Commit 48397c81 authored by kinou's avatar kinou

a11y hall

parent 7dfbaf1c
......@@ -423,7 +423,7 @@
<p>— Le monte-charge ! répondit la magicienne.</p>
<p>Iel indiqua une petite trappe dans le mur avec un panneau de contrôle sur le côté. La porte était ouverte et donnait sur un habitacle pas plus haut que le tiers d’un ascenseur ordinaire. Barne se glissa dedans au moment où de nouveaux coups de feu claquaient, suivi par Carmalière. Ils avaient à peine assez de place pour tenir tous les deux et étaient compressés de toute part. Carmalière parvint à passer une main à l’extérieur et à appuyer sur le gros bouton rouge sur le panneau de commande.</p>
<p>La porte se ferma d’un coup sec et l’habitacle, plongé dans le noir le plus total, fonça vers le bas. Barne eut un haut-le-cœur : le mécanisme n’était pas fait pour transporter des êtres vivants et était bien plus raide que celui d’un ascenseur.</p>
<p>Lorsque de la lumière s’infiltra à nouveau dans le monte-charge, Barne remarqua qu’ils étaient de retour au rez-de-chaussée, dans le grand hall de la chaîne de production. Ils tombèrent nez à nez avec un employé nain fort surpris de découvrir des humains dans le monte-charge dont il avait la garde. Le pauvre tomba à la renverse lorsque Carmalière et Barne surgirent hors de l’habitacle et partirent au pas de course en le bousculant au passage.</p>
<p>Lorsque de la lumière s’infiltra à nouveau dans le monte-charge, Barne remarqua qu’ils étaient de retour au rez-de-chaussée, dans le grand <i lang="en" xml:lang="en" class="droit">hall</i> de la chaîne de production. Ils tombèrent nez à nez avec un employé nain fort surpris de découvrir des humains dans le monte-charge dont il avait la garde. Le pauvre tomba à la renverse lorsque Carmalière et Barne surgirent hors de l’habitacle et partirent au pas de course en le bousculant au passage.</p>
<p>Les employés continuaient leurs travaux sans prêter attention aux deux fugitifs qui traversaient l’usine.</p>
<p>— Où est-ce qu’on va ? demanda Barne en talonnant Carmalière.</p>
<p>— Au parking ! Il faut qu’on file d’ici, et vite : ce sera plus simple à bord d’un véhicule !</p>
......@@ -636,7 +636,7 @@
<p>— On y est, dit-elle. Descendez d’là et faites pas trop de bruit. C’est Bundir, ici. J’veux pas qu’on m’voie avec vous.</p>
<p>Amélise et Barne attrapèrent Carmalière et passèrent chacun un bras du magicien sur leurs épaules respectives. Iel émit un grognement à peine audible, ouvrit légèrement les paupières et les referma aussitôt. Ils descendirent tous les trois du véhicule.</p>
<p>Dans la pénombre du soir, Barne pouvait distinguer les blocs d’immeubles jaillissant de terre tout autour d’eux : de grandes barres allongées imitant grossièrement la forme des cavernes dans lesquels vivaient les nains des montagnes. Les lampes allumées dans les appartements quadrillaient les façades d’une lueur froide. La rue semblait déserte, même si quelques silhouettes bougeaient ça et là, au détour des ruelles adjacentes. Dans le murmure pesant de l’autoroute qui passait tout près, quelques cris lointains retentissaient parfois.</p>
<p>Les quatre compagnons suivirent Jasione vers une entrée de l’immeuble le plus proche. L’atmosphère du hall était saturée d’une odeur de cigarette tenace qui rappela à Barne sa propre dépendance. Ils prirent l’ascenseur qui, fort heureusement, n’était pas uniquement taillé pour les nains. Bien entendu, même si dans les faits, ces immeubles étaient à quatre-vingt pourcent occupés par des nains, il n’y avait aucune politique officielle à ce sujet : on faisait des logements standards, pour tous. Après tout, même les appartements construits dans des étages sans ascenseur étaient aux normes pour accueillir des fauteuils d’handicapés…</p>
<p>Les quatre compagnons suivirent Jasione vers une entrée de l’immeuble le plus proche. L’atmosphère du <i lang="en" xml:lang="en" class="droit">hall</i> était saturée d’une odeur de cigarette tenace qui rappela à Barne sa propre dépendance. Ils prirent l’ascenseur qui, fort heureusement, n’était pas uniquement taillé pour les nains. Bien entendu, même si dans les faits, ces immeubles étaient à quatre-vingt pourcent occupés par des nains, il n’y avait aucune politique officielle à ce sujet : on faisait des logements standards, pour tous. Après tout, même les appartements construits dans des étages sans ascenseur étaient aux normes pour accueillir des fauteuils d’handicapés…</p>
<p>Jasione, l’ouvrière naine, habitait au quatrième étage, dans un petit <abbr>T1</abbr> austère mais tenu avec soin. Les chaises étaient aux dimensions naines et seuls Pod et Jasione purent s’y asseoir, laissant le soin à Amélise et Barne d’utiliser de simples coussins pour s’installer par terre. Carmalière fut allongé sur le canapé.</p>
<p>Ils se regardèrent tous en silence pendant un instant. Que fallait-il dire en de telles circonstances ? En croisant le regard d’Amélise, Barne devina qu’elle pensait à la même chose que lui : c’était Carmalière qui était le mieux placé pour expliquer les choses. Oui, seulement Carmalière était encore bien trop faible pour expliquer quoi que ce soit.</p>
<p>— Je crois qu’on vous doit une fière chandelle, murmura Amélise à Jasione. Merci, du fond du cœur, merci pour votre aide.</p>
......@@ -1067,7 +1067,7 @@
<p>— C’est pas possible de faire la révolution avec trois heures de sommeil, grogna celui-ci.</p>
<p>— Il va bien falloir. Allez !</p>
<p>Ils parcoururent sans encombre le chemin qui les séparait de l’aéroport. À un moment donné, il leur fallut traverser une route qui n’était absolument pas destinée à être traversée et ne disposait d’aucun passage piéton… Néanmoins, à une heure si matinale, les véhicules qui y passaient étaient rares et cela ne leur posa donc aucun problème.</p>
<p>Leur avion n’était pas le premier de la journée et le hall de l’aéroport était déjà rempli de voyageurs.</p>
<p>Leur avion n’était pas le premier de la journée et le <i lang="en" xml:lang="en" class="droit">hall</i> de l’aéroport était déjà rempli de voyageurs.</p>
<p>— Séparons-nous, dit Carmalière. Ce qui a le plus de chances de nous trahir, c’est que nous ressemblons diablement à la compagnie recherchée. Séparément, nous serons moins facilement identifiables.</p>
<p>— Bonne idée, confirma Amélise. On se retrouve dans l’avion…</p>
<p>Ils partirent donc chacun de leur côté. Il n’y avait que deux guichets ouverts et Barne regarda du coin de l’œil Carmalière se rendre à l’un d’entre eux. Tout eut l’air de bien se passer pour lui.</p>
......
Markdown is supported
0% or
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment