Commit 9cd9df29 authored by Yann Kervran's avatar Yann Kervran

Suite premier jet Qit’a 090 Passage

parent c1e64eb9
...@@ -106,12 +106,38 @@ Devant le sourire de son épouse, qu’elle n’usait que fort rarement en dehor ...@@ -106,12 +106,38 @@ Devant le sourire de son épouse, qu’elle n’usait que fort rarement en dehor
Puis elle disparut avec gaieté dans l’escalier, chantonnant pour elle-même. Sanson se redressa, plissa les yeux. il fallait vraiment qu’il se dépêche de marier sa fille, avec un bon parti, qui puisse lui garantir que nul ne souffrirait s’il lui advenait malheur. Ernaut avait récemment prouvé à quel point il était prêt à s’investir pour défendre les siens, et cela confortait Sanson dans son aceptation du mariage de Libourc. Mais il savait aussi que Mahaut savait se montrer aussi épineuse qu’une rose. Et elle ne portait guère le jeune garçon dans son cœur, Dieu seul savait pourquoi. Puis elle disparut avec gaieté dans l’escalier, chantonnant pour elle-même. Sanson se redressa, plissa les yeux. il fallait vraiment qu’il se dépêche de marier sa fille, avec un bon parti, qui puisse lui garantir que nul ne souffrirait s’il lui advenait malheur. Ernaut avait récemment prouvé à quel point il était prêt à s’investir pour défendre les siens, et cela confortait Sanson dans son aceptation du mariage de Libourc. Mais il savait aussi que Mahaut savait se montrer aussi épineuse qu’une rose. Et elle ne portait guère le jeune garçon dans son cœur, Dieu seul savait pourquoi.
## Mahomeriola, demeure de Sanson de Brie, soir du vendredi 25 décembre 1159
Sanson avait battu en retraite vers le sous-sol, chassé par sa femme de la préparation du repas. D’humeur particulièrement taquine, il avait fini par s’attirer des reproches. Il était resté assis à table afin de ne pas trop avoir à se mouvoir dans la maison, inquiet de provoquer une catastrophe à cause de sa maladresse née du manque de lumière. Muni d’une petite lampe, il avançait précautionneusement jusqu’à la huche qu’il avait confectionnée pour Libourc. Il y plaçait tous les objets de prix, étoffes et vêtements essentiellement, dont il était convenu qu’il les apporterait en dot pour le mariage. mais il s’y trouvait un autre élément qu’il appréciait tout particulièrement.
Il déverrouilla le coffre avec la petite clef qui ne le quittait jamais et prit sur la paquet d’étoffes le petit cheval à roulettes qu’il avait sculpté sans le dire à personne. C’était, autant qu’il pouvait s’en sovuenir, une copie de celui que ses enfants avaient poussé dans la cour de l’échoppe à Meaux. Libourc le reconnaîtrait sans aucun doute. C’était une façon pour lui de leur souhaiter une famille nombreuse, tout en créant un peu de lien avec ceux qui étaient demeurés en Champagne.
Il sourit en caressant la crinière qu’il avait tracé de son couteau, vérifia le bon fonctionnement des roulettes puis replaça le tout. In capable de distinguer les motifs des magnifiques tissus roulés là, parmi les feuilles de menthe, il y laissa flâner sa main avant de refermer le lourd couvercle. Il était content de son travail, avait hésité un temps à faire orner le devant de décors locaux, mais la sobriété du meuble lui plaisait davantage.
Il se leva péniblement puis retrouva les escaliers, qu’il monta et se garantissant de la main le long du mur, jouant de la clef entre ses doigts. Tout le monde l’attendait et il s’installa directement à sa place, heureux de n’avoir rien heurté en chemin. Il récita le bénédicité l’esprit ailleurs puis annonça qu’il était plus que temps selon lui de célébrer ce mariage tant attendu, dès après Pâques. les deux jeunes gens en furent muets de stupeur et il sourit à la cantonade, heureux de son effet.
Il montra la clef et la tendit à Mahaut.
« Cette clef que je remets à ta mère sera la première qui ornera ta ceinture de femme, ma fille. Puisse-t-elle ouvrir la porte vers une vie heureuse. »
Il se tourna vers Ernaut, l’air plus grave.
« Ce n’est pas en cette huche que se tient mon plus précieux bien en cette terre, mon garçon. J’ose encroire que tu sais de quoi je parle. Sois bon mari pour elle, c’est tout ce qui importe. »
Impressionné par sa propre pontification et l’atmosphère grave qu’il venait d’instaurer, il sortit son petit canif et le déplia, l’air soudain exagérément enjoué.
« Mais en attendant, si nous faisions honneur à tous ces bons plats ? » ❧
## Notes ## Notes
Le rôle des familles dans le mariage médiéval n’était pas forcément aussi pregnant qu’on pourrait le croire de prime abord. L’influence de l’Église, qui insistait sur le consentement des jeunes mariés comme constituant essentiel de toute union, joua un rôle essentiel dans cette évolution. Il demeurait malgré tout le fait que la création de nouveaux foyers périphériques intervenait dans un réseau de relations sociales plus ou moins denses, en interaction avec les familles impliquées. Chaque parent voyait son rôle bouleversé, son rapport à son enfant devant être renégocié par le changemetn de statut que le mariage impliquait. Avec la naissance de la famille parentale au Moyen Âge en occident, cela signifiait aussi un changement du rapport à la vieillesse, celle-ci ne se déroulant plus dans le même cadre de famille élargie.
Il m’a semblé intéressant de voir comment on pouvait évoquer cette dialectique entre ce que le mariage entrainait pour l’enfant et pour le parent en complément de la vision que les fiancés pouvaient en avoir. Cela m’a semblé d’autant plus pertinent que le fait d’être colon dans une région éloignée des cercles familiaux habituels accentuaient certainement les difficultés que cela soulevait. Je n’ai malheureusement pas trouvé de travaux universitaires spécifiques sur cette notion de passage dans les âges de la vie pour nourrir plus précisément ce Qit’a au delà de ce que je pouvais extrapoler des recherches collatérales sur le mariage, voire la vision de la mort.
## Références ## Références
Brundage James A., *Law, Sex, and Christian Society in Medieval Europe*, Chicago : The University of Chicago Press, 1987.
d’Avray D. L., *Medieval marriage - Symbolism and Society*, Oxford : Oxford University Press, 2005.
Donahue, Charles Jr, *Law, Marriage, and Society in the Later Middle Ages*, Cambridge : Cambridge University Press, 2007.
Markdown is supported
0% or
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment