Commit c7f04da5 authored by lamessen's avatar lamessen

correction des <em> mis en <i>

parent bc388228
...@@ -17,7 +17,7 @@ ...@@ -17,7 +17,7 @@
<p>— Parce qu'ils savent que nous sommes ici ! Je pense qu'ils ont dû avoir des soupçons depuis le début. Il leur manquait sans doute des preuves pour aller plus loin… Ils nous sont tombés dessus sur le chemin du retour, à cinq minutes d'ici.</p> <p>— Parce qu'ils savent que nous sommes ici ! Je pense qu'ils ont dû avoir des soupçons depuis le début. Il leur manquait sans doute des preuves pour aller plus loin… Ils nous sont tombés dessus sur le chemin du retour, à cinq minutes d'ici.</p>
<p>— Vous n'aviez pas de camouflage ? s'étonna Carmalière.</p> <p>— Vous n'aviez pas de camouflage ? s'étonna Carmalière.</p>
<p>— Bien sûr que si ! Mais ils avaient des cerbères. Nous n'avions aucune chance.</p> <p>— Bien sûr que si ! Mais ils avaient des cerbères. Nous n'avions aucune chance.</p>
<p>Carmalière et Barne échangèrent un regard de dégoût. Les cerbères étaient d'immondes créatures, des sortes de très gros chiens à trois têtes qui avaient la capacité de <i>sentir</i> l'âme des gens : aucun déguisement physique ne pouvait les tromper. Il était pourtant rare que les forces de l'ordre les utilisent, puisque ces bêtes étaient particulièrement sauvages et presque impossibles à domestiquer. Même Zarfolk semblait écœuré en entendant Amélise évoquer leur présence.</p> <p>Carmalière et Barne échangèrent un regard de dégoût. Les cerbères étaient d'immondes créatures, des sortes de très gros chiens à trois têtes qui avaient la capacité de <em>sentir</em> l'âme des gens : aucun déguisement physique ne pouvait les tromper. Il était pourtant rare que les forces de l'ordre les utilisent, puisque ces bêtes étaient particulièrement sauvages et presque impossibles à domestiquer. Même Zarfolk semblait écœuré en entendant Amélise évoquer leur présence.</p>
<p>Pod déglutit et dit d'une voix blanche :</p> <p>Pod déglutit et dit d'une voix blanche :</p>
<p>— Et Milia ? Les cerbères, est-ce qu'ils l'ont…</p> <p>— Et Milia ? Les cerbères, est-ce qu'ils l'ont…</p>
<p>Amélise fit un signe de dénégation.</p> <p>Amélise fit un signe de dénégation.</p>
...@@ -102,11 +102,11 @@ ...@@ -102,11 +102,11 @@
<p>— La distance risque d'être encore un peu plus longue que prévu, dit-il. Il y a des cerbères droit devant.</p> <p>— La distance risque d'être encore un peu plus longue que prévu, dit-il. Il y a des cerbères droit devant.</p>
<hr /> <hr />
<p>Carmalière poussa ses camarades contre le mur le plus proche, légèrement ombragé par l'auvent d'une boutique. Un peu plus loin, au carrefour suivant, deux policiers humains marchaient d'un pas lent, précédés de deux énormes chiens à trois têtes, aux pelages d'un rouge foncé presque noir.</p> <p>Carmalière poussa ses camarades contre le mur le plus proche, légèrement ombragé par l'auvent d'une boutique. Un peu plus loin, au carrefour suivant, deux policiers humains marchaient d'un pas lent, précédés de deux énormes chiens à trois têtes, aux pelages d'un rouge foncé presque noir.</p>
<p>— Ça ne va pas nous avancer à grand chose de nous planquer à l'ombre s'ils peuvent sentir nos <i>âmes</i> ! piailla Barne d'une voix faible et paniquée.</p> <p>— Ça ne va pas nous avancer à grand chose de nous planquer à l'ombre s'ils peuvent sentir nos <em>âmes</em> ! piailla Barne d'une voix faible et paniquée.</p>
<p>— Les cerbères, il faut qu'ils soient tout près de toi pour te reconnaître, fit Carmalière dans un murmure. Les flics, par contre, peuvent nous voir de loin et se dire que, même si nos têtes ne correspondent pas, nous avons des signalements sacrément proches de ceux des fugitifs ! Leurs sales clébards auront alors tout le loisir de confirmer leurs soupçons !</p> <p>— Les cerbères, il faut qu'ils soient tout près de toi pour te reconnaître, fit Carmalière dans un murmure. Les flics, par contre, peuvent nous voir de loin et se dire que, même si nos têtes ne correspondent pas, nous avons des signalements sacrément proches de ceux des fugitifs ! Leurs sales clébards auront alors tout le loisir de confirmer leurs soupçons !</p>
<p>— Je vous l'avais dit que nous n'aurions pas dû quitter la foule !</p> <p>— Je vous l'avais dit que nous n'aurions pas dû quitter la foule !</p>
<p>— On se flagellera plus tard ! Entrons là-dedans !</p> <p>— On se flagellera plus tard ! Entrons là-dedans !</p>
<p>Iel avait indiqué l'intérieur de la boutique devant laquelle ils se trouvaient. Ils y pénétrèrent en hâte et se rendirent compte qu'il ne s'agissait pas d'un magasin mais d'une sorte de bistrot un peu délabré. C'était le genre d'établissement que fréquentaient les banlieusards trop pauvres et pas assez <i>branchés</i> pour les bars du centre-ville.</p> <p>Iel avait indiqué l'intérieur de la boutique devant laquelle ils se trouvaient. Ils y pénétrèrent en hâte et se rendirent compte qu'il ne s'agissait pas d'un magasin mais d'une sorte de bistrot un peu délabré. C'était le genre d'établissement que fréquentaient les banlieusards trop pauvres et pas assez <em>branchés</em> pour les bars du centre-ville.</p>
<p>Lorsque son regard se posa sur le comptoir, Barne se rendit compte que le barman était un orque et étouffa une exclamation. Amélise lui lança un discret coup de coude dans la côte : ce n'était pas le moment de se faire remarquer.</p> <p>Lorsque son regard se posa sur le comptoir, Barne se rendit compte que le barman était un orque et étouffa une exclamation. Amélise lui lança un discret coup de coude dans la côte : ce n'était pas le moment de se faire remarquer.</p>
<p>Ils s'avancèrent en faisant un discret signe de tête au barman en guise de bonjour, ce qui leur semblait être la façon de se présenter dans ce genre d'endroit. Les clients étaient peu nombreux : deux humains accoudés au comptoir, un groupe de gnomes autour d'une table basse et trois personnes avec leurs visages dissimulés sous des sortes de toges à capuche. La salle était à moitié vide mais personne ne prêta attention à eux lorsqu'ils traversèrent la pièce pour s'asseoir à l'une des tables du fond.</p> <p>Ils s'avancèrent en faisant un discret signe de tête au barman en guise de bonjour, ce qui leur semblait être la façon de se présenter dans ce genre d'endroit. Les clients étaient peu nombreux : deux humains accoudés au comptoir, un groupe de gnomes autour d'une table basse et trois personnes avec leurs visages dissimulés sous des sortes de toges à capuche. La salle était à moitié vide mais personne ne prêta attention à eux lorsqu'ils traversèrent la pièce pour s'asseoir à l'une des tables du fond.</p>
<p>Ils s'y installèrent en silence et Pod attrapa un tabouret un peu plus loin pour être à la hauteur des autres. Le barman s'approcha d'un pas lourd.</p> <p>Ils s'y installèrent en silence et Pod attrapa un tabouret un peu plus loin pour être à la hauteur des autres. Le barman s'approcha d'un pas lourd.</p>
...@@ -132,7 +132,7 @@ ...@@ -132,7 +132,7 @@
<p>— Je n'ai pas dit ça ! Simplement…</p> <p>— Je n'ai pas dit ça ! Simplement…</p>
<p>Amélise laissa sa phrase en suspens. Elle avait soudain le regard figé sur l'oreille de Barne.</p> <p>Amélise laissa sa phrase en suspens. Elle avait soudain le regard figé sur l'oreille de Barne.</p>
<p>— Quoi ? fit celui-ci.</p> <p>— Quoi ? fit celui-ci.</p>
<p>— Il y a un problème. Je crois que les types derrière toi nous observent. <i>Ne te retourne pas</i> ! ajouta-t-elle précipitamment.</p> <p>— Il y a un problème. Je crois que les types derrière toi nous observent. <em>Ne te retourne pas</em> ! ajouta-t-elle précipitamment.</p>
<p>Elle parlait des trois personnes encapuchonnées qui étaient installées autour d'une table proche de la leur.</p> <p>Elle parlait des trois personnes encapuchonnées qui étaient installées autour d'une table proche de la leur.</p>
<p>— Je crois que tu as raison, murmura Pod qui leur faisait également face. Même sans voir leurs visages, il me semble évident qu'ils nous jettent des coups d'œil pas très discrets.</p> <p>— Je crois que tu as raison, murmura Pod qui leur faisait également face. Même sans voir leurs visages, il me semble évident qu'ils nous jettent des coups d'œil pas très discrets.</p>
<p>— Simple curiosité de poivrot ? suggéra Carmalière.</p> <p>— Simple curiosité de poivrot ? suggéra Carmalière.</p>
...@@ -140,7 +140,7 @@ ...@@ -140,7 +140,7 @@
<p>— Alors coupons court.</p> <p>— Alors coupons court.</p>
<p>Sans laisser le temps aux autres de réagir, Carmalière se retourna avec fracas, en faisant grincer sa chaise sur le sol et en attirant l'attention de tous les clients et du barman. Pour un changement de stratégie éclair, c'en était un…</p> <p>Sans laisser le temps aux autres de réagir, Carmalière se retourna avec fracas, en faisant grincer sa chaise sur le sol et en attirant l'attention de tous les clients et du barman. Pour un changement de stratégie éclair, c'en était un…</p>
<p>Iel s'accouda d'un air nonchalant sur le dossier de la chaise d'un des personnages encapuchonnés et lança à la cantonade :</p> <p>Iel s'accouda d'un air nonchalant sur le dossier de la chaise d'un des personnages encapuchonnés et lança à la cantonade :</p>
<p>— Messieurs ! Ou mesdames, d'ailleurs, c'est difficile à dire, avec vos toges… J'ai l'impression qu'on vous a tapé dans l'œil. C'est la petite qui vous intéresse, c'est ça ? Ou <i>le petit</i>, peut-être ?</p> <p>— Messieurs ! Ou mesdames, d'ailleurs, c'est difficile à dire, avec vos toges… J'ai l'impression qu'on vous a tapé dans l'œil. C'est la petite qui vous intéresse, c'est ça ? Ou <em>le petit</em>, peut-être ?</p>
<p>Les trois mystérieux clients eurent un mouvement de recul par réflexe, étonnés par la soudaine familiarité de Carmalière. L'un d'eux finit par répondre :</p> <p>Les trois mystérieux clients eurent un mouvement de recul par réflexe, étonnés par la soudaine familiarité de Carmalière. L'un d'eux finit par répondre :</p>
<p>— Peut-être que c'est toi qui nous intéresses…</p> <p>— Peut-être que c'est toi qui nous intéresses…</p>
<p>Il avait une voix masculine. Un de ses confrères renchérit :</p> <p>Il avait une voix masculine. Un de ses confrères renchérit :</p>
...@@ -158,10 +158,10 @@ ...@@ -158,10 +158,10 @@
<p>Morr, qui semblait être le chef de la petite bande, s'était tourné vers Carmalière. Il retira sa capuche et dévoila un visage carré et sévère, les cheveux en coupe courte, militaire. Il braquait des yeux durs sur Carmalière qui répondit dans un murmure :</p> <p>Morr, qui semblait être le chef de la petite bande, s'était tourné vers Carmalière. Il retira sa capuche et dévoila un visage carré et sévère, les cheveux en coupe courte, militaire. Il braquait des yeux durs sur Carmalière qui répondit dans un murmure :</p>
<p>— Cela fait beaucoup de « sans doute ».</p> <p>— Cela fait beaucoup de « sans doute ».</p>
<p>— S'y-sse planquent ici, gronda soudain le barman, sont les bienvenus. Mon avis, ces histoires de terroris', c'est des conneries !</p> <p>— S'y-sse planquent ici, gronda soudain le barman, sont les bienvenus. Mon avis, ces histoires de terroris', c'est des conneries !</p>
<p>Barne était estomaqué : il ne s'attendait déjà pas à ce que qui que ce soit les défende, mais alors qu'un <i>orque</i> le fasse !</p> <p>Barne était estomaqué : il ne s'attendait déjà pas à ce que qui que ce soit les défende, mais alors qu'un <em>orque</em> le fasse !</p>
<p>— Oh oui, ironisa Morr, ce sont sans doute de gentils magiciens qui répandent la paix à coup de boule de feu. Des sales <i>gauchiasses</i>, oui ! cracha-t-il soudain. Des criminels elfo-gauchistes qui ont tué deux honnêtes travailleurs inertes gobelins. Tu pourrais être fidèle à ta race, <i>orque</i>.</p> <p>— Oh oui, ironisa Morr, ce sont sans doute de gentils magiciens qui répandent la paix à coup de boule de feu. Des sales <em>gauchiasses</em>, oui ! cracha-t-il soudain. Des criminels elfo-gauchistes qui ont tué deux honnêtes travailleurs inertes gobelins. Tu pourrais être fidèle à ta race, <em>orque</em>.</p>
<p>Cette fois, le silence dans lequel était plongé le bar s'était changé en plomb pour de bon. Le barman avait quitté son comptoir et s'était approché de la tablée.</p> <p>Cette fois, le silence dans lequel était plongé le bar s'était changé en plomb pour de bon. Le barman avait quitté son comptoir et s'était approché de la tablée.</p>
<p>— T'fais pas honneur à la tienne, <i>humain</i>, dit-il d'une voix grave en toisant l'homme du <abbr>FIF</abbr> de toute sa carrure d'orque.</p> <p>— T'fais pas honneur à la tienne, <em>humain</em>, dit-il d'une voix grave en toisant l'homme du <abbr>FIF</abbr> de toute sa carrure d'orque.</p>
<p>Les trois hommes se levèrent d'un même mouvement, leurs chaises reculant chacune d'un mètre. Carmalière s'éloigna imperceptiblement.</p> <p>Les trois hommes se levèrent d'un même mouvement, leurs chaises reculant chacune d'un mètre. Carmalière s'éloigna imperceptiblement.</p>
<p>— Alors tu laisses des terroristes s'abriter dans ton établissement ? s'écria l'un des hommes en indiquant de la main la compagnie.</p> <p>— Alors tu laisses des terroristes s'abriter dans ton établissement ? s'écria l'un des hommes en indiquant de la main la compagnie.</p>
<p>— Que tu dis, répondit l'orque. C'que j'en sais, ss'ont des clients comme les autres. Pi d'ailleurs…</p> <p>— Que tu dis, répondit l'orque. C'que j'en sais, ss'ont des clients comme les autres. Pi d'ailleurs…</p>
...@@ -185,7 +185,7 @@ ...@@ -185,7 +185,7 @@
<h2 id="la-fabrique-adabra">9. La Fabrique Adabra</h2> <h2 id="la-fabrique-adabra">9. La Fabrique Adabra</h2>
<p>— Oh non, mais vous vous foutez de moi ?</p> <p>— Oh non, mais vous vous foutez de moi ?</p>
<p>L'exclamation avait échappé à Barne lorsqu'il avait aperçu au coin de la rue un bâtiment marqué du sceau « Adabra &amp; cie ». Après avoir quitté le bar, la compagnie avait couru puis marché plusieurs minutes dans une direction que Barne pensait aléatoire. De toute évidence, on l'avait encore dupé : il était fort improbable, en toute logique, qu'ils fussent tombés <i>par hasard</i> sur l'emplacement supposé de l'Épée des Serfs.</p> <p>L'exclamation avait échappé à Barne lorsqu'il avait aperçu au coin de la rue un bâtiment marqué du sceau « Adabra &amp; cie ». Après avoir quitté le bar, la compagnie avait couru puis marché plusieurs minutes dans une direction que Barne pensait aléatoire. De toute évidence, on l'avait encore dupé : il était fort improbable, en toute logique, qu'ils fussent tombés <em>par hasard</em> sur l'emplacement supposé de l'Épée des Serfs.</p>
<p>Carmalière, qui comme les autres avait retrouvé son apparence normale, haussa un sourcil en notant le regard assassin que lui lançait Barne.</p> <p>Carmalière, qui comme les autres avait retrouvé son apparence normale, haussa un sourcil en notant le regard assassin que lui lançait Barne.</p>
<p>— Avant de subir ta colère, mon cher Barne, je dois t'informer que je n'y suis pour rien.</p> <p>— Avant de subir ta colère, mon cher Barne, je dois t'informer que je n'y suis pour rien.</p>
<p>— Non, confirma Amélise, c'est moi qui menais la marche et c'est moi qui nous ai amenés ici.</p> <p>— Non, confirma Amélise, c'est moi qui menais la marche et c'est moi qui nous ai amenés ici.</p>
...@@ -193,7 +193,7 @@ ...@@ -193,7 +193,7 @@
<p>— Le rapport ne parlait jamais de la Fabrique : ce sont nos recherches qui nous ont amenés ici. Ce n'est pas parce qu'une oligarchie est au pouvoir qu'elle communique à tous les niveaux…</p> <p>— Le rapport ne parlait jamais de la Fabrique : ce sont nos recherches qui nous ont amenés ici. Ce n'est pas parce qu'une oligarchie est au pouvoir qu'elle communique à tous les niveaux…</p>
<p>— Vous cherchez vraiment les ennuis… Ça ne vous suffit pas d'avoir déjà perdu Milia ?</p> <p>— Vous cherchez vraiment les ennuis… Ça ne vous suffit pas d'avoir déjà perdu Milia ?</p>
<p>Cette fois, Amélise perdit ses nerfs pour de bon.</p> <p>Cette fois, Amélise perdit ses nerfs pour de bon.</p>
<p>— Alors écoute-moi bien, mon p'tit père : ne t'avise pas d'utiliser le sort de <i>mon amie</i> comme argument contre moi. Milia a été capturée en essayant de faire avancer notre cause. Tu crois qu'elle a abandonné ses idéaux dans la foulée ? Tu crois qu'elle ne connaissait pas les risques ? Tu crois que <i>nous</i> ne connaissons pas <i>tous</i> les risques ? Si elle était avec nous, elle ne voudrait certainement pas que nous quittions la capitale sans avoir au moins tenté quelque chose : c'est notre dernière chance.</p> <p>— Alors écoute-moi bien, mon p'tit père : ne t'avise pas d'utiliser le sort de <em>mon amie</em> comme argument contre moi. Milia a été capturée en essayant de faire avancer notre cause. Tu crois qu'elle a abandonné ses idéaux dans la foulée ? Tu crois qu'elle ne connaissait pas les risques ? Tu crois que <em>nous</em> ne connaissons pas <em>tous</em> les risques ? Si elle était avec nous, elle ne voudrait certainement pas que nous quittions la capitale sans avoir au moins tenté quelque chose : c'est notre dernière chance.</p>
<p>— Oui, mais elle n'est pas avec nous. Pratique, pour parler à sa place, non ?</p> <p>— Oui, mais elle n'est pas avec nous. Pratique, pour parler à sa place, non ?</p>
<p>Pod, qui sentait qu'Amélise se retenait d'agresser physiquement Barne, s'interposa :</p> <p>Pod, qui sentait qu'Amélise se retenait d'agresser physiquement Barne, s'interposa :</p>
<p>— Arrête, Barne. Tu sais bien qu'Amélise a raison… J'étais proche de Milia, moi aussi…</p> <p>— Arrête, Barne. Tu sais bien qu'Amélise a raison… J'étais proche de Milia, moi aussi…</p>
...@@ -207,21 +207,21 @@ ...@@ -207,21 +207,21 @@
<p>— Vraiment ? dit-il. Vous n'avez pas répondu à ma question, tout à l'heure. Pourquoi est-ce que vous tenez tant à ce que je me joigne à vous ?</p> <p>— Vraiment ? dit-il. Vous n'avez pas répondu à ma question, tout à l'heure. Pourquoi est-ce que vous tenez tant à ce que je me joigne à vous ?</p>
<p>— Nous n'avons pas le temps pour ça. Nous en parlerons plus tard.</p> <p>— Nous n'avons pas le temps pour ça. Nous en parlerons plus tard.</p>
<p>— Non, nous allons en parler maintenant ! C'est terminé, les entourloupes, Carmalière ! Vous avez besoin de moi ? Très bien, mais ne vous attendez pas à ce que je vous suive sans avoir une pleine connaissance de tout ce que cela implique.</p> <p>— Non, nous allons en parler maintenant ! C'est terminé, les entourloupes, Carmalière ! Vous avez besoin de moi ? Très bien, mais ne vous attendez pas à ce que je vous suive sans avoir une pleine connaissance de tout ce que cela implique.</p>
<p>— Personne, pas même moi, ne peut savoir <i>tout</i> ce que cela implique.</p> <p>— Personne, pas même moi, ne peut savoir <em>tout</em> ce que cela implique.</p>
<p>— Ne jouez pas sur les mots… Ou vous me dites ce que vous me cachez à mon sujet, ou je pars.</p> <p>— Ne jouez pas sur les mots… Ou vous me dites ce que vous me cachez à mon sujet, ou je pars.</p>
<p>L'ultimatum que Barne ne s'était encore jamais autorisé à formuler aussi clairement était lancé. Il n'avait aucune idée de ce qu'il ferait s'il quittait la compagnie, mais il était arrivé à la limite de ce qu'il pouvait accepter.</p> <p>L'ultimatum que Barne ne s'était encore jamais autorisé à formuler aussi clairement était lancé. Il n'avait aucune idée de ce qu'il ferait s'il quittait la compagnie, mais il était arrivé à la limite de ce qu'il pouvait accepter.</p>
<p>Carmalière soupira…</p> <p>Carmalière soupira…</p>
<p>— D'accord, très bien. Si je tiens tellement à ce que tu viennes avec nous, c'est pour ma propre sécurité. Pour mon salut, oserais-je dire. Tu ne t'en rends peut-être pas compte, mais tu es l'une des rares personnes capables de me tenir tête. Il y aussi Zarfolk, bien sûr, mais il ne cédera jamais à mes propositions… et il <i>faut</i> quelqu'un pour me tenir tête. Il le faudra à plus forte raison lorsque nous toucherons à notre but et que nous approcherons de l'Épée des Serfs. Zarfolk avait raison : je serai tenté de m'en servir comme moyen d'oppression sans même m'en rendre compte. Amélise, ne le prends pas mal, mais tu as une bien trop haute estime de moi pour avoir le cran de m'en alerter. Pod, tu es jeune et plein d'énergie : c'est une bonne chose, mais tu n'auras pas la sagesse nécessaire pour me contredire… à supposer d'abord que tu t'estimes légitime à le faire : c'est loin d'être acquis.</p> <p>— D'accord, très bien. Si je tiens tellement à ce que tu viennes avec nous, c'est pour ma propre sécurité. Pour mon salut, oserais-je dire. Tu ne t'en rends peut-être pas compte, mais tu es l'une des rares personnes capables de me tenir tête. Il y aussi Zarfolk, bien sûr, mais il ne cédera jamais à mes propositions… et il <em>faut</em> quelqu'un pour me tenir tête. Il le faudra à plus forte raison lorsque nous toucherons à notre but et que nous approcherons de l'Épée des Serfs. Zarfolk avait raison : je serai tenté de m'en servir comme moyen d'oppression sans même m'en rendre compte. Amélise, ne le prends pas mal, mais tu as une bien trop haute estime de moi pour avoir le cran de m'en alerter. Pod, tu es jeune et plein d'énergie : c'est une bonne chose, mais tu n'auras pas la sagesse nécessaire pour me contredire… à supposer d'abord que tu t'estimes légitime à le faire : c'est loin d'être acquis.</p>
<p>Iel se tourna vers Barne pour finir.</p> <p>Iel se tourna vers Barne pour finir.</p>
<p>— Barne… Même si je ne pense pas mériter la basse opinion que tu as de moi, même si je suis souvent agacé par tes réflexions désobligeantes à mon égard, les faits sont là : je ne t'impressionne pas, je ne représente pas de figure d'autorité à tes yeux. Tu n'as pas d'ardeur particulière pour les causes qui m'animent. Tu n'hésiteras pas à engager un conflit net et sans concession avec moi si, par malheur, je m'égare dans ma quête : tu seras mon rempart contre la tentation du despotisme, lorsque nous trouverons l'Épée. J'aurais préféré que tu fasses cela <i>inconsciemment</i>, sans que je ne t'informe que c'était le rôle que j'attendais de toi. Car alors, tu aurais été parfaitement objectif dans tes critiques, non biaisé par le fait de savoir que c'est exactement ce que j'attends de toi. En dernier recours…</p> <p>— Barne… Même si je ne pense pas mériter la basse opinion que tu as de moi, même si je suis souvent agacé par tes réflexions désobligeantes à mon égard, les faits sont là : je ne t'impressionne pas, je ne représente pas de figure d'autorité à tes yeux. Tu n'as pas d'ardeur particulière pour les causes qui m'animent. Tu n'hésiteras pas à engager un conflit net et sans concession avec moi si, par malheur, je m'égare dans ma quête : tu seras mon rempart contre la tentation du despotisme, lorsque nous trouverons l'Épée. J'aurais préféré que tu fasses cela <em>inconsciemment</em>, sans que je ne t'informe que c'était le rôle que j'attendais de toi. Car alors, tu aurais été parfaitement objectif dans tes critiques, non biaisé par le fait de savoir que c'est exactement ce que j'attends de toi. En dernier recours…</p>
<p>Iel semblait hésiter à prononcer la fin de sa phrase.</p> <p>Iel semblait hésiter à prononcer la fin de sa phrase.</p>
<p>— Si quelque chose tourne mal, ce sera à toi de garder l'Épée.</p> <p>— Si quelque chose tourne mal, ce sera à toi de garder l'Épée.</p>
<p>— Quoi ? s'écria Barne. Mais je n'en veux pas !</p> <p>— Quoi ? s'écria Barne. Mais je n'en veux pas !</p>
<p>— Précisément ! Les dernières personnes à qui il faut donner le pouvoir, ce sont celles qui le désirent !</p> <p>— Précisément ! Les dernières personnes à qui il faut donner le pouvoir, ce sont celles qui le désirent !</p>
<p>— Mais pourquoi moi ? Enfin… ce que vous avez dit à du sens, mais je ne suis sans doute pas <i>la seule personne</i> qui puisse vous empêcher d'aller trop loin ?</p> <p>— Mais pourquoi moi ? Enfin… ce que vous avez dit à du sens, mais je ne suis sans doute pas <em>la seule personne</em> qui puisse vous empêcher d'aller trop loin ?</p>
<p>— Non, bien sûr. Il y en a sans doute des milliers. L'avantage avec toi, c'est que je commence à te connaître : je sais que tu es une personne droite qui ne nous trahira pas à la première occasion ; je sais que, sans partager complètement mes idéaux, tu as dans une certaine mesure un peu de sympathie pour eux ; je sais que tu as toutes les qualités que je recherche chez mes compagnons de route, même si tu n'en as pas toujours conscience. Et puis, tu as la meilleure qualité de toutes : <i>tu es là</i>. Pardonne-moi l'expression, mais c'est l'occasion qui fait le larron.</p> <p>— Non, bien sûr. Il y en a sans doute des milliers. L'avantage avec toi, c'est que je commence à te connaître : je sais que tu es une personne droite qui ne nous trahira pas à la première occasion ; je sais que, sans partager complètement mes idéaux, tu as dans une certaine mesure un peu de sympathie pour eux ; je sais que tu as toutes les qualités que je recherche chez mes compagnons de route, même si tu n'en as pas toujours conscience. Et puis, tu as la meilleure qualité de toutes : <em>tu es là</em>. Pardonne-moi l'expression, mais c'est l'occasion qui fait le larron.</p>
<p>— Vous étiez partis dans une flatterie qui puait l'hypocrisie, mais au moins sur cette dernière partie, je sais que vous étiez honnête.</p> <p>— Vous étiez partis dans une flatterie qui puait l'hypocrisie, mais au moins sur cette dernière partie, je sais que vous étiez honnête.</p>
<p>— Si tu aimes lorsque je suis désobligeante, alors sache que j'aurais préféré avoir Zarfolk avec moi plutôt que toi. Seulement, comme tu l'as vu lors de notre partie de poker, lui ne me suivra <i>jamais</i>, c'est une certitude. Maintenant que tu as toutes les informations en main, es-tu d'accord ?</p> <p>— Si tu aimes lorsque je suis désobligeante, alors sache que j'aurais préféré avoir Zarfolk avec moi plutôt que toi. Seulement, comme tu l'as vu lors de notre partie de poker, lui ne me suivra <em>jamais</em>, c'est une certitude. Maintenant que tu as toutes les informations en main, es-tu d'accord ?</p>
<p>Amélise et Pod étaient restés silencieux et suivaient avec intérêt la conversation entre leurs deux compagnons. La colère de Barne s'était atténuée : ses oppositions à Carmalière n'étaient donc pas interprétées comme le fruit d'une attitude bornée de non-initié, mais au contraire comme une saine balance… quelque part, cela le réconfortait.</p> <p>Amélise et Pod étaient restés silencieux et suivaient avec intérêt la conversation entre leurs deux compagnons. La colère de Barne s'était atténuée : ses oppositions à Carmalière n'étaient donc pas interprétées comme le fruit d'une attitude bornée de non-initié, mais au contraire comme une saine balance… quelque part, cela le réconfortait.</p>
<p>— Nous sommes encore loin d'avoir l'Épée, fit-il. Si nous y arrivons, je refuse d'en assumer la garde. Néanmoins, je veux bien rester avec vous pour vous taper sur les doigts… Un rôle où j'excelle, n'est-ce pas ?</p> <p>— Nous sommes encore loin d'avoir l'Épée, fit-il. Si nous y arrivons, je refuse d'en assumer la garde. Néanmoins, je veux bien rester avec vous pour vous taper sur les doigts… Un rôle où j'excelle, n'est-ce pas ?</p>
<p>Carmalière eut un sourire radieux.</p> <p>Carmalière eut un sourire radieux.</p>
...@@ -235,7 +235,7 @@ ...@@ -235,7 +235,7 @@
<p>— Ça fait partie des choses qu'on avait repérées avec Milia, ce matin, avait expliqué Amélise. Il y a en moyenne un camion qui entre ou qui sort toutes les heures. Ils sont faciles à reconnaître avec le logo Adabra dessus… Le bâtiment, si on a bien compris, abrite à la fois un laboratoire, une chaîne de production et un entrepôt, si bien que des marchandises en entrent et en sortent régulièrement.</p> <p>— Ça fait partie des choses qu'on avait repérées avec Milia, ce matin, avait expliqué Amélise. Il y a en moyenne un camion qui entre ou qui sort toutes les heures. Ils sont faciles à reconnaître avec le logo Adabra dessus… Le bâtiment, si on a bien compris, abrite à la fois un laboratoire, une chaîne de production et un entrepôt, si bien que des marchandises en entrent et en sortent régulièrement.</p>
<p>Carmalière avait sans difficulté déverrouillé les portes arrières du camion sans que le conducteur ne s'en aperçoive. Barne, Pod, Amélise et iel s'étaient ensuite cachés sous des couvertures posées contre d'épaisses caisses de bois.</p> <p>Carmalière avait sans difficulté déverrouillé les portes arrières du camion sans que le conducteur ne s'en aperçoive. Barne, Pod, Amélise et iel s'étaient ensuite cachés sous des couvertures posées contre d'épaisses caisses de bois.</p>
<p>— N'empêche, j'espère que le camion va bien à l'entrepôt, murmura Barne aussi faiblement que possible. S'il nous emmène à l'autre bout de la ville, on aura l'air malin…</p> <p>— N'empêche, j'espère que le camion va bien à l'entrepôt, murmura Barne aussi faiblement que possible. S'il nous emmène à l'autre bout de la ville, on aura l'air malin…</p>
<p>— Arrête la parano ! fit Amélise. Il va à la Fabrique, c'est certain. On y sera dans quelques secondes. Et… <i>Pod, qu'est-ce que tu fous avec ça</i> ? s'exclama-t-elle soudain.</p> <p>— Arrête la parano ! fit Amélise. Il va à la Fabrique, c'est certain. On y sera dans quelques secondes. Et… <em>Pod, qu'est-ce que tu fous avec ça</em> ? s'exclama-t-elle soudain.</p>
<p>Le jeune gnome avait fouillé dans une petite caisse posée au sol à côté de lui et en avait extrait un court bâton doré, avec une sorte de talisman accroché au bout.</p> <p>Le jeune gnome avait fouillé dans une petite caisse posée au sol à côté de lui et en avait extrait un court bâton doré, avec une sorte de talisman accroché au bout.</p>
<p>— C'est quoi ? demanda-t-il.</p> <p>— C'est quoi ? demanda-t-il.</p>
<p>— C'est un bâton de sort ! Vu que nous n'avons aucune idée de la nature de ses pouvoirs, je te conseille de ne surtout pas t'en servir !</p> <p>— C'est un bâton de sort ! Vu que nous n'avons aucune idée de la nature de ses pouvoirs, je te conseille de ne surtout pas t'en servir !</p>
...@@ -312,7 +312,7 @@ ...@@ -312,7 +312,7 @@
<p>— Elle y est, j'en suis persuadé. La sécurité n'a pas été renforcée ici par hasard. Ils savent que nous risquons de tenter quelque chose. Soyons donc sur nos gardes.</p> <p>— Elle y est, j'en suis persuadé. La sécurité n'a pas été renforcée ici par hasard. Ils savent que nous risquons de tenter quelque chose. Soyons donc sur nos gardes.</p>
<p>Ils montèrent au premier étage et ne croisèrent personne. Un long couloir s'étendait devant eux : il était vide et toutes les portes auxquelles il donnait accès étaient closes.</p> <p>Ils montèrent au premier étage et ne croisèrent personne. Un long couloir s'étendait devant eux : il était vide et toutes les portes auxquelles il donnait accès étaient closes.</p>
<p>— Des bureaux… je doute qu'on trouve quoi que ce soit ici.</p> <p>— Des bureaux… je doute qu'on trouve quoi que ce soit ici.</p>
<p>— <i>Mmhffrrdina-trrr</i></p> <p>— <em>Mmhffrrdina-trrr</em></p>
<p>— Pardon ?</p> <p>— Pardon ?</p>
<p>C'était Pod qui avait tenté de s'exprimer mais sa voix traversait à peine les parois de la caisse. Barne souleva très légèrement le couvercle et distingua les yeux du gnome qui le regardaient dans la pénombre.</p> <p>C'était Pod qui avait tenté de s'exprimer mais sa voix traversait à peine les parois de la caisse. Barne souleva très légèrement le couvercle et distingua les yeux du gnome qui le regardaient dans la pénombre.</p>
<p>— Je disais : on peut trouver un ordinateur. Si on arrive à se connecter au réseau Intranet de la Fabrique, on pourra peut-être découvrir des informations.</p> <p>— Je disais : on peut trouver un ordinateur. Si on arrive à se connecter au réseau Intranet de la Fabrique, on pourra peut-être découvrir des informations.</p>
...@@ -347,7 +347,7 @@ ...@@ -347,7 +347,7 @@
<p>— Essaie sans l'apostrophe, hasarda Barne.</p> <p>— Essaie sans l'apostrophe, hasarda Barne.</p>
<p>— Sérieusement ?</p> <p>— Sérieusement ?</p>
<p>— Ça ne coûte rien d'essayer.</p> <p>— Ça ne coûte rien d'essayer.</p>
<p>— De toute façon, fit remarquer Amélise, c'était une apostrophe <i>dactylographique</i> et non <i>typographique</i>, donc c'était incorrect.</p> <p>— De toute façon, fit remarquer Amélise, c'était une apostrophe <em>dactylographique</em> et non <em>typographique</em>, donc c'était incorrect.</p>
<p>Barne lui lança un regard halluciné et elle pouffa.</p> <p>Barne lui lança un regard halluciné et elle pouffa.</p>
<p>— T'as conscience qu'on ne comprend rien à ce que tu racontes, Amélise ? demanda Pod sans lever les yeux de son écran. Bon, j'essaie.</p> <p>— T'as conscience qu'on ne comprend rien à ce que tu racontes, Amélise ? demanda Pod sans lever les yeux de son écran. Bon, j'essaie.</p>
<p>Et, à la surprise générale, lorsque Pod tapa « epee emeute », le moteur de recherche afficha cette fois « 1 résultats ». Oui, avec un S à la fin…</p> <p>Et, à la surprise générale, lorsque Pod tapa « epee emeute », le moteur de recherche afficha cette fois « 1 résultats ». Oui, avec un S à la fin…</p>
...@@ -381,7 +381,7 @@ ...@@ -381,7 +381,7 @@
<p>— PARDON ? s'écria le gobelin.</p> <p>— PARDON ? s'écria le gobelin.</p>
<p>Barne n'en menait pas large. Il ignorait à quel jeu jouait Carmalière et surtout, il ne voyait pas l'intérêt de provoquer la colère des trois créatures féroces qui les menaçaient avec des armes à feu.</p> <p>Barne n'en menait pas large. Il ignorait à quel jeu jouait Carmalière et surtout, il ne voyait pas l'intérêt de provoquer la colère des trois créatures féroces qui les menaçaient avec des armes à feu.</p>
<p>— Vous pensez sérieusement que <em>Monsieur</em> Mustii est suffisamment important pour que <em>je</em> me déplace pour <em>lui</em> ? Je suis ici à cause de vos bêtises ! Parce que vous avez obligé Monsieur Fulmiark à déplacer son Épée ! Bien sûr, je lui ai signifié qu'elle serait en sécurité dans nos locaux à Boo'Teen Corp, mais il n'a…</p> <p>— Vous pensez sérieusement que <em>Monsieur</em> Mustii est suffisamment important pour que <em>je</em> me déplace pour <em>lui</em> ? Je suis ici à cause de vos bêtises ! Parce que vous avez obligé Monsieur Fulmiark à déplacer son Épée ! Bien sûr, je lui ai signifié qu'elle serait en sécurité dans nos locaux à Boo'Teen Corp, mais il n'a…</p>
<p>— <i>Glormax</i> ! tonna l'orque.</p> <p>— <em>Glormax</em> ! tonna l'orque.</p>
<p>Il était immense, massif, un trait physique appuyé par sa voix gutturale et grinçante. Sous son élégant costume sur mesure, on devinait une bête de graisse et de muscles. Un colosse qui toisait chacune des autres personnes présentes dans la pièce. Pour un orque d'un âge avancé, c'était un individu particulièrement imposant, avec des cheveux longs et grisonnants qui couraient sur ses si larges épaules. Glormax se tut instantanément. Barne s'aperçut qu'il lançait, en coin, des regards assassins au second gobelin.</p> <p>Il était immense, massif, un trait physique appuyé par sa voix gutturale et grinçante. Sous son élégant costume sur mesure, on devinait une bête de graisse et de muscles. Un colosse qui toisait chacune des autres personnes présentes dans la pièce. Pour un orque d'un âge avancé, c'était un individu particulièrement imposant, avec des cheveux longs et grisonnants qui couraient sur ses si larges épaules. Glormax se tut instantanément. Barne s'aperçut qu'il lançait, en coin, des regards assassins au second gobelin.</p>
<p>— La police est en chemin, continua l'orque. Inutile de renseigner ces criminels sur nos affaires en cours. Suis-je bien clair ?</p> <p>— La police est en chemin, continua l'orque. Inutile de renseigner ces criminels sur nos affaires en cours. Suis-je bien clair ?</p>
<p>— Bien sûr, Monsieur Fulmiark, bien sûr.</p> <p>— Bien sûr, Monsieur Fulmiark, bien sûr.</p>
...@@ -469,7 +469,7 @@ ...@@ -469,7 +469,7 @@
<p>— Il n'y a pas de pédale, tout se gère avec les mains… ça n'va pas être simple mais je vais faire de mon mieux.</p> <p>— Il n'y a pas de pédale, tout se gère avec les mains… ça n'va pas être simple mais je vais faire de mon mieux.</p>
<p>— Tu sais faire le coup des fils pour démarrer ?</p> <p>— Tu sais faire le coup des fils pour démarrer ?</p>
<p>— Non, mais je suis une fée.</p> <p>— Non, mais je suis une fée.</p>
<p>— J'imagine que tu as un <i>sort de démarrage de camionnette diesel avec direction assistée</i> sous la main…</p> <p>— J'imagine que tu as un <em>sort de démarrage de camionnette diesel avec direction assistée</em> sous la main…</p>
<p>— Heureuse de voir que la balle n'a pas touché ton sens de l'humour. Je peux agir sur l'électricité, oui.</p> <p>— Heureuse de voir que la balle n'a pas touché ton sens de l'humour. Je peux agir sur l'électricité, oui.</p>
<p>Elle posa la main sur le tableau de bord. Le moteur crachota et se mit en marche dans un rugissement.</p> <p>Elle posa la main sur le tableau de bord. Le moteur crachota et se mit en marche dans un rugissement.</p>
<p>— Bravo ! s'exclama Barne. Alors là, je… AAAAAAAARGGHHHHH !</p> <p>— Bravo ! s'exclama Barne. Alors là, je… AAAAAAAARGGHHHHH !</p>
...@@ -478,23 +478,23 @@ ...@@ -478,23 +478,23 @@
<p>— SORTEZ TOUT DE SUITE DE CE VAN ! s'écria la naine, levant la barre à mine au-dessus de sa tête.</p> <p>— SORTEZ TOUT DE SUITE DE CE VAN ! s'écria la naine, levant la barre à mine au-dessus de sa tête.</p>
<p>— Aarrgghh, d'accord, d'accord ! fit Barne qui redoutait un nouveau coup.</p> <p>— Aarrgghh, d'accord, d'accord ! fit Barne qui redoutait un nouveau coup.</p>
<p>Il descendit tant bien que mal et tomba à genoux au sol, tétanisé par la douleur. Le moteur de la camionnette ronronnait toujours et l'autoradio, branchée sur une chaîne d'informations, diffusait les dernières nouvelles de la Terre de Grilecques.</p> <p>Il descendit tant bien que mal et tomba à genoux au sol, tétanisé par la douleur. Le moteur de la camionnette ronronnait toujours et l'autoradio, branchée sur une chaîne d'informations, diffusait les dernières nouvelles de la Terre de Grilecques.</p>
<p>— <i>… toujours à la recherche des trois autres présumés terroristes après l'interpellation cette après-midi de Milia Piuli, une institutrice elfe radicalisée ayant participé à…</i></p> <p>— <em>… toujours à la recherche des trois autres présumés terroristes après l'interpellation cette après-midi de Milia Piuli, une institutrice elfe radicalisée ayant participé à…</em></p>
<p>— C'est vous ! dit l'ouvrière. Les terroristes !</p> <p>— C'est vous ! dit l'ouvrière. Les terroristes !</p>
<p>— Je vous en prie, dit Amélise qui était toujours assise sur le siège conducteur, calmez-vous. Nous ne sommes pas des terroristes, simplement des militants pris au cœur d'une gigantesque erreur judiciaire !</p> <p>— Je vous en prie, dit Amélise qui était toujours assise sur le siège conducteur, calmez-vous. Nous ne sommes pas des terroristes, simplement des militants pris au cœur d'une gigantesque erreur judiciaire !</p>
<p>— Erreur judiciaire ! Et l'barouf à la bibliothèque alors ? ET LES COUPS DE PÉTARD DANS <i>MON</i> USINE ?</p> <p>— Erreur judiciaire ! Et l'barouf à la bibliothèque alors ? ET LES COUPS DE PÉTARD DANS <em>MON</em> USINE ?</p>
<p>— Je sais, les apparences sont contre nous, mais par pitié, laissez-moi vous expliquer…</p> <p>— Je sais, les apparences sont contre nous, mais par pitié, laissez-moi vous expliquer…</p>
<p>— Y'a rien à es'pliquer ! J'appelle les flics !</p> <p>— Y'a rien à es'pliquer ! J'appelle les flics !</p>
<p>Elle avait extrait un téléphone portable de sa poche. Barne leva la main vers elle mais elle fit un pas en arrière en levant à nouveau sa barre à mine. Barne recula à son tour en se protégeant le visage entre les bras.</p> <p>Elle avait extrait un téléphone portable de sa poche. Barne leva la main vers elle mais elle fit un pas en arrière en levant à nouveau sa barre à mine. Barne recula à son tour en se protégeant le visage entre les bras.</p>
<p>— <i>… alors que toute la Terre de Grilecques était soudée derrière la traque des présumés terroristes, l'union sacrée se voit fragilisée par ces dernières révélations…</i></p> <p>— <em>… alors que toute la Terre de Grilecques était soudée derrière la traque des présumés terroristes, l'union sacrée se voit fragilisée par ces dernières révélations…</em></p>
<p>Barne releva la tête timidement. Il s'aperçut que le discours à leur égard dans les médias avait légèrement changé : ils étaient maintenant des terroristes <i>présumés</i> seulement. L'ouvrière avait toujours le téléphone en main mais n'avait pas bougé, comme si elle aussi attendait la suite.</p> <p>Barne releva la tête timidement. Il s'aperçut que le discours à leur égard dans les médias avait légèrement changé : ils étaient maintenant des terroristes <em>présumés</em> seulement. L'ouvrière avait toujours le téléphone en main mais n'avait pas bougé, comme si elle aussi attendait la suite.</p>
<p>— <i>… les bandes des caméras de surveillance qui ont fuité sur Internet montrent, je le rappelle, les deux gardiens gobelins – décédés depuis – tirer sans sommation sur les quatre suspects alors dans une position non-offensive, ce qui met à mal les accusations de la <abbr>BNPO</abbr> sur le caractère terroriste des événements.</i></p> <p>— <em>… les bandes des caméras de surveillance qui ont fuité sur Internet montrent, je le rappelle, les deux gardiens gobelins – décédés depuis – tirer sans sommation sur les quatre suspects alors dans une position non-offensive, ce qui met à mal les accusations de la <abbr>BNPO</abbr> sur le caractère terroriste des événements.</em></p>
<p>Une lueur d'espoir passa sur le visage de Barne : on avait diffusé les bandes ! Tout le monde avait pu voir ce qui s'était réellement passé ! Tout le monde avait vu que la compagnie avait d'abord été la cible d'une attaque violente et disproportionnée !</p> <p>Une lueur d'espoir passa sur le visage de Barne : on avait diffusé les bandes ! Tout le monde avait pu voir ce qui s'était réellement passé ! Tout le monde avait vu que la compagnie avait d'abord été la cible d'une attaque violente et disproportionnée !</p>
<p>— <i>Je tiens à apporter une note discordante à ce joli récit de pauvres visiteurs innocents</i>, dit une voix dans la radio que Barne reconnut comme étant celle de Ruf Torkan, le directeur de la <abbr>BNPO</abbr>. <i>Il est bien commode de ne regarder que la partie des vidéos qui vous intéresse, mais le début de l'enregistrement montre que ces personnes – membres d'un syndicat radical d'extrême-gauche, je le rappelle – avaient volé des documents et étaient en fuite !</i></p> <p>— <em>Je tiens à apporter une note discordante à ce joli récit de pauvres visiteurs innocents</em>, dit une voix dans la radio que Barne reconnut comme étant celle de Ruf Torkan, le directeur de la <abbr>BNPO</abbr>. <em>Il est bien commode de ne regarder que la partie des vidéos qui vous intéresse, mais le début de l'enregistrement montre que ces personnes – membres d'un syndicat radical d'extrême-gauche, je le rappelle – avaient volé des documents et étaient en fuite !</em></p>
<p>— <i>Tout de même, Ruf Torkan, ne trouvez-vous pas la réponse disproportionnée ? Répondre à un vol de papiers par des tirs sans sommation, au-delà de la légalité plus que douteuse de la chose, cela semble…</i></p> <p>— <em>Tout de même, Ruf Torkan, ne trouvez-vous pas la réponse disproportionnée ? Répondre à un vol de papiers par des tirs sans sommation, au-delà de la légalité plus que douteuse de la chose, cela semble…</em></p>
<p>— <i>Écoutez, il y a une ligne, et elle est claire : respectez la loi et vous ne risquez rien. Passez cette ligne et vous en subirez les conséquences. Le vol d'archives classifiées est un crime grave, et nous avons le devoir, vis-à-vis des citoyens, de protéger ces documents qui…</i></p> <p>— <em>Écoutez, il y a une ligne, et elle est claire : respectez la loi et vous ne risquez rien. Passez cette ligne et vous en subirez les conséquences. Le vol d'archives classifiées est un crime grave, et nous avons le devoir, vis-à-vis des citoyens, de protéger ces documents qui…</em></p>
<p>— Vous voyez, fit Amélise, nous sommes innocents !</p> <p>— Vous voyez, fit Amélise, nous sommes innocents !</p>
<p>— La ferme ! trancha l'ouvrière naine. Vous êtes des voleurs ! Pi j'ai failli m'prendre une balle, tout à l'heure !</p> <p>— La ferme ! trancha l'ouvrière naine. Vous êtes des voleurs ! Pi j'ai failli m'prendre une balle, tout à l'heure !</p>
<p>— Mais c'est <i>nous</i> qui nous sommes fait tirer dessus ! dit Amélise. Nous sommes les victimes, ici !</p> <p>— Mais c'est <em>nous</em> qui nous sommes fait tirer dessus ! dit Amélise. Nous sommes les victimes, ici !</p>
<p>— Lui, j'l'ai vu tirer ! dit l'ouvrière en agitant sa barre de fer vers Barne. Pi après tout, c'pas mes affaires, ça. Si vous êtes si innocents, 'pourrez le dire à la police.</p> <p>— Lui, j'l'ai vu tirer ! dit l'ouvrière en agitant sa barre de fer vers Barne. Pi après tout, c'pas mes affaires, ça. Si vous êtes si innocents, 'pourrez le dire à la police.</p>
<p>La partie était bien mal engagée : l'ouvrière semblait particulièrement remontée et Barne n'était pas en état d'assurer sa défense.</p> <p>La partie était bien mal engagée : l'ouvrière semblait particulièrement remontée et Barne n'était pas en état d'assurer sa défense.</p>
<p>La porte coulissante de la camionnette s'ouvrit pour découvrir un Pod surpris par la scène qu'il découvrait. La naine, qui ne s'attendait pas à ce que quelqu'un soit caché là, leva sa barre à mine dans une attitude de défense face au gnome.</p> <p>La porte coulissante de la camionnette s'ouvrit pour découvrir un Pod surpris par la scène qu'il découvrait. La naine, qui ne s'attendait pas à ce que quelqu'un soit caché là, leva sa barre à mine dans une attitude de défense face au gnome.</p>
...@@ -506,11 +506,11 @@ ...@@ -506,11 +506,11 @@
<p>Pod, qui avait sans aucun doute essayé d'activer l'objet, fut bien obligé de reconnaître qu'elle avait raison et laissa piteusement tomber le bâton.</p> <p>Pod, qui avait sans aucun doute essayé d'activer l'objet, fut bien obligé de reconnaître qu'elle avait raison et laissa piteusement tomber le bâton.</p>
<p>— Très bien, dit une voix de gobelin sur le côté, maintenant que cette joyeuse compagnie est désarmée, vous allez tous gentiment vous rendre.</p> <p>— Très bien, dit une voix de gobelin sur le côté, maintenant que cette joyeuse compagnie est désarmée, vous allez tous gentiment vous rendre.</p>
<p>Glormax venait de faire irruption dans le parking. Ses vêtements étaient en lambeaux et il avait le visage couvert de plâtre. Il boitait un peu mais il était debout, apparemment toujours aussi déterminé, et pointait un pistolet vers Barne.</p> <p>Glormax venait de faire irruption dans le parking. Ses vêtements étaient en lambeaux et il avait le visage couvert de plâtre. Il boitait un peu mais il était debout, apparemment toujours aussi déterminé, et pointait un pistolet vers Barne.</p>
<p>— Quand Fulmiark aura émergé et aura appris que c'est <i>moi</i>, Glormax, qui vous ai mis la main dessus, nul doute qu'il nous donnera le contrat pour l'Épée d'Émeute ! jubilait-il. Mains en l'air, Mustii !</p> <p>— Quand Fulmiark aura émergé et aura appris que c'est <em>moi</em>, Glormax, qui vous ai mis la main dessus, nul doute qu'il nous donnera le contrat pour l'Épée d'Émeute ! jubilait-il. Mains en l'air, Mustii !</p>
<p>Barne n'avait pas la force de lever les bras et jeta un regard de défi à Glormax. Certes, il était déjà à terre, plus bas que terre même, mais il se le jura instantanément : il ne lui ferait pas le plaisir de s'écraser un peu plus devant lui. Cette époque était révolue, et Barne était allé trop loin pour s'en retourner sagement à son rôle de paillasson.</p> <p>Barne n'avait pas la force de lever les bras et jeta un regard de défi à Glormax. Certes, il était déjà à terre, plus bas que terre même, mais il se le jura instantanément : il ne lui ferait pas le plaisir de s'écraser un peu plus devant lui. Cette époque était révolue, et Barne était allé trop loin pour s'en retourner sagement à son rôle de paillasson.</p>
<p>— J'allais appeler la police, signala l'ouvrière à Glormax en agitant son téléphone.</p> <p>— J'allais appeler la police, signala l'ouvrière à Glormax en agitant son téléphone.</p>
<p>— La ferme, <i>naine</i> !</p> <p>— La ferme, <em>naine</em> !</p>
<p>Glormax avait craché le mot <i>naine</i> comme une insulte, et Barne comme l'ouvrière comprirent immédiatement avec quel dégoût le gobelin considérait cette espèce. Les nains étaient, de manière générale, le peuple victime du racisme le plus violent et décomplexé au sein de la Terre de Grilecques. Ils étaient souvent considérés comme une peuplade inférieure, aux coutumes démodées voire barbares. Bien sûr, il n'était jamais de bon ton d'affirmer des convictions racistes <i>frontalement</i>. Néanmoins, le racisme ordinaire transpirait dans les discours et des actes de bon nombre de citoyens de la Terre de Grilecques. Glormax, lui, n'était pas du genre à avoir des complexes à ce sujet.</p> <p>Glormax avait craché le mot <em>naine</em> comme une insulte, et Barne comme l'ouvrière comprirent immédiatement avec quel dégoût le gobelin considérait cette espèce. Les nains étaient, de manière générale, le peuple victime du racisme le plus violent et décomplexé au sein de la Terre de Grilecques. Ils étaient souvent considérés comme une peuplade inférieure, aux coutumes démodées voire barbares. Bien sûr, il n'était jamais de bon ton d'affirmer des convictions racistes <em>frontalement</em>. Néanmoins, le racisme ordinaire transpirait dans les discours et des actes de bon nombre de citoyens de la Terre de Grilecques. Glormax, lui, n'était pas du genre à avoir des complexes à ce sujet.</p>
<p>Il s'avança sans prêter attention à l'ouvrière qui avait baissé les bras et le dévisageait maintenant avec une expression d'écœurement sur le visage.</p> <p>Il s'avança sans prêter attention à l'ouvrière qui avait baissé les bras et le dévisageait maintenant avec une expression d'écœurement sur le visage.</p>
<p>— Mustii, vous êtes bien à votre place, misérable créature rampante. Ç'en est terminé de votre pitoyable croisade contre vos supérieurs. Vous avez bien compris ?</p> <p>— Mustii, vous êtes bien à votre place, misérable créature rampante. Ç'en est terminé de votre pitoyable croisade contre vos supérieurs. Vous avez bien compris ?</p>
<p>Barne soutint son regard depuis sa position basse, essayant de ne pas montrer sa souffrance.</p> <p>Barne soutint son regard depuis sa position basse, essayant de ne pas montrer sa souffrance.</p>
...@@ -519,7 +519,7 @@ ...@@ -519,7 +519,7 @@
<p>D'un certaine manière, il se sentit revigoré d'avoir tenu tête à ce salopard, même juste une petite seconde, même dans des circonstances aussi désespérées. Il réussit, non sans effort, à se remettre sur ses pieds. Debout, il était légèrement plus grand que Glormax et c'était maintenant lui qui le regardait de haut. Cependant, le gobelin avait toujours l'ascendant… principalement parce que le canon de son arme était pointé sur le visage de Barne.</p> <p>D'un certaine manière, il se sentit revigoré d'avoir tenu tête à ce salopard, même juste une petite seconde, même dans des circonstances aussi désespérées. Il réussit, non sans effort, à se remettre sur ses pieds. Debout, il était légèrement plus grand que Glormax et c'était maintenant lui qui le regardait de haut. Cependant, le gobelin avait toujours l'ascendant… principalement parce que le canon de son arme était pointé sur le visage de Barne.</p>
<p>— Vous savez, grinça le gobelin. Je vous ai toujours méprisé.</p> <p>— Vous savez, grinça le gobelin. Je vous ai toujours méprisé.</p>
<p>Barne se surprit lui-même en laissant échapper un petit rire parfaitement spontané. Le gobelin poussa un ricanement :</p> <p>Barne se surprit lui-même en laissant échapper un petit rire parfaitement spontané. Le gobelin poussa un ricanement :</p>
<p>— Oui, dit-il, bien sûr que vous le savez. Parce que vous savez que vous <i>êtes</i> méprisable. Pourtant… jamais je n'aurais imaginé que vous iriez jusqu'à vous acoquiner avec toute cette… racaille.</p> <p>— Oui, dit-il, bien sûr que vous le savez. Parce que vous savez que vous <em>êtes</em> méprisable. Pourtant… jamais je n'aurais imaginé que vous iriez jusqu'à vous acoquiner avec toute cette… racaille.</p>
<p>Il avait agité son arme vers Pod, debout à l'intérieur du camion avec Carmalière toujours inconscient à ses pieds, et Amélise qui observait la scène impuissante depuis le siège conducteur.</p> <p>Il avait agité son arme vers Pod, debout à l'intérieur du camion avec Carmalière toujours inconscient à ses pieds, et Amélise qui observait la scène impuissante depuis le siège conducteur.</p>
<p>La suite se passa en un éclair : l'ouvrière se jeta en avant et asséna un violent coup de barre à mine à Glormax. Elle ne put atteindre la tête mais le gobelin reçu l'arme en plein milieu du dos. Il poussa une exclamation de surprise et de douleur et tomba à genoux. Alors qu'il se retournait, son arme pointée, avec la ferme intention d'abattre immédiatement celle qui avait osé poser la main sur lui, Barne, sans réfléchir, lui envoya un coup de poing rageur en plein visage.</p> <p>La suite se passa en un éclair : l'ouvrière se jeta en avant et asséna un violent coup de barre à mine à Glormax. Elle ne put atteindre la tête mais le gobelin reçu l'arme en plein milieu du dos. Il poussa une exclamation de surprise et de douleur et tomba à genoux. Alors qu'il se retournait, son arme pointée, avec la ferme intention d'abattre immédiatement celle qui avait osé poser la main sur lui, Barne, sans réfléchir, lui envoya un coup de poing rageur en plein visage.</p>
<p>Glormax s'affala sur le sol, inconscient pour la seconde fois en quelques heures et Barne, qui avait utilisé son bras blessé, poussa un hurlement qui résonna dans tout le parking.</p> <p>Glormax s'affala sur le sol, inconscient pour la seconde fois en quelques heures et Barne, qui avait utilisé son bras blessé, poussa un hurlement qui résonna dans tout le parking.</p>
...@@ -627,7 +627,7 @@ ...@@ -627,7 +627,7 @@
<p>Elle était assise en tailleur à même le sol de la camionnette, tout comme Barne qui lui faisait face. Carmalière avait émergé pendant quelques instants mais s'était endormi à nouveau.</p> <p>Elle était assise en tailleur à même le sol de la camionnette, tout comme Barne qui lui faisait face. Carmalière avait émergé pendant quelques instants mais s'était endormi à nouveau.</p>
<p>— Me détendre ? C'est toi qui devrais être tendue. Je ne crois pas que les nains aient beaucoup de sympathie pour les fées. En plus, avec tes ailes, pardon, mais on te voit de loin.</p> <p>— Me détendre ? C'est toi qui devrais être tendue. Je ne crois pas que les nains aient beaucoup de sympathie pour les fées. En plus, avec tes ailes, pardon, mais on te voit de loin.</p>
<p>— On va là-bas pour se planquer : je doute que beaucoup de monde nous voie. De toute façon, les crispations identitaires, tu sais aussi bien que moi qu'elles n'ont qu'une valeur statistique et ne veulent rien dire au niveau individuel. Peut-être que nous rencontrerons des nains hostiles aux humains, ou peut-être pas. Nous sommes même tombés sur un barman orque qui nous a aidé, je te le rappelle.</p> <p>— On va là-bas pour se planquer : je doute que beaucoup de monde nous voie. De toute façon, les crispations identitaires, tu sais aussi bien que moi qu'elles n'ont qu'une valeur statistique et ne veulent rien dire au niveau individuel. Peut-être que nous rencontrerons des nains hostiles aux humains, ou peut-être pas. Nous sommes même tombés sur un barman orque qui nous a aidé, je te le rappelle.</p>
<p>— Mais <i>elle</i>, pourquoi nous aide-t-elle ? murmura-t-il en indiquant la cabine du doigt. Elle était prête à nous balancer aux flics. Merde, elle a failli m'arracher le bras !</p> <p>— Mais <em>elle</em>, pourquoi nous aide-t-elle ? murmura-t-il en indiquant la cabine du doigt. Elle était prête à nous balancer aux flics. Merde, elle a failli m'arracher le bras !</p>
<p>Amélise soupira.</p> <p>Amélise soupira.</p>
<p>— J'imagine qu'il y a plusieurs raisons… La radio qui explique en direct que notre affaire a été manipulée et que nous ne sommes pas des terroristes, ça a déjà dû ébranler ses convictions. Ensuite, le gobelin qui lui parle comme on parlerait à un animal et qui nous traite de « racailles »… Tu vois, je pense que quand tu subis ce genre de chose au quotidien, il arrive un moment où ça déclenche des pulsions en toi.</p> <p>— J'imagine qu'il y a plusieurs raisons… La radio qui explique en direct que notre affaire a été manipulée et que nous ne sommes pas des terroristes, ça a déjà dû ébranler ses convictions. Ensuite, le gobelin qui lui parle comme on parlerait à un animal et qui nous traite de « racailles »… Tu vois, je pense que quand tu subis ce genre de chose au quotidien, il arrive un moment où ça déclenche des pulsions en toi.</p>
<p>— D'accord, mais comment être certain qu'elle est fiable ? Qu'elle ne nous balancera pas aux flics à la première occasion ?</p> <p>— D'accord, mais comment être certain qu'elle est fiable ? Qu'elle ne nous balancera pas aux flics à la première occasion ?</p>
...@@ -652,7 +652,7 @@ ...@@ -652,7 +652,7 @@
<p>— La <abbr>FNT</abbr> ? s'écria la naine. Qu'est-ce que j'en ai à battre, d'la <abbr>FNT</abbr> ? Des gauchos aux jolis discours qui n's'occupent que d'leurs prop'z'affaires ?</p> <p>— La <abbr>FNT</abbr> ? s'écria la naine. Qu'est-ce que j'en ai à battre, d'la <abbr>FNT</abbr> ? Des gauchos aux jolis discours qui n's'occupent que d'leurs prop'z'affaires ?</p>
<p>— Je suis désolée si vous avez une mauvaise image de…</p> <p>— Je suis désolée si vous avez une mauvaise image de…</p>
<p>Soudain, quelque chose d'impressionnant arriva : Jasione explosa de rage, et c'était comme si des dizaines d'année de frustration et de colère enfouies faisaient surface, d'un coup. Les mots se bousculaient dans la bouche de la naine, ciselés comme des poignards.</p> <p>Soudain, quelque chose d'impressionnant arriva : Jasione explosa de rage, et c'était comme si des dizaines d'année de frustration et de colère enfouies faisaient surface, d'un coup. Les mots se bousculaient dans la bouche de la naine, ciselés comme des poignards.</p>
<p>— J'ai pas une mauvaise image ! C'est la vérité ! Vous nous avez abandonnés, tous ! Les gauchos, pareil qu'les bourges ! Et vous v'nez ici nous dire d'nous engager ? Allez vous faire foutre ! Z'étiez où quand l'usine d'mon père a fermé ? Z'êtes où quand on s'fait butter par les condés dans l'silence ? Quand on m'nace de te sucrer les trois sous d'aide qu'on veut bien t'lâcher ? Parce que les connards qu'ont du boulot à donner préfèrent les têtes qui dépassent un peu plus du sol ? Vous vous bougez quand on touche à vos p'tits conforts de bourges dans vos centre-villes bien propres ! Alors là, oui ! Là vous voulez qu'on s'rassemble, tous les exploités ! Sauf que nous, ça fait trente ans qu'on nous baise et ça fait pas une ligne dans vos tracts de merde ! Trente ans qu'on crève en silence ! Et si, quand on finit par péter un câble, on a l'malheur de balancer trois pavés, vous êtes tous là à nous <i>appeler au calme</i> ! Traîtres, complices du système ! Comme si on était qu'des sales gosses capricieux pas capab' d'apprécier la misère ! Comme si on allait la régler, la misère, en faisant une gentille manif' !</p> <p>— J'ai pas une mauvaise image ! C'est la vérité ! Vous nous avez abandonnés, tous ! Les gauchos, pareil qu'les bourges ! Et vous v'nez ici nous dire d'nous engager ? Allez vous faire foutre ! Z'étiez où quand l'usine d'mon père a fermé ? Z'êtes où quand on s'fait butter par les condés dans l'silence ? Quand on m'nace de te sucrer les trois sous d'aide qu'on veut bien t'lâcher ? Parce que les connards qu'ont du boulot à donner préfèrent les têtes qui dépassent un peu plus du sol ? Vous vous bougez quand on touche à vos p'tits conforts de bourges dans vos centre-villes bien propres ! Alors là, oui ! Là vous voulez qu'on s'rassemble, tous les exploités ! Sauf que nous, ça fait trente ans qu'on nous baise et ça fait pas une ligne dans vos tracts de merde ! Trente ans qu'on crève en silence ! Et si, quand on finit par péter un câble, on a l'malheur de balancer trois pavés, vous êtes tous là à nous <em>appeler au calme</em> ! Traîtres, complices du système ! Comme si on était qu'des sales gosses capricieux pas capab' d'apprécier la misère ! Comme si on allait la régler, la misère, en faisant une gentille manif' !</p>
<p>— C'est faux, on a toujours soutenu…</p> <p>— C'est faux, on a toujours soutenu…</p>
<p>Amélise aurait aussi bien pu s'adresser à un mur. La rancœur de Jasione avait commencé à sortir : la naine ne s'arrêterait pas avant d'avoir dit tout ce qu'elle brûlait de dire. Barne, lui, écoutait avec attention.</p> <p>Amélise aurait aussi bien pu s'adresser à un mur. La rancœur de Jasione avait commencé à sortir : la naine ne s'arrêterait pas avant d'avoir dit tout ce qu'elle brûlait de dire. Barne, lui, écoutait avec attention.</p>
<p>— Vous soutenez tant qu'on reste dans nos clous ! « Les banlieues, les banlieues », ça vous en parlez ! Comme ceux qui nous aiment pas, z'en parlez aussi, ouais. Pour faire quoi ? Pour monter en épingle le premier jeunot de Bundir qu'arrive à s'démerder ! Pour dire, « v'voyez, y peuvent s'intégrer finalement, quand y veulent » ! Même s'y'en a qu'un qui s'intègre pour deux cents laissés pour compte, c'pas grave, vive la république ! L'système fonctionne ! « Tant qu'les nains restent dociles, qu'y z'y mettent d'la bonne volonté, v'voyez bien qu'y s'intègrent ! V'voyez bien qu'c'est pas un problème de pauvreté mais d'civilisation ! » Alors qu'c'est pas nous qu'y faut intégrer : c'est l'système qu'y faut désintégrer !</p> <p>— Vous soutenez tant qu'on reste dans nos clous ! « Les banlieues, les banlieues », ça vous en parlez ! Comme ceux qui nous aiment pas, z'en parlez aussi, ouais. Pour faire quoi ? Pour monter en épingle le premier jeunot de Bundir qu'arrive à s'démerder ! Pour dire, « v'voyez, y peuvent s'intégrer finalement, quand y veulent » ! Même s'y'en a qu'un qui s'intègre pour deux cents laissés pour compte, c'pas grave, vive la république ! L'système fonctionne ! « Tant qu'les nains restent dociles, qu'y z'y mettent d'la bonne volonté, v'voyez bien qu'y s'intègrent ! V'voyez bien qu'c'est pas un problème de pauvreté mais d'civilisation ! » Alors qu'c'est pas nous qu'y faut intégrer : c'est l'système qu'y faut désintégrer !</p>
...@@ -694,14 +694,14 @@ ...@@ -694,14 +694,14 @@
<p>Si la lumière avait été allumée, les autres auraient vu le large sourire qui traversait son visage.</p> <p>Si la lumière avait été allumée, les autres auraient vu le large sourire qui traversait son visage.</p>
<hr /> <hr />
<p>Lorsqu'il fut éveillé au petit matin par le bruit de la télévision, Barne eut la surprise de constater qu'il avait malgré tout réussi à dormir une bonne partie de la nuit.</p> <p>Lorsqu'il fut éveillé au petit matin par le bruit de la télévision, Barne eut la surprise de constater qu'il avait malgré tout réussi à dormir une bonne partie de la nuit.</p>
<p>— <i>Après cette nuit mouvementée</i>, disait la voix du présentateur de télévision, <i>le Ministre de l'Intérieur a déclaré que toutes les mesures allaient être prises pour garantir le maintien de l'ordre et le retour au calme dans les plus brefs délais</i></p> <p>— <em>Après cette nuit mouvementée</em>, disait la voix du présentateur de télévision, <em>le Ministre de l'Intérieur a déclaré que toutes les mesures allaient être prises pour garantir le maintien de l'ordre et le retour au calme dans les plus brefs délais</em></p>
<p>Barne se redressa d'un coup sec et sentit une douleur lancinante lui traverser le bras et le dos, conséquences à la fois de sa blessure de la veille et de la dureté du sol sur lequel il avait dormi.</p> <p>Barne se redressa d'un coup sec et sentit une douleur lancinante lui traverser le bras et le dos, conséquences à la fois de sa blessure de la veille et de la dureté du sol sur lequel il avait dormi.</p>
<p>— Qu'est-ce qui se passe ? demanda-t-il en se passant la main sur la colonne vertébrale d'un geste qui lui donna l'impression d'avoir quatre-vingts ans.</p> <p>— Qu'est-ce qui se passe ? demanda-t-il en se passant la main sur la colonne vertébrale d'un geste qui lui donna l'impression d'avoir quatre-vingts ans.</p>
<p>Pod et Carmalière étaient assis sur le canapé et faisaient face au petit poste de télévision au look légèrement désuet. Amélise et Jasione étaient absentes. Un bruit d'écoulement d'eau étouffé indiquait que l'une d'entre elle était sans doute occupée à prendre une douche.</p> <p>Pod et Carmalière étaient assis sur le canapé et faisaient face au petit poste de télévision au look légèrement désuet. Amélise et Jasione étaient absentes. Un bruit d'écoulement d'eau étouffé indiquait que l'une d'entre elle était sans doute occupée à prendre une douche.</p>
<p>— Nos petits exploits commencent à faire du bruit, répondit Carmalière qui affichait un sourire sur un visage reposé et serein.</p> <p>— Nos petits exploits commencent à faire du bruit, répondit Carmalière qui affichait un sourire sur un visage reposé et serein.</p>
<p>— Il y a eu des manifs hier soir ! s'exclama Pod qui avait l'air tout excité. Un peu partout, spontanément !</p> <p>— Il y a eu des manifs hier soir ! s'exclama Pod qui avait l'air tout excité. Un peu partout, spontanément !</p>
<p>— Des manifs ? Mais pourquoi ?</p> <p>— Des manifs ? Mais pourquoi ?</p>
<p>— Pour nous ! Et pour <i>elle</i> !</p> <p>— Pour nous ! Et pour <em>elle</em> !</p>
<p>Barne jeta un œil au poste de télévision. On y voyait une foule éclairée à la lueur des réverbères défiler dans les rues de Sorrbourg. Des slogans étaient scandés mais le son était masqué par les commentaires du présentateur. Cependant, Barne pouvait lire les inscriptions sur les pancartes : « Justice pour Milia ! », « Tous unis avec la <abbr>FNT</abbr> ! », « Résistance ! » ou encore « Police nationale, milice gobelinale ». Il n'en croyait pas ses yeux. Eux qui étaient voués aux gémonies deux jours plus tôt, traités de terroristes et désignés comme ennemis publics, étaient à présent ovationnés par une foule qui ne les connaissait même pas.</p> <p>Barne jeta un œil au poste de télévision. On y voyait une foule éclairée à la lueur des réverbères défiler dans les rues de Sorrbourg. Des slogans étaient scandés mais le son était masqué par les commentaires du présentateur. Cependant, Barne pouvait lire les inscriptions sur les pancartes : « Justice pour Milia ! », « Tous unis avec la <abbr>FNT</abbr> ! », « Résistance ! » ou encore « Police nationale, milice gobelinale ». Il n'en croyait pas ses yeux. Eux qui étaient voués aux gémonies deux jours plus tôt, traités de terroristes et désignés comme ennemis publics, étaient à présent ovationnés par une foule qui ne les connaissait même pas.</p>
<p>— Mais comment… pourquoi…</p> <p>— Mais comment… pourquoi…</p>
<p>— La fuite des images de sécurité de la Bibliothèque a fait du bruit, expliqua Carmalière. On a monté l'ensemble de la population contre nous en s'appuyant sur les mensonges des responsables orques : il faut croire que les gens n'ont pas trop apprécié de s'apercevoir qu'on les avait manipulés…</p> <p>— La fuite des images de sécurité de la Bibliothèque a fait du bruit, expliqua Carmalière. On a monté l'ensemble de la population contre nous en s'appuyant sur les mensonges des responsables orques : il faut croire que les gens n'ont pas trop apprécié de s'apercevoir qu'on les avait manipulés…</p>
...@@ -715,23 +715,23 @@ ...@@ -715,23 +715,23 @@
<p>— Et Zarfolk ?</p> <p>— Et Zarfolk ?</p>
<p>— Ils n'en ont pas parlé, répondit Carmalière. J'imagine que c'est bon signe…</p> <p>— Ils n'en ont pas parlé, répondit Carmalière. J'imagine que c'est bon signe…</p>
<p>Un nouveau visage apparut sur l'écran. Barne le reconnut immédiatement comme étant celui du Ministre de l'Intérieur : Morgat de Lapadius. C'était, comme une très large majorité des politiciens de la Terre de Grilecques, un mort-vivant aux yeux vides, la peau décharnée, de rares cheveux sur le crâne et vêtu d'un costume cintré et austère.</p> <p>Un nouveau visage apparut sur l'écran. Barne le reconnut immédiatement comme étant celui du Ministre de l'Intérieur : Morgat de Lapadius. C'était, comme une très large majorité des politiciens de la Terre de Grilecques, un mort-vivant aux yeux vides, la peau décharnée, de rares cheveux sur le crâne et vêtu d'un costume cintré et austère.</p>
<p>— <i>Le refus de M. Soriame Palor d'appeler au calme et son appel à manifester – même sauvagement – est un acte irresponsable</i>, dit le Ministre d'une voix monocorde. <i>Il est impensable, aujourd'hui, que des casseurs utilisent une affaire anecdotique comme prétexte pour laisser libre cours à leur violence.</i></p> <p>— <em>Le refus de M. Soriame Palor d'appeler au calme et son appel à manifester – même sauvagement – est un acte irresponsable</em>, dit le Ministre d'une voix monocorde. <em>Il est impensable, aujourd'hui, que des casseurs utilisent une affaire anecdotique comme prétexte pour laisser libre cours à leur violence.</em></p>
<p>— <i>M. le Ministre</i>, rebondit le journaliste, <i>qu'est-ce que vous répondez à ceux qui vous demandent de comprendre la colère de ces manifestants ? On a entendu beaucoup de choses, par exemple que les événements d'hier soir cristallisaient une certaine crispation de longue date au sein de la société de Grilecques.</i></p> <p>— <em>M. le Ministre</em>, rebondit le journaliste, <em>qu'est-ce que vous répondez à ceux qui vous demandent de comprendre la colère de ces manifestants ? On a entendu beaucoup de choses, par exemple que les événements d'hier soir cristallisaient une certaine crispation de longue date au sein de la société de Grilecques.</em></p>
<p>— <i>Rien ne justifie les violences actuelles</i>, répondit le Ministre en balayant l'argument d'un geste de la main. <i>Il est évident que nous devrons prendre en compte certaines revendications, mais en réunissant les partenaires sociaux et en instaurant un dialogue constructif, pas en brisant des abribus !</i></p> <p>— <em>Rien ne justifie les violences actuelles</em>, répondit le Ministre en balayant l'argument d'un geste de la main. <em>Il est évident que nous devrons prendre en compte certaines revendications, mais en réunissant les partenaires sociaux et en instaurant un dialogue constructif, pas en brisant des abribus !</em></p>
<p>— Il y a des casseurs ? demanda Barne.</p> <p>— Il y a des casseurs ? demanda Barne.</p>
<p>— Il y en a toujours, répondit Carmalière. Note qu'ils brisent en général bien moins de choses que les puissants que nous combattons.</p> <p>— Il y en a toujours, répondit Carmalière. Note qu'ils brisent en général bien moins de choses que les puissants que nous combattons.</p>
<p>Barne se dit en son for intérieur que cela n'était pas une justification, mais il aurait eut du mal à prendre le parti du Ministre de l'Intérieur à ce moment-là.</p> <p>Barne se dit en son for intérieur que cela n'était pas une justification, mais il aurait eut du mal à prendre le parti du Ministre de l'Intérieur à ce moment-là.</p>
<p>Peu de gens, de manière générale, faisaient confiance à leurs politiciens en Terre de Grilecques. Car même si officiellement, ces politiciens étaient censés représenter leurs citoyens, dans les faits, ils appartenaient tous au même milieu social et étaient dans leur grande majorité des êtres humains de genre masculin. La politique avait cessé d'être l'affaire de tous pour devenir l'objet de carrières, carrières si longues que la plupart des politiciens finissaient par se transformer en morts-vivants : ils abandonnaient la dignité d'une mort humaine pour pouvoir continuer, année après année, à arpenter les assemblées, maintenus dans leur demi-vie maudite par le pouvoir et l'argent : de plus en plus déconnectés de la réalité, déjà morts et pourtant toujours là. Ceux qui vivaient réellement, les autres, ne pouvaient que subir les législations scélérates d'une classe politique qui n'était plus concernée depuis longtemps par des besoins aussi élémentaires que manger ou se protéger du froid.</p> <p>Peu de gens, de manière générale, faisaient confiance à leurs politiciens en Terre de Grilecques. Car même si officiellement, ces politiciens étaient censés représenter leurs citoyens, dans les faits, ils appartenaient tous au même milieu social et étaient dans leur grande majorité des êtres humains de genre masculin. La politique avait cessé d'être l'affaire de tous pour devenir l'objet de carrières, carrières si longues que la plupart des politiciens finissaient par se transformer en morts-vivants : ils abandonnaient la dignité d'une mort humaine pour pouvoir continuer, année après année, à arpenter les assemblées, maintenus dans leur demi-vie maudite par le pouvoir et l'argent : de plus en plus déconnectés de la réalité, déjà morts et pourtant toujours là. Ceux qui vivaient réellement, les autres, ne pouvaient que subir les législations scélérates d'une classe politique qui n'était plus concernée depuis longtemps par des besoins aussi élémentaires que manger ou se protéger du froid.</p>
<p>— <i>M. le Ministre, l'arrestation hier de la militante syndicaliste Milia Piuli a fait grand bruit et a sans doute beaucoup joué dans le déclenchement de ces manifestations. A-t-on plus d'informations sur l'enquête en cours ? Est-ce que l'audition des membres du personnel de la Fabrique Adabra de Malgron a apporté de nouveaux éléments ?</i></p> <p>— <em>M. le Ministre, l'arrestation hier de la militante syndicaliste Milia Piuli a fait grand bruit et a sans doute beaucoup joué dans le déclenchement de ces manifestations. A-t-on plus d'informations sur l'enquête en cours ? Est-ce que l'audition des membres du personnel de la Fabrique Adabra de Malgron a apporté de nouveaux éléments ?</em></p>
<p>— <i>Bien entendu, l'enquête étant toujours en cours, je ne peux rien dire de précis, mais effectivement, nous sommes sur les traces des quatre présumés terroristes. J'ai bon espoir que nous puissions les interpeller sous peu… avant qu'ils ne fassent d'autres victimes.</i></p> <p>— <em>Bien entendu, l'enquête étant toujours en cours, je ne peux rien dire de précis, mais effectivement, nous sommes sur les traces des quatre présumés terroristes. J'ai bon espoir que nous puissions les interpeller sous peu… avant qu'ils ne fassent d'autres victimes.</em></p>
<p>— <i>Merci, M. le Ministre. On rappelle que l'attaque de la Fabrique Adabra, qui a eu lieu à peine une semaine après celle de la Bibliothèque Nationale des Prud'Orques, a fait cinq blessés : M. Zad Fulmiark, PDG du conglomérat Orka Universa, M. Kur Glormax, directeur d'une antenne locale de l'entreprise Boo'Teen Corp, et M. Yorz Tohn, directeur de la sécurité de la Bourse de Grilecques, ont tous les trois été blessés légèrement ; deux agents de sécurité ont pour leur part été blessés grièvement et sont encore en observation à l'hôpital. Leur pronostic vital est engagé.</i></p> <p>— <em>Merci, M. le Ministre. On rappelle que l'attaque de la Fabrique Adabra, qui a eu lieu à peine une semaine après celle de la Bibliothèque Nationale des Prud'Orques, a fait cinq blessés : M. Zad Fulmiark, PDG du conglomérat Orka Universa, M. Kur Glormax, directeur d'une antenne locale de l'entreprise Boo'Teen Corp, et M. Yorz Tohn, directeur de la sécurité de la Bourse de Grilecques, ont tous les trois été blessés légèrement ; deux agents de sécurité ont pour leur part été blessés grièvement et sont encore en observation à l'hôpital. Leur pronostic vital est engagé.</em></p>
<p>— Sauf que bien entendu, marmonna Carmalière, eux ne seront pas nommés. On n'va quand même pas s'intéresser aux sous-fifres…</p> <p>— Sauf que bien entendu, marmonna Carmalière, eux ne seront pas nommés. On n'va quand même pas s'intéresser aux sous-fifres…</p>
<p>— Vous n'allez pas les plaindre, tout de même ? dit Barne en haussant un sourcil.</p> <p>— Vous n'allez pas les plaindre, tout de même ? dit Barne en haussant un sourcil.</p>
<p>— Moi non, fit Carmalière d'un ton soudain intéressé, mais cela m'étonne que toi, Barne, tu sembles si détendu en apprenant que deux personnes sont entre la vie et la mort à cause de nous.</p> <p>— Moi non, fit Carmalière d'un ton soudain intéressé, mais cela m'étonne que toi, Barne, tu sembles si détendu en apprenant que deux personnes sont entre la vie et la mort à cause de nous.</p>
<p>— J'ai vraiment cru que j'allais y rester, hier, dit Barne en baissant la tête. Ces types… ils étaient prêts à m'exécuter sommairement, au sol, comme ça. Une balle dans la tête, et c'est tout. Plus rien.</p> <p>— J'ai vraiment cru que j'allais y rester, hier, dit Barne en baissant la tête. Ces types… ils étaient prêts à m'exécuter sommairement, au sol, comme ça. Une balle dans la tête, et c'est tout. Plus rien.</p>
<p>Il releva la tête vers Carmalière et il fut soulagé de constater que celui-ci ne souriait pas mais avait une expression de compassion.</p> <p>Il releva la tête vers Carmalière et il fut soulagé de constater que celui-ci ne souriait pas mais avait une expression de compassion.</p>
<p>— En parlant de ça, continua Barne. Merci. Pour hier. Merci de m'avoir sauvé la vie. Mince, ça a l'air tellement con, quand je dis ça. Mais merci. J'ai vu ce qu'il vous en avait coûté : vous auriez pu vous faire tuer si vous n'aviez pas réussi à maintenir le sort si longtemps. Alors merci. Plus jamais je ne douterai de vous.</p> <p>— En parlant de ça, continua Barne. Merci. Pour hier. Merci de m'avoir sauvé la vie. Mince, ça a l'air tellement con, quand je dis ça. Mais merci. J'ai vu ce qu'il vous en avait coûté : vous auriez pu vous faire tuer si vous n'aviez pas réussi à maintenir le sort si longtemps. Alors merci. Plus jamais je ne douterai de vous.</p>
<p>— Si tu veux me remercier, Barne, je t'en prie, <i>continue</i> à douter de moi. J'en ai besoin. Nous allons au-delà de périls bien plus grands dans notre quête, et tu ne peux pas laisser l'émotion troubler ton jugement. Nous sommes une compagnie : lorsque que quelqu'un est en difficulté et que nous sommes en capacité de l'aider, alors nous le faisons. Ça ne se discute pas. Tu aurais fait la même chose, même si tu penses sans doute le contraire… et que tu te sens coupable de cela. Par contre, ne fais pas de moi ton sauveur, par pitié. Continue à t'indigner quand mes opinions te semblent inacceptables. Dis-moi lorsque tu penses qu'un plan est suicidaire. Sauve-moi quand tu peux, et je ferai de même.</p> <p>— Si tu veux me remercier, Barne, je t'en prie, <em>continue</em> à douter de moi. J'en ai besoin. Nous allons au-delà de périls bien plus grands dans notre quête, et tu ne peux pas laisser l'émotion troubler ton jugement. Nous sommes une compagnie : lorsque que quelqu'un est en difficulté et que nous sommes en capacité de l'aider, alors nous le faisons. Ça ne se discute pas. Tu aurais fait la même chose, même si tu penses sans doute le contraire… et que tu te sens coupable de cela. Par contre, ne fais pas de moi ton sauveur, par pitié. Continue à t'indigner quand mes opinions te semblent inacceptables. Dis-moi lorsque tu penses qu'un plan est suicidaire. Sauve-moi quand tu peux, et je ferai de même.</p>
<p>Barne acquiesça d'un mouvement de tête. Il n'était pas très à l'aise avec les grandes déclarations. Il savait en revanche que Carmalière était une spécialiste, alors il préféra lui laisser le dernier mot.</p> <p>Barne acquiesça d'un mouvement de tête. Il n'était pas très à l'aise avec les grandes déclarations. Il savait en revanche que Carmalière était une spécialiste, alors il préféra lui laisser le dernier mot.</p>
<p>— Maintenant que ceci est dit, dit soudain Carmalière en souriant, passons aux choses sérieuses. J'ai une excellente nouvelle : je sais où se trouve l'Épée des Serfs.</p> <p>— Maintenant que ceci est dit, dit soudain Carmalière en souriant, passons aux choses sérieuses. J'ai une excellente nouvelle : je sais où se trouve l'Épée des Serfs.</p>
<p>Ce fut le moment qu'Amélise choisit pour sortir de la salle de bain, une serviette de toilette nouée sur la tête. Elle trouva un Barne et un Pod bouche bée devant Carmalière qui semblait ravie de son petit effet.</p> <p>Ce fut le moment qu'Amélise choisit pour sortir de la salle de bain, une serviette de toilette nouée sur la tête. Elle trouva un Barne et un Pod bouche bée devant Carmalière qui semblait ravie de son petit effet.</p>
...@@ -748,7 +748,7 @@ ...@@ -748,7 +748,7 @@
<p>— Le second, le plus imposants des trois, était un orque. Nous avons appris son identité grâce au sus-nommé Glormax : Zad Fulmiark, grand PDG d'Orka Universa, la <i lang="en" xml:lang="en">holding</i> qui englobe entre autres la Fabrique Adabra. Deuxième fortune mondiale, le bonhomme. J'avoue que je connaissais son nom mais pas son visage. Un sacré honneur pour nous, pas vrai ? Fallait-il vraiment que nous l'ayons agacé pour qu'il se déplace en personne…</p> <p>— Le second, le plus imposants des trois, était un orque. Nous avons appris son identité grâce au sus-nommé Glormax : Zad Fulmiark, grand PDG d'Orka Universa, la <i lang="en" xml:lang="en">holding</i> qui englobe entre autres la Fabrique Adabra. Deuxième fortune mondiale, le bonhomme. J'avoue que je connaissais son nom mais pas son visage. Un sacré honneur pour nous, pas vrai ? Fallait-il vraiment que nous l'ayons agacé pour qu'il se déplace en personne…</p>
<p>— Ça ne colle pas, remarqua Barne. Qu'est-ce qu'un <abbr>PDG</abbr> irait faire dans une usine de seconde zone ? Je suis persuadé qu'il ne quitte jamais ses luxueux bureaux, d'habitude.</p> <p>— Ça ne colle pas, remarqua Barne. Qu'est-ce qu'un <abbr>PDG</abbr> irait faire dans une usine de seconde zone ? Je suis persuadé qu'il ne quitte jamais ses luxueux bureaux, d'habitude.</p>
<p>— Tout juste, mais il était là pour une affaire, et pas n'importe laquelle : l'Épée des Serfs ! Rappelez-vous, Glormax était désolé que Fulmiark refuse de confier l'Épée à <i lang="en" xml:lang="en">Boo'Teen Corp</i>… Il y a fort à parier que l'Épée venait tout juste d'être déplacée sous la supervision du grand manitou en personne. On dirait bien que je ne suis pas le seul à y attacher une telle importance, à cet objet…</p> <p>— Tout juste, mais il était là pour une affaire, et pas n'importe laquelle : l'Épée des Serfs ! Rappelez-vous, Glormax était désolé que Fulmiark refuse de confier l'Épée à <i lang="en" xml:lang="en">Boo'Teen Corp</i>… Il y a fort à parier que l'Épée venait tout juste d'être déplacée sous la supervision du grand manitou en personne. On dirait bien que je ne suis pas le seul à y attacher une telle importance, à cet objet…</p>
<p>— Tout cela me semble plausible, dit Amélise, mais il y a tout de même un problème : Glormax a effectivement dit que l'Épée <i>n'irait pas</i> chez <i lang="en" xml:lang="en">Boo'Teen Corp</i>.</p> <p>— Tout cela me semble plausible, dit Amélise, mais il y a tout de même un problème : Glormax a effectivement dit que l'Épée <em>n'irait pas</em> chez <i lang="en" xml:lang="en">Boo'Teen Corp</i>.</p>
<p>Carmalière sourit. Malgré l'amitié qu'il lui accordait désormais, Barne ne pouvait s'empêcher d'être exaspéré lorsque la magicienne exultait en jouant à ses petites énigmes, au lieu d'en venir simplement au fait.</p> <p>Carmalière sourit. Malgré l'amitié qu'il lui accordait désormais, Barne ne pouvait s'empêcher d'être exaspéré lorsque la magicienne exultait en jouant à ses petites énigmes, au lieu d'en venir simplement au fait.</p>
<p>— Ce qui nous amène au troisième personnage, fit Carmalière. Il n'a pas dit un mot et son identité m'était inconnue… jusqu'à ce qu'elle nous soit révélée grâce à l'abnégation de notre présentateur télé.</p> <p>— Ce qui nous amène au troisième personnage, fit Carmalière. Il n'a pas dit un mot et son identité m'était inconnue… jusqu'à ce qu'elle nous soit révélée grâce à l'abnégation de notre présentateur télé.</p>
<p>Il fit un signe de tête en direction du poste de télévision qui était toujours allumé, même si Pod avait réglé le son en sourdine.</p> <p>Il fit un signe de tête en direction du poste de télévision qui était toujours allumé, même si Pod avait réglé le son en sourdine.</p>
...@@ -768,7 +768,7 @@ ...@@ -768,7 +768,7 @@
<p>— Hier soir, répondit Pod, tu m'as dit justement que je ne devais pas m'inquiéter. Je tiens à Milia, mais je ne pense pas que nous puissions l'aider directement à l'heure actuelle… Admettons que nous la fassions évader, à quoi cela nous avancerait ? Ça aggraverait son cas et le nôtre.</p> <p>— Hier soir, répondit Pod, tu m'as dit justement que je ne devais pas m'inquiéter. Je tiens à Milia, mais je ne pense pas que nous puissions l'aider directement à l'heure actuelle… Admettons que nous la fassions évader, à quoi cela nous avancerait ? Ça aggraverait son cas et le nôtre.</p>
<p>— Oui, intervint Carmalière, et la fuite des vidéos de la Bibliothèque joue pour nous. Regardez déjà le soutien populaire qui s'élève… si nous récupérons l'Épée en prime…</p> <p>— Oui, intervint Carmalière, et la fuite des vidéos de la Bibliothèque joue pour nous. Regardez déjà le soutien populaire qui s'élève… si nous récupérons l'Épée en prime…</p>
<p>— Moi, je dis qu'on peut le faire ! s'écria Pod. Ce n'est pas parce qu'on est petits qu'on ne peut pas faire vaciller les grands. Je sais de quoi je parle…</p> <p>— Moi, je dis qu'on peut le faire ! s'écria Pod. Ce n'est pas parce qu'on est petits qu'on ne peut pas faire vaciller les grands. Je sais de quoi je parle…</p>
<p>— Je suis d'accord sur ce point, Pod, mais l'ardeur ne fait pas tout, temporisa Amélise. Piquer des documents dans une bibliothèque, s'introduire dans une petite usine de quartier, c'est une chose. Encore que nous avons déjà failli y rester plusieurs fois. Là, on parle d'une <i>forteresse</i>, au sens propre puisque c'est littéralement comme cela que le bâtiment s'appelle !</p> <p>— Je suis d'accord sur ce point, Pod, mais l'ardeur ne fait pas tout, temporisa Amélise. Piquer des documents dans une bibliothèque, s'introduire dans une petite usine de quartier, c'est une chose. Encore que nous avons déjà failli y rester plusieurs fois. Là, on parle d'une <em>forteresse</em>, au sens propre puisque c'est littéralement comme cela que le bâtiment s'appelle !</p>
<p>— Au-delà de ça, fit remarquer Barne, il faudrait déjà réussir à s'y rendre. Si je ne m'abuse, la Bourse de Grilecques se trouve à Dordelane, soit à plus de deux milles kilomètres de Sorrbourg. Si nous devenons les personnes les plus recherchées de la Terre de Grilecques – et c'est bien parti pour –, ça risque de compliquer le voyage…</p> <p>— Au-delà de ça, fit remarquer Barne, il faudrait déjà réussir à s'y rendre. Si je ne m'abuse, la Bourse de Grilecques se trouve à Dordelane, soit à plus de deux milles kilomètres de Sorrbourg. Si nous devenons les personnes les plus recherchées de la Terre de Grilecques – et c'est bien parti pour –, ça risque de compliquer le voyage…</p>
<p>— Il y a une compagnie <i lang="en" xml:lang="en">low-cost</i> qui propose une ligne directe entre Sorrbourg et Dordelane.</p> <p>— Il y a une compagnie <i lang="en" xml:lang="en">low-cost</i> qui propose une ligne directe entre Sorrbourg et Dordelane.</p>
<p>Amélise, Pod et Barne eurent tous la même réaction : ils firent de grands yeux et se décrochèrent les mâchoires sans arriver à émettre le moindre son. Ils avaient l'air de trois poissons rouges face à une Carmalière toujours aussi souriant.</p> <p>Amélise, Pod et Barne eurent tous la même réaction : ils firent de grands yeux et se décrochèrent les mâchoires sans arriver à émettre le moindre son. Ils avaient l'air de trois poissons rouges face à une Carmalière toujours aussi souriant.</p>
...@@ -816,11 +816,11 @@ ...@@ -816,11 +816,11 @@
<p>— Nous invitons également chaque personne de la région de Dordelane motivée, révoltée et capable de se battre, à se tenir prête pour nous aider à prendre la Forteresse. Le combat qui s'annonce sera périlleux et ce ne sera que grâce à l'union de tous que nous aurons une chance de venir à bout des embûches que nous tendront les gardiens de l'oligarchie financière. Notre compagnie se compose d'une naine, d'une fée, d'un être humain, d'un gnome et de moi-même, magicienne. De même, partout en Grilecques, il est temps de mettre de côté nos différends et nos divergences culturelles ; il est temps de s'allier contre la toute petite minorité qu'est la classe dominante et qui fait tant de mal ; il est temps d'arrêter de subir, d'arrêter de se résigner, et de résister ! Exploités de tous bords, prolétaires, marginaux, misérables, serfs, esclaves, levez-vous et reprenez ce qui est à vous !</p> <p>— Nous invitons également chaque personne de la région de Dordelane motivée, révoltée et capable de se battre, à se tenir prête pour nous aider à prendre la Forteresse. Le combat qui s'annonce sera périlleux et ce ne sera que grâce à l'union de tous que nous aurons une chance de venir à bout des embûches que nous tendront les gardiens de l'oligarchie financière. Notre compagnie se compose d'une naine, d'une fée, d'un être humain, d'un gnome et de moi-même, magicienne. De même, partout en Grilecques, il est temps de mettre de côté nos différends et nos divergences culturelles ; il est temps de s'allier contre la toute petite minorité qu'est la classe dominante et qui fait tant de mal ; il est temps d'arrêter de subir, d'arrêter de se résigner, et de résister ! Exploités de tous bords, prolétaires, marginaux, misérables, serfs, esclaves, levez-vous et reprenez ce qui est à vous !</p>
<p>Malgré son habituel imperméabilité aux grands discours, Barne ne put réprimer une sorte de frisson en entendant les paroles de Carmalière. Il avait dans ses doigts un petit bout de technologie par lequel ces mots seraient bientôt entendus par des milliers, peut-être des millions d'êtres vivants sur la Terre de Grilecques. Il avait la sensation d'être l'une des ailes d'un papillon qui allait bientôt déclencher un cyclone d'une puissance inimaginable. La simple idée lui donnait le vertige.</p> <p>Malgré son habituel imperméabilité aux grands discours, Barne ne put réprimer une sorte de frisson en entendant les paroles de Carmalière. Il avait dans ses doigts un petit bout de technologie par lequel ces mots seraient bientôt entendus par des milliers, peut-être des millions d'êtres vivants sur la Terre de Grilecques. Il avait la sensation d'être l'une des ailes d'un papillon qui allait bientôt déclencher un cyclone d'une puissance inimaginable. La simple idée lui donnait le vertige.</p>
<p>Le magicien sourit et conclut son discours :</p> <p>Le magicien sourit et conclut son discours :</p>
<p>— C'était Carmalière, pour <i>Radio Guérilla</i>.</p> <p>— C'était Carmalière, pour <em>Radio Guérilla</em>.</p>
<p>Il fit signe à Barne de couper et celui-ci, après une petite pression sur l'écran tactile, abaissa le téléphone.</p> <p>Il fit signe à Barne de couper et celui-ci, après une petite pression sur l'écran tactile, abaissa le téléphone.</p>
<p>— <i>Radio Guérilla</i> ? demanda Barne en haussant un sourcil.</p> <p>— <em>Radio Guérilla</em> ? demanda Barne en haussant un sourcil.</p>
<p>— C'était mon idée, signala Amélise. Je me suis dit que, quitte à lancer une révolution, autant le faire avec panache.</p> <p>— C'était mon idée, signala Amélise. Je me suis dit que, quitte à lancer une révolution, autant le faire avec panache.</p>
<p>— Le reste du discours me semblait assez « panaché », remarqua Barne. <i>Radio Guérilla</i>, on dirait presque le titre d'un roman…</p> <p>— Le reste du discours me semblait assez « panaché », remarqua Barne. <em>Radio Guérilla</em>, on dirait presque le titre d'un roman…</p>
<p>Amélise eut un petit rire.</p> <p>Amélise eut un petit rire.</p>
<p>— Si ça t'interpelle, alors c'est que c'est un bon titre. Crois-en mon expérience.</p> <p>— Si ça t'interpelle, alors c'est que c'est un bon titre. Crois-en mon expérience.</p>
<p>— Ton expérience ? répondit un Barne sceptique. Il faut savoir faire de bons titres pour être infirmière ?</p> <p>— Ton expérience ? répondit un Barne sceptique. Il faut savoir faire de bons titres pour être infirmière ?</p>
...@@ -828,7 +828,7 @@ ...@@ -828,7 +828,7 @@
<p>Ce fut Barne qui sembla amusé, cette fois.</p> <p>Ce fut Barne qui sembla amusé, cette fois.</p>
<p>— Quoi ? fit Amélise, sur la défensive.</p> <p>— Quoi ? fit Amélise, sur la défensive.</p>
<p>— Ça vient donc de là, cette passion pour la typographie… Une maison d'édition associative… Des bouquins de syndicalistes, j'imagine ? « Le manuel du parfait petit militant » ou des trucs du genre ?</p> <p>— Ça vient donc de là, cette passion pour la typographie… Une maison d'édition associative… Des bouquins de syndicalistes, j'imagine ? « Le manuel du parfait petit militant » ou des trucs du genre ?</p>
<p>— Tu te rends compte que j'ai <i>autre chose</i> dans ma vie que le militantisme, j'espère ?</p> <p>— Tu te rends compte que j'ai <em>autre chose</em> dans ma vie que le militantisme, j'espère ?</p>
<p>— Non, sérieusement ?</p> <p>— Non, sérieusement ?</p>
<p>Amélise comprit que Barne la taquinait volontairement et fit mine de lui mettre une petite baffe.</p> <p>Amélise comprit que Barne la taquinait volontairement et fit mine de lui mettre une petite baffe.</p>
<p>— Tu es un idiot ! On publie de la science-fiction, des récits qui parlent d'autres mondes, d'autres temps…</p> <p>— Tu es un idiot ! On publie de la science-fiction, des récits qui parlent d'autres mondes, d'autres temps…</p>
...@@ -856,7 +856,7 @@ ...@@ -856,7 +856,7 @@
<p>— Saraz n'a pas l'air franchement miséreux, fit remarquer Barne.</p> <p>— Saraz n'a pas l'air franchement miséreux, fit remarquer Barne.</p>
<p>— Lui non, mais il a sans aucun doute grandi dans l'ambiance morose des anciennes villes minières. La Loralie était autrefois une région florissante grâce aux réserves d'orichalque qu'abritait son sous-sol : avant que l'amitié entre elfes et humains ne soit entérinée, on utilisait beaucoup l'orichalque comme source d'énergie magique pour l'industrie. Seulement, à mesure que la collaboration entre êtres magiques et inertes se renforçait, il devint de moins en moins rentable d'exploiter des mines d'orichalque : elles devenaient de plus en plus profondes et dangereuses à cause de l'épuisement des ressources… Alors même si l'on peut difficilement tenir les elfes – en tant que communauté – comme responsables de la déchéance de la Loralie, il reste malgré tout un fort sentiment anti-elfe chez beaucoup de loraliens. Un fabuleux terreau pour la croissance de mouvements identitaires inertes. Ajoutons à cela une atmosphère ambiante favorable à l'amitié et la paix entre inertes et êtres magiques… ce qui est une excellente chose, mais que les cyniques nomment « bien-pensance ». Eh bien, tu as tous les ingrédients pour créer un extrémiste.</p> <p>— Lui non, mais il a sans aucun doute grandi dans l'ambiance morose des anciennes villes minières. La Loralie était autrefois une région florissante grâce aux réserves d'orichalque qu'abritait son sous-sol : avant que l'amitié entre elfes et humains ne soit entérinée, on utilisait beaucoup l'orichalque comme source d'énergie magique pour l'industrie. Seulement, à mesure que la collaboration entre êtres magiques et inertes se renforçait, il devint de moins en moins rentable d'exploiter des mines d'orichalque : elles devenaient de plus en plus profondes et dangereuses à cause de l'épuisement des ressources… Alors même si l'on peut difficilement tenir les elfes – en tant que communauté – comme responsables de la déchéance de la Loralie, il reste malgré tout un fort sentiment anti-elfe chez beaucoup de loraliens. Un fabuleux terreau pour la croissance de mouvements identitaires inertes. Ajoutons à cela une atmosphère ambiante favorable à l'amitié et la paix entre inertes et êtres magiques… ce qui est une excellente chose, mais que les cyniques nomment « bien-pensance ». Eh bien, tu as tous les ingrédients pour créer un extrémiste.</p>
<p>Un certain malaise s'abattit sur le groupe.</p> <p>Un certain malaise s'abattit sur le groupe.</p>
<p>— On dirait presque que vous trouvez cela <i>normal</i> que Saraz promeuve une idéologie haineuse et violente… que vous le justifiez, même.</p> <p>— On dirait presque que vous trouvez cela <em>normal</em> que Saraz promeuve une idéologie haineuse et violente… que vous le justifiez, même.</p>
<p>— J'ai dit que c'était une explication, répondit doucement Carmalière, pas une excuse. L'exploitation minière de l'orichalque était une horreur : des centaines de mineurs y ont laissé leur santé, voire leur peau… mais ils avaient un emploi, une situation. Certes, la fermeture des mines était un choix de société, politique, voulu : mais il est plus simple de mettre cela sur le dos des elfes que de considérer que c'était aux pouvoirs en place de prendre en charge les mineurs au lieu de les abandonner au déclassement et à la misère. La haine de Saraz a des racines profondes, mais comme nous tous, il est responsable de ses actes et de ses paroles : s'il attaque, il doit s'attendre à une réponse ferme et implacable de notre part.</p> <p>— J'ai dit que c'était une explication, répondit doucement Carmalière, pas une excuse. L'exploitation minière de l'orichalque était une horreur : des centaines de mineurs y ont laissé leur santé, voire leur peau… mais ils avaient un emploi, une situation. Certes, la fermeture des mines était un choix de société, politique, voulu : mais il est plus simple de mettre cela sur le dos des elfes que de considérer que c'était aux pouvoirs en place de prendre en charge les mineurs au lieu de les abandonner au déclassement et à la misère. La haine de Saraz a des racines profondes, mais comme nous tous, il est responsable de ses actes et de ses paroles : s'il attaque, il doit s'attendre à une réponse ferme et implacable de notre part.</p>
<p>L'avalanche de commentaires de membres du <abbr>FIF</abbr> et de contre-commentaires de leurs détracteurs fit qu'il fut difficile d'estimer qui, des opposants ou des supporters à la <abbr>FNT</abbr>, étaient les plus nombreux. Une seule chose était certaine : le message était passé.</p> <p>L'avalanche de commentaires de membres du <abbr>FIF</abbr> et de contre-commentaires de leurs détracteurs fit qu'il fut difficile d'estimer qui, des opposants ou des supporters à la <abbr>FNT</abbr>, étaient les plus nombreux. Une seule chose était certaine : le message était passé.</p>
<p>La compagnie, quant à elle, avait mis à profit le reste de l'après-midi pour préparer le périple. Le contenu du camion avait été disséqué et analysé par Carmalière et Amélise qui étaient les seuls à avoir les compétences nécessaires. Certains objets avaient des capacités magiques forts intéressantes, mais malheureusement, il était inutile d'essayer d'emporter ceux qui étaient offensifs : seuls les objets de soin ou de défense avaient une chance de passer la sécurité à l'aéroport.</p> <p>La compagnie, quant à elle, avait mis à profit le reste de l'après-midi pour préparer le périple. Le contenu du camion avait été disséqué et analysé par Carmalière et Amélise qui étaient les seuls à avoir les compétences nécessaires. Certains objets avaient des capacités magiques forts intéressantes, mais malheureusement, il était inutile d'essayer d'emporter ceux qui étaient offensifs : seuls les objets de soin ou de défense avaient une chance de passer la sécurité à l'aéroport.</p>
...@@ -905,7 +905,7 @@ ...@@ -905,7 +905,7 @@
<p>— On y est, fit Jasione lorsqu'ils s'engouffrèrent dans une minuscule impasse dans laquelle on aurait à peine pu garer trois voitures.</p> <p>— On y est, fit Jasione lorsqu'ils s'engouffrèrent dans une minuscule impasse dans laquelle on aurait à peine pu garer trois voitures.</p>
<p>— Jasione, dit une voix dans l'ombre.</p> <p>— Jasione, dit une voix dans l'ombre.</p>
<p>— Sors de ta cachette, Tiren.</p> <p>— Sors de ta cachette, Tiren.</p>
<p>Un nain beaucoup plus jeune que Jasione s'avança dans la lueur du seul lampadaire de l'impasse. Il était habillé d'un survêtement assez peu élégant et avait l'air louche <i>typique</i> des nains. Du moins, ce fut la première pensée de Barne avant qu'il ne se rende compte qu'il se vautrait là dans une forme de racisme ordinaire, ce dont il n'était pas fier du tout.</p> <p>Un nain beaucoup plus jeune que Jasione s'avança dans la lueur du seul lampadaire de l'impasse. Il était habillé d'un survêtement assez peu élégant et avait l'air louche <em>typique</em> des nains. Du moins, ce fut la première pensée de Barne avant qu'il ne se rende compte qu'il se vautrait là dans une forme de racisme ordinaire, ce dont il n'était pas fier du tout.</p>
<p>— J'pensais que tu serais seule, murmura le nain.</p> <p>— J'pensais que tu serais seule, murmura le nain.</p>
<p>— Vu le bazar, on a préféré v'nir ensemble. T'as les papiers ?</p> <p>— Vu le bazar, on a préféré v'nir ensemble. T'as les papiers ?</p>
<p>Tiren dévisageait chacun des membres de la compagnie. Barne comprit bien vite que le réflexe d'hostilité qu'il avait eu envers le nain était largement partagé par celui-ci.</p> <p>Tiren dévisageait chacun des membres de la compagnie. Barne comprit bien vite que le réflexe d'hostilité qu'il avait eu envers le nain était largement partagé par celui-ci.</p>
...@@ -921,15 +921,15 @@ ...@@ -921,15 +921,15 @@
<p>— Toutes les grandes tiges sont nos ennemis ! vociféra le premier nain.</p> <p>— Toutes les grandes tiges sont nos ennemis ! vociféra le premier nain.</p>
<p>— Ils sont avec nous, fit Jasione en s'avançant et en tirant Tiren par le bras.</p> <p>— Ils sont avec nous, fit Jasione en s'avançant et en tirant Tiren par le bras.</p>
<p>Les nains dévisagèrent sournoisement Jasione et Tiren. Barne sentait que la situation risquait de dégénérer à tout instant. Il repensait à leur altercation avec le Front des Inertes Fiers dans ce bar de Sorrbourg… Cette fois, aucun orque barman solidaire n'allait accourir pour les sortir du pétrin.</p> <p>Les nains dévisagèrent sournoisement Jasione et Tiren. Barne sentait que la situation risquait de dégénérer à tout instant. Il repensait à leur altercation avec le Front des Inertes Fiers dans ce bar de Sorrbourg… Cette fois, aucun orque barman solidaire n'allait accourir pour les sortir du pétrin.</p>
<p>— Mais c'est ce vieux Tiren, fit celui qui semblait être le meneur de la bande. Tu commerces avec de l'<i>elfaillon</i>, maintenant ?</p> <p>— Mais c'est ce vieux Tiren, fit celui qui semblait être le meneur de la bande. Tu commerces avec de l'<em>elfaillon</em>, maintenant ?</p>
<p>— Euuuh, je…</p> <p>— Euuuh, je…</p>
<p>— Foutez le camp, tous les deux ! coupa-t-il d'une voix dure.</p> <p>— Foutez le camp, tous les deux ! coupa-t-il d'une voix dure.</p>
<p>Tiren ne demanda pas son reste et détala à toutes jambes. Jasione, elle, ne bougea pas.</p> <p>Tiren ne demanda pas son reste et détala à toutes jambes. Jasione, elle, ne bougea pas.</p>
<p>— Dis-donc, dit-elle au meneur, j'te connais toi. T'es pas le chiard de Marica ?</p> <p>— Dis-donc, dit-elle au meneur, j'te connais toi. T'es pas le chiard de Marica ?</p>
<p>C'était comme si Jasione l'avait giflé. Le nain ouvrit de grands yeux surpris et ses camarades prirent des expressions scandalisées. Barne se rendit alors compte qu'ils étaient effectivement bien jeunes.</p> <p>C'était comme si Jasione l'avait giflé. Le nain ouvrit de grands yeux surpris et ses camarades prirent des expressions scandalisées. Barne se rendit alors compte qu'ils étaient effectivement bien jeunes.</p>
<p>— Mais si ! poursuivit Jasione. Le môme <i>Wigon</i>, c'est ça ? Quand j'pense que j't'ai torché le cul… pour que tu finisses comme ça…</p> <p>— Mais si ! poursuivit Jasione. Le môme <em>Wigon</em>, c'est ça ? Quand j'pense que j't'ai torché le cul… pour que tu finisses comme ça…</p>
<p>— La ferme ! tonna le meneur qui s'appelait apparemment Wigon. Une forte tête, hein… Qu'est-ce tu fous dehors à cette heure ? L'est où, ton mari ?</p> <p>— La ferme ! tonna le meneur qui s'appelait apparemment Wigon. Une forte tête, hein… Qu'est-ce tu fous dehors à cette heure ? L'est où, ton mari ?</p>
<p>— J'prends l'air. Et toi, <i>gamin</i>, qu'est-ce tu fous là ? Ta maman t'a pas encore couché ?</p> <p>— J'prends l'air. Et toi, <em>gamin</em>, qu'est-ce tu fous là ? Ta maman t'a pas encore couché ?</p>
<p>Le meneur leva son arme, un petit couteau, en direction du visage de Jasione. Il était à deux mètres de distance mais restait malgré tout menaçant.</p> <p>Le meneur leva son arme, un petit couteau, en direction du visage de Jasione. Il était à deux mètres de distance mais restait malgré tout menaçant.</p>
<p>— Fais attention à ta langue ! T'as de la chance d'être une femme, ou on t'aurait déjà tailladée pour avoir osé traîner avec des grandes tiges !</p> <p>— Fais attention à ta langue ! T'as de la chance d'être une femme, ou on t'aurait déjà tailladée pour avoir osé traîner avec des grandes tiges !</p>
<p>— Eh bah viens, dis ! J't'attends ! T'es tout seul derrière ton canif ? Tu sais c'est qui, les grandes tiges ? C'est les gus qu'ont dézingué deux blineux à la bibliothèque l'autre jour !</p> <p>— Eh bah viens, dis ! J't'attends ! T'es tout seul derrière ton canif ? Tu sais c'est qui, les grandes tiges ? C'est les gus qu'ont dézingué deux blineux à la bibliothèque l'autre jour !</p>
...@@ -957,7 +957,7 @@ ...@@ -957,7 +957,7 @@
<p>— Parce qu'une femme naine a rien à foutre dehors à c't'heure ! s'énerva-t-il à nouveau. Et surtout, rien à foutre avec des grandes tiges, même si elles sont réglo !</p> <p>— Parce qu'une femme naine a rien à foutre dehors à c't'heure ! s'énerva-t-il à nouveau. Et surtout, rien à foutre avec des grandes tiges, même si elles sont réglo !</p>
<p>— Mon poussin, tu vas arrêter tout de suite de me donner des ordres : j'suis pas ton pote, j'ai deux fois ton âge et j'suis pas d'humeur. J'ai plus d'mari depuis longtemps et mes mômes sont partis, alors tes idées sur les devoirs de mère de famille, tu t'les carres où j'pense ! J'vais tabasser du blineux avec les autres, et c'est pas un merdeux comme toi avec sa bande de déglingués qui va m'en empêcher !</p> <p>— Mon poussin, tu vas arrêter tout de suite de me donner des ordres : j'suis pas ton pote, j'ai deux fois ton âge et j'suis pas d'humeur. J'ai plus d'mari depuis longtemps et mes mômes sont partis, alors tes idées sur les devoirs de mère de famille, tu t'les carres où j'pense ! J'vais tabasser du blineux avec les autres, et c'est pas un merdeux comme toi avec sa bande de déglingués qui va m'en empêcher !</p>
<p>Cette fois, Wigon ne se laissa pas impressionner mais ne se fit pas plus menaçant. La bande le regardait et épiait chacun de ses gestes. Il fixa Jasione quelques secondes, silencieux, puis s'approcha d'elle lentement, jusqu'à avoir son visage à quelques centimètres du sien.</p> <p>Cette fois, Wigon ne se laissa pas impressionner mais ne se fit pas plus menaçant. La bande le regardait et épiait chacun de ses gestes. Il fixa Jasione quelques secondes, silencieux, puis s'approcha d'elle lentement, jusqu'à avoir son visage à quelques centimètres du sien.</p>
<p>— Très bien, <i>la vieille</i>, murmura-t-il juste assez fort pour que tout le monde l'entende. Tu veux t'barrer et aller faire mumuse avec tes grandes tiges ? Vas-y. On rira bien quand tous les habitants de Bundir t'auront vue te déshonorer devant toute la Terre de Grilecques. Tu comptes pas revenir après ça, j'espère ?</p> <p>— Très bien, <em>la vieille</em>, murmura-t-il juste assez fort pour que tout le monde l'entende. Tu veux t'barrer et aller faire mumuse avec tes grandes tiges ? Vas-y. On rira bien quand tous les habitants de Bundir t'auront vue te déshonorer devant toute la Terre de Grilecques. Tu comptes pas revenir après ça, j'espère ?</p>
<p>— Ça, c'est mon problème.</p> <p>— Ça, c'est mon problème.</p>
<p>— Ouais… T'as raison, prépare-toi même à de sacrés problèmes. Oh, une dernière chose : cause moi encore une fois comme ça et j'te plante, vu ?</p> <p>— Ouais… T'as raison, prépare-toi même à de sacrés problèmes. Oh, une dernière chose : cause moi encore une fois comme ça et j'te plante, vu ?</p>
<p>Il agita son petit couteau devant les yeux de Jasione qui resta de marbre. Elle ne répondit pas, Wigon baissa son arme et les autres nains parurent se détendre : il n'y aurait pas de bagarre dans l'immédiat.</p> <p>Il agita son petit couteau devant les yeux de Jasione qui resta de marbre. Elle ne répondit pas, Wigon baissa son arme et les autres nains parurent se détendre : il n'y aurait pas de bagarre dans l'immédiat.</p>
...@@ -987,7 +987,7 @@ ...@@ -987,7 +987,7 @@
<p>— ALLEZ ! cria Wigon.</p> <p>— ALLEZ ! cria Wigon.</p>
<p>En quelques instants, la rue, calme quelques secondes plus tôt, fut transformée en un véritable champ de bataille. Il était stupéfiant de voir une bande d'une dizaine de jeunes nains se ruer ainsi sur des policiers armés et en armure, et leur jeter tout ce qui leur passait sous la main. Il y avait, derrière l'inconscience de leur action, une sorte de fougue mêlée de courage qui avait quelque chose d'épique, de grandiose. Barne était fasciné même s'il n'approuvait pas :</p> <p>En quelques instants, la rue, calme quelques secondes plus tôt, fut transformée en un véritable champ de bataille. Il était stupéfiant de voir une bande d'une dizaine de jeunes nains se ruer ainsi sur des policiers armés et en armure, et leur jeter tout ce qui leur passait sous la main. Il y avait, derrière l'inconscience de leur action, une sorte de fougue mêlée de courage qui avait quelque chose d'épique, de grandiose. Barne était fasciné même s'il n'approuvait pas :</p>
<p>— Bon sang, mais ces flics font juste leur boulot et ils vont les massacrer !</p> <p>— Bon sang, mais ces flics font juste leur boulot et ils vont les massacrer !</p>
<p>— Ne t'inquiète pas, répondit Carmalière. Vu l'équipement des policiers, il y a peu de risques que l'un d'entre eux finisse amoché… en tout cas, pas <i>sévèrement</i>.</p> <p>— Ne t'inquiète pas, répondit Carmalière. Vu l'équipement des policiers, il y a peu de risques que l'un d'entre eux finisse amoché… en tout cas, pas <em>sévèrement</em>.</p>
<p>— En général, renchérit Amélise, dans ce genre d'événement, les pertes et les blessures sont largement assumées du côté des émeutiers…</p> <p>— En général, renchérit Amélise, dans ce genre d'événement, les pertes et les blessures sont largement assumées du côté des émeutiers…</p>
<p>— C'est pas une raison…</p> <p>— C'est pas une raison…</p>
<p>Il fut toutefois obligé de reconnaître que les actions des nains avaient beau être spectaculaires, les dégâts en résultant restaient manifestement mineurs. En cela, leur plan était parfait : tout ce dont la compagnie avait besoin, c'était d'une diversion pour pouvoir traverser la rue.</p> <p>Il fut toutefois obligé de reconnaître que les actions des nains avaient beau être spectaculaires, les dégâts en résultant restaient manifestement mineurs. En cela, leur plan était parfait : tout ce dont la compagnie avait besoin, c'était d'une diversion pour pouvoir traverser la rue.</p>
...@@ -1030,7 +1030,7 @@ ...@@ -1030,7 +1030,7 @@
<p>— Je suis d'accord, acquiesça Carmalière, avançons.</p> <p>— Je suis d'accord, acquiesça Carmalière, avançons.</p>
<p>La grande autoroute surélevée les toisait toujours. Les immeubles se faisaient plus rares : le paysage se composait principalement d'un enchevêtrement de routes, de bretelles et de voies d'accès. Les rares bâtiments qui dépassaient du sol étaient des hangars et des entrepôts qui avaient poussé là pour combler le vide entre deux artères.</p> <p>La grande autoroute surélevée les toisait toujours. Les immeubles se faisaient plus rares : le paysage se composait principalement d'un enchevêtrement de routes, de bretelles et de voies d'accès. Les rares bâtiments qui dépassaient du sol étaient des hangars et des entrepôts qui avaient poussé là pour combler le vide entre deux artères.</p>
<p>La compagnie marchait en bordure de la route mais fut forcée de la quitter puisque le trottoir finit par disparaître. Les piétons étaient sans doute censés se dissoudre dans le flux des véhicules qui roulaient à toute allure…</p> <p>La compagnie marchait en bordure de la route mais fut forcée de la quitter puisque le trottoir finit par disparaître. Les piétons étaient sans doute censés se dissoudre dans le flux des véhicules qui roulaient à toute allure…</p>
<p>Ils furent réduits à marcher dans les étranges étendues d'herbe qui bordaient ces routes… ces dunes fantômes qui n'étaient visitées que par des animaux errants et, parfois, par des clochards à la recherche d'un abri pour passer la nuit. Barne commença à se poser le genre de questions que l'on ne se pose que dans un contexte aussi saugrenu. Par exemple : mais qui donc passait la tondeuse sur ces plates bandes ? Et surtout, <i>pourquoi faire</i> ?</p> <p>Ils furent réduits à marcher dans les étranges étendues d'herbe qui bordaient ces routes… ces dunes fantômes qui n'étaient visitées que par des animaux errants et, parfois, par des clochards à la recherche d'un abri pour passer la nuit. Barne commença à se poser le genre de questions que l'on ne se pose que dans un contexte aussi saugrenu. Par exemple : mais qui donc passait la tondeuse sur ces plates bandes ? Et surtout, <em>pourquoi faire</em> ?</p>
<p>La traversée de ces étendues avait quelque chose d'irréel. Des kilomètres et des kilomètres de bitume, des ponts et des tunnels nus, neutres, sans aucun style, aucune caractéristique architecturale notable ; parfois, des postes d'appel ou des armoires électriques au milieu de nulle part ; et tout cela éclairé ponctuellement par la lumière aveuglante des phares des véhicules qui passaient. Sans que leurs conducteurs ne remarquent les cinq silhouettes atypiques qui se faufilaient entre les artères d'asphalte : les cinq compagnons engagés dans un voyage d'une banlieue à une autre, au milieu de ces étendues qui semblaient n'exister que lorsque l'on les traversait. Ces étendues où le vivant avait cédé la place au béton et au gasoil, et dont le seul espoir d'aménagement était l'éventuelle construction d'un centre commercial champignon géant qui viendrait ajouter quelques bretelles supplémentaires aux routes existantes.</p> <p>La traversée de ces étendues avait quelque chose d'irréel. Des kilomètres et des kilomètres de bitume, des ponts et des tunnels nus, neutres, sans aucun style, aucune caractéristique architecturale notable ; parfois, des postes d'appel ou des armoires électriques au milieu de nulle part ; et tout cela éclairé ponctuellement par la lumière aveuglante des phares des véhicules qui passaient. Sans que leurs conducteurs ne remarquent les cinq silhouettes atypiques qui se faufilaient entre les artères d'asphalte : les cinq compagnons engagés dans un voyage d'une banlieue à une autre, au milieu de ces étendues qui semblaient n'exister que lorsque l'on les traversait. Ces étendues où le vivant avait cédé la place au béton et au gasoil, et dont le seul espoir d'aménagement était l'éventuelle construction d'un centre commercial champignon géant qui viendrait ajouter quelques bretelles supplémentaires aux routes existantes.</p>
<p>La compagnie se retrouva d'ailleurs à longer un tel endroit : un complexe de vitrines chatoyantes cernées de parkings plus grands que des villages – vides, à cette heure tardive. Un paradis de la consommation, un culte élevé à la célébration du rien implanté au milieu de nulle part. Un lieu à l'architecture violemment futuriste, aseptisé et très exactement semblable à mille autres aux quatre coins de Grilecques. Une autre métastase du cancer qui rongeait chaque campagne, chaque proche périphérie des villes… Cette uniformisation totalitaire du territoire : des centre-villes gentrifiés, des petits commerces désertés, des banlieues-dortoirs mises sur la touche et des zones commerciales artificielles qui poussaient comme des verrues, défigurant de leur architecture de mort ce qui restait de réserves naturelles dans le monde. La mort des cultures, la mort des patrimoines locaux, magnifiées dans un bel écrin de marketing puant et conquérant.</p> <p>La compagnie se retrouva d'ailleurs à longer un tel endroit : un complexe de vitrines chatoyantes cernées de parkings plus grands que des villages – vides, à cette heure tardive. Un paradis de la consommation, un culte élevé à la célébration du rien implanté au milieu de nulle part. Un lieu à l'architecture violemment futuriste, aseptisé et très exactement semblable à mille autres aux quatre coins de Grilecques. Une autre métastase du cancer qui rongeait chaque campagne, chaque proche périphérie des villes… Cette uniformisation totalitaire du territoire : des centre-villes gentrifiés, des petits commerces désertés, des banlieues-dortoirs mises sur la touche et des zones commerciales artificielles qui poussaient comme des verrues, défigurant de leur architecture de mort ce qui restait de réserves naturelles dans le monde. La mort des cultures, la mort des patrimoines locaux, magnifiées dans un bel écrin de marketing puant et conquérant.</p>
<p>C'était dans ces localités que les partis traditionnels et ultra-conservateurs faisaient les meilleurs scores aux élections, et Barne, en observant ce complexe commercial, eut soudain la sensation étrange d'en comprendre un peu plus les raisons. De comprendre comment une idéologie réactionnaire pouvait sembler préférable à celle qui avait permis l'émergence et la popularité de ces saletés.</p> <p>C'était dans ces localités que les partis traditionnels et ultra-conservateurs faisaient les meilleurs scores aux élections, et Barne, en observant ce complexe commercial, eut soudain la sensation étrange d'en comprendre un peu plus les raisons. De comprendre comment une idéologie réactionnaire pouvait sembler préférable à celle qui avait permis l'émergence et la popularité de ces saletés.</p>
...@@ -1071,19 +1071,19 @@ ...@@ -1071,19 +1071,19 @@
<p>— Séparons-nous, dit Carmalière. Ce qui a le plus de chances de nous trahir, c'est que nous ressemblons diablement à la compagnie recherchée. Séparément, nous serons moins facilement identifiables.</p> <p>— Séparons-nous, dit Carmalière. Ce qui a le plus de chances de nous trahir, c'est que nous ressemblons diablement à la compagnie recherchée. Séparément, nous serons moins facilement identifiables.</p>
<p>— Bonne idée, confirma Amélise. On se retrouve dans l'avion…</p> <p>— Bonne idée, confirma Amélise. On se retrouve dans l'avion…</p>
<p>Ils partirent donc chacun de leur côté. Il n'y avait que deux guichets ouverts et Barne regarda du coin de l'œil Carmalière se rendre à l'un d'entre eux. Tout eut l'air de bien se passer pour lui.</p> <p>Ils partirent donc chacun de leur côté. Il n'y avait que deux guichets ouverts et Barne regarda du coin de l'œil Carmalière se rendre à l'un d'entre eux. Tout eut l'air de bien se passer pour lui.</p>
<p>— <i>… et nous retrouvons maintenant Morr Saraz…</i></p> <p>— <em>… et nous retrouvons maintenant Morr Saraz…</em></p>
<p>Barne tourna la tête si rapidement qu'il faillit se déboîter une vertèbre. Un poste de télévision était allumé sur la terrasse d'un des cafés où certains passagers prenaient leur petit déjeuner en attendant leur vol. Le journal du matin était diffusé.</p> <p>Barne tourna la tête si rapidement qu'il faillit se déboîter une vertèbre. Un poste de télévision était allumé sur la terrasse d'un des cafés où certains passagers prenaient leur petit déjeuner en attendant leur vol. Le journal du matin était diffusé.</p>
<p>— <i>… Morr Saraz, <i lang="en" xml:lang="en">leader</i> du</i> Front des Inertes Fiers, <i>qui est en duplex avec nous. Morr Saraz, bonjour.</i></p> <p>— <em>… Morr Saraz, <i class="droit" lang="en" xml:lang="en">leader</i> du</em> Front des Inertes Fiers, <em>qui est en duplex avec nous. Morr Saraz, bonjour.</em></p>
<p>— <i>Bonjour</i>.</p> <p>— <em>Bonjour</em>.</p>
<p>Le visage d'un homme venait d'apparaître sur l'écran : un visage impitoyable, anguleux ; les cheveux courts, en brosse ; un regard dur. Morr Saraz. Le fameux meneur du groupe qui les avait pris à partie dans ce petit bar de Sorrbourg, avant que le barman orque ne s'interpose. Le théoricien qui avait vigoureusement commenté la vidéo d'appel au soulèvement de Carmalière.</p> <p>Le visage d'un homme venait d'apparaître sur l'écran : un visage impitoyable, anguleux ; les cheveux courts, en brosse ; un regard dur. Morr Saraz. Le fameux meneur du groupe qui les avait pris à partie dans ce petit bar de Sorrbourg, avant que le barman orque ne s'interpose. Le théoricien qui avait vigoureusement commenté la vidéo d'appel au soulèvement de Carmalière.</p>
<p>— <i>Morr Saraz, quelle est votre réaction aujourd'hui par rapport aux nombreux événements qui se déroulent en Terre de Grilecques ?</i></p> <p>— <em>Morr Saraz, quelle est votre réaction aujourd'hui par rapport aux nombreux événements qui se déroulent en Terre de Grilecques ?</em></p>
<p>— <i>Je suis, comme beaucoup de mes concitoyens, scandalisé. Partout, les gouvernements successifs ont laissé proliférer des zones de non-droit, et voilà le résultat aujourd'hui : des émeutes, un pays à feu et à sang et une police dépassée. Les honnêtes gens ont peur, je vous le garantis. L'irresponsable appel à la violence transmis par ce M. Carmalière hier montre le vrai visage des organisations elfo-gauchistes.</i></p> <p>— <em>Je suis, comme beaucoup de mes concitoyens, scandalisé. Partout, les gouvernements successifs ont laissé proliférer des zones de non-droit, et voilà le résultat aujourd'hui : des émeutes, un pays à feu et à sang et une police dépassée. Les honnêtes gens ont peur, je vous le garantis. L'irresponsable appel à la violence transmis par ce M. Carmalière hier montre le vrai visage des organisations elfo-gauchistes.</em></p>
<p>— <i>On a vu que le mouvement s'était largement radicalisé dans la soirée d'hier et s'était même généralisé aux villes de taille moyenne. Il semble qu'aujourd'hui sera une nouvelle journée de mobilisation pour les organisations syndicales. En tant que représentant du <abbr>FIF</abbr>, quels sont vos attentes en matière de maintien de l'ordre ?</i></p> <p>— <em>On a vu que le mouvement s'était largement radicalisé dans la soirée d'hier et s'était même généralisé aux villes de taille moyenne. Il semble qu'aujourd'hui sera une nouvelle journée de mobilisation pour les organisations syndicales. En tant que représentant du <abbr>FIF</abbr>, quels sont vos attentes en matière de maintien de l'ordre ?</em></p>
<p>Comme d'habitude, Barne était outré que l'on demande son avis sur le maintien de l'ordre au représentant d'un groupuscule raciste bien connu pour sa violence et sa vision toute particulière de « l'ordre »…</p> <p>Comme d'habitude, Barne était outré que l'on demande son avis sur le maintien de l'ordre au représentant d'un groupuscule raciste bien connu pour sa violence et sa vision toute particulière de « l'ordre »…</p>
<p>— <i>On n'attend plus rien</i>, répondit Saraz. <i>Aujourd'hui, il est évident que la police n'est plus en mesure d'assurer la sécurité des citoyens. Si les citoyens ne peuvent plus compter sur la police, alors ils doivent assurer eux-même leur propre sécurité. Le <abbr>FIF</abbr> est prêt, les racailles qui brûlent et cassent tout ne nous font pas peur.</i></p> <p>— <em>On n'attend plus rien</em>, répondit Saraz. <em>Aujourd'hui, il est évident que la police n'est plus en mesure d'assurer la sécurité des citoyens. Si les citoyens ne peuvent plus compter sur la police, alors ils doivent assurer eux-même leur propre sécurité. Le <abbr>FIF</abbr> est prêt, les racailles qui brûlent et cassent tout ne nous font pas peur.</em></p>
<p>— <i>Merci, Morr Saraz</i>, conclut le présentateur et le visage du leader des <abbr>FIF</abbr> disparut de l'écran. <i>Jorem Boltanien, une réaction aux déclarations que l'on vient d'entendre ?</i></p> <p>— <em>Merci, Morr Saraz</em>, conclut le présentateur et le visage du leader des <abbr>FIF</abbr> disparut de l'écran. <em>Jorem Boltanien, une réaction aux déclarations que l'on vient d'entendre ?</em></p>
<p>Jorem Boltanien était un habitué des plateaux de télévision. Barne avait la sensation qu'il avait toujours plus ou moins été là. C'était un de ces experts auxquels les journalistes télé se référaient systématiquement, même si l'on se demandait, avec le recul, quel était leur sujet d'expertise.</p> <p>Jorem Boltanien était un habitué des plateaux de télévision. Barne avait la sensation qu'il avait toujours plus ou moins été là. C'était un de ces experts auxquels les journalistes télé se référaient systématiquement, même si l'on se demandait, avec le recul, quel était leur sujet d'expertise.</p>
<p>— <i>Eh bien, je trouve cela inquiétant. Ce que M. Saraz décrit, ce n'est ni plus ni moins que la création de milices privées, et nous savons à quelles dangereuses extrémités cela peut mener.</i></p> <p>— <em>Eh bien, je trouve cela inquiétant. Ce que M. Saraz décrit, ce n'est ni plus ni moins que la création de milices privées, et nous savons à quelles dangereuses extrémités cela peut mener.</em></p>
<p>Barne poussa un soupir. C'était la méthode habituelle des journaux télé qui jouaient avec le feu pour faire de l'audimat : donner du temps d'antenne à des personnes sans moralité, libérer la parole haineuse et se donner ensuite le beau rôle en contestant mollement cette parole. Combien de téléspectateurs ne retiendraient que l'intervention de Saraz, et pas le soporifique plaidoyer de Boltanien sur l'état de droit ?</p> <p>Barne poussa un soupir. C'était la méthode habituelle des journaux télé qui jouaient avec le feu pour faire de l'audimat : donner du temps d'antenne à des personnes sans moralité, libérer la parole haineuse et se donner ensuite le beau rôle en contestant mollement cette parole. Combien de téléspectateurs ne retiendraient que l'intervention de Saraz, et pas le soporifique plaidoyer de Boltanien sur l'état de droit ?</p>
<p>Les clients du café n'avaient pas l'air de prêter attention à la télévision. La plupart dégustaient leurs croissants en gardant les yeux rivés sur leurs <i lang="en" xml:lang="en">smartphones</i>. Barne jeta un regard aux alentours : Pod flânait du côté d'une librairie ; les autres avaient probablement déjà passé les contrôles.</p> <p>Les clients du café n'avaient pas l'air de prêter attention à la télévision. La plupart dégustaient leurs croissants en gardant les yeux rivés sur leurs <i lang="en" xml:lang="en">smartphones</i>. Barne jeta un regard aux alentours : Pod flânait du côté d'une librairie ; les autres avaient probablement déjà passé les contrôles.</p>
<p>Barne s'approcha d'un des guichets et présenta son faux passeport à la guichetière, une humaine entre deux âges.</p> <p>Barne s'approcha d'un des guichets et présenta son faux passeport à la guichetière, une humaine entre deux âges.</p>
...@@ -1093,7 +1093,7 @@ ...@@ -1093,7 +1093,7 @@
<p>La guichetière pianota sur son clavier et le numéro du vol apparut sur son écran. Destination : Dordelane Nossy. Heure de départ : <abbr>8h05</abbr>. Fin de l'embarquement : <abbr>07h35</abbr>.</p> <p>La guichetière pianota sur son clavier et le numéro du vol apparut sur son écran. Destination : Dordelane Nossy. Heure de départ : <abbr>8h05</abbr>. Fin de l'embarquement : <abbr>07h35</abbr>.</p>
<p>Elle scruta longuement le passeport et dévisagea Barne avec intensité, comme si elle comparait la photographie avec son visage et tentait d'y déceler une anomalie. Barne sentait son cœur battre un peu plus fort : elle l'avait reconnu, il en était certain. Son visage était diffusé en boucle à la télévision depuis une semaine. Quels idiots avaient-ils été de croire qu'ils pourraient passer sans être repérés… quel plan stupide…</p> <p>Elle scruta longuement le passeport et dévisagea Barne avec intensité, comme si elle comparait la photographie avec son visage et tentait d'y déceler une anomalie. Barne sentait son cœur battre un peu plus fort : elle l'avait reconnu, il en était certain. Son visage était diffusé en boucle à la télévision depuis une semaine. Quels idiots avaient-ils été de croire qu'ils pourraient passer sans être repérés… quel plan stupide…</p>
<p>Pourtant, à sa surprise, elle ne fit aucune remarque. Elle referma le passeport et exécuta quelques manipulations avec la souris de son ordinateur. Trois secondes plus tard, une machine sur son bureau crachota une fine bande de papier qu'elle tendit à Barne, accompagnée de son passeport.</p> <p>Pourtant, à sa surprise, elle ne fit aucune remarque. Elle referma le passeport et exécuta quelques manipulations avec la souris de son ordinateur. Trois secondes plus tard, une machine sur son bureau crachota une fine bande de papier qu'elle tendit à Barne, accompagnée de son passeport.</p>
<p>— Voici votre carte d'embarquement, M. de la Billalie, lui dit-elle. Porte A21, sur votre gauche. Bon voyage.</p> <p>— Voici votre carte d'embarquement, M. de la Billalie, lui dit-elle. Porte <abbr>A21</abbr>, sur votre gauche. Bon voyage.</p>
<p>Il bredouilla un merci et récupéra ses documents avec soulagement. Alors qu'il allait prendre congé, la guichetière se pencha en avant et, avec un air de conspiratrice accompagné d'un petit sourire, elle ajouta à voix basse :</p> <p>Il bredouilla un merci et récupéra ses documents avec soulagement. Alors qu'il allait prendre congé, la guichetière se pencha en avant et, avec un air de conspiratrice accompagné d'un petit sourire, elle ajouta à voix basse :</p>
<p>— Et bonne chance…</p> <p>— Et bonne chance…</p>
......
This source diff could not be displayed because it is too large. You can view the blob instead.
Markdown is supported
0% or
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment