Commit 97473750 authored by kinou's avatar kinou
Browse files

correction de structure et accessibilité

parent 82be0c90
......@@ -25,7 +25,7 @@
<p class="epigraph" epub:type="bodymatter epigraph">Dans le <cite lang="zh" xml:lang="zh">Ying-King</cite>, la Difficulté Initiale (3<sup>e</sup> hexagramme) est représentée par le brin d’herbe qui a du mal à sortir de terre, qui rencontre un obstacle. Cela symbolise les efforts des débuts, les premiers temps où tout parait sombre et compliqué, mais où il reste possible de s’en sortir pour passer à autre chose.</p>
<section epub:type="bodymatter subchapter">
<h3 id="episode-01"><a href="#toc">épisode 01<span class="titre-souschapitre">hémorroïdes, histoires et incarnation</span></a></h3>
<h3 id="episode-01"><a href="#toc">Épisode 01 <span class="titre-souschapitre">hémorroïdes, histoires et incarnation</span></a></h3>
<p class="lettrine">Quand t’as eu des hémorroïdes, tu peux plus croire à la réincarnation. Quelle âme saine d’esprit voudrait rempiler pour un corps qui laisse le champ libre à cette sensation-là ? C’est aussi impossible à décrire qu’un bouquet garni. Quelques feuilles de chatouilles, une grosse branche de honte, de la douleur, du picotement et de l’embarras… Toutes ces saveurs se mêlent et s’emberlificotent pour garnir les tréfonds de tes tripes. Ton fondement arqué à tout jamais par cette impression : « hémorroïdes ».</p>
<p>Ce mot divise l’humanité. Quand tu le prononces dans une salle, tu peux séparer les gens en deux clans. Ceux qui savent et ceux qui ne savent pas. Les bouches qui se pincent, les fesses qui se contractent, les joues rougissantes : tu peux les mettre dans le premier. Les regards qui n’ont pas eu ce léger voile de panique primale et endolorie, ce sont les autres. Ceux qui ne savent pas. Qui ignorent cette vérité simple :</p>
<p class="gras">Les hémorroïdes sont l’antithèse de la réincarnation.</p>
......@@ -46,7 +46,7 @@
</section>
<section epub:type="bodymatter subchapter">
<h3 id="episode-02"><a href="#TOC">Épisode 02<span class="titre-souschapitre">Autoradio, Connard et Adjuvants</span></a></h3>
<h3 id="episode-02"><a href="#TOC">Épisode 02 <span class="titre-souschapitre">Autoradio, Connard et Adjuvants</span></a></h3>
<p class="gras">Les autoradios, c’est vraiment pas fait pour les aveugles.</p>
<p>Je le sais, j’y ai veillé. Pourtant on tente le coup, à l’aveuglette. Tes doigts essaient quand même, mais au fond de toi tu sais déjà que t’arriveras pas à trouver le bon bouton. <span class="hashtag" lang="en" xml:lang="en">#mute.</span> <span class="hashtag">#pause.</span> Pas sans regarder. Pas sans ôter tes yeux de la route. C’est comme si le Grand <i class="droit" lang="en" xml:lang="en">Designer</i> avait lancé un éclair pour te graver dans le crâne que</p>
<p class="gras">NON : TU N’Y ARRIVERAS POINT.</p>
......@@ -74,7 +74,7 @@
</section>
<section epub:type="bodymatter subchapter">
<h3 id="episode-03"><a href="#TOC">Épisode 03<span class="titre-souschapitre">Scénario, Salauds et Slowmotion</span></a></h3>
<h3 id="episode-03"><a href="#TOC">Épisode 03 <span class="titre-souschapitre">Scénario, Salauds et Slowmotion</span></a></h3>
<p><q>— Tu savais qu’on peut faire sonner un portique de FNAC avec un livre de cette bibliothèque ?</q></p>
<p>Fulbert, c’est le genre de mec qui a bouffé du <cite>Ça M’Intéresse</cite> en fumant du <cite>C’est Pas Sorcier</cite>.</p>
<p><q>— Ils ont les mêmes antivols. C’est juste un morceau de métal qui a été magnétisé pour déclencher l’alarme.</q></p>
......@@ -117,7 +117,7 @@
</section>
<section epub:type="bodymatter subchapter">
<h3 id="episode-04"><a href="#TOC">Épisode 04<span class="titre-souschapitre">Le Chat, la Souris et la Bonne Dame</span></a></h3>
<h3 id="episode-04"><a href="#TOC">Épisode 04 <span class="titre-souschapitre">Le Chat, la Souris et la Bonne Dame</span></a></h3>
<p><q>— Le problème avec les chats, c’est qu’ils se <i lang="en" xml:lang="en" class="droit">shoot</i>ent au lézard. Tu le savais ça ?</q></p>
<p>Fulbert et ses petits morceaux de savoir. <span class="hashtag" lang="en" xml:lang="en">#funfact.</span> <abbr title="#true story" class="hashtag" lang="en" xml:lang="en">#truestory.</abbr> Il les collectionne comme certains les timbres ou d’autres les culpabilités. Et chaque soirée un peu trop arrosée, il les ressort. Il montre sa collection.</p>
<p><q>— C’est en été, surtout, quand il y a plein, des lézards, qu’il faut que tu te le surveilles, ton chat. Parce que sinon le chatounet, il en chope un. Au début c’est juste comme ça, pour s’amuser… Sauf que dans ces petites saloperies y’a une molécule qui déchire ton chat. Qui le défonce grave, le gros flash, tu vois. Alors il en chasse d’autres. Et plein. Et y chasse plus que ça. Mais du coup ton chat, il peut pas vivre en bouffant que du lézard. Mais y veut plus rien bouffer d’autre. Alors il commence à devenir anorexique… Mais c’était pas ça que je voulais te dire. Je voulais te dire que ces putains de chats, on peut même pas leur faire confiance. Parce que le truc qu’ils préfèrent croquer, c’est pas de la souris. Nan. C’est des lézards.</q></p>
......@@ -138,7 +138,7 @@
</section>
<section epub:type="bodymatter subchapter">
<h3 id="episode-05"><a href="#TOC">Épisode 05<span class="titre-souschapitre">Noosphère, 21 grammes et <i class="droit" lang="en" xml:lang="en">Darwin</i></span></a></h3>
<h3 id="episode-05"><a href="#TOC">Épisode 05 <span class="titre-souschapitre">Noosphère, 21 grammes et <i class="droit" lang="en" xml:lang="en">Darwin</i></span></a></h3>
<p>Il y a pire que les gens qui écoutent ce que tu leur dis. Il y a ceux qui entendent ce que tu voulais leur dire.</p>
<p>Miss Marquet est de ces gens. On a passé la nuit à parler. La robe de l’aube commence à montrer le bout de son ourlet, et elle résume.</p>
<p><q>— Donc un NoéNaute, c’est un mec qui voit et qui voyage dans les idées. Et qui peut les manipuler. Du coup quand tu te concentres pas pour voir le monde tel qu’il est, genre quand tes yeux papillonnent comme maintenant, tu vois le monde des pensées en surimpression. Qui se colle par-dessus ta vision du monde. Avec les idées sous forme de couleurs. Et les histoires sous forme de paysage…</q></p>
......@@ -175,7 +175,7 @@
</section>
<section epub:type="bodymatter subchapter">
<h3 id="episode-06"><a href="#TOC">Épisode 06<span class="titre-souschapitre">L'Huître, le Thermos et les Couleurs</span></a></h3>
<h3 id="episode-06"><a href="#TOC">Épisode 06 <span class="titre-souschapitre">L'Huître, le Thermos et les Couleurs</span></a></h3>
<p>C’est un travail de groupe : je mouds, Fulbert tasse les grains en poudre dans le filtre, et Madame Marquet fait peser son regard sur la cafetière italienne. À bout, cette dernière finit par siffler sous la pression. Dès lors, Miss Marquet transvase l’onctueux acide en fusion dans un thermos <cite lang="en" xml:lang="en">Hello Kitty</cite>. Et l’on recommence notre cinéma muet. Vingt-deux heures. Drôle d’heure pour faire du café. Ce décalage sur la vie urbaine rend ce geste banal mystique, presque cérémonieux. Nous pulvérisons les précieuses fèves. Nous faisons bouillir le chaudron. Nous produisons le précieux nectar et, et…</p>
<p>Et <cite lang="en" xml:lang="en">Hello Kitty</cite>. <span class="hashtag" lang="en" xml:lang="en">#dramatictensionfail.</span> Ce thermos me perturbe. Je lui jette un regard perplexe. Il me le rend. Le charme est rompu. Miss Marquet bataille contre l’ouverture facile d’un paquet de grains. Pour l’instant, C’est l’ouverture facile qui gagne. Et c’est de ma faute.</p>
<p>Oui : les ouvertures faciles qui ne facilitent que les internements psychiatriques, c’est bibi. Le connard professionnel. <span class="hashtag">#ingêneur.</span> Le <i lang="en" xml:lang="en" class="droit">leader</i> du café en France nous avait contactés, affolé, parce qu’un de ses concurrents venait de breveter une ouverture vraiment facile. La première et la dernière jamais inventée. Or, les paquets de Grand-père (on va dire ça) s’ouvraient toujours aux ciseaux. Papy craignait de perdre son hégémonie.</p>
......@@ -203,7 +203,7 @@
</section>
<section epub:type="bodymatter subchapter">
<h3 id="episode-07"><a href="#TOC">Épisode 07<span class="titre-souschapitre">Le Magma, le Rire et la Main</span></a></h3>
<h3 id="episode-07"><a href="#TOC">Épisode 07 <span class="titre-souschapitre">Le Magma, le Rire et la Main</span></a></h3>
<p>La plupart des personnes à qui j’ai fait mon <i lang="en" xml:lang="en">coming-out</i> de NoéNaute ont eu la même réaction. Fais-nous un tour. Oblige machin à faire ci. Ou truc à faire mi. Ou moi, là. Toute une gamme de curiosités malsaines qui enferment les singes savants dans les cirques. <span class="hashtag" lang="en" xml:lang="en">#freakshow.</span> Le monstre de foire.</p>
<p><q>— Je parie que tu peux pas m’obliger à me mettre un doigt dans le.</q></p>
<p>Merci Alain. De ta poésie comme de ton empathie. Merci à ta femme, qui prépare les apéros dans la cuisine. Ta femme, son obsession, c’était que je lui apprenne ce à quoi elle pense.</p>
......@@ -238,7 +238,7 @@
</section>
<section epub:type="bodymatter subchapter">
<h3 id="episode-08"><a href="#TOC">Épisode 08<span class="titre-souschapitre">Les Créatures, les Enveloppes et l’Épuisement</span></a></h3>
<h3 id="episode-08"><a href="#TOC">Épisode 08 <span class="titre-souschapitre">Les Créatures, les Enveloppes et l’Épuisement</span></a></h3>
<p>Un sex-shop.</p>
<p>Minuit sur le parking d’un sex-shop.</p>
<p>Miss Marquet nous a pris rendez-vous avec son « contact » à minuit, sur le parking d’un sex-shop. On dirait une sale blague d’étudiant rugbypède plein de bière. Il est 23h59 et nous sommes la seule voiture sur le parking du Mondia Sexy. C’est un de ces nouveaux supermarchés du vinyle &amp; vibro qui ont commencé à s’implanter dans les zones commerciales. <span class="hashtag">#duculdiscount.</span> Là où l’étudiant branchouille, la quadra exigeante et les <i lang="en" xml:lang="en">bend-over boyfriends</i> se retrouvent, le samedi. Pour parler cul entre Carrefour et Ikéa. Sentir des gels de silicone entre Mc Do et <i class="droit" lang="en" xml:lang="en">Toys Are Us</i>.</p>
......
......@@ -11,14 +11,14 @@
<h2 class="titre-chapitre"><span class="numero-chapitre">2</span> Paix</h2>
<div id="TOC" epub:type="bodymatter toc">
<ul>
<li><a href="#episode-09">Épisode. 09 — Cul et Coussins </a></li>
<li><a href="#episode-10">Épisode. 10 — Anne Roumanoff et <i lang="en" xml:lang="en" class="droit">Peter</i> Pan</a></li>
<li><a href="#episode-11">Épisode. 11 —  Mort et Mots</a></li>
<li><a href="#episode-12">Épisode. 12 — Hallucination et Halopéridol</a></li>
<li><a href="#episode-13">Épisode. 13 — Fauteuils et Maison</a></li>
<li><a href="#episode-14">Épisode. 14 — Vérité et Actions</a></li>
<li><a href="#episode-15">Épisode. 15 — Houppe et Guêpes</a></li>
<li><a href="#episode-16">Épisode. 16 — Fuite et Fuites</a></li>
<li><a href="#episode-09">Épisode 09 — Cul et Coussins </a></li>
<li><a href="#episode-10">Épisode 10 — Anne Roumanoff et <i lang="en" xml:lang="en" class="droit">Peter</i> Pan</a></li>
<li><a href="#episode-11">Épisode 11 —  Mort et Mots</a></li>
<li><a href="#episode-12">Épisode 12 — Hallucination et Halopéridol</a></li>
<li><a href="#episode-13">Épisode 13 — Fauteuils et Maison</a></li>
<li><a href="#episode-14">Épisode 14 — Vérité et Actions</a></li>
<li><a href="#episode-15">Épisode 15 — Houppe et Guêpes</a></li>
<li><a href="#episode-16">Épisode 16 — Fuite et Fuites</a></li>
<li><a href="#addenda-au-chapitre-2">Addenda au chapitre 2 : Dièse étiquette, blague privée.</a></li>
</ul>
</div>
......@@ -26,7 +26,7 @@
<p class="epigraph" epub:type="bodymatter epigraph">Dans le <cite lang="zh" xml:lang="zh">Yi-King</cite>, la Paix (11<sup>e</sup> hexagramme) est représentée par le ciel et la terre, chacun à leur place. C’est un instant fragile, éphémère. Un instant qui contient déjà le passé accumulé jusqu’alors et le futur dans lequel il va se muter.</p>
<section epub:type="bodymatter subchapter">
<h3 id="episode-09"><a href="#TOC">Épisode. 09<span class="titre-souschapitre">Cul et Coussins </span></a></h3>
<h3 id="episode-09"><a href="#TOC">Épisode 09<span class="titre-souschapitre">Cul et Coussins </span></a></h3>
<p class="lettrine">Ceci n’est pas une histoire vraie. Mais c’est vrai que Fulbert a un beau cul.</p>
<p>Quand le fendoir s’élève par-dessus son épaule, ses fessiers se contractent, bombant un peu plus encore son treillis. Un fessier beau comme du bois de hêtre. Dur comme la fonte d’un poêle. Et qui me chauffe les sangs mieux qu’un feu de bois. Même sous la neige. Mais la neige n’est pas vraie, ce n’est qu’un décor. Rien de tout ceci n’est vrai.</p>
<p class="gras">Et même à cet instant où plus rien n’est vrai, il reste une chose assez concrète pour imposer sa réalité.</p>
......@@ -53,7 +53,7 @@
</section>
<section epub:type="bodymatter subchapter">
<h3 id="episode-10"><a href="#TOC">Épisode. 10<span class="titre-souschapitre">Anne Roumanoff et <i lang="en" xml:lang="en" class="droit">Peter</i> Pan</span></a></h3>
<h3 id="episode-10"><a href="#TOC">Épisode 10 <span class="titre-souschapitre">Anne Roumanoff et <i lang="en" xml:lang="en" class="droit">Peter</i> Pan</span></a></h3>
<p>Je me souviens très bien du jour où je suis mort. C’était un lundi. <abbr title="#I do hate mondays" class="hashtag" lang="en" xml:lang="en">#Idohatemondays.</abbr></p>
<p>Je le sais parce que le lundi, Anne Roumanoff fait son billet d’humeur à la radio. La chanson c’est le mercredi. Et le vendredi c’est pas elle. J’aimerais te dire que la dernière chose que j’aie entendue avant de mourir, c’est la douce voix d’Anne Roumanoff. Ce serait la classe. Mais le dernier son qui m’a traversé l’esprit c’est celui –très intérieur– de mes os qui s’éclatent. <span class="hashtag">#grosseteuf.</span> Contre du béton.</p>
<p>Tu veux plus de détails ?</p>
......@@ -71,7 +71,7 @@
</section>
<section epub:type="bodymatter subchapter">
<h3 id="episode-11"><a href="#TOC">Épisode. 11<span class="titre-souschapitre">Mort et Mots</span></a></h3>
<h3 id="episode-11"><a href="#TOC">Épisode 11 <span class="titre-souschapitre">Mort et Mots</span></a></h3>
<p>J’ai emmerdé les gens toute ma vie. C’est même comme ça que je la gagnais. Et je la gagnais bien. Je n’aurais jamais cru que j’allais emporter du travail dans l’éternel repos. <span class="hashtag">#grossearnaque.</span></p>
<p>J’ai passé mes premiers temps de cadavre à crier. Plutôt vigoureusement, pour un mort. Pas trop mal pour un emmerdeur. Je criais. Sérieusement : c’était mon activité principale. Je criais à la douleur. Je criais aux têtes cachées dans leurs sphères de couleurs. Je criais aux idées, aux images, aux intuitions qui m’assaillaient. Un « A », long et guttural. Celui qui vient des tripes. Celui qui commence le mot angoisse. <span class="hashtag">#AAAAAH</span> pendant qu’on me trifouille le bras. <span class="hashtag">#AAAAAH</span> entre deux naufrages chimiques de ma conscience. <span class="hashtag">#AAAAAH</span> quand on baigne mon ventre suant sous l’effort de pousser l’air vers mon larynx. <span class="hashtag">#AAAAAH</span> devant les nerfs à vifs qui me fusillent du regard.</p>
<p>Il s’avère que l’angoisse librement partagée est rarement appréciée. Sauf quand on l’échange au compte-gouttes. Dans la bulle aseptisée d’une relation. Il s’avère que nous ne sommes pas libres de crier. Pas sans que quelqu’un essaie de t’amadouer. « Arrêtez, faites-le pour moi ». Ou de te tromper. « Allez, c’est fini maintenant ». De te corrompre. « Si vous arrêtez, je vous donne du chocolat. Une télé. Un éléphant. Tout ce que vous voulez ». Ou de te faire chanter « Vous n’aurez pas vos antidouleurs tant que vous n’arrêterez pas. »</p>
......@@ -93,7 +93,7 @@
</section>
<section epub:type="bodymatter subchapter">
<h3 id="episode-12"><a href="#TOC">Épisode. 12<span class="titre-souschapitre">Hallucination et Halopéridol</span></a></h3>
<h3 id="episode-12"><a href="#TOC">Épisode 12 <span class="titre-souschapitre">Hallucination et Halopéridol</span></a></h3>
<p>J’aurais jamais dû t’écrire mon histoire comme ça. J’aurais dû le faire comme une vraie histoire. Tout te raconter au passé. Et à la troisième personne.</p>
<p>Du coup, au lieu d’écrire « Je me tâte le poireau pendant que Fulbert me mate » ; je t’aurais pondu : « L’un toucha blettes et légumes et l’autre l’observait » <i class="hashtag" lang="en" xml:lang="en">#privatejoke.</i></p>
<p>Quatrième jour de tranquillité. La neige s’est calmée. On est sortis se ravitailler. Magrets. Agneau. Veau. Ils ne nous trouveront pas. C’est la première fois que j’ai assez de tranquillité d’esprit pour repenser à ma mort. Et à tout ce qui s’en est suivi.</p>
......@@ -114,7 +114,7 @@
</section>
<section epub:type="bodymatter subchapter">
<h3 id="episode-13"><a href="#TOC">Épisode. 13<span class="titre-souschapitre">Fauteuils et Maison</span></a></h3>
<h3 id="episode-13"><a href="#TOC">Épisode 13 <span class="titre-souschapitre">Fauteuils et Maison</span></a></h3>
<p>Jamais ils ne nous trouveront. Nous sommes au cœur du pays de la choucroute. De la polenta. De la moujetade. Chaque matin, on se lève pour découvrir une nouvelle vue époustouflante.</p>
<p>Chaque matin, la nature a mis une nouvelle robe pour mieux nous séduire. Nous sommes au pied du Jura. Des Alpes. Des Pyrénées.</p>
<p>Mon entraînement quotidien commence par de grandes tartines de miel. De confiture de châtaigne. De Noisettine. <span class="hashtag">#boulimie.</span> <span class="hashtag">#legrasc’estlavie</span> <a epub:type="noteref" href="#note_ch2-11" id="foot_ch2-11">[11]</a>.</p>
......@@ -146,7 +146,7 @@
</section>
<section epub:type="bodymatter subchapter">
<h3 id="episode-14"><a href="#TOC">Épisode. 14<span class="titre-souschapitre">Vérité et Actions</span></a></h3>
<h3 id="episode-14"><a href="#TOC">Épisode 14 <span class="titre-souschapitre">Vérité et Actions</span></a></h3>
<p>Quand tes muscles brûlent sous l’effort, quand la sueur coule même au travers de tes sourcils, quand il n’y a plus que la volonté pure pour te pousser à continuer… Tu apprends à écouter.</p>
<p>À écouter en vrai. On est encore en mode <i>flash-back</i>. On est toujours à l’hôpital. On est dans la salle d’entraînement kinésique. Martin m’a défié de traverser les barres parallèles à la seule force de mes bras. Je suis à bout. Au bout.</p>
<q>— J’y suis arrivé, repose-moi dans mon fauteuil. À toi, Martin : action ou vérité ?<br />
......@@ -175,7 +175,7 @@
</section>
<section epub:type="bodymatter subchapter">
<h3 id="episode-15"><a href="#TOC">Épisode. 15<span class="titre-souschapitre">Houppe et Guêpes</span></a></h3>
<h3 id="episode-15"><a href="#TOC">Épisode 15 <span class="titre-souschapitre">Houppe et Guêpes</span></a></h3>
<p>La dame de l’office de tourisme tremble de la houppe. C’est ce muscle qui se trouve juste entre le menton et la lèvre inférieure.</p>
<p>J’imagine que personne n’a jamais osé le lui dire : « Oh, tiens, tu trembles de la houppe ! » Certainement parce que c’est une phrase trop ridicule à prononcer. « Tu trembles de la houppe ». Ça sonne comme un mauvais film de cape et d’épée.</p>
<q>— C’est bizarre, vous avez le menton qui tremblote !<br />
......@@ -205,7 +205,7 @@
</section>
<section epub:type="bodymatter subchapter">
<h3 id="episode-16"><a href="#TOC">Épisode. 16<span class="titre-souschapitre">Fuite et Fuites</span></a></h3>
<h3 id="episode-16"><a href="#TOC">Épisode 16 <span class="titre-souschapitre">Fuite et Fuites</span></a></h3>
<q>— Ils nous ont retrouvés. Fais-toi discret et couvre nos arrières, je me charge du reste.</q>
<p>Hôpital. Martin me jette avec vigueur un lourd sac de sport sur les genoux. Heureusement que mes genoux ne sentent rien. Et qu’il m’a fait faire assez d’abdos pour que je pare le choc. <span class="hashtag">#entraînement.</span> <span class="hashtag">#sportenchambre.</span> Déjà que le jour je suis d’un naturel agréable, bienveillant et souriant… me réveiller comme ça au milieu de la nuit, c’est s’assurer que je monte direct au pays des Bisounours. Avec un fusil à pompe.</p>
<q>— Putain, Martin, si c’est un exercice à la con, je te jure que je vais te fumer le...</q>
......
......@@ -25,7 +25,7 @@
<p class="epigraph" epub:type="bodymatter epigraph">Dans le <i xml:lang="zh" lang="zh">Yi-King</i>, Mordre au Travers (21<sup>e</sup> hexagramme) est représenté par l’image d’une bouche qu’un obstacle empêcherait de se refermer. Mordre au travers de l’obstacle rétablira l’harmonie. Par extension, c’est le procès criminel. Le crime commis étant l’obstacle, le châtiment apposé à ce crime étant la force mise dans la mâchoire qui se referme. Mordre au travers, c’est faire en sorte que le procès soit équitable et que le châtiment soit juste.</p>
<section epub:type="bodymatter subchapter">
<h3 id="episode-17"><a href="#TOC">Épisode 17<span class="titre-souschapitre">Abandon</span></a></h3>
<h3 id="episode-17"><a href="#TOC">Épisode 17 <span class="titre-souschapitre">Abandon</span></a></h3>
<p class="lettrine">J’ai toujours rêvé d’être <i lang="en" xml:lang="en" class="droit">Harry Potter</i>, mais sans le placard à balais. Avoir enfoui en moi un trésor, une capacité secrète, un truc en plus.</p>
<p>Avoir à mon anniversaire un gros <i lang="en" xml:lang="en">biker</i> qui arrive pour bouleverser ma maison et ma vie. Un vrai <i lang="en" xml:lang="en">biker</i>. Pas un de ceux qui s’attendent à ce qu’on leur enfile des billets dans le string. Mais un gros dur qui m’annonce que je suis l’élu, le spécial, le Garçon-Qui-A-Survécu. Comme Buffy. Comme Frodon. Comme tous ces héros qui en chient.</p>
<p>J’en ai toujours rêvé, jusqu’à ce que ça m’arrive. C’est un peu comme ça avec les rêves : ils ont souvent la fâcheuse manie de se rouler dans la fange dès que tu les sors dans la réalité. Et maintenant, je suis bâillonné à l’arrière d’un 4×4, les mains attachées dans le dos, et obligé de regarder par la fenêtre. À gauche. Je ne regarde pas à droite. <abbr title="#ceci n'est pas un message politique" class="hashtag">#cecin’estpasunmessagepolitique.</abbr> Je ne veux pas voir mon <i lang="en" xml:lang="en">biker</i> fantasmagorique, faux infirmier et vrai Noétien. Je veux pas le voir bâillonné et ficelé comme un porno japonais, me lançant un regard noir. Par-dessus sa tête, les fumerolles de reproches expriment clairement sa pensée.</p>
......@@ -47,7 +47,7 @@
</section>
<section epub:type="bodymatter subchapter">
<h3 id="episode-18"><a href="#TOC">Épisode 18<span class="titre-souschapitre">Belle-Maman</span></a></h3>
<h3 id="episode-18"><a href="#TOC">Épisode 18 <span class="titre-souschapitre">Belle-Maman</span></a></h3>
<p>Je me croyais un vrai méchant, un connard professionnel, mais à côté de certainEs je suis aussi maléfique que la licorne de Barbie. Aussi sale que le slip de Dora. Aussi putréfié qu’un Télétubbies. <span class="hashtag">#breftusaisis.</span><br />On joue pas dans la même catégorie.</p>
<p>J’ai fait de mon mieux pour pourrir la vie d’un maximum de monde en un concept. Pendant que d’autres passaient de longues années de leur vie à n’emmerder qu’une seule victime : moi.</p>
<p class="gras">Le plus dur dans la paranoïa, c’est quand on se rend compte qu’on a raison.</p>
......@@ -63,7 +63,7 @@
</section>
<section epub:type="bodymatter subchapter">
<h3 id="episode-19"><a href="#TOC">Épisode 19<span class="titre-souschapitre">Conclave</span></a></h3>
<h3 id="episode-19"><a href="#TOC">Épisode 19 <span class="titre-souschapitre">Conclave</span></a></h3>
<p>Il y a des phrases toutes faites qui ont le don de nous horripiler. Des phrases du genre « ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas qu’on te fasse ». Ou des « il ne faut jamais mettre au lendemain ce que l’on peut faire le jour même ».</p>
<p>C’est de la morale taille unique. Le truc où tout le monde rentre, mais qui ne va vraiment bien à personne. Des histoires tellement ancrées dans nos caboches qu’elles finissent par se nourrir d’elles-mêmes. Par tourner en boucle. <span class="hashtag">#Ouroboros</span> <a epub:type="noteref" href="#note_ch3-5" id="foot_ch3-5">[5]</a>.</p>
<p>Aujourd’hui, j’ai envie de créer une de ces phrases. <span class="hashtag">#roulementdetambour.</span></p>
......@@ -90,7 +90,7 @@
</section>
<section epub:type="bodymatter subchapter">
<h3 id="episode-20"><a href="#TOC">Épisode 20<span class="titre-souschapitre">Paroles</span></a></h3>
<h3 id="episode-20"><a href="#TOC">Épisode 20 <span class="titre-souschapitre">Paroles</span></a></h3>
<p>Je me vois la scarifier. Planter un acier chirurgical dans la peau de son torse glabre et y tracer des volutes.</p>
<p>Lui défigurer la silhouette et lui tendre un miroir. Entendre sa voix de fausset criarder autre chose que des calomnies sur moi.</p>
<p><q>— J’avais entendu parler de ses talents de consultant ingêneur et je me doutais bien que c’était un NoéNaute dormant. C’est pour cela que je me suis rapprochée de son père. Pour devenir proche de lui et le guider dans sa découverte. J’ai sacrifié de longues années à le préparer, à l’éduquer. Comme tout remerciement, il me simule sa mort, me laissant dans une peine sans fin. Puis quand j’apprends qu’en fait il a détourné Fulbert, mon bras droit et mon meilleur Noétien, pour se cacher de moi, je me sens tellement trahie que j’essaie d’aller le confronter dans l’hôpital où il se terrait, mais là…</q></p>
......@@ -119,7 +119,7 @@
</section>
<section epub:type="bodymatter subchapter">
<h3 id="episode-21"><a href="#TOC">Épisode 21<span class="titre-souschapitre">Blog</span></a></h3>
<h3 id="episode-21"><a href="#TOC">Épisode 21 <span class="titre-souschapitre">Blog</span></a></h3>
<p>Ne te mets pas à te faire des espoirs. Mais imaginons, ne serait-ce qu’une seconde que ceci soit une histoire vraie. Tu as bien saisi que ce n’en n’est pas une.</p>
<p>Mais pour le plaisir de la supputation, imaginons que je t’aie menti. Que les NoéNautes existent. Et que ce blog aussi. Comment est-ce que ça pourrait marcher ?</p>
<p>Déjà il me faudrait un complice. Celui qui publierait les articles du blog afin de m’aider à conter mon histoire <a epub:type="noteref" href="#note_ch3-7" id="foot_ch3-7">[7]</a>. Quelqu’un de doué en informatique. Quelqu’un qui écrit. Si j'étais intelligent, j’en ferais un complice inconscient. Je lui laverais la tête, lui ferais oublier tous ses projets histoire qu’il se consacre au mien <a epub:type="noteref" href="#note_ch3-8" id="foot_ch3-8">[8]</a>… Lui, par contre, croirait que c’est le sien : quitte à pouvoir insuffler des idées, autant en profiter. Je lui laisserais même tourner certaines phrases, repriser certaines expressions, insuffler certains bon mots pour imprégner son style dans les notes que je lui envoie. Pardon : que je lui enverrais. Car ceci n’est pas une histoire vraie.</p>
......@@ -150,7 +150,7 @@
</section>
<section epub:type="bodymatter subchapter">
<h3 id="episode-22"><a href="#TOC">Épisode 22<span class="titre-souschapitre">Châtiment</span></a></h3>
<h3 id="episode-22"><a href="#TOC">Épisode 22 <span class="titre-souschapitre">Châtiment</span></a></h3>
<p>Au cinéma, quand un personnage qui a été longtemps enfermé retrouve le dehors, il a toujours le même geste. Genre « oh, non, ouille-ouille-ouille, le soleil il m’éblouit mais je suis heureux quand même. »</p>
<p>Toujours.</p>
<p>Main devant les yeux et sourire niais. C’est parce que les acteurs n’ont aucune imagination. Dans ma réalité, j’ai pu observer tout un tas de comportements différents. On m’a sorti du conclave en premier. L’avantage d’être handicapé, c’est que tout le monde apporte ton fauteuil aux premiers rangs.</p>
......@@ -177,7 +177,7 @@
</section>
<section epub:type="bodymatter subchapter">
<h3 id="episode-23"><a href="#TOC">Épisode 23<span class="titre-souschapitre">Inintérêt</span></a></h3>
<h3 id="episode-23"><a href="#TOC">Épisode 23 <span class="titre-souschapitre">Inintérêt</span></a></h3>
<p><q>— Bonjour, je m’appelle Jean-Jacques, et je suis émotif.<br />
— Bonjour Jean-Jacques.</q></p>
<p>Il a les épaules voûtées.</p>
......@@ -200,7 +200,7 @@
</section>
<section epub:type="bodymatter subchapter">
<h3 id="episode-24"><a href="#TOC">Épisode 24<span class="titre-souschapitre">Armes</span></a></h3>
<h3 id="episode-24"><a href="#TOC">Épisode 24 <span class="titre-souschapitre">Armes</span></a></h3>
<p><q>— Tiens, il a enfin fini de bouder dans sa chambre, le petit Enguerrand ?<br />Laly. <span class="hashtag">#crispation.</span></q></p>
<p>C’est pas en perchant sa voix qu’on la rend féminine. Mais ça, personne ne le lui a dit. Donc il passe pour une conne.</p>
<p><q>— Même si t’as baisé mon père, viens pas te prendre pour ma mère.</q></p>
......@@ -252,17 +252,17 @@
</section>
<aside epub:type="footnotes">
<ol>
<li>Je confirme : c’est impossible. Donc, Enguerrand, cesse de me mêler à tout ça. Signé : ton auteur courroucé. (<abbr>NdP</abbr>)  <a epub:type="footnote" id="note_ch3-1" href="#foot_ch3-1">1^</a></li>
<li>C’est faux. Ayant travaillé dans cet office de tourisme, j’ai seulement fait un coucou sur leur page Facebook pour leur dire que je m’inspirais des lieux (et des gens...?) pour mon roman feuilleton. En aucun cas je n’ai été manipulé par un « NoéNaute ». (<abbr>NdP</abbr>)  <a epub:type="footnote" id="note_ch3-2" href="#foot_ch3-2">2^</a></li>
<li>L’expression interrogative « <i lang="en" xml:lang="en">What the Fuck</i> » (ou « WTF ») souligne un sentiment d’étonnement poli, de ce décalage primesautier vécu lorsqu'une cocasserie nous ébaubit. Nous sommes là dans un registre soutenu au charme désuet. (<abbr>NdP</abbr>)  <a epub:type="footnote" id="note_ch3-3" href="#foot_ch3-3">3^</a></li>
<li>Cette exclamation désespérée vient de <cite>Cubitus</cite>, le chien dessiné par Dupuis. (<abbr>NdP</abbr>)  <a epub:type="footnote" id="note_ch3-4" href="#foot_ch3-4">4^</a></li>
<li>L’Ouroboros est, dans la mythologie de la Grèce Antique, la figure du serpent qui s'avale la queue. Plus que l'auto-érotisme cannibale, il symbolise le cycle éternel de la nature, qui s'autoperpétue. (<abbr>NdP</abbr>)  <a epub:type="footnote" id="note_ch3-5" href="#foot_ch3-5">5^</a></li>
<li>Dans la version originelle du roman, sur le blog <span class="hashtag">noenaute.fr</span>, ce personnage se prénomme Audrey. Ce prénom à été modifié en concertation avec l'éditeur pour ne pas qu'on la confonde avec un autre personnage dont le prénom commence par &quot;A&quot;, qui apparaîtra dans quelques lignes. (<abbr>NdP</abbr>)  <a epub:type="footnote" id="note_ch3-6" href="#foot_ch3-6">6^</a></li>
<li>Je confirme : c’est impossible. Donc, Enguerrand, cesse de me mêler à tout ça. Signé : ton auteur courroucé. (<abbr>NdP</abbr>)  <a epub:type="footnote" id="note_ch3-1" href="#foot_ch3-1">^1</a></li>
<li>C’est faux. Ayant travaillé dans cet office de tourisme, j’ai seulement fait un coucou sur leur page Facebook pour leur dire que je m’inspirais des lieux (et des gens...?) pour mon roman feuilleton. En aucun cas je n’ai été manipulé par un « NoéNaute ». (<abbr>NdP</abbr>)  <a epub:type="footnote" id="note_ch3-2" href="#foot_ch3-2">^2</a></li>
<li>L’expression interrogative « <i lang="en" xml:lang="en">What the Fuck</i> » (ou « WTF ») souligne un sentiment d’étonnement poli, de ce décalage primesautier vécu lorsqu'une cocasserie nous ébaubit. Nous sommes là dans un registre soutenu au charme désuet. (<abbr>NdP</abbr>)  <a epub:type="footnote" id="note_ch3-3" href="#foot_ch3-3">^3</a></li>
<li>Cette exclamation désespérée vient de <cite>Cubitus</cite>, le chien dessiné par Dupuis. (<abbr>NdP</abbr>)  <a epub:type="footnote" id="note_ch3-4" href="#foot_ch3-4">^4</a></li>
<li>L’Ouroboros est, dans la mythologie de la Grèce Antique, la figure du serpent qui s'avale la queue. Plus que l'auto-érotisme cannibale, il symbolise le cycle éternel de la nature, qui s'autoperpétue. (<abbr>NdP</abbr>)  <a epub:type="footnote" id="note_ch3-5" href="#foot_ch3-5">^5</a></li>
<li>Dans la version originelle du roman, sur le blog <span class="hashtag">noenaute.fr</span>, ce personnage se prénomme Audrey. Ce prénom à été modifié en concertation avec l'éditeur pour ne pas qu'on la confonde avec un autre personnage dont le prénom commence par &quot;A&quot;, qui apparaîtra dans quelques lignes. (<abbr>NdP</abbr>)  <a epub:type="footnote" id="note_ch3-6" href="#foot_ch3-6">^6</a></li>
<li>Non mais il insiste, le bougre ! Et après il y a des personnages qui s’étonnent que le scénariste de leur vie soit un sadique… (<abbr>NdP</abbr>)  <a epub:type="footnote" id="note_ch3-7" href="#foot_ch3-7">^</a></li>
<li>Il est juste de dire qu’avant de me mettre à ce projet de roman feuilleton bloguesque, j’ai abandonné mes envies de scène et mes projets d’écriture en cours. Mais je ne crois pas que tout cela soit lié. (<abbr>NdP</abbr>)  <a epub:type="footnote" id="note_ch3-8" href="#foot_ch3-8">8^</a></li>
<li>Oui. Et pour cause. (<abbr>NdP</abbr>)  <a epub:type="footnote" id="note_ch3-9" href="#foot_ch3-9">9^</a></li>
<li>SONNER L’HALLALI. Ce calembour attend d'éclater au grand jour depuis l’épisode 8. Pour donner un ordre d'idée, l'épisode 8 a été publié environ un mois avant l’épisode 21… Et : oui. J’en suis fier. (<abbr>NdP</abbr>)  <a epub:type="footnote" id="note_ch3-10" href="#foot_ch3-10">10^</a></li>
<li>« <i lang="en" xml:lang="en">Fail</i> » est l’expression consacrée sur Internet pour souligner un bon gros ratage. À l’inverse, lors d’une jolie petite victoire, on dira « <i lang="en" xml:lang="en">Win</i> ». (<abbr>NdP</abbr>)  <a epub:type="footnote" id="note_ch3-11" href="#foot_ch3-11">11^</a></li>
<li>Il est juste de dire qu’avant de me mettre à ce projet de roman feuilleton bloguesque, j’ai abandonné mes envies de scène et mes projets d’écriture en cours. Mais je ne crois pas que tout cela soit lié. (<abbr>NdP</abbr>)  <a epub:type="footnote" id="note_ch3-8" href="#foot_ch3-8">^8</a></li>
<li>Oui. Et pour cause. (<abbr>NdP</abbr>)  <a epub:type="footnote" id="note_ch3-9" href="#foot_ch3-9">^9</a></li>
<li>SONNER L’HALLALI. Ce calembour attend d'éclater au grand jour depuis l’épisode 8. Pour donner un ordre d'idée, l'épisode 8 a été publié environ un mois avant l’épisode 21… Et : oui. J’en suis fier. (<abbr>NdP</abbr>)  <a epub:type="footnote" id="note_ch3-10" href="#foot_ch3-10">^10</a></li>
<li>« <i lang="en" xml:lang="en">Fail</i> » est l’expression consacrée sur Internet pour souligner un bon gros ratage. À l’inverse, lors d’une jolie petite victoire, on dira « <i lang="en" xml:lang="en">Win</i> ». (<abbr>NdP</abbr>)  <a epub:type="footnote" id="note_ch3-11" href="#foot_ch3-11">^11</a></li>
</ol>
</aside>
</body>
......
This diff is collapsed.
......@@ -23,7 +23,7 @@
</ul>
</div>
<p class="epigraphe" epub:type="bodymatter epigraph">Dans le <i lang="zh">Yi-King</i>, La Dispersion – La Dissolution (59<sup>e</sup> hexagramme) est représentée par l’image du vent au-dessus des eaux, qui les dissémine en écumes et embruns. La force vitale (qu’est l’eau) peut naître et résider en l’homme, elle sera néanmoins dispersée par la douceur. De même ceux qui sont séparés seront rassemblés par une œuvre commune, un but commun, une douce envie partagée.</p>
<h2 id="episode-33" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 33<span class="titre">« Celui qui s’oriente. »</span></a></h2>
<h2 id="episode-33" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 33 <span class="titre">« Celui qui s’oriente. »</span></a></h2>
<p>Dispersés aux quatre vents. L’expression est inexacte. On devrait dire « aux huit vents », puisque les roses des vents originelles pointaient vers huit directions.</p>
<p><span class="hashtag">#morceaudesavoir.</span></p>
<p>C’est Fulbert qui m’a appris qu’au Moyen Âge, on dessinait les roses des vents avec l’est en haut. Pour pointer vers la ville sainte, comme les églises orientant leur autel vers Jérusalem. C’est aussi à cette époque que la fleur de lys est apparue pour marquer le nord. Et c’est pour ça que les scouts se sont emparés du symbole : il figurait tout le temps sur leurs sacro-saintes cartes et boussoles. J’ignore s'ils ont collé des fleurs de lys sur leurs <abbr>GPS</abbr>. Des scouts en <abbr>GPS</abbr>. <span class="hashtag" lang="en">#help.</span> <span class="hashtag" lang="en">#Pedobear</span><sup><a epub:type="noteref" id="foot_ch5-1" href="#note_ch5-1">[1]</a></sup>. <span class="hashtag">#SauveNous.</span></p>
......@@ -48,7 +48,7 @@
<p><q>— En tant qu’ex-Noétien, je suis bien content de m’être parjuré et qu’on leur ait foutu leur pétée.</q></p>
<p>On a mis en place un plan. Informations, organisation, action. Madame Marquet a payé avec des tickets restaurant. Puis elle nous a filé à chacun une des enveloppes de Raphaëlle. <span class="hashtag">#BonsCadeaux.</span> Le chemin le plus classe vers la clandestinité. Nous nous sommes séparés chacun avec sa mission. Sur la mienne, je ne te dirai rien d’autre que « Le gras, c’est la vie ». D’ailleurs je ne te dirai pas grand-chose de plus cette quinzaine. Pourtant, tu ne resteras pas sans nouvelles.</p>
<p><span class="hashtag">#bienvenuedanslaguerredesidées.</span></p>
<h2 id="episode-34" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 34<span class="titre">« Celui qui se libère. »</span></a></h2><p>Je fonds à vue d’œil. Je ne peux pas te dire où je suis. Je ne peux pas te dire ce que je fais. Disons que j’apprends de nouvelles idées.</p>
<h2 id="episode-34" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 34 <span class="titre">« Celui qui se libère. »</span></a></h2><p>Je fonds à vue d’œil. Je ne peux pas te dire où je suis. Je ne peux pas te dire ce que je fais. Disons que j’apprends de nouvelles idées.</p>
<p><span class="hashtag">#souffrance.</span></p>
<p>Des idées au chlore. À la sueur. Mais plus je t’en dis plus je me mets en danger. Et c’est pas comme si je pouvais courir le cent mètres. J’ai reçu un email de Hugo aujourd’hui. Il a signé Fulbert. Je sais qu’il sait que je sais qu’il fait ça pour réchauffer ma corde sensible, mais ça marche.</p>
<p><span class="hashtag" lang="en">#email</span> <span class="hashtag">#copier</span> <span class="hashtag">#coller</span></p>
......@@ -66,7 +66,7 @@
<p>Ton Fufu.</p>
</blockquote>
<p>L’enculé. Si j’avais encore de l’énergie pour ça, je lui en voudrais.</p>
<h2 id="episode-35" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 35<span class="titre">« Celui qui se gave. »</span></a></h2>
<h2 id="episode-35" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 35 <span class="titre">« Celui qui se gave. »</span></a></h2>
<p>Les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Et toi, tu ne crois pas en ce que je te dis. Car tu sais que ceci n’est pas une histoire vraie.</p>
<p>Bon, je vais te céder du terrain.</p>
<p>Il se peut que, peut-être, en y regardant bien, cette histoire soit inspirée de faits réels. Parfois. Mais ce n’est pas de ma faute, c’est celle d’Orion. Pendant que je pédale dans la choucroute, cette ex-lolita est allée faire son marché. Notre marché. Et ce con est allé en plein milieu de la foule, place du Capitole, un 5 avril<sup><a epub:type="noteref" id="foot_ch5-5" href="#note_ch5-5">[5]</a></sup>. Le pire, c’est qu’il s’en vante.</p>
......@@ -88,7 +88,7 @@
</blockquote>
<p>Loin de moi l’idée de faire celui qui joue à l’arme de dissuasion massive, mais nous on a des munitions de malades. <abbr title="#à bonne entendeuse" class="hashtag">#àbonneentendeuse.</abbr> <span class="hashtag">#messagesubliminal.</span></p>
<p>J’espère juste que Miss Marquet s’en est sortie.</p>
<h2 id="episode-36" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 36<span class="titre">« Celle qui s’enferme. »</span></a></h2>
<h2 id="episode-36" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 36 <span class="titre">« Celle qui s’enferme. »</span></a></h2>
<p>Je ne peux pas parler. Je ne sais pas ce qui me muselle le mieux : l’épuisement, la certitude d’être surveillé par les Noétiens ou la colère qui m’inonde.</p>
<p><span class="hashtag">#rage.</span></p>
<p>Tu me diras : j’avance. Pas à pas. Non, ce n’est pas une nouvelle <span class="hashtag" lang="en">#privatejoke,</span> c’est juste une bonne vieille métaphore. Par contre, ce que je viens de lire m’a fait un putain d’effet de <span class="hashtag">#WTF.</span> Ce matin, au courrier, j’ai reçu une longue longue lettre de Madame Marquet. Avec un timbre et une jolie écriture, à l’ancienne.</p>
......@@ -128,7 +128,7 @@
</blockquote>
<p><span class="hashtag">#MissMarquet</span> <span class="hashtag">#prisonnière.</span></p>
<p>Rien que d’y penser ça me rend malade. Mais ce n’est rien comparé à la suite. Je me rends compte que je ne peux pas la publier. Pas encore. Pas maintenant. Mais si elles s’en sortent je te jure que la Aglaé, j’en fais un tartare.</p>
<h2 id="episode-37" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 37<span class="titre">« Celle qui tisse. »</span></a></h2><p>Est-ce que ça existe l’anti-bouddhisme, ou c’est juste moi qui suis en train de l’inventer ? Je me suis mis à la méditation.</p>
<h2 id="episode-37" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 37 <span class="titre">« Celle qui tisse. »</span></a></h2><p>Est-ce que ça existe l’anti-bouddhisme, ou c’est juste moi qui suis en train de l’inventer ? Je me suis mis à la méditation.</p>
<p>C’était fatal.</p>
<p><span class="hashtag">#épuisement.</span> <span class="hashtag">#frustration.</span> Mais c’est une méditation spéciale. Où je canalise toute mon impuissance, toute ma colère… pour en faire une réserve d’énergie bouillonnante. Je capitalise ma rage. Imagine un bouddha avec un casque de Dark Vador. Tu l’as. C’est ce que je veux devenir. Le Dalaï-Lama du côté obscur. Mon modèle. <span lang="en" class="hashtag">#myhero.</span></p>
<p>Un gros week end vient de passer depuis que je t’ai montré le début de la lettre de Miss Marquet. Je peux te faire lire la suite, maintenant.</p>
......@@ -164,7 +164,7 @@
<p><span class="hashtag">#Jean-Jacques.</span></p>
<p><span class="hashtag">#Fulbert.</span></p>
<p>Depuis cette lettre, j’ai eu de leurs nouvelles. Elles s’en sont sorties. Madame Marquet guide Aglaé jusqu’à moi. Une bonne raison de capitaliser ma rage. Pour que cette salope de NoéNaute s’étouffe avec.</p>
<h2 id="episode-38" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 38<span class="titre">« Celui qui oublie. »</span></a></h2>
<h2 id="episode-38" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 38 <span class="titre">« Celui qui oublie. »</span></a></h2>
<p>Je suis récuré au chlore. Lustré. Je suis mince. Limite maigre. J’ai même plus de quoi jouer à donner des formes aux boules de graisse sous ma peau.</p>
<p>Les faire bouger.</p>
<p>Remarque, c’est pas comme si j’en avais encore besoin. Dans ma tête, la cure est pire encore. Je suis vidé de mes certitudes, une à une, à chaque fois qu’une nouvelle information m’arrive. Aujourd’hui ça a commencé par un sms.</p>
......@@ -205,7 +205,7 @@
</blockquote>
<p><span class="hashtag">#voilà.</span> <span class="hashtag">#voilà.</span> <span class="hashtag">#youpi.</span></p>
<p>On est riches. On a récupéré le fric de nos connardises. On a les moyens de se battre. Par contre, il va falloir que quelqu’un finisse par m’expliquer ce que mon père vient foutre là dedans.</p>
<h2 id="episode-39" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 39<span class="titre">« Celui qui occulte. »</span></a></h2>
<h2 id="episode-39" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 39 <span class="titre">« Celui qui occulte. »</span></a></h2>
<p>Visualise. Une télé cathodique (c’est la seule religion disponible<sup><a epub:type="noteref" id="foot_ch5-11" href="#note_ch5-11">11</a></sup>). Le gros poste qui pèse un éléphant et demi. Écran plat, coins carrés, aussi profond que la télé est grande.</p>
<p>Sur l’écran, <span class="hashtag">#générique.</span></p>
<p>Une caméra s’enfonce dans les passages secrets d’un manoir d’halloween sur une musique de Danny Elfman. <span class="hashtag" lang="en">#Beetlejuice.</span> <span class="hashtag">#LesSimpsons.</span> Dans un cri, un dégoulinage vert fluo envahit l’écran en faisant péter tes contrastes pour que s’écrive en violet <cite>Les Contes de la Crypte</cite>. <span class="hashtag">#souvenirs.</span> Fondu sur le présentateur. C’est une marionnette. Un cadavre aux calembours foireux et au rire asthmatique qui t’explique quelle va être l’histoire du jour.</p>
......@@ -246,7 +246,7 @@
<p>Fufu.</p>
</blockquote>
<p>Trop tard. C’est fait. C’est même pour ça que j’en chie depuis tout ce temps.</p>
<h2 id="episode-40" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 40<span class="titre">« Celui qui sculpte. »</span></a></h2>
<h2 id="episode-40" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 40 <span class="titre">« Celui qui sculpte. »</span></a></h2>
<p>Je suis entre chien et loup. Littéralement entre chienne et louve. Non pas que la soirée commence à tomber.</p>
<p><span class="hashtag">#Toulouse.</span> Le jardin du Grand Rond est un parc au milieu d’un grand rond point. Au <abbr title="19ème">XIXème</abbr> siècle, ça devait être cool de se pâmer dans ce parc en regardant passer les calèches. Aujourd’hui, le jardin est entouré de grilles. Ça donne l’impression qu’on a mis les piétons en cage. <span class="hashtag">#EspèceProtégée.</span> Et les voitures tournent autour de la cage, comme autant de visiteurs. Prédateurs. Geôliers.</p>
<p>Dans ce parc concentrique, les allées forment soit des cercles soit des rayons. Un de ces rayons est encadré de deux sculptures. Deux bronzes imposants. L’un figure une chienne, sur la défensive. Elle protège la portée de chiots nichée sous elle, ses crocs écumants tournés vers la menace face à elle. Face à elle se trouve une louve. Elle aussi grogne. Sous ses pattes se trouve un chiot qu’elle compte bien garder pour elle.</p>
......
......@@ -17,19 +17,13 @@
<li><a href="#episode-44">Épisode 44 — Espion</a></li>
<li><a href="#episode-45">Épisode 45 — Graisse</a></li>
<li><a href="#episode-46">Épisode 46 — Invitation</a></li>
<li><a href="#episode-47">Épisode 47 — Otageries</a>
<ul>
<li><a href="#chapitre-1"><strong>— Chapitre 1 – Choisir le lieu.</strong></a></li>
<li><a href="#chapitre-2">— Chapitre 2 – Créer une ambiance.</a></li>
<li><a href="#chapitre-3">— Chapitre 3 – Anticiper les besoins (petits et gros).</a></li>
</ul>
</li>
<li><a href="#episode-47">Épisode 47 — Otageries</a></li>
<li><a href="#episode-48">Épisode 48 — Prénom</a></li>
<li><a href="#addenda-au-chapitre-06">Addenda au chapitre 06 — Tout fait sens, jusqu’aux prénoms.</a></li>
</ul>
</div>
<p class="epigraphe" epub:type="bodymatter epigraph">Dans le <i lang="zh">Yi-King</i>, Le Progrès (35<sup>e</sup> hexagramme) est représenté par le feu au-dessus de la terre, donc le soleil. Son mouvement ascendant apporte lumière, clarté et chaleur à la Terre, réceptive. Le savoir, la vérité, les choses qui nous font progresser sont telles la lumière de ce soleil. Au départ les faibles rayons matinaux éblouissent dans les brumes. Puis en se levant, le soleil les disperse. Le progrès est un lever de soleil.</p>
<h2 id="episode-41" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 41<span class="titre">Anonyme</span></a></h2>
<h2 id="episode-41" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 41 <span class="titre">Anonyme</span></a></h2>
<p>Honnêtement, il ne se passe rien. Je sais bien que ce n’est pas une bonne idée de commencer un billet en te disant qu’il ne se passe rien. Ce serait comme commencer une aventure en te disant que j’en suis le méchant, et non le héros.</p>
<p><span class="hashtag">#<span lang="en">Fail</span>Narratif.</span></p>
<p>Mais le fait est que. Rien.</p>
......@@ -51,7 +45,7 @@
<p>C’est d’une de ces réunions que sortent Aglaé et Victor. Toujours pas de déclic. Il est toujours vide. Et je vois sa détresse. Et j’en veux à Aglaé. Alors je l’apostrophe.</p>
<p><q>— Putain, Aglaé, y’a aucun moyen de lui virer ce voile que tu lui as collé dans le crâne ?<br />
— Bien sûr que si, mon petit Enguerrand. Il faut qu’il retrouve son identité. Si le voile est toujours là, c’est peut-être que ce prénom n’est pas le bon…</q></p>
<h2 id="episode-42" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 42<span class="titre">Réponse</span></a></h2>
<h2 id="episode-42" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 42 <span class="titre">Réponse</span></a></h2>
<p>Et toi, c’est quoi ton histoire ? Non, ne va pas te précipiter dans les commentaires du blog pour y jouer à 36 15 MaVie : cette question est purement rhétorique. Je me contrefiche de ce qui se passe dans ton crâne.</p>
<p>J’aurais bien une petite curiosité pour découvrir ce qui te pousse à continuer de lire ces lignes, mais je crains que ta motivation ne soit d’une banalité affligeante. Il n’empêche. Tel le pot de géranium chutant dans les airs vers un écrasement certain et se disant :</p>
<p>« <i lang="en">>oh no, not again</i> »</p>
......@@ -72,7 +66,7 @@
<p>Ces veillées sont l’occasion pour nous de brûler les fondations de nos lieux communs.</p>
<p>Tout en partageant des marshmallows, du désir et du vin. On discute, on forge nos bombes d’idées, on se prépare à ce qui va nous tomber dessus. Car –seule certitude qui nous reste– ça va nous tomber dessus. C’est pas du <span class="hashtag" lang="en">#bullshit,</span> juste une intuition communément partagée. Comme celle qui nous pousse à croire que, si nos cerveaux pouvaient parler, ils nous écriraient en lettres de feu :</p>
<p><strong>Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée<sup><a epub:type="noteref" id="foot_ch6-3" href="#note_ch6-3">[3]</a></sup></strong>.</p>
<h2 id="episode-43" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 43<span class="titre">Griffes</span></a></h2>
<h2 id="episode-43" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 43 <span class="titre">Griffes</span></a></h2>
<p><q>— Tu te souviens du <span lang="en">PowerPoint</span> Babybel ?</q></p>
<p>Regard complice. Dans son pull en alpaga au jacquard proche du QR code<sup><a epub:type="noteref" id="foot_ch6-4" href="#note_ch6-4">[4]</a></sup>, Orion me sourit.</p>
<p>Il a raison.</p>
......@@ -95,7 +89,7 @@
<p>Plus que le noésismographe, le chat est extrêmement sensible à toute perturbation dans la noétie. Personne n’a envie de faire péter une bombe d’idée à côté d’un chaton. Même un méchant tel que moi. C’est dire. Si les <span lang="en">Anonymous</span><sup><a epub:type="noteref" id="foot_ch6-5" href="#note_ch6-5">[5]</a></sup> étaient là, ils spammeraient le petit cul de Vérand'a jusqu’à ce que son ordi lui pète à la figure<sup><a epub:type="noteref" id="foot_ch6-6" href="#note_ch6-6">[6]</a></sup>. Elle avait pas le droit de faire ça. Personne n’en a le droit.</p>
<p>Nous voilà donc, prêts à en découdre, mais encerclés par des Noétiens. Qui tiennent leur garde en essayant de rester dignes. Malgré les couinements et les odeurs d’urine. Et Vérand'a apparaît, triomphante.</p>
<p><q>— Qui c’est qui va se rendre bien sagement à la cave ? Allez mes agneaux, fini de vous prendre pour des loups.</q></p>
<h2 id="episode-44" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 44<span class="titre">Espion</span></a></h2>
<h2 id="episode-44" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 44 <span class="titre">Espion</span></a></h2>
<p>Enfermés. Tous les NoéNautes sont enfermés dans la cave. Aglaé. Ghislain. Indra. Orion. Et même Victor. Tous enchaînés à de lourds anneaux plantés dans les murs de brique rose. Sauf moi, assis sur la table, trônant au milieu de la pièce comme le pot de fleur le plus fulminant qui ait jamais fait face à Vérand'a.</p>
<p>Mais tu n’es pas stupide.</p>
<p>À toi, on ne la fait pas.</p>
......@@ -122,7 +116,7 @@
<p>Et, de toute la force de mon corps, debout, ancré sur ses jambes, je lui colle une gifle monumentale.</p>
<p><strong><span class="hashtag">#BAM.</span></strong></p>
<p><q>— Bon, l’espion, t’attrapes ses clés et tu nous libères ? Non parce que là, j’ai vraiment la dalle.</q></p>
<h2 id="episode-45" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 45<span class="titre">Graisse</span></a></h2>
<h2 id="episode-45" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 45 <span class="titre">Graisse</span></a></h2>
<p>Fulbert l’avait deviné. Moi je ne voulais pas le dire aux autres. Mais on s’est retrouvé à devoir vivre à huit dans notre nouveau <abbr>QG</abbr>.</p>
<p>Une péniche.</p>
<p>Avec le wifi, mais une péniche quand même. C’est relativement une caisse en bois. Difficile d’y parachever ta rééducation intensive sans te faire remarquer par tes voisins de couche.</p>
......@@ -150,7 +144,7 @@
<p>Parce qu’évidemment, je suis parvenu à me décoincer la paraplégie. Il n’y a pas eu de petit « plop » victorieux. Juste deux jours de fourmillements à la limite de la torture chinoise dans l’ensemble de mes jambes. Pour pouvoir marcher à nouveau, il a fallu manipuler tout mon corps. À force de l’inceptionner, neurone par neurone, pour lui rappeler qu’il savait marcher, j’ai perdu toutes les réserves de graisse que j’avais jusqu’ici accumulées. J’ai inventé la rééducation par auto-électrochocs. J’ai ré-appris l’idée que je pouvais marcher.</p>
<p>Je me vois encore, raconter ça aux NoéNautes, faire une pause pour me servir une tasse de thé, et me rendre compte que je leur ai débité mon histoire en faisant les cent pas. C’est Madame Marquet qui a su la conclure :</p>
<p><q>— Avant d’ajouter que « ceci n’est pas une histoire vraie », et tant que t’es debout, tu pourrais me passer une petite cuillère, mon pitchoun ?</q></p>
<h2 id="episode-46" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 46<span class="titre">Invitation</span></a></h2>
<h2 id="episode-46" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 46 <span class="titre">Invitation</span></a></h2>
<p>Avoue que toi aussi t’aimes bien mettre en scène ta vie. Ménager tes effets. Dire « attends, je vais vérifier sur mon agenda » juste pour le plaisir de sortir ton Smartphone flambant neuf. Et ajouter nonchalamment « je sais pas trop encore le faire marcher » même si t’as déjà passé un week-end à t’exploser les yeux sur l’écran.</p>
<p>Enlever cette écharpe qui te protégeait de la pluie pour dévoiler ta nouvelle coupe de cheveux aussi chère et précieuse qu’une voiture de sport. Rentrer son ventre. Faire semblant de se forcer à sourire. Attendre le bon moment pour caser sa blague.</p>
<p>Ou sa gifle.</p>
......@@ -167,7 +161,7 @@
<p>Je ne dis pas qu’il n’y a pas deux ou trois buveurs de thé qui n’ont pas essayé de nous ralentir, mais ils devaient se savoir assez peu nombreux. Et celui-qui-ne-s’appelle-pas-Victor en a profité pour nous démontrer ses talents de close-combat. C’est peut-être la nuit blanche que je viens de passer, mais j’ai l’impression qu’il drague Ghislain. Ce dernier aussi a du sentir qu’on demandait ses attentions, puisqu’il finit par aider Fulbert à assommer le dernier Noétien éveillé en le frappant à coup… de Vérand'a. Oui, Ghislain s’est un peu servi d’elle comme d’une massue. Non, ce n’est pas la meilleure façon de traiter notre prisonnière. Mais en même temps elle s’est servie de chatons.</p>
<p>Aglaé revient de la cuisine toute guillerette.</p>
<p><q>— Je viens de déposer notre carton d’invitation sur la table de la cuisine. Bon, pressons-nous, j’ai encore bien de l’ouvrage d’ici demain soir, moi.</q></p>
<h2 id="episode-47" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 47<span class="titre">Otageries</span></a></h2>
<h2 id="episode-47" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 47 <span class="titre">Otageries</span></a></h2>
<p>Il existe des manuels pour tout. Tu peux rater ton couple comme dans les séries télé grâce à <cite>Les Hommes Viennent de Mars, Les Femmes Viennent de Vénus</cite>. Laurence Pernoud est avec toi quand tu <cite>Attends un Enfant</cite>, un Ado ou un Iphone.</p>
<p>Tu peux faire fleurir des plantes tropicales grâce à la <cite>Culture du Placard</cite>. Il existe même un <cite>Guide de Survie en Territoire Zombie</cite>. Mais j’ai eu beau fouiller Epagine, <span lang="en">Feedbooks</span> et Immatériel : je n’ai pas trouvé d’ouvrage aidant à la gestion d’un otage.</p>
<p><strong><span class="hashtag">#règle35 :</span> fais-le toi-même<sup><a epub:type="noteref" id="foot_ch6-9" href="#note_ch6-9">[9]</a></sup></strong>.</p>
......@@ -190,7 +184,7 @@
<p>Je jette un dernier œil sur les pensées d’Vérand'a. Elle regarde Fulbert s’éloigner, saucissonnée, impuissante, furibarde.</p>
<p><i class="voix">« C’est ça, casse-toi pauvre con. »</i></p>
<p>Et là ça fait tilt en moi. <span class="hashtag">#OMG.</span> Je sais.</p>
<h2 id="episode-48" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 48<span class="titre">Prénom</span></a></h2>
<h2 id="episode-48" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 48 <span class="titre">Prénom</span></a></h2>
<p>On croirait vraiment que c’est un truc de scénariste. L’effet <span lang="en">Docteur House</span>. <span class="hashtag">#révélation.</span> Quand Bruce Willis se rend compte qu’en fait il est un fantôme depuis le début du film.</p>
<p><span class="hashtag">#flash.</span> <span class="hashtag">#souvenirs.</span></p>
<p>Quand les pièces du puzzle se mettent en place et qu’on sait qui est le tueur. <span class="hashtag">#ça.</span> <span class="hashtag">#plusça.</span> <span class="hashtag">#êtreça.</span> Ça fait vraiment astuce cinématographique qui commence à être usée aux coutures. Le truc tellement narratif que c’est pas possible dans la vraie vie.</p>
......
......@@ -23,7 +23,7 @@
</ul>
</div>
<p class="epigraphe" epub:type="bodymatter epigraph">Dans le <i lang="zh">Yi-King</i>, La Révolution (49<sup>e</sup> hexagramme) est l’image d’une peau de bête qui mue au cours de l’année. Comme pour un changement de régime politique, où la jeunesse prend le dessus sur une peau plus usée. C’est l’affrontement des générations, du feu et du lac, de forces motrices antagonistes.</p>
<h2 id="episode-49" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 49<span class="titre">Lui et Lui</span></a></h2>
<h2 id="episode-49" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 49 <span class="titre">Lui et Lui</span></a></h2>
<p>Demain c’est le grand soir. Soixante-deux Noétiens vont répondre à notre invitation. On s’est donnés bien assez de mal pour la leur transmettre.</p>
<p>Mais ils seront là.</p>
<p>Il faut qu’ils soient là. Parce que. Demain c’est le grand soir. Il faut que tout soit prêt. Il faut que l’on soit prêt. Aglaé est en stress, elle tyrannise Ghislain. Il faudra qu’ils soient prêts. Indra et Orion nous ont remplacés dans la préparation de la scène. Des projos. De la salle et de la déco. Il faut que tout soit prêt. Parce que demain c’est le grand soir. Et Fulbert est loin d’être prêt. Parce qu’il a un prénom désormais. Le sien.</p>
......@@ -48,7 +48,7 @@
— Si.</q></p>
<p>Je regarde, terrassé, le mec avec qui j’ai traversé toutes ces épreuves depuis le début. En pleine crise schizoïde. Un couteau de cuisine à la main. Et je peux rien faire. Un vent de folie à traversé la noétie. Un NoéNaute vient de s’éveiller. Il s’appelle Nicolas. Et il partage son corps avec Fulbert.</p>
<p>Qu’on m’apporte un lac et un camion d’aspirine. Demain c’est le grand soir.</p>
<h2 id="episode-50" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 50<span class="titre">Plaisir et Couleur</span></a></h2>
<h2 id="episode-50" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 50 <span class="titre">Plaisir et Couleur</span></a></h2>
<p>Imagine un Israélien possédé par le fantôme d’un Palestinien.</p>
<p><span class="hashtag">#stop.</span> Trop polémique.</p>
<p><span class="hashtag">#onreprend.</span></p>
......@@ -88,7 +88,7 @@
— Ben t’as la comprenette bouchée ? Je te demande juste de quelle maison t’es, hé…<br />
— Jaune.</q></p>
<p>Sa réponse spontanée cueille tout le monde par surprise. Tous les regards se tournent vers moi. Et Orion. Ils cherchent une réponse. Et moi aussi, car pour une fois : je n’y suis pour rien.</p>
<h2 id="episode-51" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 51<span class="titre">Bourriche et Bourrique</span></a></h2>
<h2 id="episode-51" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 51 <span class="titre">Bourriche et Bourrique</span></a></h2>
<p>L’algue, c’est une odeur entre l’iode et le fer. Comme si la mer saignait. En même temps vu les lames qu’on plante à répétition dans ses fruits, c’est normal qu’elle perle quelques gouttes de cette odeur vengeresse.</p>
<p>Vérand'a aussi, a tenté de se venger.</p>
<p>Saucissonnée qu’elle était dans son papier cellophane, elle à réussi à rouler partout dans la salle pour nous saccager la mise en place. Je l’imagine bien prendre son élan, et rouler très vite pour mieux renverser tables et chaises. Toute la nuit. Éclatant de rire, ivre du tournis, du manque d’oxygène. Enrubannée, momifiée, empaqueté, et secouée d’un rire moqueur.</p>
......@@ -117,7 +117,7 @@
<p><span class="hashtag">#tombédecouteau</span></p>
<p><q>— Et je suis un NoéNaute de quelle couleur, moi, s’il te plaît ?<br />
— Noir, Enguerrand. Comme la crainte et l’angoisse. Tu es noir.</q></p>
<h2 id="episode-52" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 52<span class="titre">Salle et Vestiaire</span></a></h2>
<h2 id="episode-52" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 52 <span class="titre">Salle et Vestiaire</span></a></h2>
<p>Nous sommes déjà ce soir. Le grand soir c’est maintenant. Ou disons dans quelques minutes.</p>
<p>Nous sommes dans ce moment de flottement étrange.</p>
<p>Ces secondes cotonneuses où après avoir abattu une montagne de boulot, tu contemples les plaines de l’attente en sachant que plus rien ne dépend de toi. Après des heures de stress, d’activité, d’occupation, tu relèves la tête du guidon et tu ne fais plus rien. Trop d’oxygène. De temps, d’espace. Mais, bon nous sommes aussi prêts que nous pouvons l’être.</p>
......@@ -142,7 +142,7 @@
<p>Résultat ? Une boucle d’oreille arrachée, trois personnes vexées et quelques orteils endoloris. Mais bon, je les ai placés. <span class="hashtag">#missionaccomplie.</span></p>
<p>Peu à peu, toute la salle s’est remplie. Les convives sont installés, des toasts de foie gras ont empli les assiettes, pour mettre en bouche avant les fruits de mer. Ghislain se place au piano, Orion baisse les lumières et allume une douche sur la scène. Un pied de micro, vide, brille des feux de la rampe, attendant qu’on le remplisse et le serre. La voix suave du pianiste résonne dans notre cabaret :</p>
<p><q lang="en">— And now, Ladies and Gentlemen…</q></p>
<h2 id="episode-53" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 53<span class="titre">Allitérations et Silence</span></a></h2>
<h2 id="episode-53" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 53 <span class="titre">Allitérations et Silence</span></a></h2>
<p>Une voix s’élève dans la pénombre du cabaret. Pas exactement une voix. Un souffle. Un voile de velours voletant sur les variations d’un « ouh » voisé.</p>
<p><span class="hashtag">#stop.</span></p>
<p>Le temps s’arrête. Les conversations se sont éteintes, discrètement, en partant sur la pointe des pieds. Les fourchettes sont suspendues à quelques centimètres des lèvres. Les cous se sont étirés sans heurt, lentement, comme mus par une attraction magnétique. Vers la scène. Vers cette douche de lumière vide. Vers cette mélopée dont l’envoûtement ne doit rien aux charmes des NoéNautes. Et tout au talent.</p>
......@@ -194,7 +194,7 @@
<p>L’assemblée est conquise. Parce qu’elle a compris. On ne peut pas les convaincre par la noétie. Pas sans déjouer tout un tas de leurs protections. Dont la meilleure : leur ouverture d’esprit. On peut pas les convaincre par le raisonnement. Parce qu’ils connaissent toutes les techniques qui feraient d’eux les plus redoutables commerciaux au monde. Alors on va les séduire par l’art. En appeler à leur sens poétique. Je vois des colonnes vertébrales se détendre. Profiter.</p>
<p>C’est bien.</p>
<p>On pourra bientôt passer à l’attaque.</p>
<h2 id="episode-54" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 54<span class="titre">Bruits et Grains</span></a></h2>
<h2 id="episode-54" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 54 <span class="titre">Bruits et Grains</span></a></h2>
<p>Les attaquer par le plaisir. Voilà notre angle. Toute personne qui a vu Le <cite>Festin de Babette</cite> peut comprendre. Sur scène, Aglaé continue de charmer nos convives. Au parterre, c’est pas la cène, c’est la <cite>Grande bouffe</cite>.</p>
<p><span class="hashtag">#mastication.</span></p>
<p>Le pire ce sont les entractes. Les entremets. Quand les Noétiens vont se resservir une troisième assiette d’huîtres. Dans le silence. Et qu’ils enfournent ça dans des bouches béantes. <span class="hashtag">#succion.</span> Du pain. Du beurre. Du vinaigre. <span class="hashtag">#mâcher.</span> <span class="hashtag">#mâcher.</span> <span class="hashtag">#déglutir.</span> Faire passer avec un peu de mâche en jus d’iode vanillée. <span class="hashtag">#avaler.</span> Boire un cocktail de la mer. Vodka iodée et citron vert. <span class="hashtag">#claquementdelangue.</span> Écume de rhum, sirop de canne et cannelle. <span class="hashtag">#gorgée.</span> <span class="hashtag">#gorgée.</span> <span class="hashtag">#gorgée.</span></p>
......@@ -220,7 +220,7 @@
<p>Certains ont essayé de fuir. Ils ont été rattrapés par ce sentiment d’abrutissement total qu’on ne trouve qu’au milieu de meubles au design suédois. Fallait pas faire confiance à des mollusques. Depuis le début je le dis : les huîtres c’est le mal. Celles-ci vont les forcer à la réflexion. Au retour sur soi. À regarder droit dans ce que ce serment leur a fait. Dans ce que ce serment a fait d’eux. Le seul moyen de nous libérer d’eux, c’était de les libérer d’eux-mêmes. On avait pas dit que ce serait du propre. L’assemblée est abasourdie, telle un parterre de zombies.</p>
<p>C’est ce moment que Vérand'a choisit pour se réveiller.</p>
<p>C’est à partir de maintenant que ça devient gore.</p>
<h2 id="episode-55" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 55<span class="titre">Fleur et Vicks</span></a></h2>
<h2 id="episode-55" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 55 <span class="titre">Fleur et Vicks</span></a></h2>
<p>Tu ne sais pas grand-chose sur Indra. Moi non plus, note bien. Exception faite de sa tendance à avoir une attitude qui ne colle pas du tout avec son apparence.</p>
<p>Ou peut-être est-ce l’inverse.</p>
<p>Avec sa gouaille aveyronnaise et ses manières d’ours grunge, je la voyais bien fille d’un agriculteur et d’une poissonnière.</p>
......@@ -252,7 +252,7 @@
<p><strong><span class="hashtag">#souffle.</span> <span class="hashtag">#finduralenti.</span></strong></p>
<p>Au rez-de chaussée, nous retrouvons Madame Marquet qui a tout suivi sur les caméras de surveillance. Couverte de l’abominable pull de protection, elle avale sa bouchée de pop-corn et m’interpelle.</p>
<p><q>— Dis mon pitchoun, tu es sûr que ça a marché ? Non parce qu’il y en a qui se relèvent déjà, naine !</q></p>
<h2 id="episode-56" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 56<span class="titre">Pull et Moule</span></a></h2>
<h2 id="episode-56" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 56 <span class="titre">Pull et Moule</span></a></h2>
<p>Ils sont hagards. Le regard vide. La bouche entrouverte, une bave douteuse pend de leurs lèvres.</p>
<p>Mais ils avancent quand même.</p>
<p>Lentement. Un pas. Un autre. Une marche. Ils gravissent l’escalier en colimaçon. Vérand'a est à leur tête.</p>
......
......@@ -23,7 +23,7 @@
</ul>
</div>
<p class="epigraphe" epub:type="bodymatter epigraph">Dans le <i lang="zh">Yi-King</i>, La Vérité Intérieure (61<sup>e</sup> hexagramme) est représentée par les rides que le vent crée sur la surface du lac. Manifestation de l’invisible dans le visible. C’est l’état où, le cœur libre de tout préjugé, la confiance réciproque permet de trouver ce qui vit en dedans. Il ne s’agit pas d’une introspection, d’une recherche active… mais plus de laisser éclore ce qui résidait déjà là.</p>
<h2 id="episode-57" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 57<span class="titre">Persiennes, Pédagogie et Persuasion</span></a></h2>
<h2 id="episode-57" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 57 <span class="titre">Persiennes, Pédagogie et Persuasion</span></a></h2>
<p>Les fossettes au creux de ses reins s’approfondissent pour que la courbe de ses globes vienne chatouiller mes poils. <span class="hashtag">#musc.</span> <span class="hashtag">#sueurs.</span> Un triangle de lumière s’échappe d’entre les persiennes pour venir souligner son biceps. Large tatouage de lumière sur son bras qui meurt en pointe sur ses omoplates. <span class="hashtag">#tension.</span> <span class="hashtag">#souffles.</span></p>
<p>Mes mains viennent recouvrir les siennes sur le mur. À travers nos épidermes, je sens jusqu’aux pulsations de son sang. Du mien. <span class="hashtag">#gémissement.</span> <span class="hashtag">#boutoirs.</span> Nous sommes dans ces secondes nettes d’idées où les mouvements viennent d’eux-mêmes, où les frottements se répondent, où les sens respirent jusqu’à l’hyper oxygénation. <span class="hashtag">#paroxysme.</span> <span class="hashtag">#éclosions.</span></p>
<p>Cela fait plus de trois semaines, maintenant, que le grand soir est passé. L’accident. J’ai pris mon temps pour tout bien te raconter. Pour te détailler l’histoire. J’ai pris le temps de la fuite, de la disparition. Le temps de savourer le travail bien fait. La victoire. Et la récompense inattendue : le cul de Fulbert. De Nicolas. Sa schizophrénie te salue. Doublement.</p>
......@@ -40,7 +40,7 @@
<p>Voilà, c’est une histoire où le héros file se la couler douce avec le méchant grâce à la complicité du personnage-clé. En même temps, fallait pas me laisser à la tête de la narration. Parce que ça fait longtemps que je prépare mon coup. Plus de temps que tu ne peux l’imaginer. Je te suis redevable, et je n’aime pas être en dette de quelqu’un. Alors pour me dédouaner, je vais remonter le temps avec toi. Terminer la narration.</p>
<p>Faire de ceci une histoire vraie.</p>
<p><span class="hashtag" lang="en">#letsgo</span></p>
<h2 id="episode-58" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 58<span class="titre">Désappointée, Démons et Débraillé</span></a></h2>
<h2 id="episode-58" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 58 <span class="titre">Désappointée, Démons et Débraillé</span></a></h2>
<p>Parfois tout ce qu’il te manque c’est un bon accident. <span class="hashtag">#inondation.</span> <span class="hashtag">#fracture.</span> C’est le genre de truc qui te débloque. <span class="hashtag">#cancer.</span> <span class="hashtag">#foudre.</span> L’élément imprévisible qui te sort de tes routines où tu tournes en boucle. <span class="hashtag">#incendie.</span></p>
<p><span class="hashtag">#sortiederoute.</span></p>
<p>Peut-être que je leur ai rendu service, en fait. À ceux qui restent, je veux dire. Bon, Ghislain, vu le vol plané qu’il s’est pris, c’est pas de sitôt qu’il tombera à mes genoux pour y verser ses larmes de reconnaissance. Lui plus que tous les autres. Pour tout t’avouer ça ne m’étonnerait pas qu’il doive d’abord sortir de sa tombe. <span class="hashtag" lang="en">#zombiestyle.</span> Ou bien qu’il se réincarne. J’espère pour lui qu’il n’a jamais eu d’hémorroïdes. <span class="hashtag" lang="en">#shithappens</span><sup><a epub:type="noteref" id="foot_ch8-1" href="#note_ch8-1">[1]</a></sup>.</p>
......@@ -68,7 +68,7 @@
<p><q>— Tu vas tout raconter ? Vraiment ?</q></p>
<p>Je vais me gêner.</p>
<p><span class="hashtag" lang="en">#flashback.</span></p>
<h2 id="episode-59" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 59<span class="titre">Pétrissage, Pépitos et Petit</span></a></h2>
<h2 id="episode-59" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 59 <span class="titre">Pétrissage, Pépitos et Petit</span></a></h2>
<p>Elle a pris Sergueï. Elle s’en mord les doigts. Les masseurs russes, c’est pas fait pour les débutantes. Ils ont une tendance à te planter les coudes sous les omoplates avec une tendresse intensément slave.</p>
<p><span class="hashtag" lang="en">#flashback.</span> <span class="hashtag">#Calisséo.</span></p>
<p>Cela fait deux semaines que je suis au centre thermal. On est au moment où j’ai recouvré l’usage de mes jambes. On en est à deux semaines de rééducation et d’auto-inception. Je tiens debout. J’arrive à marcher. Moins bien que Docteur House, mais le résultat est là. Deux semaines qui n’ont été qu’épuisement. Deux semaines que mon monde s’écroule à force de révélations. Demain on se rassemble. Fulbert, Aglaé et Madame Marquet, Orion et moi. Si tout va bien, Ghislain et Indra nous rejoindront. Demain on a rendez-vous dans le parc. Aujourd’hui, c’est ma dernière journée de rééducation. J’ai décidé de la passer à me reposer. À profiter. À me faire masser.</p>
......@@ -104,7 +104,7 @@
<p>Mon avantage repose sur une chose : Vérand'a ne sait pas que je peux marcher. Mais les mains de ma masseuse font des merveilles. Cela fait longtemps que les nerfs de mes cuisses n’ont pas été titillés de la sorte. Et j’ai vue plongeante sur son émouvant décolleté. Il ne faut pas que je bande. Il faut que je réponde à la question de Vérand'a. Mais d’abord, il faut que je trouve une image pour me calmer.</p>
<p><span class="hashtag">#répondre.</span> <span class="hashtag">#débander.</span> Et là, soudainement, c’est le flash. D’une pierre, deux coups. <i lang="en">Kill two birds with one stone</i>. La réponse.</p>
<p>— Des chatons. Vous vous protégerez derrière des chatons.</p>
<h2 id="episode-60" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 60<span class="titre">Père, Père et Potager</span></a></h2>
<h2 id="episode-60" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 60 <span class="titre">Père, Père et Potager</span></a></h2>
<p>On remonte les ricochets. L’inertie de cette lancée qui m’a poussé à faire si. Parce qu’avant j’ai fait mi. Parce qu’avant j’ai fait ça…</p>
<p>Zéro <span class="hashtag">#justification.</span></p>
<p>Pas de raisons valables. Pas de raisons tout court. <span class="hashtag" lang="en">#bullshit.</span> <span class="hashtag">#histoires.</span> J’ai juste fait ce que j’ai fait parce que j’étais dans ma lancée. Honte de rien, pas besoin de regrets. Mourir m’a permis d’abandonner une chose : ma moralité. Le bien, le mal, le profane, le sacré… C’est drôle seulement quand j’ai envie d’y jouer. Mon meilleur exemple, c’est la tronche de Nicolas quand je lui raconte comment j’ai insufflé l’idée des chatons à Vérand'a.</p>
......@@ -137,7 +137,7 @@
<p><strong>Je me rends compte que j’ai un faible pour la tôle froissée.</strong></p>
<p>La camionnette de « Chez José » : c’est moi qui l’ai fait.</p>
<p>L’accident du jour de ma mort : c’est moi qui l’ai fait.</p>
<h2 id="episode-61" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 61<span class="titre">Cave, Colère et Coussin Berlinois</span></a></h2>
<h2 id="episode-61" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 61 <span class="titre">Cave, Colère et Coussin Berlinois</span></a></h2>
<p>La co-incarnation de Nicolbert est en train de s’arranger. <span class="hashtag">#Fulbert.</span> <span class="hashtag">#Nicolas.</span> Deux fois la même personne dans un seul corps. Le mec en colocation avec son double maléfique. Un NoéNaute cynique partageant son crâne avec le gentil collectionneur de petits savoirs.</p>
<p>C’est bizarre à décrire parce que ça ne ressemble à aucune des histoires qu’on connaît.</p>
<p>Je vis pas avec le schizophrène branché sur radio Satan dans sa tête. Je ne vis pas non plus avec le dingue qui change de personnage aussi vite qu’un politique retourne sa veste. C’est toujours lui qui parle. C’est toujours lui qui est là.</p>
......@@ -160,7 +160,7 @@
<p>C’est l’histoire d’un mec qui est allé jusqu’à prostituer son père. Parce qu’il était têtu. Parce qu’il voulait savoir comment devenir un NoéNaute. Puis comment devenir LE NoéNaute. Et son père, après un ou deux ans de sodomies incestueuses, son père le lui apprend. Que ça ne s’acquiert pas. Que ça arrive. À des petits malins. <span class="hashtag" lang="en">#smartass</span><sup><a epub:type="noteref" id="foot_ch8-4" href="#note_ch8-4">[4]</a></sup>. Ou que n’arrive pas. Mais que si t’as passé la puberté, alors y’a de grandes chances pour que tu ne sois pas un des huit.</p>
<p>C’est l’histoire d’un jeune moi fatigué, déçu, qui meurt.</p>
<p><span class="hashtag">#Accident.</span> <span class="hashtag">#Suicide.</span></p>
<h2 id="episode-62" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 62<span class="titre">Montre, Mort et Métaphore</span></a></h2>
<h2 id="episode-62" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 62 <span class="titre">Montre, Mort et Métaphore</span></a></h2>
<p>J’aurais jamais cru que mourir change à ce point ma vie. Je ne l’ai même pas cherché. Mais si les gens savaient à quel point ça peut être libérateur, ils se tueraient plus souvent. Ils conseilleraient à leurs ados de se suicider.</p>
<p>C’est sur se sujet-là qu’on s’est liés d’amitié avec Madame Marquet.</p>
<p>Elle connaît bien le suicide : elle en a vendu. Y’avait un jeune homme dans son immeuble. Oscar<sup><a epub:type="noteref" id="foot_ch8-5" href="#note_ch8-5">[5]</a></sup>. Ses parents sont partis aux Philippines pour une seconde lune de miel. Ils sont revenus dans deux petites urnes pleines de cendres. <span class="hashtag">#suicide.</span> Mais ils lui ont légué une petite dose de leur poison. Cachée dans une montre. Pour qu’il puisse toujours avoir la mort sur lui. Avec un mot du genre :</p>
......@@ -188,7 +188,7 @@
<p>Le jaune, c’est l’érotisme, la pornographie. Le serpent, c’est la mort.</p>
<p>Le trip, en gros, c’est qu’il ne peut en rester qu’un.</p>
<p><span class="hashtag" lang="en">#effetHighlander</span></p>
<h2 id="episode-63"><a href="#TOC">Épisode 63<span class="titre"><span lang="en">Smart Ass, Smartarded</span> et Scénariste</span></a></h2>
<h2 id="episode-63"><a href="#TOC">Épisode 63 <span class="titre"><span lang="en">Smart Ass, Smartarded</span> et Scénariste</span></a></h2>
<p>Fais comme moi. Assieds-toi. Décide, ne serait-ce qu’une minute, de te reposer. Genre « tiens, je vais prendre des vacances de moi. »</p>
<p><span class="hashtag">#meurs.</span></p>
<p>Juste pour quelques secondes. Juste le temps de boire à la terrasse d’un café, et de jouer les voyeurs. Regarder comment les autres se débrouillent pour arriver à être eux.</p>
......@@ -214,7 +214,7 @@
<p><span class="hashtag">#tempêtedanslanoétie.</span></p>
<p>Le septième NoéNaute vient de s’éveiller.</p>
<p><span class="hashtag">#EhMerde.</span></p>
<h2 id="episode-64" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 64<span class="titre">Escort, Éveil et Ensemble</span></a></h2>
<h2 id="episode-64" epub:type="bodymatter subchapter"><a href="#TOC">Épisode 64 <span class="titre">Escort, Éveil et Ensemble</span></a></h2>
<p>Je me souviens bien la dernière fois que j’ai tout fait pour sortir de l’histoire dans laquelle je vivais. Je te parle pas de mon suicide. Ce jour-là j’ai rien eu à faire, ça s’est fait tout seul. Non : je te parle de la fois où j’ai voulu cesser d’être un connard professionnel.</p>
<p><strong><span class="hashtag" lang="en">#flashback.</span></strong></p>
<p>Et oui : encore un autre. Mais celui là je suis obligé de l’avoir si tu veux que je te raconte la suite.</p>
......
Supports Markdown
0% or .
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment