Commit 22a7f4bd authored by kinou's avatar kinou
Browse files

changement des <q> en <p>

parent 375ba58b
......@@ -90,8 +90,8 @@
<p>C’est là qu’il me fait un cours sur le magnétisme délateur. Ça, c’est ma vie. Et elle s’enchaîne un jour à la fois.</p>
<p class="analepse">— Fin de la séquence.</p>
<p>Quelques litres d’acide lactique plus loin, quand on est trop essoufflés pour sentir s'ils sont encore derrière nous ou pas, j’enrage.</p>
<p><q>— Il fallait vraiment que tu gardes le bouquin ?<br />
— Mais tu sais qu’on la trouve plus, cette édition ? <cite>Le Guide du Routard</cite> a attaqué l’éditeur français. Ils ont dû changer le titre. Maintenant on ne trouve plus que du <cite>Guide du Voyageur Intergalactique</cite>. Avoue que ça pue trop, non ?</q></p>
<p>— Il fallait vraiment que tu gardes le bouquin ?</p>
<p>— Mais tu sais qu’on la trouve plus, cette édition ? <cite>Le Guide du Routard</cite> a attaqué l’éditeur français. Ils ont dû changer le titre. Maintenant on ne trouve plus que du <cite>Guide du Voyageur Intergalactique</cite>. Avoue que ça pue trop, non ?</p>
<p>Oui, Fulbert : ça pue. Ça pue aussi fort que du caca au raifort. C’est ce que j’aurais dû rétorquer. Ça le fait rire quand on parle comme des gosses. Au lieu de ça, j’ai fixé la ruelle, derrière lui.</p>
<p>Ils nous avaient retrouvés.</p>
<p>Ils nous tenaient en joue au milieu des barres d’immeubles.</p>
......@@ -107,10 +107,10 @@
<p>Je voulais te décrire Fulbert. Je vais te la faire très courte. <span class="hashtag" lang="en" xml:lang="en">#longstoryshort.</span></p>
<p>Fulbert c’est le mec qui me connaît.</p>
<p>Alors qu’on retourne vers notre 205, il me demande juste :</p>
<p><q>— Combien t’as perdu ?<br />
— 210 grammes.<br />
— Y’avait que 10 racailles ? J’ai cru en compter 12…<br />
— J’ai perdu 210 grammes, Fulbert. Pas un de plus.</q></p>
<p>— Combien t’as perdu ?</p>
<p>— 210 grammes.</p>
<p>— Y’avait que 10 racailles ? J’ai cru en compter 12…</p>
<p>— J’ai perdu 210 grammes, Fulbert. Pas un de plus.</p>
<p>Parce que il me connaît, Fulbert. Il sait que c’est moi qui ai poussé ces gamins à devenir ces racailles défendant leur territoire. <span class="hashtag">#EnguerrandExMachina.</span></p>
<p>Parce que Fulbert il me connaît. Et il connaît le tarif. 21 grammes par tête.</p>
<p>Je t’avais bien dit que t’étais tombé dans un récit fantastique, non ?</p>
......@@ -220,13 +220,13 @@
<p>Y’en a un qui a voulu prendre des notes.</p>
<p>Et un à qui je les envoie <a epub:type="noteref" href="#note_ch1-12" id="foot_ch1-12">[12]</a>.</p>
<p>Et puis, il y a Madame Marquet…</p>
<p><q>— On a un problème, mon pitchoun. Je ne t’ai pas posé de questions parce que je veux pas être embarrassée de réponses. Mais les gens que tu fuis ne sont pas trop couillons. Ils m’ont déjà donné leur numéro, au cas où tu me contacterais. Ils vont finir par savoir que je suis ici, et que tu y as été. Comment je ferai, alors pour ne pas te dénoncer ?<br />
— Non mais Miss Marquet, ils pourront pas vous…<br />
— Je sais, mon petit Fulbert. Je sais pas comment, je sais pas pourquoi, mais j’ai bien compris que j’étais protégée de vos calembredaines, là.<br />
— C’est simple. Vous croyez déjà à la moindre histoire qu’on pourrait vous raconter.<br />
— Ben attend, naine ! Si c’est vrai dans ta tête, c’est vrai dans ta vie, non ?<br />
— Justement : vous êtes ouverte à chaque nouvelle pensée. Donc du coup, les idées ont beaucoup de mal à accrocher sur vous.<br />
— Tu veux dire que je suis tellement ouverte d’esprit que ça fait courant d’air <a epub:type="noteref" href="#note_ch1-13" id="foot_ch1-13">[13]</a></q></p>
<p>— On a un problème, mon pitchoun. Je ne t’ai pas posé de questions parce que je veux pas être embarrassée de réponses. Mais les gens que tu fuis ne sont pas trop couillons. Ils m’ont déjà donné leur numéro, au cas où tu me contacterais. Ils vont finir par savoir que je suis ici, et que tu y as été. Comment je ferai, alors pour ne pas te dénoncer ?</p>
<p>— Non mais Miss Marquet, ils pourront pas vous…</p>
<p>— Je sais, mon petit Fulbert. Je sais pas comment, je sais pas pourquoi, mais j’ai bien compris que j’étais protégée de vos calembredaines, là.</p>
<p>— C’est simple. Vous croyez déjà à la moindre histoire qu’on pourrait vous raconter.</p>
<p>— Ben attend, naine ! Si c’est vrai dans ta tête, c’est vrai dans ta vie, non ?</p>
<p>— Justement : vous êtes ouverte à chaque nouvelle pensée. Donc du coup, les idées ont beaucoup de mal à accrocher sur vous.</p>
<p>— Tu veux dire que je suis tellement ouverte d’esprit que ça fait courant d’air <a epub:type="noteref" href="#note_ch1-13" id="foot_ch1-13">[13]</a></p>
<p>Fulbert s’esclaffe. Ça fait longtemps que je ne l’avais pas vu rire. Ça lui va bien. Il rit des trois mois passés à tout m’apprendre, en loucedé. Trois mois à angoisser de se faire choper. <span class="hashtag">#peur.</span> Il rit les deux semaines de cavale qu’on vient de se farcir. Les fusillades. Les heures de conduites. <span class="hashtag">#fatigue.</span> Les nuits paranoïaques dans des Formules 1 pourris. Il rit la fatigue accumulée, le fric qu’on a plus, les idées à court et le bout du rouleau. <abbr class="hashtag" title="#creuse pas plus après c'est la Chine">#creusepasplusaprèsc’estlachine.</abbr></p>
<p>Il rit tout ça, mon Fulbert, et je vois chacune de ces pensées s’évaporer dans ses spasmes abdominaux. Faut vraiment que je coupe la visualisation. Éteindre la magmavision. Décocher le calque « monde des idées ». Quand je suis fatigué, je vois tout, je vois trop. Madame Marquet attend respectueusement que Fulbert ait fini de rire, avant de reprendre.</p>
<p><q>— Mes chérubins, il n’y a pas que la manipulation mentale, dans la vie. Quand vos copains me retrouveront, ils auront mille et un moyens de me transformer en collabo. Donc quitte à finir tondue, j’ai bien envie d’en profiter un peu, pas vous ?</q></p>
......
Supports Markdown
0% or .
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment