Commit 075ec6a7 authored by kinou's avatar kinou
Browse files

petites corrections

parent be0d8df7
......@@ -38,7 +38,7 @@
<p>Bref, quand tu cherches le prénom d’un second rôle marquant et décalé, c’est toujours un Victor. Non pas que les scénaristes manquent d’imagination. Juste d’un dictionnaire de prénoms.</p>
<p>Donc on a emménagé tous ensemble. Les NoéNautes. Et le petit dernier fraîchement re-baptisé. Et Madame Marquet. Je ne te dirai pas où on se trouve, Vérand'a et les autres Noétiens pourraient lire. Disons juste que nous sommes calés tant qu’on ne touche pas le fond.</p>
<p>Nous vivons ensemble autour de Victor.</p>
<p>Attendant que la noétie en lui s’éveille. Parce que maintenant qu’il a son prénom, ce n’est plus qu’une question de temps. Et parce qu’un homme qui a reçu un entraînement de Noétien, s'il s’avère qu’il est en plus NoéNaute, ça peut juste devenir Hiroshima dans un jean moulant. Une arme ultime au petit cul magnifique. Du coup nous le couvons. Essayant de l’éduquer, de lui apprendre en cours accéléré des ficelles du métier. En attendant impatiemment que tout cela se déclenche afin qu’on puisse le faire passer à la pratique.</p>
<p>Attendant que la noétie en lui s’éveille. Parce que maintenant qu’il a son prénom, ce n’est plus qu’une question de temps. Et parce qu’un homme qui a reçu un entraînement de Noétien, s'il s’avère qu’il est en plus NoéNaute, ça peut juste devenir Hiroshima dans un <i lang="en" xml:lang="en" class="droit">jean</i> moulant. Une arme ultime au petit cul magnifique. Du coup nous le couvons. Essayant de l’éduquer, de lui apprendre en cours accéléré des ficelles du métier. En attendant impatiemment que tout cela se déclenche afin qu’on puisse le faire passer à la pratique.</p>
<p><q>— Tu sais mon pitchoun, si les émotifs anonymes ça t’a aidé, ça peut pas être mauvais pour lui non ?</q></p>
<p>Que l’on soit bien d’accord. Madame Marquet abhorre les trucsmuches anonymes. Tout ce qui est « programme en 12 étapes », elle le conchie. Du coup elle va à toutes les réunions qu’elle trouve. Elle repère les églises, les maisons d’associations, les écoles où se tiennent ce genre de réunions. Et elle s’inscrit partout. Même au cancer de la prostate. Et là, elle saborde le truc de l’intérieur.</p>
<p><q>— Non mais tu te rends compte, naine, de ce qu’ils font ? Ils te prennent des gens en détresse, et ils z’y font bouffer leur programme. Toujours avec l’étape où une saloperie de puissance supérieure, Dieu ou un de ses collègues de bureau, va te donner l’aide tant attendue. Et cette bande de pisse-froid remplace une addiction à la drogue, ou à l’alcool, ou à l’angoisse par une addiction à Dieu, naine ! Et après on vient s’étonner que le double v Bush, là, il soit un peu branque ! Mah il s’est fait laver le cerveau à la chaux d’église, tiens !</q></p>
......@@ -50,7 +50,7 @@
<h3 id="episode-42"><a href="#TOC">Épisode 42 <span class="titre-souschapitre">Réponse</span></a></h3>
<p>Et toi, c’est quoi ton histoire ? Non, ne va pas te précipiter dans les commentaires du blog pour y jouer à 36 15 MaVie : cette question est purement rhétorique. Je me contrefiche de ce qui se passe dans ton crâne.</p>
<p>J’aurais bien une petite curiosité pour découvrir ce qui te pousse à continuer de lire ces lignes, mais je crains que ta motivation ne soit d’une banalité affligeante. Il n’empêche. Tel le pot de géranium chutant dans les airs vers un écrasement certain et se disant :</p>
<p>« <i lang="en" xml:lang="en">>oh no, not again</i> »</p>
<p>« <i lang="en" xml:lang="en">oh no, not again</i> »</p>
<p>…tu dois avoir une histoire. Un ensemble d’événements fortuits, et d’émotions, et de pensées que tu as figés dans un beau canevas pour qu’il te raconte une fresque qui te permette de dire :</p>
<p>« Voilà pourquoi je suis moi. »</p>
<p>Je suis celui qui s’est tant sacrifié pour le bien commun et qui a fait tellement de concessions que je ne peux pas perdre cette élection. Je suis tellement angoissé par le vide que je trompe l’ennui en me remplissant de bouffe, de sport ou d’alcool. Ma mère m’a si peu montré de signes d’affection qu’il faut que ma patronne remarque et reconnaisse mon dur labeur. On ne peut pas me changer. Avec ce que j’ai vécu, voilà ce que je suis devenu. Ça fait partie de moi, maintenant.</p>
......@@ -148,7 +148,7 @@
<p><q>— Mets ça sur ta bosse et n’aie pas l’air si déçu. Madame Marquet vous a entendu en parler avec Victor, le jour où vous avez acheté la péniche. Et comme toute bonne commère, elle ne sait pas tenir sa langue bien longtemps. Allez, on cesse de te faire marcher et on t’écoute : conte-nous tout.</q></p>
<p>C’est comme ils ont dit. J’ai assez vite réalisé que le petit morceau de moelle osseuse pincé entre deux vertèbres qui me clouait à mon fauteuil était (relativement) de la graisse. Et quand j’ai compris que je pouvais faire bouger le gras en moi… Dans un fauteuil, tu dois régulièrement calculer à l’avance quels seront tes obstacles et comment les surmonter, ou les contourner.</p>
<p>Là je savais que c’était un coup de <i lang="en" xml:lang="en" class="droit">poker</i> proche du suicide.</p>
<p>Donc je me suis entraîné. Dans le chalet en Séronais, j’ai fait du gras. Durant le temps que j’ai dû passer au manoir jaune, à supporter la Laly comme un châtiment.</p>
<p>Donc je me suis entraîné. Dans le chalet en Séronais, j’ai fait du gras. Durant le temps que j’ai dû passer au manoir Jaune, à supporter la Laly comme un châtiment.</p>
<p class="voix">J’ai joué à bouger le gras en moi.</p>
<p>Le but était d’arriver à la fois à glisser une couche de gras-du-bide (21 grammes, très exactement) entre le cartilage de mes vertèbres et la moelle pincée. Et d’augmenter l’épaisseur de cette couche lubrifiante pour faciliter la libération. Tout en faisant levier sur une autre idée pour que mes gras neurones pris au piège de mes lombaires retournent au cœur de ma colonne vertébrale.</p>
<p>J’ai travaillé des heures et des heures à maîtriser ces mouvements lipidiques. À acquérir la précision qu’il fallait pour y parvenir. Le jour où Vérand'a a attaqué, j’étais prêt. Malheureusement, elle aussi. Elle m’a volé mon moment. Il nous a fallu la combattre, et nous rendre compte de qui était l'ennemi. Du coup, quand nous nous sommes séparés pour aller à la pêche aux informations et aux moyens, j’ai saisi l’intermède qui m’était proposé. J’ai dit aux autres qu’il me fallait plus de soins. Ils m’ont amené à Calisséo. J’y ai inceptionné quelques infirmières et des kinés pour qu’ils me fassent une rééducation.</p>
......
Supports Markdown
0% or .
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment