Commit 5cb0cf3f authored by kinou's avatar kinou
Browse files

ajout de la class addenda dans la bonne section

parent d8740554
......@@ -263,9 +263,8 @@
<p><q>— La Marquet ne vous a pas dénoncés à eux. Elle me les a envoyés à moi. Fufu, à trois, tu démarres en trombe, et tu ne regardes pas le rétro, compris ? Allez… TROIS !</q></p>
</section>
<section epub:type="bodymatter foreword">
<section epub:type="bodymatter foreword" class="addenda">
<h3 id="addenda-au-chapitre-1"><a href="#TOC">Addenda au chapitre 1<span class="titre-souschapitre">À des moments.</span></a></h3>
<div class="addenda">
<p>Ces ajouts vont servir à te raconter les coulisses de l’écriture de ce roman. Ceci n’est pas une histoire, c’est la vie. On a tendance à conter nos vies comme des histoires, mais ce ne serait pas juste. Dans une histoire, tout est lié en une jolie ligne qui se suit. La vie, c’est plus une constellation de moments où parfois, si tu relies les points, coup de bol : tu tombes sur un dessin. Voici quelques points de la vie de Pouhiou, auteur.</p>
<p>À un moment, il y a le <cite lang="zh" xml:lang="zk">Ying-King</cite>. Le <cite lang="zh" xml:lang="zh">Yi-King</cite> est un des plus anciens ouvrages connus. C’est un livre de sagesse chinoise vieux d’environ 3000 ans qui décrit les états du monde et leurs mutations. Le tout dans un mode de pensée taoïste : <i lang="zh" xml:lang="zh">Yin &amp; Yang</i>, toute chose est équilibrée par son opposé, la roue tourne, etc. Le monde est ainsi divisé en 64 états, 64 arcanes, 64 hexagrammes.</p>
<p>À un moment, il y a l’envie de twitter un roman. Une histoire ou le héros parlerait 140 caractères à la fois. Avec plusieurs personnages qui lui répondent. Avec la date et l’heure sur chaque phrase. Et la géolocalisation. Et surtout, surtout, avec des <span class="hashtag">#hashtags.</span> Pour leur côté expressionniste.</p>
......@@ -278,7 +277,6 @@
<p>C’est là que les points ont commencé à se relier. Avec le <cite xml:lang="zh" lang="zh">Yi-King</cite>, j’ai 8 livres. 8 chapitres par livre. Imaginons 8 épisodes par chapitre. Au lieu de 1600 mots par jour, faisons-en 800. Un épisode par jour, 4 jours par semaine. Le 5<sup>e</sup> on débriefe, on <i class="droit" xml:lang="la" lang="la">addendume</i>.</p>
<p>Un article par jour, c’est un blog. Le blog d’un connard professionnel en cavale, qui joue avec le pouvoir des histoires. Et qui publie chaque jour à 17h38 (88h88 = 89h38 = 3x24h + 17h38). Si tu dois chercher un responsable à ce roman : blâme donc le chiffre 8.</p>
<p>Pouhiou.</p>
</div>
</section>
<aside epub:type="footnotes">
<ol>
......
......@@ -233,9 +233,8 @@
— C’est grâce à moi qu’ils savent où on est.</q>
</section>
<section epub:type="bodymatter foreword">
<section epub:type="bodymatter foreword" class="addenda">
<h3 id="addenda-au-chapitre-2"><a href="#TOC">Addenda au chapitre 2  _  Dièse étiquette, blague privée.</a></h3>
<div class="addenda">
<p>Les <i class="hashtag" lang="en" xml:lang="en">#hashtags</i> (mots-clés précédés d’une dièse) font régulièrement débat. Que ce soit sur le blog, ou lors de l’édition de ce livre, ils ont provoqué toutes sortes de questionnements. Sont-ils utiles ? Sont-ils un effet de mode ? Sont-ils une gêne à la lecture ? Une aide vers une autre sorte de compréhension ?</p>
<p>Je fais ici un aveu frontal : je ne me suis jamais posé ces questions. Quand je les ai découverts sur Twitter, ils m’ont paru une bonne idée. Et j’ai voulu jouer avec. Alors je l’ai fait. Alors, bien sûr, à postériori, je peux t’affirmer que j’aime leur double fonction.</p>
<p>La première fonction est très japonaise. Le japonais est une langue contextuelle. Tu ne vas pas dire « J’ai froid », « C’est froid » ou « Il fait froid ». Tu vas simplement dire « Froid. » Ton interlocuteur va te voir te frotter les bras, ou lever ta tasse de thé refroidie, ou montrer le vent, dehors. Il comprendra. Je pense que c’est mon étude du japonais qui m’a poussé à aimer le hashtag.</p>
......@@ -254,7 +253,6 @@
<p><a href="#episode-13">Épisode 13</a> : Fulbert se lève de son fauteuil. Puis il pousse le mien. Dans mon cas, cet entraînement n’était pas facultatif. <i class="hashtag" lang="en" xml:lang="en">#privatejoke.</i></p>
<p>Sois prévenu-e : Enguerrand est joueur.</p>
<p>Pouhiou.</p>
</div>
</section>
<aside epub:type="footnotes">
......
......@@ -232,9 +232,8 @@
<p><q>— Avant tout, je veux que tu arrêtes de bloguer. Dès ce soir.</q></p>
</section>
<section epub:type="bodymatter foreword">
<section epub:type="bodymatter foreword" class="addenda">
<h3 id="addenda-au-chapitre-3"><a href="#TOC">Addenda au chapitre 3  —  Construction spontanée du chapitre.</a></h3>
<div class="addenda">
<p>Je ne sais pas si tu as lu, mais il semble qu’Enguerrand veuille me plonger dans son histoire. J’avoue que je l’ai senti venir. Cela faisait plusieurs fois qu’il évoquait le blog et « le blogueur », mais là il y est allé franco.</p>
<p>Dans l’épisode 21, il fait de moi son complice inconscient. Il insinue (limite il déclare) que je ne serais qu’un pantin manipulé par ses soins depuis la noosphère. Le mec qui reçoit ses billets, en réécrit le style et les publie sur un blog.</p>
<p>Mon problème, c’est que dans le fond c’est un peu vrai. Je n’ai pas contrôlé l’écriture de ce roman. Ce n’est pas moi qui était aux manettes : les choses se décident d’elles-mêmes. Ça paraît barré, comme ça… Ça fait auteur qui prend la pose. Mais c’est juste ce que je vis.</p>
......@@ -248,8 +247,8 @@
<p>Du coup, tout le processus d’écriture n’a été qu’un long laisser-aller. Mon travail était de découvrir la suite, et de la noter. Et ma surprise a été grande de découvrir que suite à l’interdiction de Laly de continuer le blog, plus rien n’est venu.</p>
<p>Une semaine de pause s’est faite dans la publication. Sans raison. Puis, une semaine plus tard, il s’est écrit ce que tu vas lire.</p>
<p>Pouhiou.</p>
</div>
</section>
<aside epub:type="footnotes">
<ol>
<li>Je confirme : c’est impossible. Donc, Enguerrand, cesse de me mêler à tout ça. Signé : ton auteur courroucé. (<abbr>NdP</abbr>)  <a epub:type="footnote" id="note_ch3-1" href="#foot_ch3-1">^1</a></li>
......
......@@ -272,7 +272,7 @@
<p>Moins d’une semaine, qu’il nous restait, à tenir ensemble. On commençait à peine à s’apprécier. Mais là il est temps d’aller récolter les infos : notre ennemi n’est peut-être pas celui qu’on s’imaginait.</p>
</section>
<section epub:type="bodymatter foreword">
<section epub:type="bodymatter foreword" class="addenda">
<h3 id="addenda-au-chapitre-4"><a href="#TOC">Addenda au chapitre 4 — Trouver la première phrase.</a></h3><p>Tu sais déjà comment les chapitres se sont construits. Pour les épisodes c’était un défi quotidien. Un défi simple mais qui déclenchait tout : trouver la première phrase.</p>
<p>Je ne peux pas commencer l’épisode si je n’ai pas la première phrase. Partir sur un mot, une émotion, une impulsion, et le reste se déroule de soi. Mais plus on avance dans l’écriture, plus j’ai l’intuition que je dois laisser la première phrase me trouver. Pas de façon mystique, genre « inspiration divine ». Je ne crois pas non plus être le jouet d’Enguerrand, d’un NoéNaute.</p>
<p>C’est juste que plus je « veux », plus je force… et plus je m’embourbe et me plante. Souvent, je suis le premier surpris de voir là où Enguerrand et les autres personnages nous mènent. Quand je résiste à une révélation (du genre « non, pas maintenant, je voulais en garder pour plus tard ! ») ou à un tournant de l’histoire, je ne fais que perdre du temps. L’histoire et l’écriture se bloquent jusqu’à ce que je cède.</p>
......
......@@ -303,7 +303,7 @@
<p><q>— OK : lequel d’entre nous nous a trahis en effaçant la mémoire de mon père ?</q></p>
</section>
<section epub:type="bodymatter foreword">
<section epub:type="bodymatter foreword" class="addenda">
<h3 id="addendum-au-chapitre-5"><a href="#TOC">Addendum au chapitre 5 — Savoir parler à Futur-Moi.</a></h3>
<p>C’est officiel : je suis devenu un personnage des Noénautes. Même si je l’ai vu venir, je peux te jurer que je ne l’ai pas décidé. Ce que dit Enguerrand sur notre relation est –paradoxalement– assez juste. On doit être, d’une certaine manière, « connectés ». Quand je suis penché sur ma tablette, quand je frôle mon clavier, ce n’est pas moi qui écrit.</p>
<p>J’ai à mon actif un scénar de court-métrage et deux pièces de théâtre. Je sais comment ça se passe. C’est comme si les histoires avaient leur propre volonté. Les œuvres s’écrivent toutes seules. Moi je suis juste là pour prendre des notes.</p>
......
Markdown is supported
0% or .
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment