Commit 6160d78a authored by kinou's avatar kinou
Browse files

correction minimes

parent 977a7f3c
......@@ -17,7 +17,7 @@
<li><a href="#episode-60">Épisode 60 — Père, Père et Potager</a></li>
<li><a href="#episode-61">Épisode 61 — Cave, Colère et Coussin Berlinois</a></li>
<li><a href="#episode-62">Épisode 62 — Montre, Mort et Métaphore</a></li>
<li><a href="#episode-63">Épisode 63 — Smart Ass, Smartarded et Scénariste</a></li>
<li><a href="#episode-63">Épisode 63 — <i lang="en" xml:lang="en" class="droit">Smart Ass, Smartarded</i> et Scénariste</a></li>
<li><a href="#episode-64">Épisode 64 — Escort, Éveil et Ensemble</a></li>
<li><a href="#addenda-finaux">Addenda finaux — L’avant et l’après.</a></li>
</ul>
......@@ -80,7 +80,7 @@
<h3 id="episode-59"><a href="#TOC">Épisode 59 <span class="titre-souschapitre">Pétrissage, Pépitos et Petit</span></a></h3>
<p>Elle a pris Sergueï. Elle s’en mord les doigts. Les masseurs russes, c’est pas fait pour les débutantes. Ils ont une tendance à te planter les coudes sous les omoplates avec une tendresse intensément slave.</p>
<p><span class="hashtag" lang="en" xml:lang="en">#flashback.</span> <span class="hashtag">#Calisséo.</span></p>
<p>Cela fait deux semaines que je suis au centre thermal. On est au moment où j’ai recouvré l’usage de mes jambes. On en est à deux semaines de rééducation et d’auto-inception. Je tiens debout. J’arrive à marcher. Moins bien que Docteur House, mais le résultat est là. Deux semaines qui n’ont été qu’épuisement. Deux semaines que mon monde s’écroule à force de révélations. Demain on se rassemble. Fulbert, Aglaé et Madame Marquet, Orion et moi. Si tout va bien, Ghislain et Indra nous rejoindront. Demain on a rendez-vous dans le parc. Aujourd’hui, c’est ma dernière journée de rééducation. J’ai décidé de la passer à me reposer. À profiter. À me faire masser.</p>
<p>Cela fait deux semaines que je suis au centre thermal. On est au moment où j’ai recouvré l’usage de mes jambes. On en est à deux semaines de rééducation et d’auto-inception. Je tiens debout. J’arrive à marcher. Moins bien que Docteur <i lang="en" xml:lang="en" class="droit">House</i>, mais le résultat est là. Deux semaines qui n’ont été qu’épuisement. Deux semaines que mon monde s’écroule à force de révélations. Demain on se rassemble. Fulbert, Aglaé et Madame Marquet, Orion et moi. Si tout va bien, Ghislain et Indra nous rejoindront. Demain on a rendez-vous dans le parc. Aujourd’hui, c’est ma dernière journée de rééducation. J’ai décidé de la passer à me reposer. À profiter. À me faire masser.</p>
<p>Avec Vérand'a.</p>
<p>Vérand'a se fait masser par Sergueï. Sa musculature féminine, fine mais puissante, encaisse les assauts déstressants de ce kiné volontariste. Enthousiaste. Option sadique. Elle se fait fière. Elle encaisse les phalanges enfoncées de chaque côté de ses lombaires avec un stoïcisme confinant au martyre. Et moi je jubile.</p>
<p>Je trempe mes Pépitos sablés dans le Nutella et savoure le spectacle. Il faut que je reprenne du gras. Le gras c’est la vie. Ingrid me masse les jambes dans mon fauteuil. Elle ne se souvient plus que je sais marcher. Sergueï non plus. Plus personne ne se souvient de moi ici. J’ai vidé les souvenirs de moi chez tout le personnel. Ça m’a coûté une blinde en Mc Do, pizza et barres chocolatées, mais j’y arrive bien. J’y parviens de mieux en mieux, à effacer les idées.</p>
......@@ -160,7 +160,7 @@
<p class="voix">Nicolbert, c’est mon diable et mon ange d’épaule cohabitant un corps au petit cul parfait.</p>
<p><q>— Attends, t’es en train de me dire que t’as prostitué ton père ? Rho j’adore, ça a un petit côté mythologie grecque très rafraîchissant ! – Non, non, non, mais tu vas pas en parler sur le blog. Si Orion est encore vivant ça va le tuer. – Bon ben on n’a plus à espérer qu’il soit mort, en fait !</q></p>
<p><q>— Sérieusement, Nicolas ? Je te raconte un suicide et c’est ça que tu en retiens ?</q></p>
<p>Voilà ce que ça donne, un Nicolbert. Quand tu sirotes un mojito au soleil au bord d’une piscine, c’est tout à fait supportable. J’aurais jamais cru ça possible. Pouvoir partager tous mes petits secrets. Tous les sales trucs que j’ai faits. Pouvoir dévoiler tous les coins un peu moisis de ma cave et avoir l’autre en face qui s’en cogne, plein de tendresse. <span class="hashtag">#soulagement.</span> Limite il a envie d’aller jouer avec le rat qui vient de passer. <span class="hashtag">#érection.</span></p>
<p>Voilà ce que ça donne, un Nicolbert. Quand tu sirotes un <i lang="es" xml:lang="es">mojito</i> au soleil au bord d’une piscine, c’est tout à fait supportable. J’aurais jamais cru ça possible. Pouvoir partager tous mes petits secrets. Tous les sales trucs que j’ai faits. Pouvoir dévoiler tous les coins un peu moisis de ma cave et avoir l’autre en face qui s’en cogne, plein de tendresse. <span class="hashtag">#soulagement.</span> Limite il a envie d’aller jouer avec le rat qui vient de passer. <span class="hashtag">#érection.</span></p>
<p>Bien sûr, à toi aussi, je te dévoile des trucs. Mais toi c’est pas pareil. Je me contrefiche de ton regard. J’aime seulement t’hypnotiser avec mes mots. Te perdre dans le dédale de mes histoires. D’ailleurs, tu dois être un peu paumé, là : suicide, prostitution incestueuse, accident… T’as toutes les pièces du puzzle mais t’as pas l’image sur la boîte.</p>
<p class="voix"><span class="hashtag">#souffleuncoup.</span> <span class="hashtag">#onreprend.</span></p>
<p class="voix">Je vais te raconter une histoire. Peut-être que cette histoire est vraie. Ça dépend de ce que tu mets derrière le mot « vrai ». Sache juste que ce n’est pas la vérité. Parce que c’est une histoire. Qui fonctionne selon les règles de la narration.</p>
......@@ -221,7 +221,7 @@
<p class="voix"><span class="hashtag">#pasnormal.</span> <span class="hashtag" lang="en" xml:lang="en">#noway.</span> <span class="hashtag">#quepenseraientlesgens</span> ?</p>
<p>Cette femme s’efforce de ne pas être heureuse. Et elle est douée. L’oreille penchée sur son téléphone, elle fait les cent pas à côté des portes de Pôle-Emploi. Les fleurs délavées de son chemisier sont plantées dans le sable de son pantalon. Le maquillage est léger. Les longs cheveux blonds remontés en chignon. Sa toilette exprime le respect des chômeurs qu’elle reçoit à son guichet. Propre sur elle, mais certainement pas joyeuse : ce serait indécent. Elle a même la pudeur de se créer des soucis. Visage fermé pendant sa pause clope, elle a la conversation téléphonique triste et agacée. Rien ne doit montrer le poids qu’elle a perdu à chevaucher son nouveau compagnon. Ce serait mal.</p>
<p class="voix"><span class="hashtag">#franchementinconvenant.</span> <span class="hashtag">#pasnormal.</span> <span class="hashtag" lang="en" xml:lang="en">#noway.</span> <span class="hashtag">#quepenseraientlesgens</span> ?</p>
<p class="voix">Ce NoéNaute assis dans un café regarde l’histoire dans laquelle il se trouve. Sa mâchoire creuse ses joues, histoire de bien accentuer le regard qu’il porte sur les passants. Puis sur son écran. Il lit l’obstination qui l’a mené, il ne sait plus trop ni comment ni pourquoi, jusqu’à sa mort. La canne reposant sur le rebord de sa chaise témoigne du chemin qu’il a parcouru depuis. Des efforts qu’il a fournis. Du chaos qu’il a causé, juste parce qu’il le pouvait. Mais là ses épaules sont lourdes d’une prophétie. Veut-il encore singer Minus et Cortex <a epub:type="noteref" id="foot_ch8-8" href="#note_ch8-8">[8]</a>, tenter de conquérir le monde, en continuant une guerre fratricide… Ou bien sortir de ces histoires et partir se la couler douce en Valachie <a epub:type="noteref" id="foot_ch8-9" href="#note_ch8-9">[9]</a>… Pourtant il a déjà bien entamé le boulot. Tué. Assumé le rôle du méchant. Écrit l’histoire, réécrit l’histoire. Créé des haines et des accidents. Impossible de s’arrêter ainsi en chemin.</p>
<p>Ce NoéNaute assis dans un café regarde l’histoire dans laquelle il se trouve. Sa mâchoire creuse ses joues, histoire de bien accentuer le regard qu’il porte sur les passants. Puis sur son écran. Il lit l’obstination qui l’a mené, il ne sait plus trop ni comment ni pourquoi, jusqu’à sa mort. La canne reposant sur le rebord de sa chaise témoigne du chemin qu’il a parcouru depuis. Des efforts qu’il a fournis. Du chaos qu’il a causé, juste parce qu’il le pouvait. Mais là ses épaules sont lourdes d’une prophétie. Veut-il encore singer Minus et Cortex <a epub:type="noteref" id="foot_ch8-8" href="#note_ch8-8">[8]</a>, tenter de conquérir le monde, en continuant une guerre fratricide… Ou bien sortir de ces histoires et partir se la couler douce en Valachie <a epub:type="noteref" id="foot_ch8-9" href="#note_ch8-9">[9]</a>… Pourtant il a déjà bien entamé le boulot. Tué. Assumé le rôle du méchant. Écrit l’histoire, réécrit l’histoire. Créé des haines et des accidents. Impossible de s’arrêter ainsi en chemin.</p>
<p><span class="hashtag">#toutçapourrien</span> ?</p>
<p><span class="hashtag">#franchementinconvenant.</span></p>
<p><span class="hashtag">#pasnormal.</span></p>
......@@ -287,7 +287,7 @@
<h3 id="addenda-finaux"><a href="#TOC">Addenda finaux — L’avant et l’après.</a></h3>
<p>Toutes les histoires que j’ai pu écrire sont liées. Elles se passent toutes dans le même univers. Des personnages reviennent, se recroisent, apparaissent pour un clin d’œil puis s’incrustent dans le récit…</p>
<p>Avant ce roman feuilleton, j’ai trois histoires à mon actif. <cite lang="en" xml:lang="en">Damage Escort</cite> (2005, je crois), le scénario de court métrage. Et les comédies théâtrales <cite>Tocante – un Cadeau Empoisonné</cite> ainsi que <cite lang="en" xml:lang="en">AndroGame – un <i lang="en" xml:lang="en" class="droit">Sex-Toy</i> Angélique</cite>.</p>
<p>Madame Marquet, par exemple, est le « gollum » de ces deux pièces de théâtre : le personnage qu’on ne voit pas, mais qui est toujours présent et qui est un ressort indispensable aux rouages de l’histoire. Cette concierge hackeuse à l’accent provençal ne devait faire qu’une petite apparition dans <cite>Smartarded</cite>. Puis elle s’y est sentie bien, et elle s’est impliquée.</p>
<p>Madame Marquet, par exemple, est le « gollum » de ces deux pièces de théâtre : le personnage qu’on ne voit pas, mais qui est toujours présent et qui est un ressort indispensable aux rouages de l’histoire. Cette concierge hackeuse à l’accent provençal ne devait faire qu’une petite apparition dans <cite lang="en" xml:lang="en">Smartarded</cite>. Puis elle s’y est sentie bien, et elle s’est impliquée.</p>
<p>Brigitte, qui parle souvent de « rouages » (épisode 7) est en fait la femme d’Alain (ami d’Oscar, le personnage principal de <cite>Tocante</cite>, et ex-boss de Dorian, personnage principal d’<cite lang="en" xml:lang="en">AndroGame</cite>). C’est dans ce même épisode qu’on fait allusion à Jérôme, le collègue d’Oscar dans <cite>Tocante</cite>.</p>
<p>Raphaëlle, elle, vient directement de la fin d’<cite lang="en" xml:lang="en">AndroGame</cite>. Ce n’est donc pas pour rien qu’il s’agit d’un « être interdit » (épisode 21) qui est souvent lié au concept de lumière (épisode 8)… Mais ce genre de chose sera certainement développé dans de prochains romans des NoéNautes.</p>
<p>Parce que je ne vais pas te laisser comme ça ! Mes intentions pour la suite ne sont pas très claires, pour l’instant. Je sais que j’ai envie de reprendre le scénario <cite lang="en" xml:lang="en">Damage Escort</cite>. Enguerrand et Cassie viennent tous deux de là, et je me dis que ce serait un beau bonus hors-série à proposer à un moment ou à un autre.</p>
......
Supports Markdown
0% or .
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment