident stupide avec les passagers qu'elle était censée protéger.

— C'est de l'inconscience ! dit-elle.

— Allez-y, répondit Carmalière, retournez au terminal et planquez-vous ! Ne vous inquiétez pas pour nous : on gère !

Barne se dit que c'était une vision exagérément optimiste de la situation : face au dragon, il doutait que la compagnie puisse « gérer » quoi que ce soit…

Les véhicules de la Brigade d'Intervention Spéciale étaient garés non loin de l'endroit où l'ambulance s'était arrêtée. Les troupes étaient déployées tout autour et de nombreux agents pointaient des armes lourdes vers le ciel.

— Attendez ! cria Barne en accourant vers eux.

Les hommes de la BIS se tournèrent vers lui, surpris d'être pris à parti par un civil, surtout dans ce contexte.

— Ne tirez pas sur le dragon ! Notre amie est en vol à côté de lui, vous risquez de la toucher !

La compagnie avait rejoint l'un des groupes de la brigade. Carmalière expliqua ce qu'ils savaient aux agents : que ce dragon était contrôlé par un être humain ; qu'il avait sciemment attaqué l'avion ; que leur amie Amélise était en train de lutter contre cette bête et son maître.

Bien sûr, il omit de préciser qu'ils connaissaient l'identité de l'homme et la raison de son attaque… les hommes de la Brigade semblaient suffisamment concentrés sur leur tâche pour ne pas avoir reconnu la compagnie. Ou alors, se dit Barne, ils attendent peut-être tout simplement d'avoir réglé le problème du dragon pour nous coffrer tous les cinq…

— Votre amie devrait s'éloigner ! dit le commandant de la brigade. Nous serions en mesure d'abattre l'animal si nous ne risquions pas de la toucher !

— Elle doit jouer la sécurité en zig-zaguant à proximité de sa tête, remarqua Pod. Si elle s'éloigne, elle offrira un meilleur angle de vue au dragon qui pourra envoyer son souffle directement sur elle.

Le dragon se rapprochait et ils pouvaient maintenant distinguer clairement la scène. La bête était rendue furieuse par cet insecte qui tournoyait autour de sa tête sans se laisser attraper. Amélise avait décidément des talents de vol indéniables… Morr Saraz, quand à lui, était armé d'un pistolet mais il ne s'en servait pas : il était bien trop concentré sur la tâche ardue de ne pas être désarçonné par les brusques embardées du dragon. Il se cramponnait aux rênes de toutes ses forces et tentait tant bien que mal d'orienter le vol de sa monture.

Lorsque le dragon fut à seulement quelques mètres du sol, sa silhouette immense cachant une portion conséquente du ciel, le capitaine décida d'agir.

— Une ouverture ! cria-t-il. Visez la partie inférieure du corps de la bête !

Ses hommes s'exécutèrent. À cette distance et considérant la taille de l'animal, il était tout à fait dans les cordes de ces tireurs entraînés de faire feu sans risquer de toucher Amélise ou Saraz qui étaient bien plus haut.

— FEU ! ordonna le capitaine.

Il y eut un crépitement assourdissant d'armes automatiques actionnées toutes en même temps. Barne fut surpris de la rapidité avec laquelle l'odeur de poudre vint se mêler à celle, nauséabonde et bestiale, du dragon.

Le monstre lança un hurlement qui fit trembler le tarmac, accompagné d'une gerbe de flamme qui, même si elle était dirigée vers le ciel, fit monter la température au sol de manière fulgurante.

Les balles avaient, pour la plupart, atteint son ventre et ses pattes arrières. Il était juste blessé, mais Amélise profita de ces quelques secondes d'inattention pour fuir. Elle plongea vers le sol en piqué, rejoignit la compagnie sans se poser et leur cria :

— FUYEZ !

Le dragon, à présent débarrassé de l'insecte qui le tourmentait, reprenait déjà ses esprits. Il abaissa la tête rageusement pour contempler ses agresseurs.

— FEU À VOLONTÉ ! hurla le capitaine et un nouveau concert de mitraillettes éclata.

Barne courait, talonnant Amélise qui menait le groupe en rase-motte vers le terminal et suivi par le reste de la compagnie. Il y eut un nouveau rugissement derrière lui, suivi d'une déflagration… et de cris – humains, cette fois. Barne se retourna et constata que le dragon avait riposté en convoquant toute sa puissance : des hommes de la BIS couraient, leurs vêtements en flamme. Plusieurs fourgons avaient également pris feu et l'un d'eux explosa soudainement, provoquant la surprise du dragon qui recula de quelques mètres.

De nouveaux coups de feu retentirent mais cette fois, Barne vit plusieurs balles venir heurter le sol de la piste, à quelques mètres d'eux. Ces balles n'avaient pas été tirées par la BIS

— Saraz ! s'indigna Barne. L'animal, il nous tire dessus !

— J'ai fait ce que j'ai pu, répondit Amélise, mais je n'ai pas réussi à le désarmer !

— Ils foncent sur nous ! cria Pod.

Voyant que la compagnie s'échappait, Saraz avait lancé son dragon sur leur route, délaissant le groupe du BIS qui était de toute façon sérieusement incapacité. Le dragon souffrait aussi de blessures graves, percé par des dizaines de balles : certes, ces balles étaient minuscules de son point de vue, mais plusieurs avaient atteint sa gorge et il saignait considérablement. Cela l'affaiblissait tout en le rendant plus déchaîné encore.

Les compagnons terminèrent leur course au niveau d'un petit tunnel accolé au terminal, lieu de garage des navettes qui desservaient certains petits avions : ils eurent juste le temps de s'abriter derrière l'épais mur en béton avant qu'une nouvelle déflagration ne le heurte de plein fouet.

— C'était moins une ! fit Amélise.

Ce fut à ce moment que le mur en béton explosa : le dragon, emporté par son élan et affaibli par ses blessures, était venu s'écraser de l'autre côté. Amélise et Carmalière furent projetés en avant et Barne vit Jasione disparaître sous un tas de gravats avant de recevoir lui-même un morceau de mur dans les omoplates. Il tomba à terre, le souffle coupé. Seul Pod avait, par le hasard des choses, été épargné par les débris du mur. À travers les morceaux de béton encore debout et les tiges métalliques de la structure qui pendaient ça et là, on pouvait voir le corps du dragon, affalé devant le terminal, meurtri et à demi-conscient.

— Jasione ! s'écria Pod en s'accroupissant devant les gravats et en commençant à les déplacer pour tirer son amie de là.

Barne était sonné. Allongé sur le dos, il ne distinguait qu'une image floue du gnome qui s'activait dans les décombres du mur.

— Mains en l'air, gnome ! fit une voix dure.

Morr Saraz avait pénétré dans le tunnel et tendait son arme de poing vers Pod. Il avait l'air un peu étourdi par la chute, lui aussi, et avait le visage et le corps couverts de poussière, de plâtre et de sang. Malgré cela, il tenait Pod en joue : l'atterrissage catastrophique du dragon n'avait pas entamé sa détermination.

Pod avait ignoré l'injonction et continuait à déplacer des morceaux de béton.

— Tu m'as entendu ? Mains en l'air, petite raclure ! Ou je tire !

Pod se retourna vers lui avec un regard rageur. Il tremblait de tous ses membres.

— Va te faire foutre, Saraz ! Mon amie est peut-être morte par ta faute et je ne vais pas venir ramper à tes pieds au lieu d'essayer de la sauver ! Tu veux tirer ? Tire ! De toute façon, c'est ce que tu finiras par faire, pas vrai ? Tu n'essaies pas de nous tuer depuis deux heures pour finir par gentiment nous remettre à la police ?

La vision de Barne se faisait plus claire. Saraz se tenait juste devant lui mais il l'ignorait : il le croyait sûrement tout aussi évanoui que Carmalière et Amélise. Barne vit un rictus mauvais défigurer son visage. Saraz eut un instant d'hésitation devant le refus de soumission de Pod.

Barne saisit l'occasion : il empoigna un morceau de tige métallique tombé à quelques centimètres de son bras et, se relevant en un éclair, envoya un violent coup dans le bras tendu de Saraz. Celui-ci poussa un cri en laissant voler son arme qui tomba dans le tas de débris sur le sol.

— Espèce de sale petit…

L'heure n'était pas à la discussion : Barne ne lui laissa pas le temps d'aller au bout de son insulte et lui asséna un deuxième coup qui atteignit son torse et le bas de son visage. Saraz accusa ce coup avec un mélange de surprise et de douleur. Il trébucha en arrière et tomba allongé.

Alors que Barne, débordant de rage, s'apprêtait à frapper une troisième fois leur agresseur, Saraz se retourna et contra l'attaque avec un autre morceau de structure métallique qu'il avait récupéré sur le sol.

Barne recula et Saraz se remit debout. Les deux hommes se faisaient face à la manière de deux chevaliers de joute : les bras tendus l'un vers l'autre, fermement agrippés aux tiges tordues de la structure en béton qui leurs servaient d'épées de fortune.

Barne n'avait réussi à avoir l'ascendant sur son assaillant que grâce à l'effet de surprise. Saraz était de toute évidence bien habitué à manier des armes contondantes et passa à l'attaque avec une férocité décuplée. Barne contra maladroitement ses attaques, la tige de métal vibrant dans sa main à chaque coup. Il reçut plusieurs fois la tige sur les bras et les flancs et battit en retraite hors du tunnel.

Pod était resté à l'intérieur : Barne se dit que le gnome devait profiter de la distraction de Saraz pour tenter de libérer Jasione de la pile de gravats.

À côté du tunnel, il vit le dragon, allongé parallèlement au terminal, baignant dans son propre sang : il semblait à l'agonie, immobile, avec ses longues ailes de chauve-souris qui pendaient de chaque côté, ses yeux entrouverts et sa respiration faible et sifflotante. Barne ne distinguait pas bien l'équipe du BIS, au loin, mais ils devaient considérer la menace comme temporairement réglée. De plus, ils avaient sans aucun doute de nombreux blessés de leur côté – voire des morts. Il était seul face à Morr Saraz.

Guidé par la rage, Barne se lança à corps perdu dans ce combat d'escrime improvisé. Il savait que Saraz avait toutes les chances de le gagner, et pourtant il ne baissait pas la garde, parait les coups qu'il pouvait parer, et en envoyait lui aussi quand une occasion se présentait. Les tiges n'étaient pas tranchantes mais les coups, assénés avec force et vitesse, faisaient un mal de chien : il était clair que l'on pouvait battre quelqu'un à mort avec. Barne avait le corps couvert d'hématomes mais se consolait en sachant qu'il infligeait pas mal de dégâts à son adversaire également.

Et puis, au bout de plusieurs minutes d'un combat bestial, Barne fit une erreur : il laissa une ouverture et reçut l'arme de son adversaire en plein visage, sur sa joue gauche. La douleur l'aveugla et il sentit ses yeux se brouiller de larmes. Il tituba en arrière et s'affala contre un mur… un mur mou et chaud.

Il reprit ses esprits et constata avec horreur qu'il était assis sur le museau du dragon. La respiration que celui-ci, inconscient, lui envoyait dans les mollets était chaude et fumante. Saraz, à un mètre de là, toisait Barne avec un sourire méprisant sur le visage, agitant la tige de métal devant son nez.

— Voilà c'qui arrive, petite racaille, quand on s'allie avec des saloperies d'elfes et de magiciens…

Barne voulait repartir à l'assaut, mais la douleur paralysait ses muscles.

— Pourtant, murmura-t-il en soutenant le regard de Saraz, ce ne sont pas eux qui ont lâché un monstre sur un avion de ligne… ou qui essaient de me tuer à coup de barre de fer.

— Pauvre crétin ! La volonté de domination des elfes sur les inertes est un phénomène global bien plus destructeur que tout ce que j'ai pu déchaîner sur ta petite personne ! Tout ce que je fais… tout ce que le FIF fait, c'est de l'autodéfense face aux agressions des elfes sur notre culture et notre économie ! Pour le bien commun des inertes !

Barne eut un hoquet de surprise : entendre les mots bien commun dans la bouche d'un être aussi haineux… il en serait tombé par terre s'il n'était pas déjà assis sur le museau du dragon.

— Oui, parfaitement ! lança avec rage Morr Saraz. Combattre jusqu'à la mort les collabos dans ton genre est œuvre d'utilité publique ! Des collabos qui ont appris à tendre la joue à ces merveilleux elfes et leurs fabuleux apports culturels… Traître à ta race ! C'est parce que des gens comme toi ont laissé pulluler les elfes dans nos cités que notre civilisation est décadente ! Ces êtres magiques arrogants devant lesquels nous sommes priés de nous prosterner… et de nous repentir d'avoir combattu… Eh bien nous, nous sommes fiers d'être inertes !

— Ah oui, railla Barne, parce que le dragon, là, c'est le nec plus ultra de l'animal inerte, n'est-ce pas ? Ça n'a rien de magique, peut-être ?

— SILENCE !

Comme tout extrémiste, Saraz ne pouvait déblatérer son discours nauséabond qu'en l'absence de contradicteur. Barne sourit malgré le péril : même s'il mourait en ce jour, il savait que le FIF ne pourrait jamais gagner. Le Front convaincrait sans doute pas mal d'esprits faibles et facilement manipulables… ainsi que pas mal d'honnêtes gens simplement frustrés par les injustices du système aisément mises sur le dos des êtres magiques… mais la haine idiote et dogmatique s'effondrait dès lors qu'on la mettait à nu.

Saraz avait fini de discuter. Il leva sa barre de fer et avança. Barne, qui avait profité de la discussion pour réfléchir à un plan, croisa les doigts intérieurement et se lança dans une dernière action désespérée : il sauta rapidement sur le côté et recula, se plaçant à côté du crâne du dragon. Il leva sa barre de fer et la planta sauvagement dans le cou de la bête.

Celle-ci, dans un ultime sursaut, ouvrit grand sa gueule et poussa un hurlement… accompagné d'une gerbe de flammes qui engloutit le corps de Morr Saraz. Le leader du FIF poussa des mugissements inhumains en se roulant sur le sol, ses chairs consumées par le feu magique. Le dragon, quant à lui, avait lâché son dernier soupir et sa lourde tête s'était définitivement écroulée sur le sol.

Barne tomba à genoux et regarda la petite boule de feu qui se débattait au sol et qui, très vite, cessa de faire du bruit et s'immobilisa. Il n'y avait plus qu'une informe masse noire et rouge ; un résidu d'être humain carbonisé que les médecins légistes ne pourraient identifier que par ses empreintes dentaires. Morr Saraz, leader des inertes fiers, réduit en cendres par sa propre monture magique.

Barne se releva avec difficulté : ses membres étaient contusionnés et sa joue gauche marquée d'une profonde entaille qui avait saigné sur sa chemise. Il rejoignit Pod dans le tunnel en boitant. Le jeune gnome était toujours affairé à délivrer Jasione des gravats. Quelques mètres plus loin, Carmalière et Amélise étaient en train de revenir à eux.

— Barne ! Tout va bien ?

— J'ai mal partout… mais j'ai tué Saraz.

Pod s'arrêta un instant et scruta le regard de Barne. Il semblait chercher à deviner s'il serait bienvenu de s'en réjouir : un ennemi avait été vaincu, certes, mais Barne était dans le même temps devenu un meurtrier. Pod décida d'opiner simplement du chef en ayant l'air de dire « tu as fait ce qu'il fallait faire ».

— Viens m'aider à lever ce bloc de béton ! lui lança-t-il.

Barne s'approcha et s'accroupit aux côtés du gnome. Ils firent levier et réussirent à bouger un énorme morceau de béton. D'autres blocs bouchaient encore le passage. Carmalière et Amélise vinrent prêter main forte à leurs compagnons :

— C'est Jasione qui est là-dessous ? demanda Amélise.

— Oui, fit Barne. Le dragon est mort… et Morr Saraz aussi.

Ils ne posèrent pas de question et continuèrent à creuser dans les gravats. Au bout de quelques instants, le visage de la naine apparut. Elle semblait à peine consciente, mais en vie. Ils la dégagèrent bien vite et la positionnèrent assise contre ce qui restait du mur.

— Jasione ? demanda Amélise. Est-ce que ça va ?

Lentement, laborieusement, la naine ouvrit ses paupières. Elle mit un instant avant de comprendre la situation. Elle dévisagea chacun des compagnons et murmura avec un sourire :

— Vous croyez quand même pas qu'on peut faire caner une naine en l'enterrant ?

Ils ne purent s'empêcher de rire devant l'air bravache de l'ouvrière.


Les compagnons passèrent plusieurs minutes à se remettre de leurs émotions. Il était inespéré qu'ils soient tous en vie après une telle série d'événements dramatiques. Amélise prodigua quelques sorts de soins à Jasione et Barne, qui étaient les plus sévèrement touchés.

Puis ils décidèrent de ne pas traîner plus longtemps : la menace du dragon écartée, il ne faisait aucun doute que la Brigade d'Intervention Spéciale allait s'intéresser de près à eux. Ils rejoignirent, à l'intérieur du terminal, les équipes médicales qui s'occupaient des passagers de l'avion dans lequel ils avaient voyagé. Les infirmiers ouvrirent des yeux ronds en voyant dans quel état ils arrivaient, couverts de gravats et ensanglantés.

Les compagnons prirent soin d'éviter de retomber sur les deux personnes qui les avaient un instant transportés dans l'ambulance sur la piste et parvinrent à échapper à la vigilance de l'équipe médicale. L'agitation était palpable dans l'aéroport. Entre la cellule psychologique, les cordons de sécurité et les nuées de journalistes qui se pressaient déjà pour couvrir l'événement, il ne fut pas compliqué de se fondre dans la masse et de rejoindre le parking extérieur.

Une sorte de minivan un peu décati s'arrêta à leur niveau. La fenêtre s'abaissa et un elfe au visage ridé et barbu les interpella.

— Dis-donc, Carmy, t'es à la bourre !

— Salut à toi, Eluor, répondit Carmalière avec un sourire. Tu nous excuseras pour le retard : on vient de se coltiner un dragon.

— Sans déc' ? répondit-il avec ironie. Tu sais, ça fait juste une heure que toutes les chaînes d'info sont passées en édition spéciale ! « Un dragon dans l'espace aérien de Dordelane » !

— Il y autre chose : Morr Saraz a passé l'arme à gauche, poursuivit Carmalière. J'imagine que ça, ça n'est pas encore arrivé aux oreilles des journalistes.

Le dénommé Eluor ouvrit des yeux ronds :

— Sans déconner ? Vous avez buté ce salopard ? Allez, montez et racontez-moi tout ça.

Carmalière fit signe à la compagnie de prendre place à l'arrière et iel s'installa à la place du mort. Iel les avait prévenus qu'un contact de la FNT à Dordelane devait les y attendre. Barne n'avait pas osé demandé plus d'informations sur ce sujet : la dernière fois que Carmalière les avait menés chez un contact, il s'était agi de l'ogre Zarfolk. Barne s'était donc naturellement attendu à tout : découvrir un simple elfe qui ressemblait en tout point aux clichés du vieux syndicaliste jovial et grande gueule avait quelque chose de décevant.

Le minivan quitta l'aéroport sans rencontrer le moindre barrage. Barne était presque scandalisé de constater le peu de sécurité mise en place suite à l'attaque d'un dragon… mais puisque cela arrangeait leur affaire, il décida qu'il eût été de mauvais goût de s'en plaindre.

Carmalière fit le récit de leur périple depuis la banlieue de Bundir jusqu'au combat de Barne contre Morr Saraz, en passant pas l'action héroïque d'Amélise qui avait sauvé l'avion. Eluor ponctuait le monologue du magicien par des « oh », des « ah », des « putain ! » et des « la vache ! », ce qui avait le don d'agacer prodigieusement Jasione.

— Comment ce fumier de Saraz a-t-il donc pu savoir que vous arriviez ?

— Eh bien, à l'aéroport, nous avons été assez surpris de constater que les personnes qui nous reconnaissaient semblaient de notre côté, remarqua Carmalière. Visiblement, pas toutes. Quelqu'un l'aura rencardé…

— Quand j'pense qu'il s'est pointé avec un dragon, murmura Eluor avec fascination. Quel gros taré ! Enfin… il ne nous nuira plus. Une bonne chose de faite, si vous voulez mon avis.

À travers les vitres teintées du minivan, Barne pouvait contempler le paysage désertique des banlieues de Dordelane, des maisons aux fenêtres minuscules entourées de parterres d'herbes grillées, d'étendues oranges et jaunes baignées d'un soleil de plomb. Ils filaient sur l'autoroute qui devait mener au centre-ville et qui était quasiment vide en ce début d'après-midi de dimanche. Un vent chaud s'engouffrait par les vitres ouvertes du van : la chaleur y était étouffante.

— Bon, fit Eluor. Un petit point sur la situation : ton message a été bien reçu, Carmalière. J'ai trouvé ça gonflé, que tu annonces haut et fort ton intention de passer à l'attaque, mais faut croire que ça a payé : c'est un sacré bordel, depuis ! Ça enchaîne manif sur manif, partout dans Grilecques ! Comme c'est le week-end, les gens n'ont même pas le dilemme de faire péter une journée de salaire pour faire grève. Y'a facilement un tiers des manifs qui dégénèrent et finissent en émeute. Les commissariats sont pleins à craquer de pauvres types coffrés à la va-vite pour outrage ou rébellion…

— Et la Forteresse ?

— Tu vas voir, c'est royal : le parvis a été envahi de militants pendant la nuit, ils ont monté des barricades et des cabanes tout autour. Y'a aussi une dizaine de camions de journalistes qui sont venus couvrir l'événement. Vous êtes des stars, les gars… z'ont même été interviewer ta femme !

C'était à Barne qu'il avait adressé cette dernière remarque. Celui-ci resta bouche bée :

— Mélindel ? Ils ont retrouvé Mélindel ?

— Tout juste.

— C'est mon ex-femme… Qu'est-ce qu'elle a dit ? demanda-t-il avec appréhension.

— Oh, dit Eluor, les banalités qu'on entend toujours quand on interroge des proches de gens qui font des choses extraordinaires : « ça m'étonne énormément », « ça n'est pas du tout son genre »… si tu veux mon avis, elle avait plutôt l'air d'être agréablement surprise. Fière, même, je dirais. L'occasion de se rabibocher ? ajouta-t-il en lui lançant un clin d'œil.

— Bof, grogna Barne.

En vérité, si son divorce était encore douloureux pour lui, il ne s'imaginait pas recoller les morceaux avec Mélindel : trop de temps avait passé, trop de choses avaient changé. Il repensait à la personne qu'il était tout juste deux semaines auparavant… il lui semblait que des années s'étaient écoulées. Barne se sentait étranger à la personne que Mélindel avait quitté plusieurs mois plus tôt. S'il était honnête avec lui-même, il devait bien admettre à présent qu'il aurait lui aussi voulu quitter cette personne…

— Bref, continua Eluor, tout ça pour dire qu'il y a tout ce qu'il faut pour tenir la Forteresse en état de siège pour un bon moment ! Parce que j'peux te dire que les gars autour, ils prennent leurs aises, ils s'installent. Ils ont monté des stands pour la bouffe et la picole, y'a de la musique… z'ont même ramené des canap'.

— L'ennui, remarqua Carmalière, c'est qu'on ne veut pas assiéger la Forteresse : on veut y entrer.

— Ça, je te cache pas que ça va être coton. Y'a d'la flicaille partout, et pas du petit flic municipal : c'est le GAT, le Groupe Anti-Terroriste, qui supervise la sécurité. Les types ont des armes de guerre, sont casqués et en armure… enfin, tu les connais, c'est pas franchement des rigolos.

Le minivan avait quitté l'autoroute et parcourait maintenant une longue artère de Dordelane. Certains des immeubles démesurés de chaque côté de la route dissimulaient le soleil ; d'autres le reflétaient. Barne n'avait jamais mis les pieds dans une mégalopole comme celle-ci et avait la sensation d'être plongé dans un blockbuster d'action.

Eluor quitta l'avenue et conduisit le minivan à travers un enchevêtrement de rues à sens unique. De part et d'autre, on pouvait voir des ordures qui jonchaient le sol et des barricades tenues ou non par des manifestants. Ils approchaient du cœur des événements. Au bout de quelques minutes, Eluor se gara à cheval sur le trottoir.

— On y est presque. On va finir à pied : notre destination est droit devant.

Ils sortirent du véhicule. Au bout de la rue, dépassant légèrement des gratte-ciels alentours, se dressait un immense bâtiment à mi-chemin entre un château fort médiéval et un bunker moderne. Une sorte de bloc de pierre et d'acier dominant tous les bâtiments alentours, avec très peu de fenêtres et des formes sculptées qui évoquaient l'art orquogobelinesque : des cornes, des spirales aux extrémités pointues, des bordures saillantes qui semblaient coupantes comme des rasoirs.

La Forteresse de la Bourse de Grilecques, dans toute son inquiétante splendeur.

17. Barricades

Eluor n'avait pas menti : le parvis de la Forteresse était aussi animé que la fosse d'un festival de musique. Elle était noire de monde et couverte de tentes et de baraques construites à la va-vite, faites de planches et de bric-à-brac. Des banderoles décorées de slogans révolutionnaires surplombaient les allées entre les campements.

L'atmosphère joyeusement populaire du parvis tranchait radicalement avec l'austérité élitiste de la grande Forteresse qui trônait au centre de ce bazar. Tout autour du bâtiment, des cordons de policiers et de membres du Groupe Anti-Terroriste étaient installés en rangs serrés. Pour l'heure, tout était calme, mais si l'affrontement éclatait, il serait brutal, à n'en pas douter.

La compagnie fut menée par Eluor à travers le camp improvisé. Barne était surpris qu'une « insurrection » se déroule dans une ambiance aussi festive et bon enfant… Il n'avait pas encore tout à fait relâché la pression de son combat contre un dragon et contre un psychopathe déterminé à le tuer : il avait la sensation de flotter, d'être dans un rêve… un rêve un peu étrange, avec cette foule monstre, cette vie, ces éclats de rire, ces odeurs de barbecue et de bière tiède… Était-ce bien réel ?

À un endroit, on pouvait voir des foules rassemblées autour d'une troupe de musiciens qui chantaient à tue-tête des paroles évoquant révolte, barricades et liberté. Barne se rendit compte que se manifestait là une culture populaire et libertaire dont il avait à peine soupçonné l'existence : une de ces cultures qui n'a pas voix au chapitre à la télévision mais qui ressurgit dès lors que le peuple se rassemble.

— Par ici, dit Eluor en les entraînant.

Barne se demanda comment il pouvait se repérer à travers toutes ces tentes et ce bazar généralisé. Il s'avéra rapidement qu'Eluor se dirigeait en fait vers une estrade installée à quelques mètres de la Forteresse : les gens qui y déambulaient étaient visibles depuis pratiquement tout le reste du campement. L'estrade servait de lieu de prise de parole : il y avait un micro relié à un petit amplificateur, sans doute alimenté par un groupe électrogène quelque part dans le campement.

Le groupe fut accueilli par une fée, ce qui surprit Barne : les fées étaient-elles donc prédisposées au syndicalisme ? En effet, ces créatures étaient des êtres rares en Terre de Grilecques en comparaison des fortes populations d'humains, de gobelins, d'elfes, de petits êtres… Il était déjà surprenant pour Barne d'en rencontrer deux en si peu de temps, mais il était encore plus saugrenu qu'elles appartinssent à la même organisation.

Cette fée était notoirement plus âgée qu'Amélise, elle portait de longs cheveux d'un blanc nacré presque irréel et avait la peau ridée. Vu la longévité des fées, proche de celle des elfes, Barne lui donnait entre deux et trois siècles. L'âge n'avait par contre aucun effet sur sa majesté de fée : ses ailes étaient aussi gracieuses, fines et brillantes que celles d'Amélise et elle dégageait une même aura de puissance paisible.

— Luminy ? fit Eluor. Je te présente Carmalière et sa compagnie.

La fée ouvrit de grands yeux et se jeta au cou de Carmalière qui accueillit l'accolade avec une expression de surprise.

— Carmalière ! s'écria la fée. Enfin !

— Euh… enchantée, fit cellui-ci, gêné.

Barne ne put s'empêcher de ricaner sous barbe. Amélise aussi avait ce côté très démonstratif : à croire que c'était une caractéristique partagée des fées…

— Luminy est présidente de l'antenne locale de la FNT à Dordelane, expliqua Eluor. C'est elle qui a en grande partie organisé l'occupation de cette place…

— Vous ne pouvez pas imaginer combien je suis contente que vous ayez réussi à venir ! poursuivit Luminy. On n'attendait plus que vous ! Les gens sont chaud-bouillants, on va tout faire péter !

Tout comme pour Amélise, pensa Barne en souriant, l'aspect « majestueux » de la fée est contrebalancé par cette bonhomie et ce franc-parler très cru.

— Vous êtes des petites célébrités, vous savez ? dit Luminy. Je vous connais déjà par cœur ! Barne ! Pod ! Et bien sûr, Amélise ! Ça fait plaisir de voir une consœur !

Amélise lui serra la main avec un grand sourire.

— Vous avez oublié Jasione, lui dit-elle. J'imagine que les médias n'ont pas encore eu le temps de faire son portrait… c'est notre dernière recrue. Elle est ouvrière à la Fabrique Adabra et elle nous a porté secours après notre tentative ratée de récupérer l'Épée…

— Jasione ! s'écria l'autre sur le même ton débordant d'enthousiasme qui commençait déjà à exaspérer Barne. Bienvenue ! Une naine ! Ah, ça, elle est cosmopolite, votre compagnie ! Ça fait plaisir à voir !

La naine grommela un « enchantée » peu convainquant. Barne se doutait qu'elle ne manifestait aucune mauvaise intention : simplement, tout comme lui qui n'avait à l'origine pas d'accointance avec des organisations gauchistes comme la FNT, Jasione n'avait certainement pas l'habitude de traîner avec des elfes, des fées et autres êtres magiques. La convergence des luttes, pensa Barne avec philosophie, ça doit aussi vouloir dire sortir de sa zone de confort…

— Alors, demanda Luminy à Carmalière, quel est le plan ?

— Eh bien, tu as sans doute compris que nous venions pour récupérer l'Épée des Serfs qui est cachée dans la Forteresse. Donc le plan, dans l'immédiat, c'est d'entrer dans la Forteresse.

Le sourire lumineux de Luminy diminua.

— Ah, dit-elle simplement.

— Oui. Je me doute bien que ça ne va pas être de la tarte, mais je ne vois pas d'autre solution. À moins d'avoir une taupe à l'intérieur qui pourrait la récupérer… quelqu'un de suffisamment important dans l'organisation financière de la Bourse Mondiale pour y avoir accès.

— Mon vieux, si on avait des taupes dans ce genre-là, on aurait foutu le capitalisme par terre depuis longtemps.

— Alors nous devons entrer, maintint Carmalière, catégorique. Pas le choix.

La fée avait un air embarrassé mais se ressaisit rapidement. Elle réafficha son sourire radieux de circonstance et dit :

— Eh bah si y'a pas l'choix… y'a pas l'choix ! J'imagine que tu veux faire une annonce ?

Elle indiqua le micro de la main. L'estrade était libre.

— Oh, eh bien…

— Je pense que vous devriez y aller, Luminy, coupa Amélise. Après tout, c'est vous la responsable de ce campement, non ?

Barne vit Carmalière faire la moue et se demanda si c'était la solidarité féminine qui avait poussé Amélise à suggérer que ce soit Luminy qui parle… ou simplement la solidarité féérique.

— Je suis partante, dit Luminy, mais vous montez avec moi sur l'estrade, alors !

En quelques minutes, ils furent rassemblés en cercle autour du micro dont Luminy se saisit. Être ainsi exposé était quelque peu inconfortable pour Barne : il avait cette désagréable idée qu'un tireur d'élite posté sur le toit de la Forteresse n'aurait aucun problème à les éliminer s'il le souhaitait. Il chassa l'idée de son esprit : quel intérêt auraient les forces de l'ordre à assassiner des syndicalistes au beau milieu de centaines de militants, quand bien même ces syndicalistes étaient des fugitifs ? La foule, dans ce contexte, était une remarquable assurance-vie…

— Camarades ! s'exclama Luminy dans le micro.

Elle avait parlé fort et un brusque larsen avait suivi, provoquant de légères protestations dans l'assistance.

— Pardon… s'excusa-t-elle un peu moins fort. Camarades. C'est bon, tout le monde m'entend ?

Il y eut un murmure d'approbation.

— Camarades, nous sommes réunis ici parce que nous avons répondu à l'appel d'un groupe de militants que la presse nous présente comme des terroristes ! Un groupe dont le seul crime a été de tenir tête à l'oppression du capital orquogobelinesque ! Un groupe qui nous demande de nous élever contre cette oppression ! De regarder les puissants dans les yeux et de leur dire « assez » ! Eh bien ce groupe est ici ! Pour lutter avec nous !

Cette fois, ce fut un tonnerre d'applaudissements qui accueillit ces paroles. Luminy énuméra leurs noms et à chaque fois, le public y réagissait par une nouvelle salve d'acclamations. Carmalière et Amélise souriaient et ne semblaient pas surpris le moins du monde ; Pod rayonnait ; encore une fois, Barne avait la sensation de partager la même réaction que Jasione : il était autant flatté que gêné.

Plusieurs journalistes s'étaient approchés de l'estrade et filmaient l'intervention. Barne se demandait si elle était retransmise en direct à la télévision…

— Une question ! demanda une jeune journaliste elfe. Avez-vous l'intention de vous rendre à la police ?

Luminy tendit le micro à Carmalière qui s'approcha.

— Nous ne nous soumettrons pas à une parodie de justice avant tout destinée à préserver la suprématie des orques. Les bandes de vidéosurveillance qui ont été révélées en disent long sur la validité des accusations qui nous touchent…

— Justement, répondit la journaliste. Puisqu'il semble établi que vous avez agi en légitime défense, qu'avez-vous à perdre à vous présenter à la justice ? Il sera d'autant plus simple de vous blanchir si vous cessez de fuir.

— L'avis de recherche publié à notre égard a pour unique objet de nous empêcher de mener à bien notre quête : pour l'heure, notre objectif est de récupérer l'Épée des Serfs.

Plusieurs personnes dans la foule crièrent des encouragements.

— Une autre question !

C'était cette fois un journaliste humain qui avait parlé.

— Quelles sont vos revendications ? L'occupation du parvis de la Forteresse a-t-elle été déclarée en préfecture ?

— Ah, mais mon p'tit ami, ce sont deux questions ! s'écria Luminy en provoquant les rires de l'assemblée. Bon, bon… nos revendications sont simples : nous voulons l'Épée des Serfs. Car cet objet, caché dans la Forteresse, nous appartient de droit ! Il appartient à tous les exploités, à tous les marginaux, à tous les déclassés !

Un nouveau tonnerre d'applaudissements résonna. Barne devait reconnaître cela à Luminy : elle était aussi douée que Carmalière pour les grands discours fédérateurs.

— Aujourd'hui est un grand jour ! continua-t-elle à l'adresse de la foule. Aujourd'hui, nous reprenons ce qui est à nous ! Ouvrez les portes de la Forteresse et laissez-nous reprendre l'Épée des Serfs ! Ouvrez les portes !

Une clameur monta petit à petit à travers tout le camp. « OUVREZ LES PORTES ! OUVREZ LES PORTES ! » criaient les centaines de manifestants rassemblés là. Les policiers disposés autour de la Forteresse restaient de marbre. Lorsqu'un petit groupe de manifestants s'approcha de l'entrée, plusieurs agents firent bloc et sortirent les matraques. Il y eut un concert de huées lorsque le groupe de manifestants battit en retraite sous les coups des policiers.

Une nouvelle clameur s'éleva. Elle disait, cette fois : « TOUT LE MONDE DÉTESTE LA POLICE ! »

— Une autre question ! s'écria la première journaliste elfe.

Elle avait du mal à se faire entendre à travers le vacarme mais Luminy tendit l'oreille.

— Est-ce que ce n'est pas déplacé d'insulter ainsi la police ? Surtout quelques heures à peine après que plusieurs policiers ont été gravement blessés dans l'attentat de l'aéroport de Nossy ? Blessés alors qu'ils tentaient de protéger la population ? Est-ce qu'il n'y a pas une incohérence à insulter ceux que vous félicitiez il y a encore quelques heures ?

Barne trouva la question pertinente : il était lui aussi embarrassé par les insultes qui fusaient envers les policiers qui, après tout, ne faisaient que leur travail. Luminy prit une profonde inspiration.

— Nous remercions nos forces de l'ordre lorsqu'elles nous protègent et nous protestons lorsqu'elles participent à notre oppression : quelle incohérence y voyez-vous ? Le fait – aussi injuste et triste soit-il – qu'un policier soit blessé, voire tué en service, empêche-t-il donc toute critique du rôle politique de la police, dans sa globalité ? De son utilisation comme arme de contrôle social ? Leur abnégation dans la lutte contre le crime et les risques qu'ils prennent par ailleurs les absolvent-ils donc des violences qu'ils font subir aux simples citoyens qui manifestent ?

Si la foule avait écouté, il y aurait eu à n'en pas douter une nouvelle salve d'applaudissements. Seulement, la situation se tendait et le bruit des cris et des huées couvrait même la sono de l'estrade. La journaliste elfe tenta de réagir à la réponse en vain : il était devenu impossible pour Luminy d'entendre quoi que ce soit à ce qu'elle criait.

— Il est inutile de continuer, glissa Carmalière à l'oreille de Luminy. Plus personne ne nous écoute. Descendons.

À quelques mètres de la large entrée de la Forteresse, une sorte de bras de fer se jouait entre le cordon de policiers fermement campés sur leurs positions et une foule de manifestants qui poussaient et se compressaient contre les boucliers des policiers. Les barrières disposées autour du bâtiment tanguaient.

La compagnie quitta l'estrade et fut emportée dans le mouvement de la foule qui convergeait vers la Forteresse. L'image, impressionnante, rappelait à Barne les images de batailles dans les livres d'Histoire. Cela faisait bien longtemps qu'un Mustii n'avait pas participé à un tel événement…

Soudain, une série de détonations fendit le vacarme ambiant, suivie de nombreux cris affolés et de gémissements. Barne se tourna vers le reste de la compagnie avec inquiétude. Une partie de la foule se mit à courir en arrière.

— Ils tirent ! s'écria l'un des manifestants qui battait en retraite. Les salauds ! Ils tirent à balles réelles !


La panique avait saisi l'ensemble du campement. Dans la plus grande confusion, les manifestants couraient se mettre à l'abri, se bousculaient et se piétinaient les uns les autres. Les constructions précaires installées pour occuper la place furent bien vite transformées en barricades : les manifestants se couchaient derrière pour ne plus être exposés aux tirs de la police.

Barne était ahuri : assis, le dos posé contre un amas informe de planches en bois, de poubelles renversées et de pavés, il voyait des formes floues se mouvoir autour de lui. Sonné, il se rendait compte que la dernière digue avait sauté : on cherchait à tuer, la police cherchait à tuer et, à travers elle, l'État cherchait à tuer. C'était une chose de faire face aux pulsions meurtrières d'un psychopathe comme Morr Saraz, c'en était une toute autre que de découvrir à quel niveau de cruauté et d'immoralité l'État était prêt à avoir recours lorsqu'il se sentait menacé.

Dans la confusion, Barne voyait déjà les gros titres du lendemain : « une manifestation dégénère à cause des provocations d'un groupe de casseurs ». Pourtant, les insultes envoyées aux policiers semblaient bien anecdotiques face à la réalité crue : sous un régime se réclamant de la démocratie et des droits fondamentaux des êtres vivants, la police assassinait sciemment et froidement des opposants politiques.

Pod, assis aux côtés de Barne, n'en menait pas large non plus. Tout le cynisme de Barne accumulé pendant des années n'avait pu le préparer à cette ignominie : il était évident que Pod, par la relative naïveté de sa jeunesse, la recevait avec encore plus d'effarement.

Carmalière, quant à iel, en avait vu d'autres en huit cents ans de lutte, dont un certain nombre de siècles passés en des temps plus obscurs où les violences de ce type étaient monnaie courante.

— Où sont Jasione et Amélise ? lui cria Barne qui faisait son possible pour garder la tête froide.

— J'ai vu Amélise filer en direction des coups de feu !

— QUOI ?! Bon sang…

Barne était systématiquement estomaqué par le courage de sa camarade fée, mais ce courage relevait de plus en plus de l'inconscience pure et dure. Il se dit avec une boule dans le ventre que ce serait un miracle si Amélise terminait cette aventure vivante…

Quelques secondes plus tard, elle refit pourtant son apparition accompagnée de Luminy : les deux fées portaient à bout de bras un jeune gnome au t-shirt taché de sang et le déposèrent délicatement par terre.

— Il y a d'autres blessés ! s'écria Amélise. La plupart peuvent marcher mais celui-ci…

Le pauvre gnome avait la bouche grande ouverte et une expression d'horreur sur le visage mais ne semblait pas réussir à crier. Luminy arracha son t-shirt d'un coup sec : un trou noir au milieu du torse du gnome rejetait des flots de sang.

Luminy posa ses mains sur la plaie et ferma les yeux. Barne repensa au moment où Amélise avait soigné sa blessure à l'épaule. Bien sûr, sa blessure à lui n'avait touché aucun organe et aucune artère…

Amélise, quant à elle, avait posé la main sur le front du jeune gnome et semblait essayer de calmer sa douleur. Malgré le tumulte alentour, un relatif silence s'était fait autour de la scène. D'autres manifestants arrivèrent bientôt en transportant des blessés par balle plus ou moins graves, laissant des traînées de sang sur leurs chemins. Barne aperçut de nombreux bras blessés. Ces salopards ont visé bien haut, se dit-il. Il détourna le regard en apercevant une humaine dont la main semblait avoir été déchiquetée par une rafale et qui souffrait le martyre.

Le gnome au sol eut un sursaut et du sang se mit à jaillir par ses narines et sa bouche.

— Non, non, non… murmura Luminy.

Le gnome était en train d'étouffer et agitait ses membres dans une panique désespérée. Il éructa quelques gargouillis, des sons terribles qui glaçaient le sang, des bruits qui résonneraient dans les cauchemars des témoins pendant de longs mois. Puis, enfin, après de longues secondes d'agonie, il cessa de bouger. Luminy et Amélise retirèrent leurs mains tachées de sang. Elles respiraient fort et transpiraient à grosses gouttes, consternées de dégoût et d'impuissance. Plus personne n'osait bouger ou faire le moindre bruit. Quelques sanglots commencèrent à se faire entendre autour du corps du gnome.

— BORDEL DE MERDE ! s'écria soudain Amélise.

Barne regarda Pod : son camarade était choqué, terrifié par l'image de cette mort hideuse qui venait de prendre un individu de son espèce. Un jeune gnome qui devait être à peine plus vieux que lui… qui aurait pu être lui. Barne posa une main sur son épaule : Pod lui lança un regard où se mêlaient la tristesse et une colère sourde qui grandissait.

Luminy, quant à elle, s'accorda un instant de deuil puis se releva et donna une tape à Amélise : d'autres blessés avaient besoin d'elles. Carmalière se releva, à demi accroupie, et passa la tête par dessus la barricade avec prudence.

— Jasione ! s'écria-t-iel.

Le mot fut comme un électrochoc pour Barne et Pod qui se redressèrent dans un même mouvement. Eux se trouvaient derrière une des plus grandes barricades, celle qui servait de refuge aux blessés : entre celle-ci et la Forteresse, de nombreux manifestants se cachaient derrière les installations du campement et tentaient d'approcher. Parmi tous ces humains, ces elfes et ces gnomes, quelques nains étaient présents, dont Jasione.

— Notre amie naine est plus téméraire que je ne l'aurais cru, dit Carmalière.

— Ils sont tous dingues ! s'écria Barne. Ils y retournent !

— Évidemment qu'ils y retournent ! Tu ne penses tout de même pas qu'une révolte va se dissiper au premier revers ?

— Au premier revers ? s'indigna Barne. Un gamin est mort ! D'autres ne vont sans doute pas tarder à le rejoindre !

— Je sais, Barne, je sais, dit Carmalière d'un ton pressant. Écoute-moi ! Il faut tenir, d'accord ? On doit tenir. Il y aura des drames, il y aura des morts. Mais si nous abandonnons, alors les orques auront gagné pour de bon. Si les décideurs vont jusqu'à tirer sur des manifestants désarmés, s'ils en arrivent à de telles extrémités, c'est qu'ils se savent en position de faiblesse ! C'est passé en direct à la télévision : ils vont perdre le soutien relatif dont ils disposaient au sein de la population ! Il faut qu'on avance, c'est notre chance !

— Comment pouvez-vous êtes aussi froid ? s'indigna Barne. Quand des gens qui meurent autour de nous et que…

— Il a raison, Barne, dit soudain Pod.

Il avait parlé d'un ton calme. Barne fronça les sourcils en le regardant, mais le jeune gnome semblait sorti de son état de choc.

— On savait que ça pourrait tourner mal, continua-t-il. Milia le savait aussi lorsqu'elle a été capturée. On savait qu'ils ne laisseraient pas tomber la Forteresse sans se battre, même d'une manière aussi dégueulasse. Il n'empêche que si on ne continue pas, alors Milia sera en prison pour rien. Si on ne continue pas, nos camarades seront morts pour rien.

Barne ne sut que répondre. En vérité, il savait que Pod et Carmalière avaient raison. Lui-même ne s'était-il pas attendu à ce qu'il y ait des morts ? Et pourtant… avant de le vivre, pouvait-il vraiment s'imaginer ce que cela signifiait vraiment ? De voir un gosse, un gnome deux fois plus jeune que lui agoniser sur le bitume, froidement abattu, rayé de la réalité parce qu'il avait eu le malheur de vouloir protester, un beau dimanche d'été ?

Des coups de feu claquèrent à nouveau, accompagnés de nouveaux cris. De nouveaux blessés, de nouveaux morts peut-être. Pour la énième fois en quelques jours, Barne s'avoua qu'il avait peur : oui, en réalité, il avait une trouille monstre. Peur de mourir ; peur de voir ses amis mourir. Cette peur paralysait son cerveau, l'empêchait de réfléchir avec raison. Il n'était pas un héros, pas un combattant né, et il le savait. Ceci étant dit, Pod n'était ni un héros ni un combattant non plus, et voir son jeune camarade affronter un tel péril avec tant d'aplomb lui redonna un peu de courage. Barne prit une profonde inspiration : la bataille n'était pas terminée et, surtout, elle n'était pas perdue.

— Carmy ! Tu es là !

Eluor s'était précipité derrière la barricade : il soufflait comme un bœuf mais semblait d'attaque.

— On a besoin de toi ! continua-t-il. On a regroupé toutes les magiciennes qu'on a pu trouver à la barricade sur l'avant-gauche : iels veulent tenter un truc. Un genre de bouclier géant ou je n'sais quoi – j'ai pas tout compris. Ramène-toi !

Sans hésiter, Carmalière suivit Eluor qui disparut derrière la barricade en lançant à Barne et Pod :

— On se retrouve à l'intérieur de la Forteresse !

— DE QUOI ?!

Barne n'eut pas de réponse, Carmalière était partie. Il se tourna vers Pod :

— Qu'est-ce qu'on fait, nous ?

— Allons prêter main forte à Jasione !

Barne déglutit avec difficulté. Aller aider Jasione signifiait traverser une large zone du campement à découvert. Il jeta un œil à Amélise qui, un peu plus loin, appliquait des sorts de soins à d'autres manifestants blessés. Elle croisa son regard un instant et hocha la tête, comme pour dire : « allez-y, je gère ».

Une chose était donc claire : ils n'auraient aucune aide magique dans l'immédiat. Pod se mit à courir et Barne le suivit, le dos courbé pour offrir une cible moins grande à d'éventuels tireurs. Ils croisèrent une équipe de journalistes allongés au sol et qui continuaient à filmer la véritable scène de guerre qui se déroulait sur le parvis. Du sang et des morts pour une audience record… Carmalière a raison, se dit Barne, toute la population de Grilecques va voir à quoi sont prêts les puissants pour défendre leur suprématie.

En quelques secondes de course qui parurent une éternité à Barne, ils avaient rejoint le groupe que Jasione avait intégré derrière une autre barricade, beaucoup plus petite.

— Jasione ! fit Pod en se jetant sur la naine. Tu vas bien ?

— Ça va, l'golo, ça va ! Où vous étiez fourrés ?

— Et toi alors ? Ça va pas de partir au front, comme ça, toute seule ?

Jasione eut un petit rire narquois.

— T'as peur pour moi, gamin ? On a dit qu'on allait botter des culs : j'vais botter des culs !

Il y eut de nouveaux tirs en provenance du pourtour de la Forteresse.

— Couchez-vous ! dit l'une des elfes qui tenait la barricade.

La plupart n'avaient pas attendu son appel pour se cacher. Ils n'entendirent pas les impacts et n'étaient sans doute pas visés, mais ils ne pouvaient prendre le risque de rester à découvert.

— Qu'est-ce qu'ils foutent avec leur bélier ? jeta l'elfe à la cantonade.

— Un bélier ? s'écria Barne.

— Bah oui ! Faut bien qu'on la défonce, cette porte, non ?

Un petit groupe de trois humains arrivèrent en traînant derrière eux ce qui ressemblait à une grande poutre en bois.

— Les magiciens devraient monter un bouclier autour des flics d'ici peu ! expliqua la jeune elfe. On sera protégés des balles et il faudra alors faire vite pour atteindre la porte !

Barne regarda autour de lui et ne vit aucune magicienne. Carmalière était parti les rejoindre, mais Barne ignorait où iels se trouvaient exactement. Il était stupéfait qu'un plan aussi sophistiqué et qui impliquait autant de personnes ait pu être monté aussi vite, mais il comprit rapidement que les manifestants avaient commencé à y réfléchir dès leur arrivée sur la place…

Il y eut soudain un bruit profond et sourd, comme si une chape de plomb venait de s'abattre sur le parvis de la Forteresse. Une sorte de halo s'élevait autour du bâtiment, ce qui le rendait flou et quelque peu scintillant.

— Le bouclier est actif ! tonna l'elfe. C'est le moment ! En avant !

Avant que Barne n'ait pu réagir, une quinzaine de manifestants – incluant Jasione et Pod – avaient saisi le bélier et couraient vers l'entrée de la Forteresse. Après un instant d'hésitation, il se jeta à leurs trousses. Des balles claquaient mais ne fusaient plus à travers le campement : de la même manière que Carmalière avait stoppé les balles des gardiens à la Fabrique Adabra, les magiciens, ensemble, avaient réussi à monter un bouclier qui protégeait le parvis des tirs policiers.

Tous les manifestants avaient compris ce qui se passait et une nuée se précipitait à présent vers le bâtiment. Barne savait qu'il fallait faire vite : il se souvenait que Carmalière n'avait pu maintenir son bouclier que quelques secondes, la dernière fois, au prix d'un effort immense qui l'avait presque plongé dans le coma.

Sur le chemin vers la Forteresse, ils croisèrent à plusieurs reprises des corps allongés et ensanglantés, parfois entourés de plusieurs personnes qui tentaient de leur venir en aide. Les entrailles de Barne se nouèrent : quels que soient les efforts d'Amélise et de Luminy, il y aurait des pertes importantes…

Le groupe au bélier atteignit la porte : Barne s'était attendu à ce que soit une lourde porte en bois et en acier, mais ils tombèrent sur un ensemble de vitres coulissantes très modernes, avec ouverture automatique, tranchant assez étonnamment avec l'aspect austère et médiéval de la Forteresse elle-même. Bien entendu, devant ces vitres, un rideau de fer avait été descendu sur toute la largeur.

Le bélier vint se fracasser contre la barrière en fer qui trembla légèrement. Les assaillants reculèrent, prirent leur élan, et chargèrent à nouveau. La barrière se tordit et les vitres derrière se brisèrent.

Barne, isolé à l'arrière du groupe, se sentait inutile. Autour du bouclier, acculés contre les murs de la Forteresse, les policiers du Groupe Anti-Terroristes lançaient des rafales en direction des manifestants avec rage. C'était pourtant un gaspillage de munitions : aucune balle ne pouvait traverser le bouclier… et aucun policier non plus, visiblement.

— Barne !

C'était la voix d'Amélise. Barne se retourna et vit la fée atterrir auprès de lui. Elle avait du sang partout sur elle, mais ce n'était a priori pas le sien.

— Le bouclier est à sens unique ! C'est le moment d'attaquer !

— Et les blessés ? lui demanda-t-il.

— Si on met les flics en déroute, ça limitera les blessés futurs ! ALLEZ !

Elle avait saisi un morceau de parpaing au sol et s'était envolée. Barne la vit tournoyer dans les airs et lancer ce parpaing sur l'un des policiers qui ne put l'esquiver qu'à moitié : il la reçut sur son épaule qui se brisa immédiatement, et poussa un hurlement.

Barne attrapa un pavé sur le sol et eut à nouveau ce sentiment étrange d'être quelqu'un d'autre : lui, Barne Mustii, était au cœur d'une insurrection violente, prêt à lancer des pavés sur les policiers. Il eut un instant d'hésitation puis croisa le regard d'un des policiers derrière le bouclier : celui-ci eu un rictus mauvais, mit son arme automatique en joue et tira une rafale. Les balles vinrent se désintégrer contre le bouclier, à un mètre du visage de Barne.

Lui n'hésita plus et lança le pavé de toutes ses forces : l'objet traversa le bouclier sans problème et vint percuter le masque en plexiglas qui recouvrait le visage du policier. Lorsque celui-ci tomba à la renverse, le visage en sang, un millier d'autres pavés étaient en train de s'abattre sur les rangs de policiers coincés entre la façade de la Forteresse et le bouclier magique : les centaines de manifestants étaient passés à l'attaque. Des amis à eux avaient reçu des balles, des amis à eux étaient morts : il n'y aurait pas de pitié.

Alors que les policiers battaient en retraite en rasant les murs du bâtiment pour le contourner, un « GLANG » plus sonore que les autres retentit : le rideau de fer de la porte venait de céder.

La Forteresse était ouverte.

18. Dans la gueule du loup

Le hall de la Forteresse était à l'image de son aspect extérieur : immense, grandiloquent, et provoquant un sentiment d'écrasement aux âmes qui s'y aventuraient. Le sol et les murs donnaient l'impression d'être en marbre massif ; d'immenses statues, alignée contre les parois latérales de la pièce, représentaient des guerrières en armures chevauchant des pégases ; un large lustre était suspendu au milieu du plafond par une chaîne aux maillons démesurés.

Les manifestants qui s'étaient engouffrés dans l'édifice furent un instant plongés dans une sorte d'admiration mêlée de dégoût devant le luxe insolent du bâtiment : il y avait là un véritable symbole de l'oligarchie financière qui captait et centralisait l'essentiel des richesses de la Terre de Grilecques. Barne repensait à Bundir, la banlieue naine où Jasione habitait, ce quartier défiguré par la pauvreté et le déclassement : comment ces deux endroits pouvaient-ils coexister au sein de la même civilisation ? Comment ne pas voir que la richesse et l'exubérance de l'un ne pouvaient se réaliser que par la paupérisation et l'asservissement de l'autre ?

La foule investit le hall en écartant les restes du rideau de fer éclaté. En temps normal, pour accéder au reste du bâtiment, il était obligatoire de passer par une série de guichets et de traverser des portiques de sécurité. Ce jour-là n'avait rien de normal : les employés de l'accueil avaient déserté le hall. Si les portiques protestèrent lorsque des manifestants y pénétrèrent en transportant des objets métalliques, il n'y eut personne pour les arrêter.

— C'est étrange que ce hall soit complètement désert, murmura Amélise. Pourquoi nous laisseraient-ils le champ libre ? La Forteresse doit disposer d'une armée de gardes…

— Je ne doute pas que nous finirons par les croiser, dit Barne qui marchait à ses côtés. En tout cas, nous sommes entrés, c'est déjà ça. Et maintenant ?

— Eh bien, nous devons trouver à quel endroit est cachée l'Épée. Nous y sommes parvenus à la Fabrique Adabra, alors pourquoi pas ici ? Pod ?

Amélise jeta des regards à droite et à gauche pour localiser leur compagnon. Celui-ci les devançait de plusieurs mètres : il avait participé au défonçage de la porte et se trouvait dans la première ligne des manifestants.

— Pod ! l'appela Amélise.

Il se retourna et fit un signe de la main à ses camarades. Mais avant qu'il n'ait pu faire un pas dans leur direction, quelque chose se passa… quelque chose qui n'augurait rien de bon : le sol se mit à trembler et on entendit un bruit continu et sourd, comme le son d'une locomotive qui approche. Le système de défense de la Forteresse se mettait en place…

Les statues de guerrières commencèrent à se craqueler, dégageant de petits nuages de poussière. Puis, après quelques instants pendant lesquels les manifestants assistèrent impuissants à la scène, les statues explosèrent et libérèrent leurs prisonnières : des guerrières de plus de deux mètres de haut, armées de piques et montant des chevaux ailés.

— DES VALKYRIES ! s'exclama Amélise.

En quelques secondes, une nouvelle bataille éclata. Les pégases s'envolèrent : survolant la foule, les valkyries se mirent à asséner des coups de piques vers le bas. Les manifestants, quant à eux, lançaient tous les projectiles qui leurs passaient sous la main vers leurs hargneuses assaillantes.

— Pod et toi, essayez de localiser l'Épée ! lança Amélise avant de s'envoler. Plus vite nous l'aurons, meilleures seront nos chances de vaincre les saletés qui défendent la Forteresse !

En un instant, elle était partie, à nouveau dans les airs, à nouveau prête à risquer sa vie pour combattre des créatures aux pouvoirs mortels. Barne s'élança à travers la foule en se baissant pour tenter d'échapper aux assauts des valkyries. Pod était en mauvaise posture et se protégeait le visage des mains.

— Pod ! s'écria Barne en le rejoignant. Viens avec moi ! Il faut trouver l'Épée !

— Je suis un peu occupé ! dit le gnome en évitant de justesse un coup de lance.

Barne jeta un regard autour de lui. Amélise était aux prises avec l'une des valkyries et tentait de lui lancer des sorts tout en évitant de se faire transpercer. Jasione, quant à elle, était hors de vue.

— Viens !

Il attrapa Pod par le bras et se mit à courir, zigzaguant entre les combattants. Ils s'engouffrèrent dans un des deux couloirs latéraux par lesquels d'autres de leurs camarades se faufilaient pour échapper aux créatures volantes. Le couloir distribuait les différentes pièces du rez-de-chaussée et menait à plusieurs cages d'escalier.

— Tu te souviens de ce que tu as fait à la Fabrique Adabra, avec cet ordinateur ? Tu pourrais le refaire ?

— Deviner le mot de passe ? dit Pod d'un air incrédule. J'ose espérer que les employés d'ici sont un peu moins branques… c'est quand même le siège de la Bourse Mondiale !

— Mais il faut qu'on trouve l'Épée, vite !

Pod resta pensif quelques instant puis dit :

— Essayons déjà de trouver un ordinateur. Je… ATTENTION !

Pod se jeta contre Barne et le poussa sur le côté. Celui-ci tomba à la renverse et vit la lance d'une des valkyries traverser l'endroit occupé par son abdomen une demi-seconde plus tôt… et où se trouvait à présent le bras de Pod.

Il y eut un son de chair tranchée suivi d'un bruit sourd. Barne vit avec horreur une main tomber sur le sol : la lame avait perforé le bras droit de Pod de part en part et en avait arraché l'extrémité.

Le gnome ouvrit la bouche pour crier mais il avait le souffle coupé. Il s'écroula sur le sol en enserrant son moignon.

Barne se remit debout et s'interposa entre Pod et la valkyrie. Elle s'était posée et leur faisait face. Son apparence, monstrueuse, semblait spécialement conçue pour semer l'effroi : elle ressemblait à une géante avec des yeux sans pupille, vides et froids ; ses cheveux blancs dansaient anormalement sur ses larges épaules recouvertes d'une armure de métal ; sa monture, un pégase colossal, avait le même air féroce qu'elle.

Alors que Barne se préparait à esquiver un nouveau coup de lance tout en protégeant Pod, une aide inattendue se manifesta : Jasione, qui avait assisté à la scène de loin, avait fendu la foule pour porter secours à ses camarades. Elle était armée d'une batte de baseball – Barne n'avait aucune idée d'où et quand elle avait pu la récupérer. Sans hésiter, elle frappa de toutes ses forces les tibias du cheval ailé qui trébucha dans un hennissement de douleur.

La valkyrie roula à terre. Jasione ne lui laissa pas le temps de se relever : elle sauta sur son ventre et se mit à lui asséner des coups de batte de baseball sur le visage.

— SA… LO… P'RIE ! ENLÈVE… TES… SALES… PATTES… DE… MES… POTES !

Elle avait ponctué chaque syllabe d'un nouveau coup de batte. Bientôt, la tête de la valkyrie ne fut plus qu'un amas informe de chair et d'os, aplati et éparpillé sur le sol. Jasione poussa un dernier juron et se releva.

Barne et elle se précipitèrent sur Pod, allongé contre le mur, qui tentait de contenir l'hémorragie provoquée par sa main tranchée.

— Jasione, murmura-t-il en arrivant à esquisser un sourire malgré la douleur insupportable qui tiraillait son bras amputé, à vif. La vache… Une naine qui bousille une valkyrie à la batte de baseball… si j'avais su que j'verrais ça un jour…

— Ouais, si j'avais eu un flingue sous la main, ça aurait été moins salissant, dit Jasione impatiemment. Bah j'ai fait avec c'que j'avais. Comme quoi ça m'aura quand même servi à quek'chose, d'avoir appris aux mômes de la cité à jouer au baseball, tiens.

— N'empêche… j'peux mourir en paix en ayant vu ça…

— Tu vas pas crever, Pod ! s'écria Barne. Tu vas pas crever !

Il devait pourtant reconnaître que Pod était dans un sale état et perdait beaucoup de sang. Il se releva et se précipita dans le hall où la bataille faisait toujours rage. Plusieurs valkyries avaient été désarçonnées et se battaient maintenant contre des manifestants armés de barre-à-mines et d'armes contondantes de fortune.

Barne leva les yeux et scruta les airs. Où était-elle donc ?

— AMÉLISE ! hurla-t-il.

Sa voix peinait à couvrir le tumulte qui régnait. La fée l'entendit malgré tout et refit son apparition.

— Amélise ! Vite ! Pod est blessé ! Salement !

Sans poser de question, Amélise, toujours en vol, fonça vers l'embrasure où Jasione veillait encore sur Pod. Barne courut derrière elle mais avant qu'il n'ait pu les rejoindre, une autre valkyrie se posa devant lui, brandissant sa lance.

— Espèce de, commença-t-il, mais il ne termina pas sa phrase et fit une roulade sur le côté pour éviter l'assaut de la guerrière.

Il ressentit une douleur à l'épaule : il avait roulé sur un débris en pierre, un reste d'une des statues d'où étaient apparues les valkyries. Il attrapa le morceau de pierre et se mit en position d'attaque, face à son assaillante. C'était le moment de réitérer ce joli tir de pavé qu'il avait réussi à l'extérieur. Oui, mais ce tir était contre un policier en incapacité d'attaquer, pas contre une créature démoniaque comme celle-ci…

Tout à coup, une clameur s'éleva dans le hall. Barne eut à peine le temps d'en comprendre la raison : des gerbes de lumières traversaient la pièce et s'abattaient sur les valkyries. Celle qui le menaçait reçut un rayon d'un bleu très pâle et, après avoir poussé un gémissement inhumain, se retrouva prisonnière d'une épaisse couche de glace.

Les magiciennes étaient entrées ! Avec le Groupe Anti-Terroriste en déroute, le bouclier anti-balles n'était sans doute plus nécessaire à l'extérieur ! Les magiciens avaient rejoint les combattants dans la Forteresse : des rayons de glace, des boules de feu, des éclairs d'énergie… tous les sorts d'attaque les plus sophistiqués et les plus puissants étaient mobilisés pour vaincre les valkyries.

Barne comprit, en voyant Carmalière accourir vers lui, que c'était iel qui avait tiré le rayon de glace qui avait neutralisé son assaillante.

— Barne ! s'écria cellui-ci. Tout va bien ?

— Moi ça ira. Par contre, Pod… Venez !

Alors que le reste de la foule achevait les valkyries, ils rejoignirent Amélise, Pod et Jasione. Le jeune gnome était encore conscient, mais à peine. Il était blanc comme un linge. Son moignon était enveloppé dans un morceau de t-shirt.

Amélise se tourna vers Carmalière.

— J'ai refermé la blessure, mais je n'ai rien pu faire pour sauver sa main, dit-elle avec tristesse. Est-ce que par hasard, tu saurais…

La magicienne hocha la tête en signe de dénégation. Jasione semblait sur le point de pleurer de rage.

— C'est pas grave, fit Pod faiblement, j'apprécie quand même le coup de main.

Il jeta un regard à ses compagnons, le regard vague, et émit un petit rire. Amélise lui a fait un sort antalgique, comprit Barne, il plane. Pourtant, le gnome semblait lucide.

— Bon, continua-t-il en se forçant à avoir l'air en forme, on va la chercher… cette putain d'Épée ? J'la porterai de la main gauche… s'il le faut. Dans tous les cas… hors de question d'avoir perdu la droite pour rien !


La Forteresse était prise. Ou, tout du moins, le rez-de-chaussée était pris. Les valkyries vaincues, les manifestants s'appliquèrent à installer une partie du campement à l'intérieur et à occuper le hall tout comme ils occupaient la place.

Une grande partie du hall fut reconvertie en dispensaire improvisé. Amélise, Luminy et d'autres êtres magiques soignaient les nombreux blessés. Les luxueuses banquettes en cuir qui, d'ordinaire, n'accueillaient que les riches fessiers de traders et de banquiers, servaient maintenant de brancards. Tant pis pour les taches de sang…

On allongea les morts dans une pièce à l'écart. Ils étaient tous identifiés et veillés par ceux de leurs camarades qui leur avaient survécu. Barne se rendit dans la pièce pour les voir : pour voir le visage de chacun d'entre eux et ne jamais les oublier. Jeunes, vieux, humains, elfes, femmes, hommes… s'il y avait bien quelque chose qui ne faisait aucune discrimination, c'était la mort.

Pod se remettait tant bien que mal de son amputation. Malgré le traumatisme que représentait la perte de sa main, le gnome semblait déterminé à garder le moral. Barne était époustouflé par les nerfs d'acier de son compagnon : il était convaincu que lui, en de pareilles circonstances, se serait recroquevillé en position fœtale et se serait muré dans le désespoir. Pod, non. Il avait simplement tenu à s'isoler un moment dans une des pièces du rez-de-chaussée. Personne ne lui en avait tenu rigueur…

Le reste du groupe, accompagné par Eluor et Luminy, était rassemblé dans le couloir, celui où Jasione avait tué la valkyrie, pour faire le point : leur quête était loin d'être terminée et il leur fallait maintenant localiser l'Épée des Serfs et s'en emparer.

— Les étages supérieurs sont bouclés, dit Eluor. On pense que la grande majorité des cadres de la Forteresse s'y sont retranchés. A priori, il y a aussi des journalistes, puisque certains sont interviewés en ce moment même sur des chaînes d'info…

— Sans blague ? fit Barne avec des yeux ronds.

— On n'arrête jamais la com', même en temps de guerre… surtout en temps de guerre. De notre côté, on a pas mal de manifestants échaudés qui veulent défoncer les portes.

— Inutile de lancer la chasse aux sorcières, balaya Carmalière. On n'va pas risquer un massacre de traders en direct. C'est l'Épée qui nous intéresse.

— Je suis d'accord, dit Eluor, et il y a peu de chances qu'elle soit cachée dans les étages, de toute manière : les coffres, les pièces sécurisées, tout cela se trouve plutôt dans les sous-sols.

— De ce côté-là, remarqua Luminy, rien n'est fait. On occupe le hall, le rez-de-chaussée devrait être à peu près sécurisé… mais pour ce que l'on en sait, le reste du bâtiment grouille encore de gardes… voire de trucs pas jojos du genre valkyries, si vous voyez c'que j'veux dire…

— On s'en occupera, fit Amélise avec assurance. Seuls, je veux dire.

— Il serait plus prudent de prendre du renfort, dit Carmalière.

— Non ! trancha Amélise. Assez de gens sont morts pour notre quête. Entrer dans la Forteresse nécessitait un coup de force, c'est certain. À présent, nous serons plus efficaces en infiltration…

Barne sentit poindre une certaine frustration en Carmalière qui n'avait pas l'habitude d'être contredit par sa camarade de longue date. Amélise n'en tint pas compte et poursuivit :

— Eluor, Luminy : les flics ont essuyé une défaite, mais ils ne vont pas en rester là. C'est tout l'appareil d'État que nous avons en face de nous. Nous avons gagné cette bataille parce qu'ils avaient incorrectement évalué la menace que nous représentions, mais ne nous y trompons pas : s'ils y mettent les moyens, ils nous vaincront. Il faut que la Forteresse et la place tiennent, au moins le temps que nous prenions l'Épée.

— Elle tiendra, répondit Luminy. Leur lâche attaque et notre victoire ont été télévisées : pas mal d'hésitants vont basculer de notre côté à présent. La foule des manifestants va grossir.

— Ne tardez pas trop, tout de même, ajouta Eluor. Je crains moi aussi la réplique de l'État. Le bain de sang n'est pas loin…

— Il a même déjà commencé, dit Amélise en jetant un regard à ses propres habits tachés du sang des blessés qu'elle avait soignés.

— Si je comprends bien, dit sombrement Barne, tout repose sur nous quatre à présent…

— Comment ça, « nous quatre » ? s'écria une voix.

Ils se retournèrent : Pod se dirigeait vers eux d'un pas résolu. Il avait retrouvé des couleurs. C'est dingue ce qu'on récupère vite, à son âge, pensa Barne.

— Vous pensez peut-être que vous allez m'évincer à deux pas de la victoire ? En plus, à vous quatre, pardon, mais vous irez pas loin… vu que vous ne savez pas où se trouve l'Épée.

— Parce que toi, tu le sais ? demanda Carmalière.

— Bien sûr, dit le gnome d'un air faussement blasé. Vous pensiez que j'étais parti enfiler des perles ? Bon, d'accord, j'ai mis un peu plus de temps que l'autre fois, puisqu'il a fallu que j'utilise ma main gauche pour gérer le clavier et la souris… mais tout de même.

— Tu t'es à nouveau connecté à un ordinateur mal sécurisé ? demanda Barne avec des yeux ronds.

— T'as même pas idée, je crois.

— Encore un mot de passe ultra-simple ? hasarda Amélise.

— Ah non, fit le gnome en secouant la tête, question sécurité, il était au top : des caractères alphanumériques, des caractères spéciaux, très long, très compliqué. Tellement compliqué qu'ils l'avaient écrit sur un post-it collé sur le mur, histoire de bien s'en souvenir…

— Roh les cons ! s'exclama Eluor.

Il y eut quelques éclats de rire. Ce genre de situation était d'autant plus cocasse que le budget dédié à la sécurité informatique dans un tel édifice devait être faramineux. Oui mais voilà, en sécurité, il suffit d'un maillon faible dans la chaîne pour que tout s'écroule… et lorsque la chaîne comporte un facteur humain – ou elfe, ou gobelin, etc. –, les chances d'y trouver un maillon faible sont décuplées.

— Bon, bon, bon ! fit Carmalière avec impatience. Alors ? Où est-elle ?

— Au deuxième sous-sol, répondit Pod, escalier B2. Dans une section de haute sécurité, si j'ai bien compris. Le contraire m'aurait étonné…

Eluor et Luminy retournèrent vers le grand hall. Bien qu'ils eussent insisté de longues minutes pour venir également, Amélise avait fini par convaincre Luminy de rester : les deux seules fées présentes ne pouvaient quitter toutes deux les blessés qui requéraient encore de l'attention. Eluor, quant à lui, fut convaincu par Carmalière, au moyen de notions relativement abstraites pour Barne, comme la nécessaire cohésion de groupe et le besoin d'un représentant de la FNT au sein des manifestants… tout cela ressemblait bien plus à des manœuvres politiques qu'à de véritables arguments, mais il commençait à être habitué, de la part de Carmalière.

La compagnie fila de son côté, Pod en tête. Ils dévalèrent un étage et pénétrèrent dans un couloir borgne : ils étaient passés sous le niveau de la surface.

Les couloirs restaient aussi imposants et grandiloquents que ceux du rez-de-chaussée : les plafonds étaient hauts et soutenus par d'immenses colonnes de pierre. Les pièces étaient éclairées par de fausses torches enflammées qui, à bien y regarder, semblaient simplement composées de diodes électroluminescentes.

Carmalière posa un doigt sur sa bouche pour leur faire signe de ne pas faire de bruit et ils avancèrent. Pod indiquait les directions. À l'intersection de deux couloirs, ils entendirent des pas et se figèrent, adossés à une colonne. Deux orques bifurquèrent. Ils étaient habillés comme des policiers, à la seule différence que leurs uniformes étaient noirs et non bleus. Ils eurent à peine le temps de se rendre compte de la présence de la compagnie : Jasione frappa l'orque le plus proche au visage avec sa batte de baseball et Amélise envoya une poignée de poudre sur le second.

Le premier poussa un grognement étouffé et tomba à terre, sonné, le visage en sang. Le second s'écroula sans un bruit, endormi.

— Si un jour, on doit être ennemis, fit Barne à voix basse, pitié, laissez Amélise s'occuper de moi.

— Ha ! ricana Jasione. C'est sûr qu'j'ai pas des méthodes de fée, moi…

Ils récupérèrent les armes de poing transportées par les gardiens orques et déplacèrent leurs corps derrière la colonne.

— Ça ne trompera pas grand monde, dit Carmalière, mais ça nous laissera un peu de temps.

Ils reprirent leur route mais s'arrêtèrent presque immédiatement : des pas précipités résonnaient au bout du couloir. Ils trouvèrent une cachette similaire à la précédente et attendirent. Des voix d'orques retentirent :

— … simplement m'enfermer avec les autres cadres, à l'étage !

— Je persiste à dire, Monsieur, que nous devrions évacuer le bâtiment. Nous ne pouvons pas assurer votre sécurité…

— Foutaises ! s'exclama la première voix. Ce ne sont pas quelques révolutionnaires de pacotille qui…

Carmalière jeta un œil à ses compagnons et bougea ses lèvres sans émettre de son : maintenant !

Toute la compagnie surgit hors de la cachette : Barne et Pod pointaient leurs pistolets fraîchement dérobés vers les orques. Ceux-ci étaient trois : deux gardiens et un autre, habillé en costume, qui devait être un cadre de la Forteresse.

— Qu'est-ce que…

Carmalière pointa son bras en avant : une petite boule de lumière bleue en jaillit et se fracassa contre la gorge du cadre. La voix de celui-ci s'éteignit et il continua d'agiter les lèvres sans effet : il ne pouvait plus parler. Barne se rappela sa mésaventure dans les vestiaires de la Bibliothèque Nationale des Prud'Orques, lorsque Carmalière avait utilisé un sort similaire contre Pod et lui-même.

Les deux gardes avaient déjà leurs armes dégainées et les levèrent… trop tard. Jasione et Amélise avaient profité du moment de flottement pour se jeter sur eux et leur réservèrent le même traitement qu'aux gardes précédents…

Le cadre était aphone et ses deux gardes du corps inconscients : la menace était évitée.

— Heureusement que vous les avez maîtrisés, dit sombrement Barne. J'avais moyennement envie de commettre un deuxième meurtre quelques heures à peine après mon premier.

— Moi, fit Pod, de la main gauche, j'aurais sans doute touché le plafond…

Sans prévenir, Jasione envoya un violent coup de batte dans les tibias du cadre orque qui tomba à genoux et eut le visage déformé par la douleur : il aurait hurlé s'il avait en capacité de le faire.

— Jasione ! s'indigna Amélise.

— Bah quoi ?

— Il est désarmé et inoffensif !

— Et alors ? C'est une crevure d'orque. Un qu'a jamais beaucoup reçu de coups, s'tu veux mon avis… ça lui f'ra les pattes. Et encore, j'suis souple, vu qu'de not'côté, on a un pote avec une main d'moins.

Amélise lui lança un regard sévère qui signifiait « ce n'est pas une raison » mais ne répliqua pas. L'orque se traîna contre le mur et s'y appuya, se massant les jambes. La compagnie s'approcha et Carmalière s'accroupit pour se mettre à sa hauteur.

— Les révolutionnaires de pacotilles vous passent le bonjour, lui dit-iel. Vous auriez dû écouter vos employés, ils étaient de bon conseil.

L'orque le regardait avec une haine non-dissimulée dans les yeux. Il ouvrit à nouveau la bouche mais rien n'en sortit.

— Je suis désolée, dit Carmalière, mais je ne pouvais pas vous laisser donner l'alerte… ne vous inquiétez pas, ce n'est pas permanent. Tenez-vous tranquille.

Il se mit à fouiller l'orque, passant ses mains dans chacune des poches. L'orque se laissa faire : que pouvait-il faire face à cinq assaillants armés, dont une qui n'hésitait pas à frapper avant de poser les questions ?

— Nous allons vous emprunter ça, dit le magicien en agitant le badge de l'orque sous son nez. J'imagine que ça nous permettra d'accéder à l'escalier B2 ?

L'orque dévisagea chacun des compagnons dans un air de défi et ne répondit pas. Amélise s'approcha et leva les mains : l'orque dût comprendre qu'un sortilège de vérité approchait, puisqu'il se décida à répondre immédiatement et opina du chef.

— Très bien, dit Carmalière. En vous remerciant…

— Vous…

L'orque retrouvait peu à peu sa voix. Elle n'était encore qu'un murmure rauque.

— Vous n'arriverez… jamais… à atteindre… l'Épée.

— Vous n'êtes pas le premier à nous sortir des « jamais ». J'ai plutôt l'impression qu'aujourd'hui, c'est le jour où on réalise l'impossible. Oui, je crois bien que « jamais », c'est aujourd'hui. Au revoir.

Amélise appliqua à nouveau son sort de sommeil et la tête de l'orque tomba sur son épaule. Après avoir dissimulé son corps endormi ainsi que ceux des deux gardiens autant que faire se peut, la compagnie reprit sa progression.

Lorsqu'ils atteignirent la porte où était inscrit « B2 », Pod opina du chef : c'était l'endroit. Ils ouvrirent la porte.

Un long escalier se déroulait sous leurs yeux. Il plongeait vers l'obscurité et il était impossible d'en distinguer le bout : l'éclairage se composait uniquement de faibles lumières similaires à celles des panneaux indiquant les sorties de secours lors des coupures d'électricité. Ils s'y engagèrent.

Les marches défilaient sous leurs pas et leur champ de vision s'enfonçait dans les ténèbres. Après plusieurs minutes de descente, ils n'avaient toujours pas atteint l'étage inférieur. Suspicieux, Barne s'arrêta et toute la compagnie fit de même.

— La vache, s'écria Pod. Il mène au centre de la Terre, cet escalier ?

— Z'auraient pu mettre un ascenseur, grogna Jasione.

— Attendez une seconde, dit Barne qui avait un mauvais pressentiment.

Il se retourna. Le haut de l'escalier était devenu tout aussi obscur que le bas et il ne pouvait plus apercevoir la porte par laquelle ils étaient arrivés. Il remonta quelques marches et, d'un coup, il sut que son pressentiment était vérifié.

— Oh merde, murmura-t-il.

— Quoi ? demanda Amélise avec inquiétude.

— Viens voir.

La fée le rejoignit et poussa une exclamation de surprise.

— La porte ! Elle est à vingt mètres de nous !

— Quoi ? s'exclama Pod. C'est impossible ! Ça fait dix minutes qu'on s'en éloigne !

— Un escalier infini, déclara Carmalière, j'aurais dû m'y attendre…

— Mais c'est impossible ! répéta Pod.

— Non, répondit Carmalière, seulement magique. Le véritable support est sans aucun doute fini, mais grâce à un sortilège dont j'ignore les détails, nous ne pouvons qu'arpenter éternellement les mêmes marches sans jamais nous éloigner du haut ni nous rapprocher du bas…

Iel ouvrit la main et généra un halo de lumière : le rayon ne traversa pas la frontière de l'obscurité et le champ de vision n'augmenta pas. Carmalière baissa le bras et le halo s'éteignit.

— Attendez une minute, fit Amélise.

Elle agita ses ailes et s'envola, filant vers le bas de l'escalier. Après quelques secondes, elle réapparut avec un air dépité.

— Alors ? demanda Barne au moment où elle se posait à ses côtés.

— J'ai volé assez loin et, lorsque je me suis retournée, vous étiez juste derrière… à quelques mètres seulement, comme si j'avais à peine avancé. Mince… il doit bien y avoir un moyen de venir à bout de ce sortilège !

Hélas, Carmalière avait l'air totalement démuni. Si même leur magicienne ne pouvait lutter contre cette magie-là, que pouvaient-ils faire ? Au moins, pensa Barne, nous ne sommes pas coincés au milieu, sans moyen d'en sortir…

— Et si vous restez là, lança soudain Jasione à Barne et Amélise, et que nous on descend : on d'vrait pouvoir aller plus loin, non ? Tant qu'vous voyez la porte et qu'nous, on vous voit.

Barne n'était pas certain de saisir l'idée, mais il vit le visage de Carmalière s'éclairer.

— C'est une excellente idée, Jasione ! Oui, le sortilège ne trompe sûrement que nos sens… mais comme je l'ai dit, l'escalier doit avoir un support physique fini. La seule raison pour laquelle ce sortilège peut nous tromper, c'est que nous n'avons aucun point de repère visuel : chaque marche est semblable à la précédente et les lumières sont toutes espacées de manière égale. Vous l'avez constaté, je ne peux pas augmenter notre champ de vision. Je doute que nous puissions faire la moindre marque sur les murs… En revanche, si Barne et Amélise voient la porte… et que nous descendons jusqu'à la limite où nous voyons Barne et Amélise…

— Alors nous couvrons deux fois plus de distance, conclut Barne.

— Si on se sépare tous les cinq, poursuivit Pod avec excitation, on a peut-être une chance de dépasser la longueur réelle de l'escalier ! Donc d'en atteindre le bas !

— Ouais, renifla Jasione, voilà, c'était à c'genre de truc que j'pensais.

— Allons-y ! dit Carmalière.

En moins de temps qu'il ne fallait pour le dire, Pod, Jasione et iel avaient repris leur descente. Après une vingtaine de mètres, Amélise leur cria :

— Stop ! On ne vous voit plus.

Pod remonta quelque marche et sa silhouette devint à nouveau visible.

— Très bien ! fit la voix de Carmalière qui résonna dans l'escalier. Pod, reste ici. Je continue à descendre avec Jasione !

Pendant que les bruits de pas retentissaient de plus en plus faiblement, Barne se retourna : la porte d'entrée était toujours là. De l'autre côté, en bas, Pod était également visible.

— On y est !

La voix de Carmalière était à présent beaucoup plus distante, mais ils l'entendaient malgré tout assez clairement.

— On a atteint le bas ! continua-t-il triomphalement. Il y a une porte ! Pod, tu nous vois toujours ?

— Oui, j'arrive !

— Attends ! cria Amélise. Laisse-nous te rejoindre d'abord… ce serait dommage que nous nous retrouvions coincés en haut et vous en bas…

Barne et Amélise dévalèrent eux aussi la cage d'escalier. La porte, derrière eux, disparut à nouveau de leur champ de vision. Barne essayait de ne pas penser à l'éventualité qu'ils ne puissent jamais la faire réapparaître et qu'ils soient coincés en bas.

Ils atteignirent Pod et poursuivirent la descente avec lui. Lorsqu'il furent arrivés au niveau de Carmalière et de Jasione, ils virent apparaître une large porte blindée à travers la pénombre. Ils s'en approchèrent, tout doucement, cette fois.

— Très bien, murmura le magicien. Nous avons survécu à un dragon, échappé aux tirs de la police, vaincu les valkyries, trompé les gardiens orques, résolu le problème de l'escalier infini… et cette fois, je pense que nous y sommes.

Les cinq compagnons se regardèrent. Derrière cette porte se trouvait peut-être l'objet tant convoité et la fin de leur aventure. S'il s'avérait qu'ils s'étaient encore fait doubler, comme à la Fabrique Adabra…

— >A priori, dit Amélise qui avait les yeux fermés et semblait se concentrer, je ne détecte aucune forme d'ensorcellement sur cette porte. Elle n'a pas l'air piégée.

— Alors, c'est le moment de vérifier si ce badge vaut quelque chose, dit Barne.

Carmalière prit une profonde inspiration et mit sa main sur la poignée. Aucun piège, aucun éclair, aucune explosion ne vint l'interrompre : Amélise avait vu juste. Iel passa le badge sur le petit capteur à droite de la porte. Il y eut un bip et un léger déclic, puis la diode rouge s'éteignit pour laisser s'allumer une autre, verte.

La magicienne ouvrit la porte. Le cœur battant, Barne contempla ce qui se trouvait derrière. Ils y étaient arrivés : elle était là.

19. L'Épée, le forgeron et le tyran

Barne n'en croyait pas ses yeux : l'Épée des Serfs, le but de leur quête depuis le tout début, l'objet pour lequel ils avaient traversé tant d'embûches était là, quasiment à portée de main.

La pièce qui se présentait à eux avait un aspect particulièrement solennel : c'était une sorte de grotte aussi large que haute avec, en son centre, l'Épée, protégée par un dôme de verre de deux mètres de rayon. Ce dôme reposait sur une plate-forme circulaire un peu plus large qui était accessible par un pont de pierre. Autour de cette plate-forme et de ce pont, il n'y avait que du vide : les murs plongeaient vers le bas, et il était impossible d'y voir quoi que ce soit après quelques mètres. Le gouffre aurait tout aussi bien pu plonger jusqu'au centre de la Terre, encore qu'aucune lueur de lave ne s'en échappât.

— Il y a un… commença Amélise.

— Oui, confirma Carmalière, je l'ai senti aussi. Un champ d'annulation magique. Nous sommes sans défense ici… et sans capacité d'attaque.

Le magicien jeta un regard à Barne qui restait de marbre : pour un inerte, la présence ou l'absence d'un champ d'annulation magique n'avait aucune importance.

Le gouffre sans fond plongé dans le silence inquiétait chaque membre de la compagnie ; aucun ne semblait vouloir poser le pied en premier sur l'étroit pont de pierre. En retenant son souffle, Barne finit par sauter le pas – littéralement.

Le pont ne se déroba pas sous son pied et ce fut donc avec plus de confiance qu'il y posa le second. Ses compagnons le suivirent et ils traversèrent avec prudence.

— À votre avis, fit Barne en s'arrêtant à quelques centimètres de la plate-forme, est-ce que ce dôme est enchanté ? Protégé par un enchantement, je veux dire ?

— Le contraire m'étonnerait, murmura Carmalière. Ils n'auraient pas simplement mis l'épée sous vitrine… ce dôme doit nécessairement servir de protection.

— Si le verre est blindé, remarqua Amélise, c'est déjà une protection. Pod, Barne, vous avez toujours vos flingues ?

Barne donna le sien à Amélise en lui signifiant qu'il se sentait moyennement à l'aise à l'idée de tirer à bout portant sur une vitre blindée : et si la balle rebondissait ? Le jeune gnome, quant à lui, avait les sourcils froncés et observait la vitre avec suspicion.

— Pod ? répéta Amélise.

— Cette vitre… elle est bien magique, murmura le gnome. Je sais ce que c'est.

— Vraiment ? dit Carmalière en levant un sourcil.

Le fait que Carmalière soit mis en défaut sur un sujet qui touchait aux objets magiques avait en effet quelque chose de singulièrement surprenant.

— Oui, dit le gnome. J'ai vu des tas de dispositifs de ce genre quand je bossais à la Bibliothèque Nationale des Prud'Orques. C'est un Dôme de Propriété Réservée.

— Traduction ? demanda Jasione.

— Eh bien, c'est simple : la vitre est infranchissable pour quiconque n'est pas le propriétaire légitime de l'objet entreposé à l'intérieur. C'est un sort très complexe et coûteux, mais diablement efficace…

— J'imagine que c'est inviolable ? fit Barne.

— Pour ce que j'en sais, oui. D'autant plus parce qu'il est combiné au champ d'annulation qui rend tout autre sort difficilement réalisable. À moins d'avoir toute une équipe…

— Toute une équipe de magénieurs, acheva Barne. Je commence à avoir l'habitude.

— Non mais ces salauds se croient réellement les propriétaires légitimes de l'objet ? s'écria Amélise. Quelle arrogance !

— Justement, murmura Pod, si l'on part du principe que cette épée appartient légitimement aux dominés… alors nous devrions pouvoir franchir le dôme.

Il tendit sa main gauche vers la vitre. Celle-ci se posa dessus, tout naturellement. Le visage du gnome se teinta de déception. Bien sûr, se dit Barne, cela aurait été beaucoup trop simple…

— Mais j'suis un stagiaire précaire avec une seule main et dont la copine est en taule ! s'écria Pod. Merde, dans le genre dominé, j'me défends, non ?

Un certain fatalisme s'abattit sur le groupe. Ils commençaient à envisager l'idée qu'ils ne pourraient pas contourner un dispositif de ce genre, tout comme ils n'auraient jamais pu désactiver le champ d'annulation dans l'avion, un peu plus tôt.

— On pourrait creuser et passer sous la bulle ? suggéra Jasione.

— S'ils ne sont pas trop idiots, fit Amélise, le dôme sera une sphère complète, à moitié enterrée.

— Bon, dit Barne qui s'impatientait, eh bien j'imagine que nous sommes fichus, n'est-ce pas ? Tout ce chemin, toutes ces batailles, pour se retrouver bloqués par un foutu morceau de verre !

Il lança un coup de pied rageur dans le dôme… et le traversa. Sous l'effet de l'élan, il perdit l'équilibre et tomba sur les fesses. Les autres poussèrent des exclamations de surprise.

Jasione et Amélise se regardèrent et, d'un même mouvement, posèrent leurs mains sur le dôme. Tout comme Pod, elles furent incapables de le traverser. Jasione décocha à son tour un coup de pied à l'édifice qui, cette fois, l'accueillit avec un bruit sourd et ne trembla même pas.

— Sans déconner ! protesta Jasione. T'vas pas me faire croire que t'es plus un exploité que moi ! Ou que l'golo !

— Allons Jasione, dit Amélise, ce n'est pas une compétition de misérabilisme, à celui qui sera le plus précaire… il doit y avoir une explication logique.

Barne sentit tout de même une pointe de déception dans la voix de la fée. Le seul qui était resté silencieux et qui n'avait pas bougé était…

— Carmalière, murmura Barne. Vous savez ce qui se passe ?

— Pas le moins du monde, mon cher Barne. Je ne peux que supposer que, puisque tu as été le déclencheur de cette aventure par ton litige avec Glormax – involontaire, j'en conviens –, tu peux être considéré comme le propriétaire légitime de l'Épée.

— C'est tordu, fit Barne, peu convaincu.

— Eh bah vas-y, s'exclama Pod. Entre dans le dôme !

Barne se releva. Ses compagnons retenaient leurs souffles. Il s'avança et, prudemment, leva le pied : il traversa le dôme sans difficulté et le posa de l'autre côté. Il fit un pas de plus et sentit le dôme traverser son corps : c'était assez étrange, il pouvait sentir l'intersection entre le verre et sa chair – intersection qui ne pouvait qu'être magique, les lois de la physique inerte l'interdisant. Il avait l'impression d'être traversé par un mince filet d'eau fraîche.

Lorsqu'il se retrouva de l'autre côté, il se retourna vers ses camarades : eux l'observaient, désormais séparés de lui par une couche de verre.

— Vous m'entendez ? dit-il.

— Le volume est un peu atténué mais à part cela, très bien, dit Carmalière qui avait effectivement une voix légèrement étouffée.

Barne se tourna vers l'épée. Elle était entreposée sur un coussin brodé rouge et or au sommet d'un socle de pierre. Elle était belle : une lame large et brillante et un pommeau simple, doré mais sans pierre précieuse ni ornement. Barne s'approcha doucement, le cœur battant. L'Épée était à portée de main, elle…

Tout à coup, un détail lui sauta aux yeux : tout en bas de la lame, juste au-dessus du pommeau, il y avait un dessin gravé… un hexagone allongé avec, à l'intérieur, un ours accompagné d'une épée. L'emblème des Mustii. De sa famille à lui. Sur l'Épée des Serfs.

Sous le choc, Barne recula. Comment cela était-il donc possible ? Par quelle coïncidence cette épée pouvait-elle avoir appartenu à…

Attends une seconde, se dit Barne. Une coïncidence ? Sûrement pas !

— CARMALIÈRE ! gronda-t-il soudain.

Les autres compagnons sursautèrent. La magicienne fit la moue. Iel eut l'air de penser : « ah… nous y voilà. »

— Pourquoi est-ce qu'il y a le blason de ma famille sur l'Épée des Serfs ?

Les autres ouvrirent de grands yeux pleins d'incompréhension. Le magicien ne répondit pas.

Puis, soudain, tout devint clair. Quel idiot Barne avait-il été, de faire confiance à Carmalière… Tout s'expliquait à présent : c'était pour cela que la magicienne tenait tant à ce que Barne se joigne à la compagnie. Pas pour ce stupide prétexte de la garder dans le droit chemin… Non, bien sûr ! Comment Barne avait-il pu avaler cela ?

— Vous vous êtes encore bien foutu de moi, lança-t-il avec un regard noir. Voilà l'unique raison de ma présence ici. La seule chose qui vous ait poussée à me convaincre de vous suivre. Pas ma soi-disante probité, pas ma capacité à vous raisonner… Non, rien du tout ça. Vous vous êtes bien foutu de moi ! Vous aviez simplement besoin de moi parce que je suis le propriétaire légal de l'Épée, n'est-ce pas ?

Jasione, Amélise et Pod tournèrent leurs regards vers le magicien. Carmalière continuait à fixer Barne avec sérénité.

— Le fait que tu sois effectivement le propriétaire légal de l'objet ne rend pas fausse l'explication que je t'ai donnée pour expliquer mon entêtement à te recruter, commença-t-il.

— Arrêtez vos conneries ! Reconnaissez au moins que vous m'avez menti.

— Si j'ai menti, dit Carmalière, c'est par omission.

Barne poussa un juron scandalisé.

— Vois-tu, poursuivit la magicienne sans y prêter attention, lorsque je t'ai raconté… lorsque je vous ai raconté, à tous, l'histoire de l'Épée des Serfs, j'ai omis de vous donner le nom du forgeron. Il s'appelait Mustii. Jorgon Mustii.

Barne ferma les yeux en essayant de contenir sa colère. Pour une omission, ç'en était une belle…

— Attends une seconde, interrompit Amélise. Tu sous-entends que le forgeron est un ancêtre de Barne, mais c'était un elfe : c'est même par sa nature d'elfe qu'il a pu créer l'Épée. Alors que Barne, sauf erreur, est un humain.

— Un elfe qui enfante avec une humaine donne naissance à un demi-elfe, expliqua Carmalière. Une demi-elfe et un humain engendrent un… je ne sais pas, un « quart d'elfe » ? Quelques générations de mélanges à dominante humaine, et les gênes elfiques deviennent négligeables. De toute façon, rares sont les êtres civilisés de Grilecques qui aient une lignée « pure » : nous sommes tous plus ou moins hybrides. C'est ce qui rend le discours du FIF d'autant plus inepte, notez.

— Le discours du… MAIS ON S'EN FOUT, DU FIF ! s'écria soudain Barne. VOUS M'AVEZ MANIPULÉ ! Et vous osez me regarder dans les yeux et parler de mensonge par omission ? Sérieusement ?

Carmalière poussa un soupir de lassitude.

— Tu veux toute la vérité, Barne ? Je vais te la dire. Oui, lorsque notre amie commune, Kildra, m'a parlé de ton litige avec Glormax, ton nom de famille m'a intrigué. J'étais certain de l'avoir entendu quelque part, mais où ? En fouillant dans ma mémoire, j'ai fini par repenser à cette vieille légende d'Épée des Serfs… son forgeron n'était-il pas un Mustii, lui aussi ? En faisant quelques recherches sur Internet, je suis tombé sur une rumeur qui prétendait que des informations sur cette épée étaient jalousement gardées à la Bibliothèque Nationale des Prud'Orques. Certes, ces rumeurs provenaient de sites un peu… complotistes, disons, mais ça valait tout de même le coup de vérifier. Tu étais mon arme secrète, mon atout dans la manche : une possibilité de récupérer l'Épée légalement. Alors j'ai un peu forcé le destin : je suis venu te voir pour te pousser à te joindre à moi. En revanche, il n'y avait aucune malhonnêteté de ma part : je n'ai fait que… que faire coïncider ton problème personnel avec ma quête de l'Épée des Serfs, puisqu'une visite à la BNPO était de toute façon nécessaire.

— Bien sûr ! Sauf que le document que nous avons récupéré s'est avéré inutile, obsolète ! En quoi mon problème personnel a-t-il été résolu ?

— Tu as mis un pain à Glormax, fit timidement Pod, c'est déjà une forme de résolution.

— Pas franchement celle que j'attendais ! Qu'est-ce qui vous empêchait de me dire toute la vérité, Carmalière ? Pourquoi ce mystère ?

— Pourquoi ? Pourquoi ne pas te révéler que ce forgeron, devenu un tyran haï par ses sujets et massacré par eux, était ton ancêtre ? Que cette Épée avait été le début d'une longue série de drames dont ta famille est la triste héritière ? J'espérais bien que tu n'aies jamais à l'apprendre et à devoir supporter un tel fardeau. Je redoutais d'être obligé d'utiliser ce lien du sang, cet atout dans la manche. Mais nous y voilà.

— Parce que vous croyez que j'me sens responsable de toutes les conneries faites par des ancêtres vieux de plusieurs siècles ? Si on devait répondre des crimes de toutes les générations précédentes, on prendrait tous perpét' !

— Soit. En revanche, apprendre que ton ancêtre est mort à cause de l'Épée, cela ne te dissuaderait-il pas de la prendre ?

Barne dévisageait Carmalière avec sévérité. Les autres membres de la compagnie n'osaient pas dire un mot et regardaient alternativement Barne et le magicien. Amélise semblait scandalisée : il était évident qu'elle n'avait jamais été au courant des manigances de Carmalière et qu'elle désapprouvait.

— Si vous vous souvenez bien, répondit enfin Barne, le simple fait de connaître la légende m'avait rendu réticent à rechercher l'Épée. Je devrais être encore plus inquiet par les conséquences parce que c'est un de mes ancêtres qui en a fait les frais le premier ? Vous me baratiniez peut-être quand vous prétendiez que je devais être là pour vous empêcher de vous laisser emporter par le pouvoir de l'Épée, mais pour ma part, j'ai toujours dit clairement ce que j'en pensais.

Carmalière avait l'air de faire son possible pour prendre une expression repentante, mais iel sembla être soulagée. Ce qui ne fit rien pour calmer la colère de Barne…

— Très bien, dit la magicienne. Je conçois que tu me tiennes rigueur de ma… stratégie pour t'amener à acquérir l'Épée.

Barne réagit à cet euphémisme par une exclamation faussement amusée.

— Ceci étant dit, puisque, malgré mes craintes qui étaient donc injustifiées, cela ne change rien à tes intentions, poursuivit Carmalière, prends donc cette Épée et finissons-en.

Cette fois, ç'en fut trop : trop d'opportunisme, trop de mensonges, trop de manipulation. Barne fulminait.

— Alors c'est tout ? Je prends l'Épée parce qu'elle est à moi, de droit ? À cause d'une connerie de lien du sang, de ligne de succession ? Sans mérite, juste parce que je suis né dans la bonne famille ? Pas pour mes qualités, pas pour ma bravoure, ni même pour ma droiture ? Après tous vos beaux discours sur l'égalité ; sur le besoin de renverser un ordre établi injuste ; sur l'importance des déterminismes sociaux dans les rapports de force… après tout cela, vous voulez faire la révolution en misant tout sur un héritage ? Sur le simple fait d'être allié avec un putain d'élu ? Ajoutez donc une prophétie à la con pour justifier ma présence, et on aura le combo gagnant !

— Cette épée t'appartient, mais c'est tout de même ton mérite qui t'as mené jusqu'ici, objecta le magicien. Tu as vaincu Morr Saraz, tu as…

— Oh oui, bien sûr ! Sauf que tout ce joli mérite n'aurait eu aucune importance si je n'avais pas été bien né, n'est-ce pas ? Jasione, Pod, Amélise… même vous, bon sang, Carmalière ! Vous avez tous autant de mérite que moi, sinon plus ! Nous en avons tous bavé, méchamment ! Pourtant, sur la dernière ligne, le mérite s'efface devant les droits du sang. Où est la justice là-dedans ? Quelle différence entre cette quête et l'organisation de la société que vous prétendez combattre, Carmalière ?

Et puis, dans un dernier accès de rage, il lança :

— Zarfolk avait raison à votre sujet… après huit cents ans d'existence, vous n'avez aucune sagesse. Toute votre rhétorique bien ficelée, répétée année après année… vous ne la comprenez même pas vous-même. Sous vos grands airs de libérateur du peuple, à la première occasion, vous ne renverseriez la domination des orques que pour asseoir la vôtre, à n'importe quel prix. Qu'importe la manière pourvu qu'à la fin, ce soit vous le vainqueur !

La magicienne restait silencieux. Ce n'était pas un de ses silences habituels qu'il distillait pour se donner l'apparence de la réflexion et de la sagesse : Carmalière était véritablement en panne de répartie, séchée sur place. Ce ne serait pas Amélise, Pod ou Jasione qui viendraient à son secours, car tous semblaient acquis aux arguments de Barne.

Celui-ci lança un regard de défi à Carmalière.

— Vous voulez l'Épée des Serfs ? demanda-t-il d'une voix forte. Eh bien venez la chercher !

D'un coup, Barne se saisit de l'Épée dans l'intention de l'agiter au nez et à la barbe du magicien, lui qui ne pouvait l'atteindre. Seulement, au moment où sa main toucha l'objet magique, il y eut un grondement sourd qui fit sursauter toute la compagnie. La pièce se mit à trembler et le sol sous le dôme où se trouvait Barne se détacha du reste de la plate-forme : il s'éleva dans les airs, laissant le reste de la compagnie sur l'anneau périphérique.


La sphère de verre scintillait étrangement et volait vers le plafond.

— Barne ! s'écria Amélise.

Avant que Barne n'ait le réflexe de sortir du dôme, la plate-forme mobile où il se trouvait avait déjà atteint une altitude trop élevée pour qu'il en saute… d'autant plus parce qu'avec l'élan, il risquait fort de basculer dans le vide qui entourait l'anneau.

Il regarda au-dessus de lui. Dans le haut plafond de la pièce, un trou circulaire du même diamètre que celui du dôme s'était ouvert… De la lumière s'y infiltrait, une lumière qui semblait naturelle. Des voix s'en échappaient, des voix qui devenaient intelligibles à mesure que la distance diminuait…

— … une fois que nous aurons pris les voleurs qui se sont introduits ici en flagrant délit, disait une voix gutturale et grinçante, nous pourrons mettre un terme à cet irresponsable rassemblement d'émeutiers et…

Le dôme traversa le trou et vint s'immobiliser à l'étage supérieur. La scène qu'y découvrit Barne le laissa pantois. Il avait quitté une grotte sombre et mystérieuses pour atterrir… dans un luxueux bureau, moderne et flambant neuf, éclairé par une grande fenêtre avec une vue imprenable sur les immeubles de Dordelane.

Une dizaine de personnes étaient présentes, rassemblées autour de l'imposant meuble de bureau en chêne massif : des journalistes accompagnés de preneurs de son et de cameramen. Et, dernière ce grand bureau de bois, l'être que Barne avait entendu parler, un orque, dominait la pièce. Une large hache d'arme était accrochée au mur derrière lui et rehaussait l'impression d'autorité qu'il dégageait : l'orque avait une carrure impressionnante, un torse et des bras de taille colossale ; ses traits durs et ridés entourés d'une longue chevelure grise traduisaient une force et une détermination sans pareil, son costume impeccable un rang social élevé.

Zad Fulmiark. PDG du conglomérat Orka Universa. L'un des êtres les plus puissants de l'oligarchie orquogobelinesque de la Terre de Grilecques. Comme par réflexe, Barne serra l'Épée des Serfs dans sa main.

L'attroupement de journalistes, coupés en pleine interview du PDG, regardaient d'un air halluciné Barne et le dôme qui venaient d'apparaître dans la pièce. Le silence s'était fait dans le bureau et l'on pouvait très légèrement entendre, à travers le double-vitrage, les bruits de la foule qui occupait le parvis.

Fulmiark toisa Barne un instant. Lui n'avait pas l'air surpris le moins du monde et afficha bien vite un sourire narquois. Si ce mécanisme menait à son bureau, il devait bien sûr le connaître… voire même l'avoir mis en place.

— Pris sur le fait, dit-il d'un air satisfait. Quand on parle du loup. Mesdames et messieurs les journalistes, j'espère que vous filmez… un flagrant délit en direct sur les chaînes d'information continue, nous n'aurions pu espérer mieux.

Barne transpirait abondamment. La situation n'avait rien de réjouissant pour lui, mais il était en plus filmé et diffusé sur tous les téléviseurs de la Terre de Grilecques…

Fulmiark se leva de son imposant fauteuil en cuir et fit quelques pas mesurés vers le dôme. Il était encore plus impressionnant debout.

— Bienvenue parmi nous, continua-t-il avec une délectation non dissimulée. Merci de nous honorer de votre présence, monsieur le voleur… ou devrais-je dire, monsieur Mustii ?

Il avait jeté un œil à l'avis de recherche posé sur son bureau. Barne déglutit avec difficulté.

— Nous nous sommes déjà croisés, bien sûr, ajouta l'orque.

Barne en avait un souvenir limpide. Le souvenir de Fulmiark accompagné de Glormax et de l'autre gobelin dont il avait oublié le nom, tous les trois pointant leurs pistolets vers Carmalière, Amélise et lui… avant que Pod ne les mette hors d'état de nuire. Toute la rancune de Fulmiark pour cette cuisante défaite était concentrée dans le regard assassin qu'il lançait à Barne.

— Je ne suis pas un voleur, arriva à dire Barne dans un souffle.

— Pardon ? dit Fulmiark en plaçant une main derrière son oreille dans un geste exagérément grotesque. Vous avez dit quelque chose, M. Mustii ?

— Je ne suis pas un voleur ! dit Barne d'une voix forte cette fois. Je suis l'héritier légitime de cette Épée.

Il en voulait toujours à Carmalière d'avoir misé leur quête entière sur ce fait. Seulement, il s'était fourré dans une situation où cela pouvait être sa seule échappatoire… même s'il n'en était pas fier.

— Allons bon, dit Fulmiark avec un petit rire adressé aux journalistes. Encore un petit révolutionnaire de salon qui a un peu trop le goût du romanesque.

Les journalistes se joignirent au rire de Fulmiark. Des rires forcés d'une manière à peine consciente : l'autorité dégagée par Fulmiark suffisait à rallier n'importe quel observateur passif à son opinion.

Pourtant, se dit Barne, tu le sais ! Tu le sais bien, que cette Épée est à moi ! Sinon, je n'aurais jamais pu pénétrer dans ce dôme de protection que tu as mis en place !

— Je dis la vérité. Ceci est un… un…

Comment Pod avait-il désigné le dispositif, déjà ?

— Un Dôme de Propriété Réservée. Je n'aurais pas pu m'y introduire si je n'étais pas le propriétaire légitime de l'Épée.

Fulmiark éclata cette fois d'un rire rauque et sonore qui fit sursauter les journalistes.

— Un joli conte, répondit l'orque. Malheureusement pour vous, non. Ce dôme est un dispositif de protection destiné à capturer les voleurs… et vous êtes coincé, mon cher M. Mustii. Pris au piège par votre propre imprudence.

— Quoi ? Je…

Ce n'était pas possible. Les autres n'avaient pas pu entrer dans le dôme ! Barne s'approcha de la paroi et tendit sa main gauche. Cette fois, il sentit le contact froid du verre : impossible de le traverser, il était bel et bien coincé.

Fulmiark se retourna vers les journalistes d'un air goguenard, les prenant à témoin. Barne entendait le bruit des appareils photos. Il était en train de passer pour un imbécile, sans doute devant des milliers voire des millions de personnes. Bien sûr, l'explication pour lui était évidente : le blocage du dôme faisait partie du piège.

— Pourtant, dit Barne d'une voix forte pour être bien sûr que tous les journalistes l'entendent, il y a le symbole de ma famille là-dessus. Vérifiez donc !

Il brandit l'Épée droit devant lui, de manière à ce qu'elle soit bien visible par tous les spectateurs. Si Fulmiark voulait se lancer dans ce petit jeu médiatique, il était hors de question de l'y laisser jouer seul. Le PDG lança un regard venimeux à Barne et perdit un peu de son assurance. Voilà au moins une chose que tu ignorais, se dit Barne. Si l'orque avait eu la crainte – justifiée – que l'héritier de l'Épée arrive jusqu'à elle, il n'avait en revanche pas deviné son identité.

Barne vit certains des spectateurs tapoter sur les écrans de leurs téléphones. Nul doutes qu'ils envoyaient la requête « armoiries Mustii » à un moteur de recherche d'images…

— Quand bien même, se reprit Fulmiark. À supposer que cette épée ait bien appartenu à votre famille – il y a des siècles ! –, elle n'en a pas moins été acquise en bonne et due forme par la Fabrique Adabra et confiée pour protection à la Bourse de Grilecques. Vous n'avez aucun droit dessus !

Barne remarqua que les journalistes semblaient nettement moins enclins à se ranger du côté du PDG désormais : son dernier argument avait été tiré du chapeau, à la va-vite, alors même qu'il avait juré, quelques secondes plus tôt, que la revendication de l'héritage de Barne sur l'Épée était irrecevable. Cela sonnait comme l'aveu d'une tentative de tromperie. Fulmiark faisait machine arrière et essayait de se rattraper aux branches.

— Vous avez raison sur un point, dit Barne qui repensait à sa conversation avec Carmalière. Je n'ai aucun droit dessus. Pas en tant que Mustii. Par contre, vous vous trompez : ni vous ni aucune corporation ne peut la revendiquer non plus. Vous l'appelez « l'Épée d'Émeute », mais nous lui donnons un autre nom : « l'Épée des Serfs ».

Barne parlait autant pour Fulmiark que pour les journalistes qui étaient pendus à ses lèvres… et surtout, pour le public des chaînes d'information continue qui devait l'écouter attentivement.

— Cette épée défend le dominé du dominateur, l'opprimé de l'oppresseur, le sujet du tyran…

— JE NE SUIS PAS UN TYRAN ! gronda soudain Fulmiark d'un ton qui avait pourtant tout de tyrannique. ET JE NE VOUS OPPRESSE PAS !

— Ah non ? fit Barne. Je suis donc libre de partir ? Ce dôme dans lequel vous me retenez prisonnier n'est donc pas un outil de domination à mon égard ?

Le PDG ne dit rien. Les journalistes étaient passionnés et Barne n'aurait pas été surpris d'en voir certains sortir des pop-corns.

— Il y a un moyen simple de le savoir, dit-il.

Fulmiark plissa les yeux. Il avait compris où Barne voulait en venir. C'était un coup de poker, et ils le savaient tous les deux. Barne éleva l'Épée au-dessus de sa tête, parcourut l'assemblée du regard pour être certain qu'aucun n'en perdrait une miette. Puis il plongea son regard dans celui, démoniaque, de Fulmiark, et abattit son arme en avant, d'un geste ferme et énergique.

L'Épée des Serfs traversa la paroi du dôme qui vola en éclat, faisant pleuvoir de minuscules morceaux de verre tout autour.

20. Le choix de Barne

Le bruit que fit l'énorme vitre, brisée d'un coup d'épée, fut strident et peu naturel. Barne savait que la vitre était enchantée et qu'il aurait été impossible de la casser avec une épée classique… ou avec un fusil ou même un missile. L'Épée des Serfs avait ce pouvoir : le pouvoir de défendre l'opprimé. L'enfermement était une oppression pour le moins concrète…

Barne, triomphant, tenait l'Épée droite dans sa main. Il avait adopté une position de défi, la pointe de son arme orientée vers le visage de Zad Fulmiark qui semblait partagé entre la surprise et la colère. Il était dangereux pour Barne de provoquer ainsi l'ire du PDG : c'était un adversaire redoutable… redoutablement intelligent et, à en juger par son physique, redoutablement fort.

Comme Barne aurait pu s'y attendre, l'orque ne put contenir sa rage de voir un pauvre petit humain de pacotille le narguer ainsi, surtout devant des caméras qui retransmettaient le tout en direct. Il posa la main sur la lourde hache d'arme accrochée au mur et l'empoigna d'un coup sec, arrachant un morceau du support au passage. Il la pointa lui aussi vers le visage de son adversaire. Les journalistes, médusés, observaient la scène bouches bées : ils étaient sur le point d'assister à un combat à l'arme blanche entre un orque et un humain. Le fait aurait été banal au Moyen-Âge ; il était inconcevable à l'époque moderne.

Fulmiark fit tournoyer la hache d'un air menaçant. À l'évidence, il était rompu au maniement des armes… contrairement à Barne, qui faisait son possible pour ne pas montrer sa peur. En y réfléchissant, il se dit qu'après tout, il avait bien vaincu Morr Saraz qui, lui aussi, savait se battre bien mieux que Barne. Par ailleurs, il n'était pas en possession d'une d'épée magique à ce moment là. Il serrait l'Épée des Serfs aussi fort que si sa vie entière dépendait de l'objet… ce qui n'était pas tout à fait faux.

L'orque se mit en position d'attaque. C'était le moment de vérité… Prenant appui sur ses larges mollets, il se propulsa en avant, projetant sa hache avec un mouvement de bras puissant et précis.

Barne, en temps normal, n'aurait jamais pu contrer une attaque si bien portée : il aurait été tué sur le coup, le crane fendu en deux. Pourtant, sans qu'il ne sache comment, sa main bougea toute seule et vint placer l'Épée sur la trajectoire de la hache, bien au milieu ; il y eut un « GLANG ! » sonore ; la hache rebondit mais l'Épée ne trembla pas. Barne n'avait même pas senti la violence du coup.

Le pouvoir de l'Épée était réel.

Il était même plus grand encore que ce que Barne avait imaginé. Il se sentit soudain plus confiant et déterminé qu'il ne l'avait jamais été. La sensation de maîtriser son destin, celle dont il avait eu un avant-goût lors de sa confrontation avec Glormax, l'envahissait.

Fulmiark recula, horrifié : il savait que Barne n'aurait jamais pu parer un tel coup par la seule force de son bras. Il comprenait, il savait ce qui était en train de se passer : la vérité, la terrible vérité s'insinuait dans son esprit comme un lent poison. L'Épée des Serfs… la légende… tout était vrai. Comprenait-il qu'il était en train de montrer au monde entier son indiscutable nature d'oppresseur professionnel, tant par son déchaînement de violence que par l'inefficacité de ses attaques ?

Barne, lui, le comprenait mais, au fond de lui, une autre idée lui vint. Un déclic, une illumination : il savait comment gagner. L'Épée lui donnait un pouvoir, certes, mais ce était qu'un outil, qu'une parade. Un tour de passe-passe. La victoire ne dépendrait pas d'une arme idiote, aussi magique soit-elle. La victoire ne dépendrait pas même de lui seul.

La victoire dépendrait des erreurs de Fulmiark.

Celui-ci n'était pas orque à abandonner si vite… il repartit bien vite à l'attaque. Barne devait bien admettre que le personnage était terrifiant et que, si lui n'avait pas été en possession d'un avantage tel que l'Épée, il aurait probablement fini par mouiller son pantalon…

Fulmiark tenta d'asséner des coups à Barne, attaquant de tout côté, tantôt à gauche, tantôt à droite, mais rien n'y faisait : Barne parait chaque coup… ou plutôt, l'Épée se mettait à chaque fois en travers de la hache. Barne sentait sur lui les yeux et les objectifs braqués des journalistes, mais il n'osait pas tenter le destin en cessant complètement de regarder son assaillant pour jeter un œil dans leur direction. Après tout, il ignorait jusqu'à quel point l'Épée pouvait le protéger…

— Vous vous fatiguez pour rien, Fulmiark, dit-il d'une voix assurée. Vous ne pouvez rien contre l'Épée.

— SILENCE !

C'était la seconde fois de la journée qu'un assaillant lui intimait de se taire de cette façon et il ne put s'empêcher de sourire, ce qui ne fit qu'ajouter à la rage de Fulmiark.

De nouveaux coups de hache plurent. Barne pouvait presque sentir l'Épée tirer sur son bras pour se positionner précisément aux bons endroits. Même si c'était la magie de l'objet qui faisait tout le travail, il trouvait malgré tout jubilatoire de voir Zad Fulmiark, le puissant, le dominant, le tyran, s'escrimer en vain.

— C'est drôle, fit Barne en envoyant rebondir un nouveau coup de hache d'un air faussement ennuyé. Vous n'avez pas l'air serein. On dirait presque qu'être réduit à l'impuissance vous agace… un manque d'habitude, sans doute ?

Cette fois, Fulmiark ne prit pas la peine de répondre et se jeta sur Barne de tout son poids : devant un mouvement aussi peu subtil, Barne n'eut même pas besoin de l'aide de l'Épée et se décala simplement de son axe. La hache du PDG vint s'abattre sur son beau bureau en chêne et le fendit en deux, projetant des copeaux de bois sur les journalistes. Ceux-ci eurent un mouvement de recul mais ne cessèrent pas d'enregistrer la scène pour autant.

Il y eut alors un bruit de pas précipités en provenance du couloir. Tous – Fulmiark et Barne compris – tournèrent la tête avec surprise, momentanément distraits du combat qui prenait place dans le bureau.

La haute double-porte s'ouvrit d'un coup et sa serrure sauta dans le même mouvement. Deux gobelins firent un vol plané à travers la pièce et vinrent s'écraser aux pieds de Fulmiark.


Les gobelins étaient sonnés et souffraient apparemment de nombreuses fractures.

— Qu'est-ce que… commença Fulmiark.

C'est alors que quatre personnes pénétrèrent dans la salle : Amélise, Jasione, Pod et Carmalière. Cela leur avait pris du temps mais ils avaient fini par localiser la pièce où Barne avait atterri. Plusieurs nouvelles blessures marquaient leurs corps : Jasione avait le visage noirci et une partie de ses cheveux avaient brûlé ; une entaille saignait sur la jambe droite de Carmalière ; les autres avait également leurs lots d'égratignures supplémentaires. Barne ignorait par quels épreuves ils avaient dû encore passer pour arriver au bureau de Zad Fulmiark, mais le périple n'avait visiblement pas été de tout repos.

Le temps resta suspendu un instant : les journalistes avaient tourné leurs caméras vers les compagnons ; eux observaient la scène, incrédules, et tentaient de comprendre la situation ; Fulmiark dévisageait les deux gobelins qui se traînaient à ses pieds.

— Barne ! s'écria soudain Amélise en s'avançant.

— N'approchez pas ! prévint Barne. Je maîtrise la situation !

Amélise s'arrêta net, surprise. Barne plongea son regard dans le sien puis fit un signe de tête en direction de l'Épée qu'il tenait toujours fermement. Devant son sourire, elle comprit.

— C'est M. Fulmiark contre moi, continua Barne en fixant l'orque. Personne d'autre.

Les deux gobelins à terre geignaient et Fulmiark leur cracha au visage :

— Vous avez entendu ? FOUTEZ LE CAMP D'ICI, VERMISSEAUX !

Barne vit les deux gobelins – probablement les gardiens du bureau de Fulmiark – se relever avec difficulté et déguerpir en passant d'un air craintif devant la compagnie.

Carmalière souriait en voyant Barne agiter l'Épée au nez et à la barbe de Fulmiark. Les autres avaient l'air plus inquiets mais restaient à distance, comme Barne le leur avait demandé.

— Monsieur, lança un journaliste en s'approchant de la compagnie, vous êtes bien le dénommé Carmalière ?

Alors que la magicienne allait répondre, Fulmiark se tourna vers le journaliste et, avec hargne, lança :

— Non mais dites-donc ! Vous comptez interviewer des terroristes dans mon bureau ?

Le journaliste sursauta et, choqué, fit quelques pas en arrière, piteusement. Il alla se réfugier derrière sa collègue qui tenait la caméra.

— Dès lors que j'en aurai terminé avec M. Mustii, continua Fulmiark avec le ton d'autorité qui lui était propre, je m'occuperai de ce M. Carmalière et de ses sbires qui nous ont fait le plaisir de se joindre à nous.

— Lorsque vous en aurez terminé avec moi ? railla Barne. C'est-à-dire, « pas demain la veille », pas vrai ?

L'orque se retourna vers Barne et, comme s'il avait oublié qu'il n'avait aucun moyen de vaincre ce petit humain, il repartit à l'assaut. La hache tournoya et frappa violemment l'Épée des Serfs à plusieurs reprises. Les compagnons de Barne poussèrent des cris terrifiés lors des premiers chocs entre les lames, mais, très vite, ils comprirent que Barne n'était pas en danger.

Carmalière exultait : toute sa théorie sur cet objet légendaire se vérifiait. Pod, Jasione et Amélise assistaient à présent à la scène avec une certaine fascination : ce n'était pas tout les jours que l'on voyait un orque de deux mètres de haut se contorsionner, impuissant, pour tenter d'atteindre ce qui aurait dû être une proie facile.

— Allons, Fulmiark, dit Barne, soyez raisonnable. Vous allez littéralement vous épuiser à la tâche.

— Tu as bien trop confiance en toi-même ! gronda l'orque. Tu finiras par faiblir !

— Vous n'avez pas encore compris ? s'exclama Barne. C'est l'Épée qui me protège. Tant qu'elle sera entre mes mains, elle le fera : peu importent ma force ou ma détermination. Les vôtres, par contre, vont décroître, immanquablement.

L'orque avait de moins en moins d'assurance et portait des coups de moins en moins précis, comme dictés par une colère aveugle : il ne cherchait plus à atteindre Barne, il voulait simplement montrer toute l'étendue de son potentiel de destruction. Malheureusement pour lui, c'était surtout son mobilier et les parois de son bureau qui en souffraient.

— Vous ne pouvez pas gagner, Fulmiark, dit Barne.

— Alors tue-moi ! s'emporta le PDG. Tue-moi, finis-en et va faire ta petite révolution ! Et lorsque tu auras terminé et que tu seras devenu le pire tyran de tous les temps, un autre te fera la même chose ! TU N'ES RIEN SANS CETTE ÉPÉE ! Alors tue-moi et prouve à tout le monde qu'il y aura toujours un dominant !

— Non.

Barne avait prononcé ce mot à voix basse, mais il avait résonné dans toute la pièce comme s'il avait hurlé.

— Le système de domination s'arrête là, continua Barne calmement. Je n'ai pas l'intention de prendre votre place, Fulmiark.

— Tu la prendras, gronda l'orque d'un ton mauvais. Parce que le pouvoir de cette Épée te le permettra…

— Cette Épée ? Je me fiche de cette Épée ! Vous ne comprenez toujours pas, n'est-ce pas ? Cette Épée a été créée pour la défense, et c'est uniquement à cet effet que je m'en suis servi : pas une fois je ne vous ai attaqué avec, l'avez-vous remarqué ? Et je ne le ferai pas.

— Alors tu ne gagneras jamais, dit l'orque avec un sourire carnassier. Si tu te refuses à vaincre tes ennemis, tu es condamné à passer ta vie comme un rat que l'on chasse. Un vermisseau qui se débat en permanence sous les attaques de plus forts que lui !

Barne sentait grandir en lui une flamme, un besoin de dire ce qu'il avait à dire, de mettre des mots sur la réalité. Lui qui n'avait jamais été friand des grands discours se sentait à présent en pleine capacité et en légitimité d'affirmer sa position. Était-ce le pouvoir de l'Épée qui lui donnait cette assurance ? Ou simplement le fait d'avoir eu comme compagnon de voyage le loquace Carmalière ?

— Vous savez, vous avez parfaitement raison : l'Épée n'est qu'une protection temporaire, un recours nécessaire dans l'urgence mais inefficace sur le long terme. Quand on se brûle, on met de la pommade ; mais la solution à long terme, c'est de rester loin du feu, voire de l'éteindre. Cela fait des décennies que le peuple avance à couvert sous les attaques des puissants comme vous, Fulmiark. Il résiste tant bien que mal à votre tyrannie ; il fait grève lorsque vous attaquez un peu plus sa protection sociale ; il vote pour le moins pire de vos laquais en se berçant de la douce illusion qu'il vit en démocratie ; il se bat autant que sa condition le laisse se battre… mais il perd, en définitive, petit à petit, lentement mais sûrement. L'Épée des Serfs, même utilisée sans mauvaise intention, n'aura jamais que le pouvoir de donner une protection supplémentaire, pas celui de supprimer la source du problème.

— J'imagine que « la source du problème », c'est moi ? railla Fulmiark.

— Pas tout à fait. C'est bien ce qui est le plus pernicieux : vous tuer ou même simplement vous destituer ne nous avancera à rien parce qu'un autre prendra votre place. Non, la source du problème, c'est le système qui permet votre domination : c'est parce que les gens que vous exploitez…

— Que j'exploite ? Je suis PDG d'un des plus grands groupes du monde ! pesta Fulmiark. Ces « exploités » dont tu parles, ce sont des milliers de gens que je fais vivre !

— Non, trancha Barne en secouant la tête, ce sont ces milliers de gens qui vous font vivre, vous. S'en rendraient-ils compte, si vous désertiez votre beau bureau sans prévenir ? Assurément non. Maintenant, imaginez un peu qu'aucun de ces milliers de gens ne vienne travailler, demain…

Fulmiark ouvrit de grands yeux. Barne se rendit compte que, malgré l'apparente naïveté de ce qu'il venait de dire, il avait mis le doigt sur l'une des plus grandes craintes de l'orque. Il se mit à parler un peu plus fort, pour que chacun des mots captés par des micros des journalistes soit bien intelligible.

— Quel formidable lundi ce serait, n'est-ce pas, si tous vos bureaux et vos usines restaient vides ? insista-t-il d'un ton moqueur. Nous ne sommes des serfs que parce que nous le voulons bien. Votre hégémonie n'est possible que par notre servitude volontaire. Je n'ai pas besoin de vous « battre », Fulmiark. Ce sont les milliers de gens qui le feront. En cessant d'accepter ce système, ce système qui est la source du problème. Nous ne pouvons pas vous battre par des armes, même magiques.

Il agita l'Épée comme si c'était un vulgaire plumeau.

— Ça, c'est votre jeu, vos règles. Cela fait des lustres que le peuple vous supplie de changer ces règles en venant vous affronter sur votre terrain, mais vous comme moi savons que ça ne changera jamais rien. Alors, voilà ce que nous allons faire : nous allons faire sans vous. Construire autre chose, organiser une société à notre image. Nous n'aurons nul besoin de vous vaincre, puisque votre pouvoir ne repose que sur notre participation à votre jeu. Nous allons faire le nôtre, à côté. Tout le monde aura voix au chapitre…

Fulmiark laissa échapper un rire ironique qui laissait entendre qu'il doutait, lui, qu'on lui laisse voix au chapitre.

— Oui oui, continua Barne sans se laisser démonter, même vous. Même les orques, même les gobelins. Le problème, ce n'est pas d'avoir un M. Fulmiark à la tête de l'empire. Ce n'est même pas le problème des orques contre les elfes, des gobelins contre les humains : dans notre quête, nous avons été aidés par un orque et attaqués par des humains. Ce n'est pas ce que vous êtes qui importe, mais ce que vous faites : vous, en exploitant votre prochain ; nous, en acceptant cela. Eh bien, nous, nous allons faire autre chose. Quant à vous… il va vous falloir trouver une voie qui n'implique pas d'avoir l'ascendant sur des milliers de personnes. En êtes-vous capable ? Je vous souhaite bon courage, sincèrement. Pour le reste, c'est terminé, Fulmiark. Nous ne sommes plus des serfs. Je ne suis plus un serf.

— Ah oui ? vociféra Fulmiark. Il semble que votre fameuse épée prouve le contraire ! C'est bien vous qui l'appelez l'Épée des Serfs ! Dont acte !

Barne eut un petit rire soudain qui fit sursauter l'orque.

— Haha, mais ce n'est qu'un nom ! Le nom sous lequel nous la connaissons, certes. Mais que valent les noms lorsque le système représentatif sclérosé qui nous gouverne s'appelle « démocratie » ? Que valent les noms lorsqu'un adversaire syndicaliste est appelé « partenaire social » ? Lorsqu'on parle de « coût du travail » pour désigner ce qui est, en définitive, notre niveau de vie ? Lorsqu'on appelle un travailleur « salarié », pour le mettre avant tout dans la position passive du demandeur de l'argent et non dans celle, active, de celui qui crée la richesse ? Les mots disent ce qu'on veut bien leur faire dire, et cette Épée continuerait à s'appeler l'Épée des Serfs même entre vos sales pattes, Fulmiark. Le serait-elle pour autant ?

— Très bien, trancha l'orque. Si les combats rhétoriques vous ennuient, coupons court, et tenons-nous en aux faits ! Serf !

Après avoir craché cette dernière invective, Fulmiark leva sa hache droit au-dessus de son crâne où de longs cheveux gris étaient collés par la sueur. Barne était prêt, car tout allait se jouer à ce moment. Il pressentait ce qui allait se passer mais il avait peur : si sa théorie sur l'Épée était juste, il gagnerait mais aurait de grandes chances de mourir dans le processus. S'il s'était découvert une réserve de courage dont il ne soupçonnait pas l'existence, il n'était pas pour autant un héros qui accueillait la mort avec gloire et honneur.

L'arme de l'orque brillait, surplombant un Barne qui semblait plus que jamais minuscule devant Fulmiark. Il tendit le bras et positionna son Épée à l'horizontale, barrant l'accès à son visage. Comme au ralenti, la hache effectua un quart de rotation et plongea sur l'Épée, Fulmiark concentrant tout son poids et toute sa haine dans ce coup.

Cette fois-ci, Barne ressentit toute la violence du choc et fut projeté en arrière, tombant au sol. Simultanément, un autre phénomène se produisit : lorsque la hache de Fulmiark toucha la lame de l'Épée, il y eut une sorte d'éclair de lumière. Un souffle semblable à celui d'un explosion balaya la pièce et, d'un coup, la lame de l'Épée se désintégra, s'éparpillant en de fines lamelles de métal. Seul le manche, que Barne gardait toujours serré dans ses mains, était resté intact. L'Épée des Serfs était détruite.

Un silence de mort saisit le bureau. Fulmiark avait un air triomphant sur le visage mais il comprit bien vite que cette victoire ne faisait que confirmer la réalité décrite par Barne : qu'il avait réellement cessé d'être sous sa coupe… et que la relation de domination qu'il entretenait avec ses semblables reposait en grande partie sur leur docilité. La servitude volontaire dont la majorité n'avait pas conscience. Une réalité qui avait été diffusée en direct sur les téléviseurs du monde entier.

De rage, Fulmiark leva sa hache d'un geste brusque en poussant un grognement sonore. Il était prêt à asséner le coup de grâce à Barne, assis au sol devant lui, impuissant. Il y eut un tonnerre de protestations scandalisées dans l'assistance.

De surprise, l'orque suspendit son geste et jeta un regard incrédule à la foule qui le regardait, horrifiée par ce qu'il s'apprêtait à faire.

— Attention, Fulmiark, murmura Barne. Pas de geste inconsidéré. Vous n'iriez tout de même pas assassiner un employé de bureau désarmé devant témoins ? C'est vous qui parliez de flagrant délit, tout à l'heure…

Le PDG resta un instant immobile, sa hache toujours brandie en l'air. Barne avait le sentiment que, sous le coup de la colère, il n'hésiterait pas à effectivement l'assassiner en direct à la télévision, malgré les conséquences : sa fierté d'orque pouvait le pousser à préférer la prison au déshonneur d'être vaincu – moralement – par un faible être humain.

Pourtant, il finit par laisser retomber ses bras le long de son corps et sa hache dans une position non menaçante. Barne ne laissa pas paraître le fait qu'il était soulagé. Il se releva doucement, sans quitter l'orque des yeux. Celui-ci gardait son regard dur et soutenait celui de Barne, mais il ne faisait que sauver les apparences.

— Vous avez perdu, Fulmiark, murmura Barne. Je n'ai pas besoin de vous transpercer avec une lame pour vous tuer. Vous n'avez pas perdu parce que je suis plus fort que vous ou parce que je suis plus malin. Vous avez perdu… vous allez perdre parce qu'il suffit d'une prise de conscience collective pour que vous perdiez. L'Épée des Serfs n'existe plus et c'est tant mieux : elle n'était qu'un prétexte, qu'une occasion. La quête, la vraie, celle qui compte, ce sont les millions d'êtres ordinaires qui la mèneront ; ce sont déjà les milliers de manifestants rassemblés sur le parvis et dans la Forteresse. Oui, tout cela a déjà commencé… Alors peu importent nos petites querelles, Fulmiark. Ce qui importe, c'est que demain, ceux qui font peuvent décider de cesser de faire pour vous… et décider de faire sans vous. Tout votre pouvoir, toute votre force, tout votre argent, tout cela s'évapore devant cette simple réalité.

L'orque ne disait plus rien. La lame de sa hache touchait le sol. Barne aurait juré le voir trembler un instant. Néanmoins, le PDG gardait sa stature : il avait du cran, Barne devait bien lui reconnaître cela.

— Nous allons partir, maintenant, conclut Barne en lançant un regard à la compagnie. Le reste ne dépend plus de moi, ne dépend plus de nous. Le reste dépendra de tout le monde, du peuple, des gens…

Encore une fois, il parlait fort et en direction des journalistes. L'orque leva les yeux vers lui. Derrière la colère, derrière la lueur revancharde qui promettait que jamais il n'oublierait cette humiliation, derrière tout cela… il y avait de la peur. Une véritable peur, profonde, viscérale. Cette peur de tout perdre que les puissants essayaient de dissimuler mais qui était leur véritable moteur de vie, celui-là même qui les poussait à se comporter en loup avec leurs semblables.

Barne aurait presque eu pitié de Fulmiark. Mais il y avait eu la main de Pod ; il y avait eu les valkyries ; il y avait eu les tirs à balle réelle, les morts sur le parvis ; il y avait eu le dragon et Morr Saraz, aussi ; au-delà de ça, il y avait eu des siècles de domination et d'exploitation des masses. Fulmiark n'était peut-être pas responsable de l'ensemble, mais il y avait pris part. Allégrement.

— Au revoir, Fulmiark, murmura finalement Barne.

Dans une dernière provocation, il lui tourna le dos. Il était bien conscient de prendre un risque : la fureur du PDG était loin d'être dissipée. Il avait été humilié et écrasé en direct à la télévision. Un coup de sang final n'était pas à exclure.

Cependant, aucune hache ne vint traverser le dos de Barne. Il jeta un regard à ses compagnons : tous rayonnaient, même Carmalière, qui aurait pourtant sans doute préféré être iel-même à la place de Barne, au centre de l'attention. En se tournant vers les caméras qui étaient braquées sur lui, Barne prit soudain conscience de ce qu'il venait de faire, de ce que le monde entier venait de voir. Il eut à nouveau ce vertige dont il avait fait l'expérience lors de l'appel à la révolution de Carmalière qu'il avait filmé. Cette fois encore, les conséquences potentielles le dépassaient d'une manière assez phénoménale.

Tout à coup, il se mit à entendre les clameurs de la foule, à l'extérieur, par la fenêtre du bureau. C'était comme si quelqu'un venait de rebrancher le son, brutalement. Il n'arrivait pas à comprendre ce que disaient les manifestants, mais il était sûr d'une chose : leurs cris étaient des cris de joie.

Il rejoignit la compagnie sans dire un mot et, tous ensemble, ils quittèrent le bureau. Les journalistes suivirent et il y eut une cohue où chacun tenta d'être le premier à tendre le micro à Barne, d'être celui qui lui poserait la première question. Pourtant, Barne s'en fichait.

S'il ne s'était pas trompé, quelque chose de nouveau était né en ce dimanche après-midi. Il ne pouvait encore totalement imaginer ce que ce « quelque chose » était, mais une chose était sure : la Terre de Grilecques allait connaître de sérieux chamboulements. L'empire de Fulmiark allait en toute logique s'effondrer ; d'autres suivraient. S'il n'y avait aucun moyen de savoir où ce chemin allait mener, il y avait, pour la première fois depuis longtemps, de l'espoir. Pour l'heure, il semblait indiqué de célébrer cette première victoire. Le parvis de la Forteresse risquait d'être sacrément animé, ce soir…

21. Un lundi pas comme les autres

Le soleil qui se leva le jour suivant fut l'un des plus chauds de cette année-là. Le mois d'okore débutait : le huitième mois, le mois central de l'été. La Terre de Grilecques s'éveilla dans un calme inhabituel. C'était un lundi matin, mais on aurait pu jurer être dimanche ; le vacarme de la circulation était réduit à un murmure ; l'agitation habituelle de la ville s'était tue.

Lorsque Barne ouvrit les yeux, il vit la lumière du soleil traverser partiellement la toile bleue. Pod, qui avait dormi dans la même tente que lui, s'était déjà levé. Barne se leva et s'habilla, en réfléchissant au fait que, tout juste deux semaines plus tôt, il était en train de se préparer à aller au bureau… et il sourit. Le traîne-savate avait bien grandi. Pour un peu, il aurait aimé avoir son miroir enchanté, là. Pas pour le jeter ou le casser comme il en avait souvent eu l'envie, mais pour pouvoir lui raconter, lui narrer la fabuleuse aventure de Barne Mustii. Il n'en aurait pas cru ses oreilles !

Les miroirs enchantés ont-ils des oreilles ? se demanda soudain Barne. Il réfléchit et se dit que ça n'avait pas d'importance : accroché dans la salle de bain d'un appartement vide depuis deux semaines, le miroir n'avait de toute façon pas la moindre idée de tout ce qui avait pu se passer depuis. À la réflexion, il trouva cela triste et se dit qu'être miroir enchanté, ça n'était pas une vie. Il se promit qu'à son retour à Quantar, il prendrait son miroir pour l'emmener en balade, lui montrer le monde. Qu'il puisse refléter autre chose que « la tronche de Barne Mustii ».

Il tira sur la fermeture à glissière de la tente et en sortit. La lumière du matin colorait le parvis de la Forteresse d'une douce lueur.

Après son coup d'éclat à la télévision, la veille, Barne était ressorti sous les ovations générales de la foule. Par la suite, la Forteresse avait été prise pour de bon : Fulmiark et les autres cadres encore présents avaient fui discrètement par un système de souterrains secrets. Lorsque le pot-aux-roses fut découvert, l'ironie de la situation amusa la compagnie : deux semaines plus tôt, leur aventure en était un miroir parfait, eux fuyant par les catacombes de Sorrbourg tandis que les orques les pourchassaient. Carmalière fit remarquer que cette fuite des dirigeants de la Forteresse était une bonne chose : une foule en colère n'est pas toujours simple à contenir, et un lynchage public aurait été une effroyable tache sur cette victoire.

On avait assuré un passage sûr aux autres employés de la Forteresse, en prenant bien soin de dépouiller au préalable les gardes de leurs armes. Depuis, la Forteresse n'était plus occupée que par les manifestants.

Contrairement à ce qu'Amélise avait craint, aucun renfort policier n'était venu et les forces de l'ordre présentes n'avaient pu riposter. Après le coup d'éclat de Barne, certains policiers s'étaient même ralliés aux manifestants : après tout, avant d'être le bras armé de l'État, ils en étaient également des exploités. Les autres, fidèles au pouvoir, avaient battu en retraite : les combats étaient sans doute loin d'être terminés, mais pour l'heure, tout était calme.

La soirée qui avait suivi cet incroyable dimanche était un peu plus floue dans l'esprit de Barne : il se souvenait d'une immense liesse, d'une fête déchaînée… et de beaucoup d'alcool. Sa tête le faisait souffrir et la lumière avait beau être douce, elle agressait ses yeux comme une pointe acérée. Heureusement pour ses sens fragilisés, le campement était silencieux : la plupart des fêtards dormaient encore…

Il parcourut l'allée. Des drapeaux révolutionnaires tendus entre les fenêtres tapissaient la Forteresse, qui semblait reconvertie en auberge de jeunesse pour l'occasion. Barne était soulagé de constater que personne n'avait accroché un portrait géant de lui : la veille, il avait été tellement acclamé et serré dans les bras d'inconnus… il en était terrifié, il abhorrait catégoriquement l'idée de devenir une icône. Même s'il avait axé son discours sur l'autodétermination du peuple et le besoin de se passer de leaders, les vieux réflexes qui consistaient à se chercher des héros revenaient vite… et il faudrait qu'il y prenne garde. Il n'avait pas l'intention de jouer le moindre rôle dans la révolution qui s'annonçait, et c'était la décision la plus sage qu'il pouvait prendre.

Il aperçut la compagnie qui était installée autour d'une table pliante en plastique, à l'ombre d'une bâche tendue. Ses camarades prenaient leur petit déjeuner et Barne se joignit à eux.

— Tiens, voici notre célébrité ! dit Carmalière.

Le magicien souriait mais Barne devinait une pointe d'amertume dans sa voix… voire même de jalousie.

— Bonjour, tout le monde, dit Barne en souriant à son tour.

— Bien dormi ? demanda Amélise. Tu veux un thé ? Une tisane ? Ou…

Surprise, elle posa la main sur sa bouche et ouvrit de grands yeux.

— Merde ! s'exclama-t-elle. T'avais raison ! Je dis toujours la même chose quand je propose à boire aux gens !

Barne éclata de rire et déplia une chaise posée contre un des poteaux où était accrochée la bâche.

— C'est pas grave, dit-il. Si vous avez du café, je prends !

Barne versa l'eau d'une bouilloire sur quelques grains de café soluble au fond d'une tasse. Ça ne vaudra pas le café de chez Zarfolk, pensa-t-il avec mélancolie.

— Je ne te propose pas de guioska, fit Pod avec un clin d'œil, je crois que tu as eu ta dose hier soir.

Barne ouvrit de grands yeux.

— J'ai fumé de l'herbe, hier soir ?

— Oui, confirma Carmalière, et tu nous as aussi montré tes talents de guitariste.

— Quoi ?!

— T'as vraiment eu une période baba cool dans ta jeunesse ! s'amusa Pod. Moi qui pensais que tu disais ça pour te donner un genre…

Barne se sentit rougir alors qu'il essayait tant bien que mal de se souvenir de la soirée de la veille. Il y avait longtemps qu'il n'avait pas été aussi alcoolisé… et défoncé, à en croire Pod.

— Pour ne rien te cacher, dit Barne, c'est à cette époque que j'ai rencontré Mélindel – mon ex-femme… elle ne se serait pas intéressé à un pauvre type comme l'employé de bureau que je suis devenu par la suite…

— Tu es trop dur avec toi-même, fit Amélise d'un ton compatissant. Surtout pour quelqu'un qui vient de participer au lancement d'une révolution.

— Je ne m'apitoie pas sur mon sort, expliqua Barne, mais il faut être réaliste : j'étais devenu un vieux con avant l'heure. C'est pour ça qu'elle est partie. Si je n'vous avais pas rencontrés…

Il ne termina pas sa phrase. S'il ne les avait pas rencontrés, il aurait continué à s'enfoncer dans la résignation, dans le cynisme que beaucoup camouflent sous le pudique terme de « réalisme »… à mourir à petit feu, en somme. Pod, Amélise, Carmalière, Jasione… se rendaient-ils compte qu'ils l'avaient sauvé ? Malgré les disputes, malgré les désaccords, Barne ne pourrait jamais leur être suffisamment reconnaissant…

— Désolé, dit-il brusquement. Ce n'est pas un jour pour se morfondre.

— Tu n'as pas à t'excuser, dit Amélise, personne n'est tenu à être de bonne humeur en toute circonstance.

— Je suis de bonne humeur, assura Barne. Je sais que j'en ai pas toujours l'air, mais bon sang : c'est un sacré jour !

— C'est sympa, la grève générale, hein ? dit Pod en riant. Au moins, ça va me laisser le temps d'apprendre à devenir gaucher, ajouta-t-il en indiquant son moignon.

— Moi ça va me laisser l'temps d'apprendre à m'servir d'un hamac, plaisanta Jasione. J'ai assez trimé pour toute une vie.

— Étant donné que Dordelane est en bord de mer, remarqua le gnome, tu devrais plutôt profiter de la plage…

— Un hamac sur la plage, renchérit la naine, ça me va aussi.

Ils rirent tous de bon cœur. Après ces derniers jours où ils avaient frôlé la mort à plusieurs reprises – et souffert de graves blessures, pour certains –, ils appréciaient de pouvoir relâcher la pression et s'accorder une pause. Oh, évidemment, Barne savait que rien n'était résolu : la grève générale n'était que le début du processus, un processus long et incertain. S'ils allaient s'accorder un repos bien mérité, tout le travail pour mettre en œuvre ce changement de société que la foule avait réclamé la veille était encore à faire.

De longues luttes s'annonçaient, mais Barne était confiant : un déclic s'était fait, quelque chose s'était amorcé. Rien ne disait que ce qu'ils allaient faire fonctionnerait, mais tout leur disait que le système qu'ils voulaient renverser ne marchait pas… alors qu'avaient-ils à perdre à simplement essayer ? Peut-être que les choses tourneraient mal, peut-être que le mouvement social s'essoufflerait et que chacun rentrerait chez soi après une nouvelle désillusion. Peut-être que le statu quo reprendrait ses droits, que le peuple se résignerait et accepterait d'être à nouveau soumis à l'oligarchie, faute de mieux.

Néanmoins, pour l'heure, ils avaient toutes les raisons d'être optimistes. L'un des plus puissants représentants de l'oligarchie avait montré son hideux visage d'assassin et s'était décrédibilisé en direct sur les chaînes d'info ; la Forteresse, plus grand symbole du capitalisme financier, était aux mains du peuple pour la première fois de son histoire ; même une partie des pouvoirs habituellement hostiles aux mouvements sociaux – presse, politiciens et policiers – avait pris part à la cause. Par opportunisme, pour une partie non négligeable d'entre eux, Barne n'en doutait pas une seconde, mais tout de même.

— Enfin, toute cette joyeuse ambiance va me manquer, c'est sûr, dit Barne.

— C'est loin d'être terminé, tu sais ? remarqua Amélise.

— Je sais, mais c'est terminé pour moi.

Il y eut quelques exclamations de surprise dans le groupe.

— Vous l'avez dit vous même, Carmalière, expliqua Barne. Je suis une célébrité. Et puis quoi ? On va faire de moi une figure d'autorité ? On va faire des t-shirts avec ma pomme dessus ? Non, ce sera sans moi. J'ai fait ma part. Je ne serai pas un leader ou une voix de la révolution qui vient.

— C'est dommage, dit Carmalière. Au risque de me répéter, tu es une personne à la fois intelligente et raisonnable : une personne précieuse pour ce genre de période.

— Il n'empêche que je ne suis pas exceptionnel, Carmalière. Des gens intelligents et raisonnables, il y en a des tas : pourquoi ne pas donner leur chance à chacun d'entre eux ? À chacune d'entre elles ? C'est justement parce que je suis raisonnable que je sais que c'est le moment de me retirer.

— Je comprends, dit Amélise.

Barne sourit. Contre toute attente, Amélise avait fini par être la personne avec qui il était le plus en phase dans le groupe. Carmalière gardait sa folie des grandeurs ; Pod était trop jeune pour se détourner de la lutte armée ; Jasione avait bien l'intention de continuer à faire entendre la voix des minorités.

— Et vous, Carmalière ? demanda Barne. Qu'est-ce que vous allez faire ?

— Oh, eh bien, la même chose que ces huit derniers siècles : lutter. Je trouverai bien un autre Barne Mustii pour compenser mon…

— Votre manque d'intelligence et de sagesse ?

— J'allais dire « mon entêtement » mais oui, disons cela.

— Oui, continua Barne, et si ce type que vous trouvez en chemin se trouve être l'héritier d'un objet magique que vous convoitez, ça ne gâchera rien, pas vrai ?

— Tu vas me reprocher cela toute ma vie ? demanda tranquillement Carmalière.

— Vu votre longévité, je dirais plutôt « toute la mienne ». Enfin… de toute manière, l'Épée est détruite, alors je n'ai plus vraiment de raison de vous en tenir rigueur.

— Oui, dit tristement Carmalière. Un sacré gâchis…

Barne secoua la tête avec résignation. La magicienne ne semblait toujours pas avoir compris que la destruction de l'Épée était la meilleure chose qui aurait pu arriver à leur cause.

— Bonjour tout le monde !

Un elfe et une fée avaient rejoint la table : Eluor et Luminy, main dans la main.

— On peut se joindre à vous ? demanda Luminy.

— Bien sûr ! fit Carmalière. On est en autogestion, on ne va quand même pas vous foutre dehors.

— Surtout que nous sommes déjà dehors, renchérit Eluor en tirant deux chaises.

— Des nouvelles du front ? demanda Barne.

— Quel front ? répondit Eluor. Pour l'instant, tout est calme, ici, comme vous l'avez remarqué. Pour ce que j'en sais, les marchés ont fait un plongeon royal ce matin. Les bourses se cassent la gueule en domino – sauf celle de Dordelane, bien sûr, puisqu'elle n'a pas pu ouvrir. Le fabuleux système financier et la main invisible du marché prouvent une fois de plus leur haute résilience.

— Ça va mettre un sacré bordel, murmura Barne.

— Oui… en général, c'est plutôt une mauvaise nouvelle, quand l'économie s'effondre, pas vrai ?

— À moins qu'on utilise cet effondrement pour mettre les abrutis qui ont alimenté ce système devant leurs responsabilités, fit joyeusement Luminy. Qu'on en profite pour changer les règles du jeu.

Barne resta pensif un instant. La perspective d'un krach boursier continuait à l'angoisser. On n'effaçait pas quatre décennies de bourrage de crâne médiatique en deux semaines de militantisme. Il le savait, pourtant, que le péquin moyen était préoccupé par les valeurs boursières uniquement parce qu'on avait fondé la société sur ces bases. Oui, mais le temps de la refondation était venu.

— Les temps qui arrivent risquent tout de même d'être compliqués pour pas mal de gens, fit Barne, et je ne parle pas des oligarques : pauvres, précaires, chômeurs… lorsque le système se fragilise, ce sont les premiers à payer les pots cassés.

— C'est pour ça qu'il ne faut pas perdre de temps et organiser rapidement une alternative, fit Luminy. Il y a déjà des assemblées citoyennes qui se sont formées à Sorrbourg et dans d'autres grandes villes ; j'ai entendu parler de quelques projets de création monétaire populaire qui ne seraient plus gérée par les banques et donc ne serait plus basée sur de la dette ; et puis imagine-toi bien que pas mal de gens réfléchissent depuis des décennies à ce qu'on pourrait mettre en place pour créer une société plus juste et plus démocratique… ce n'est pas comme si nous devions partir de zéro. Ça va être le moment de confronter tout ce fourmillement d'idées à la réalité, à la pratique.

— Il y aura beaucoup de désillusions, remarqua Barne. De belles idées qui ne fonctionneront pas ; de belles idées qu'on ne pourra mettre en œuvre parce qu'il sera impossible de mettre assez de gens d'accord.

— C'est certain, confirma Eluor. Le plus dur sera de ne pas nous laisser abattre par les échecs… car d'autres choses marcheront, et il faudra se battre pour les faire vivre.

— Bien sûr qu'on va se battre, dit Pod avec un air de défi sur le visage. J'ai vingt-deux ans et j'ai déjà largement passé assez de temps à jouer les domestiques. Je ne reviendrai pas en arrière. En plus, j'ai une demoiselle en détresse à secourir.

— Tu sais qu'elle te mettrait un pain si elle t'entendait l'appeler « demoiselle en détresse » ? ironisa Amélise.

— Oui, t'as pas tort… en plus, j'ai pas franchement une gueule de prince. Par contre, je sais qu'j'aurai plus jamais une gueule de serf.

Les membres de la compagnie ainsi que Luminy et Eluor levèrent leurs tasses dans un signe d'acquiescement. Barne regardait Pod. Il l'enviait, quelque part : avoir autant d'optimisme et de fougue, cela lui manquait, parfois. Enfin, après tout, à chacun son temps, à chacun son tour : Barne se sentait déjà étranger à la révolution qui s'annonçait, mais Pod y prendrait une part importante, il en était persuadé. Et, quelque part, Barne se sentit rassuré. Il continuait de considérer Carmalière avec méfiance, mais si c'était sur des personnes comme Amélise, Pod ou Jasione que reposait l'avenir de la Terre de Grilecques, alors il pouvait l'envisager sereinement.

Le camp s'animait petit à petit à mesure que le soleil d'okore montait. Des gens passaient, souvent pour féliciter Barne, parfois pour demander si quelqu'un n'avait pas, par hasard, un peu de paracétamol. De partout, on entendait monter des conversations, des rires, des exclamations.

Bientôt, un chant se répandit à travers le camp : c'était un de ces chants qui semblent se matérialiser ex nihilo et que tout le monde connaît très vite, sans qu'il soit jamais possible d'en retrouver l'auteur. Barne se soupçonna d'avoir participé à son élaboration la veille, mais comme il n'en avait aucun souvenir, cela ne changeait pas grand chose.

« Le gros Fulmiark se prenait pour le roi

(Dis-moi pourquoi ? Dis-moi pourquoi ?)

Parce qu'il avait du fric et des laquais

(Tout l'monde le sait, tout l'monde le sait)

Est venu un gars, pas bien grand, pas bien fort

(Oui mais encore ? Oui mais encore ?)

Oui mais l'avait une belle épée magique

(C'est fantastique, c'est fantastique)

Sauf qu'au lieu de lui mettre dans la pomme

(Y'a pas mort d'homme, y'a pas mort d'homme)

Il lui a dit ses quatre vérités

(Bien envoyées, bien envoyées)

Alors le gros Fulmiark a foutu l'camp

(On est contents, on est contents)

Voilà c'qu'on fera, avec tous les petits rois

(Voilà pourquoi ! Voilà pourquoi !) »


L'air frais marin caressait le visage de Barne et atténuait la chaleur des rayons du soleil de ce début d'après-midi. Il était assis sur le sable, les pieds posés sur la partie mouillée de la plage où les vagues venaient mourir. La Baie d'Ultium était cernée aux trois-quarts par des terres émergées et la mer qu'elle cloisonnait restait relativement calme.

Barne observait l'horizon, les yeux plissés. La mer d'un bleu azuré reflétait le soleil éclatant et l'aveuglait légèrement. En face, quelque part au-delà de la Baie, il savait qu'il y avait son appartement qui l'attendait, à Quantar ; son bureau, où il ne remettrait d'ailleurs plus les pieds. Qu'était devenu Glormax ? Est-ce qu'il recroiserait sa route ? Il en doutait fort. Après avoir affronté Saraz et Fulmiark, de toute manière, son ex-patron ne lui faisait plus peur.

Un peu plus loin, sur sa gauche, Barne pouvait voir les silhouettes de ses camarades allongés sur le sable. Pod et Jasione n'avaient pas trouvé de hamac, mais la plage au nord de Dordelane était suffisamment confortable pour s'y prélasser… Barne, quant à lui, s'était mis à l'écart. Il avait besoin de réfléchir, au calme. Sans que Carmalière n'essaie de lui imposer ses idées subliminalement.

Qu'allait-il faire ? Oui, qu'allait-il donc bien pouvoir faire à présent ? Il ne participerait pas à la révolution, il l'avait affirmé. Ceci étant acté, à quoi était-il bon ? Quelle utilité pouvait-il avoir à la société ? La question ne lui était jamais venue à l'esprit au cours de ses trente-huit ans d'existence. Il se rendait compte, à présent, à quel point cela était symptomatique des problèmes de cette société.

Cependant, il avait désormais les yeux ouverts : il ne se satisferait plus d'un job aliénant, il ne se résignerait plus. Le monde lui apparaissait soudain comme illimité, plein de possibilités. C'était aussi effrayant que grisant. Il se demandait si c'était ce qu'on appelait « la crise de la quarantaine » qui lui tombait dessus. Après tout, pourquoi pas ? La plupart des crises de la quarantaine, en quoi consistaient-elles ? À acheter une grosse bagnole ou à essayer de former un groupe de rock avec les collègues ? Lui était passé de petit employé rangé un peu conservateur à anarchiste convaincu et militant en à peine deux semaines. Oh, et il avait été légèrement responsable d'un embrasement révolutionnaire général. On avait vu des crises de la quarantaine qui avaient moins de panache…

Un bruissement de pas sur le sable attira son attention : c'était Amélise. Elle l'avait rejoint et elle s'assit à côté de lui, les pieds dans l'eau. Elle aurait pu lui demander si elle ne le dérangeait pas avant de le faire, mais après tout, ce n'était pas son genre.

— À quoi tu penses ? lui demanda-t-elle.

— À plein de choses. À ma vie, surtout…

— Rien que ça, répondit-elle avec un sourire.

— Oui, ça fait large, n'est-ce pas ? Encore que… tu as vécu deux fois plus longtemps que moi. Tu dois me considérer comme un gamin.

— Les notions de maturité ou de vieillesse dépendent des espèces, dit Amélise avec délicatesse. Ça marche dans les deux sens : je connais des fées de cinquante piges qui ont autant de maturité qu'un humain de quinze ans…

— Ouais. Enfin bref… tu sais ce que tu vas faire, toi ? Après tout cela ? Suivre Carmalière, encore ?

Amélise poussa un soupir.

— Je n'en sais trop rien. Je ne partage pas totalement sa vision des choses, tu sais. Il y avait beaucoup de justesse dans ce que tu as dit à Fulmiark, hier.

Ils gardèrent le silence quelques instants, écoutant le doux roulement des vagues.

— Pour commencer, je pense que je vais aider Pod à faire sortir Milia de taule, expliqua enfin Amélise. Légalement ou pas. Puisqu'on est partis pour faire péter les murs…

— Tu n'as pas peur qu'ils vous coffrent avec elle ?

— Honnêtement, vu les derniers événements, je ne suis sure de rien. Qui sait ce qu'il va advenir de la police ou de la justice ? Dans tous les cas, nous sommes libres, pour l'instant, et Milia ne l'est pas. Quoi qu'il arrive, il me semble que ce serait la moindre des choses de lui venir en aide. Carmalière n'a même pas évoqué son nom…

Barne se rendit compte qu'Amélise aussi avait changé au cours de cette aventure : elle, qui vouait une admiration sans limite à Carmalière lorsque Barne l'avait rencontrée, semblait avoir pris ses distances avec le magicien.

— Et ensuite ? hasarda Barne. Est-ce qu'il y a des chances que tu rendes une petite visite à Zarfolk ?

La fée tourna la tête vers Barne avec un regard surpris : c'était la première fois que Barne évoquait la relation de l'ogre avec Amélise de manière aussi frontale.

— C'est bien possible, dit-elle, pourquoi ?

— Oh, eh bien, avec tout ça, je n'sais pas trop quoi foutre de ma vie… et j'me disais que, finalement, les quelques jours qu'on a passés chez Zarfolk… bah c'était pas mal, voilà. Je crois que je pourrais être heureux, comme ça. Je sais pas si je suis prêt à me lancer dans l'ermitage total, mais puisque je veux me tenir à l'écart des luttes sans renier tout ce que j'ai appris…

— Tu voudrais que je te fasse une lettre de recommandation pour que le terrible ogre Zarfolk t'accueille chez lui ?

Elle éclata de rire et Barne se sentit rougir.

— Tu sais, lui dit-elle, s'il a eu vent de ton petit discours face à Fulmiark – et je pense que c'est le cas, puisque tout le monde en Terre de Grilecques l'a vu –, il doit plutôt être fier de toi. En plus, il t'avait déjà à la bonne, il me semble, non ?

— Je pense… Je dois bien admettre qu'il y avait beaucoup de Zarfolk dans tout ce que j'ai dit hier. Tu vois, je crois qu'il m'a plus convaincu par ses théories que Carmalière. Pourtant, la dernière des choses que je me serais attendu à faire, c'est bien de me découvrir des convictions anar… J'aurais presque pu le citer comme auteur.

— Il ne t'en voudra pas de ne pas l'avoir fait. Zarfolk ne cherche pas les honneurs.

— Je sais bien. Moi non plus.

— En tout cas, je suis certaine qu'il sera content de te revoir.

Elle marqua une pause et ajouta à voix basse :

— Et moi aussi, je serai bien contente de le revoir…

Il lui jeta un regard discret : elle avait la même expression de profonde mélancolie que Zarfolk avait eue lorsqu'ils s'étaient séparés la dernière fois. L'image d'un ogre et une fée ensemble était quelque peu saugrenue, et pourtant Barne se sentait surtout triste pour eux : il ne faisait aucun doute que ce genre de relation était moquée et rejetée par les braves gens. « On n'mélange pas les torchons et les serviettes. »

Même lui, se dit Barne, s'il avait vu une fée et un ogre se tenir la main dans la rue, n'aurait-il pas levé un sourcil ? Ne les aurait-il pas jugés ? N'aurait-il pas ri sous cape ? Ne leur aurait-il pas donné des surnoms désobligeants ? En se justifiant par un laconique « c'est de l'humour, voyons » ? N'avaient-ils pas passé toute leur quête à pourfendre l'orque et le gobelin, comme si ces espèces étaient intrinsèquement mauvaises ? Comme si la qualité d'un individu était inscrite dans ses gênes et non dans ses actes ?

Cette même sensation de malaise qui l'avait saisi à plusieurs reprises pendant son aventure le reprit : déconstruire ses préjugés était nécessaire et bénéfique, mais c'était aussi une tâche ingrate et, quelque part, douloureuse. Il était d'ailleurs encore loin d'avoir achevé cette tâche… une quête bien plus longue et complexe que celle de l'Épée des Serfs. En verrait-il seulement le bout, un jour ?

L'horizon au-delà de la Baie d'Ultium brillait de mille feux. Celui de Barne était incertain et pourtant bien plus attirant que celui, clair et net, dont il s'était détourné.

Dans la ville de Dordelane, derrière Barne et Amélise, des groupes de manifestants insouciants célébraient leur récente victoire et le début d'une nouvelle ère. Dans toutes les villes, dans tous les villages de la Terre de Grilecques, les travailleurs vivaient un lundi pas comme les autres : on s'arrêtait, on se reposait, on s'accordait une pause. On dormait, on s'amusait, on passait du bon temps avec sa famille, ses amis. Et pour la première fois depuis si longtemps, on recommençait à penser, à imaginer, à réfléchir.

Partout, on recommençait à réfléchir.