Commit fe49f796 authored by Yann Kervran's avatar Yann Kervran

Fin premier jet Qit’a 091 Maître de chapelle

parent ea597d5e
......@@ -151,6 +151,8 @@
[^bricole]: Engin de siège propulsant des pierres.
[^burchard q190]: Question 190 du pénitentiel de Burchard de Worms : « As-tu mangé la nourriture des Juifs ou des autres païens, qu’ils ont préparée pour eux? Si oui, tu feras pénitence dix jours au pain et à l’eau ».
[^byzantin]: Ce sont les Byzantins qu’on appelle alors Romains, comme ils se nomment eux-mêmes.
[^caffaro]: Célèbre consul génois (v.1080-v.1164), diplomate et guerrier, qui participa à la Première croisade et entreprit d’écrire l’histoire de sa cité.
......
......@@ -104,27 +104,41 @@ L’homme l’accueillit d’un sourire poli, sans crainte, puis le salua avec r
— De certes, de qui tenez-vous ces amiables récits ? J’y a trouvé quelques beaux sujets propres à édifier. Et l’exemple venant de si haut, il n’en est que plus inspirant.
— La plupart sont des extraits des chansons de celui qu’on nomme Richard, pérégrin des premier temps. Un certain nombre vient de choses que ja’i entendues ici et là, quoique je confesse avoir parfois fleuri de menus détails, souventes fois pour la rime.
— La plupart sont des extraits des chansons de celui qu’on nomme Richard, pérégrin des premier temps. Un certain nombre vient de choses que j’ai entendues ici et là, quoique je confesse avoir parfois fleuri de menus détails, souventes fois pour la rime.
— Oh, vous versifiez ?
— J’ai ce plaisir, certes. J’ai étudié quelques années, pour savoir mes arts assez. Du moins suffisamment pour sortir de cette pauvre caboche de quoi enjoyer peuple et barons. »
— J’ai ce plaisir, certes. J’ai étudié quelques années, pour savoir mes arts assez. Du moins suffisamment pour sortir de cette pauvre caboche de quoi enjoyer laboureurs et barons. »
Gilbert était tellement ébahi de voir que certains saltimbanques avaient donc quelques lettres qqu’il en oublia sa déception à la nouvelle que les exploits de Godefroy étaient en grande partie imaginaire.
Gilbert était tellement ébahi de voir que certains saltimbanques avaient donc quelques lettres qu’il en oublia sa déception à la nouvelle que les exploits de Godefroy étaient en grande partie imaginaire.
« Concevez-vous également les mélodies de vos chants ?
J’emprunte ici et là de quoi nourrir ma besace, mais ce qui en sort est bien de moi. »
Certes. J’emprunte ici et là de quoi garnir ma besace, mais ce qui en sort est bien de moi. »
Gilbert sourit de toutes ses dents. C’était la première fois qu’il s’entretenait avec un compositeur qui créait des pièces originales, selon sa propre inspiration. Il crut un instant se trouver au paradis.
« Auriez-vous un peu de temps pour parler musique ? »
## Sagette, château de La Tour-Baudoin, matinée du mardi 15 décembre 1159
Une large table était installée dans un des coins de la grande salle d’audience lorsque Géraud ne recevait pas. Le personnel de son administration s’y installait pour établir les comtpes, rédiger les missives ou recopier les chartes. Gilbert avait pris l’habitude de s’y installer pour travailler, profitant de la tiédeur de la pièce et de la calme activité qui y régnait; C’est l’endroit qui lui rappelait le plus le monastère. En dehors du seigneur de Sagette et de sa famille, nul n’élevait la voix et bien peu parlaient haut.
Il y préparait avec application ses célébrations sur de petites tablettes de cire et y venait lire les quelques ouvrages dont la chapelle était dotée. Il s’y trouvait un épitomé du pénitentiel de Burchard de Worms, qu’il avait toujours connu. Il regrettait juste que c’en soit une forme abrégée, car il se sentait parfois désarmé par les péchés auxquels il était confronté; Tout ce qui ressortissait des soucis de conflit armé ou des relations avec la femme lui était difficile à appréhender, et il n’avait jamais eu à se confronter à ces questions jusque là. Il avait donc emprunté à la bibliothèque de l’évêque de Sagette une version plus complète des questions et se confectionnait un addendum pour ces points.
Il en était à un point qui le questionnait au plus haut point, et qui concernait les interdits alimentaires : *Comedisti de cibo Judaeorum vel aliorum paganorum quem ipsi sibi prapeparverunt*[^burchard q190]. Ce *aliorum paganorum semblait indiquer que chaque fois Géraud ou, plus souvent Renaud, partageait un repas avec les mahométans, en tant qu’émissaire, il devait faire ensuite pénitence dix jours au pain et à l’eau. Ce qui nétait pas sans poser de problème, d’autant qu’ils n’avaient jamais confessé encore pareil péché alors que Gilbert savait pertinement qu’ils s’étaient déjà trouvés dans ce cas. Il nota la question pour l’aborder avec son propre confesseur, voire avec l’évêque.
Estimant qu’il avait assez travaillé pour le matin, il alla marcher un peu dans la grande cour. Malgré le soleil, un vente descendu dse montagnes apportait de la fraîcheur et il avait enfilé des chausses de laine épaisses. C’étaient là une des commodités de la vie séculière qu’il aimait assez, de pouvoir se vêtir de façon confortable. Il continuait de porter de simple cotte de laine longues, incapable d’assumer l’indécence de les couper au genou. Il prenait par contre grand soin de sa tonsure, indicatrice de son état de clerc. Au milieu du peuple, il était toujorus inquiet qu’on l’aborde comme un simple quidam et pas avec le respect dû à sa fonction. Ce n’était nullement par orgueil, mais par crainte de ne savoir commen réagir correctement.
Lorsqu’il revint dans la grande salle, il vit qu’on commençait à dresser la table pour le repas. Géraud était présent et discutait avec plusieurs de ses chevaliers des campagnes de l’année; il était à la fois heureux de n’y avoir rien perdu, mais aussi un peu déçu qu’aucune conquête n’ait pu se faire, malgré la grande rencontre avec le roi byzantin. Il trouvait qu’on faisait bien grand cas d’un souverain qui n’avait guère à cœur les intérêts du royaume. Il expliquait que son père, le grand Eustache, *l’épée et le bouclier du royaume*, avait toujours eu grande méfiance de ceux qu’ils considéraient à peine moins que des hérétiques. géraud n’était pas loin de aprtager son avis.
Sans se faire remarquer, Gilbert alla ranger ses affaires, rangeant soigneusement les codex dans des étuis de cuir et classant ses feuillets dans un portfolio. Dans un coin du coffre où il laissait tous ses écrits, il aperçut les notes qu’il tenait de Herbelot. Il n’y avait guère travaillé, manquant d’inspiration, trouvant l’entreprise trop ambitieuse pour lui.,Il s’en voulait un pue de conserver ainsi un tel travail sans rizen en faire. Puis il eut soudain une idée : il pouvait se servir de ces idées pour des conseils à son seigneur. Mais de façon détournée peut-être, en s’adressant justement à ce fameux roi byzantin, ce Manuel Comnène, en le prenant à parti. Ses propos n’en auraient que plus de facilité à se faire accepter par ceux dont il avait la charge d’âme. ❧
## Notes
Dès que les vêpres du jour sont terminées, on dit immédiatement vêpres des morts, avec antiennes, et après complies, matines des morts avec antiennes et répliques, chantées d'une voix pleine et sonore et avec une grande douceur ; le lendemain matin, après les matines du jour, laudes des morts.
Le statut des clercs est extrêmement varié et leurs fonctions au sein de la société pouvaient prendre de nombreuses formes. Vu qu’ils constituait la frange la plus littéraire de la société, ils nous ont laissé, par chance, une documentation assez conséquente sur cette société aprallèle dans laquelle ils évoluaient. Cela n’en rend pas forcément la découverte et le aprcours aisé pour les néophytes séculiers que nous sommes pour la plupart. On ne peut néanmoins pas se résoudre à accepter comme suffisantes les maigres caricatures que l’on nous assène invariablement du moine paillard, du curé inquisiteur ou de l’évêque politicien.
La pléthore de fonctions qu’ils avaient à remplir créait autant de caractères qu’il y avait de situation, et la lecture des sources nous montre une infinie variation de vies. Malgré toutes els tentatives de réforme, de contrôle par les hauts dignitaires, il n’existait aucune homogénéité et des traditions vivaces s’opposaient aprfois, régionalement ou culturellement. J’ai trouvé intéressant de montrer le parcours intellectuel que pouvait connaître un jeune oblat dont le destin aurait voulu qui doive sortir de la clôture qu’il avait toujours connu. Car c’est aussi la période où l’on estime que le service de Dieu ne peut être envisagé que par choix librement consenti.
## Références
......@@ -136,4 +150,6 @@ de Miramon Charles, « Embrasser l'état monastique à l'âge adulte (1050-1200)
Devailly Guy, « Le clergé régulier et le ministère paroissial » dans *Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public. 5e congrès*, Saint-Étienne, 1974, p. 151-164.
Gagnon François, *Le Corrector sive Medicus de Burchard de Worms (1000-1025) : présentation, traduction et commentaire ethno-historique*, Mémoire de Master, Université de Montréal, Département d’histoire, Faculté des arts et des sciences, 2010. [En ligne], consulté le 19 mars 2019, Adresse URL: <https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/4915>
Hilton Suzanne M., *A Cluniac office of the Dead*, Thèse de Master of Arts, Université du Maryland, College Park, 2005.
Markdown is supported
0% or
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment