Commit 86582700 authored by Yann Kervran's avatar Yann Kervran

Corrections Valeureux prince

parent bfaa342d
......@@ -30,29 +30,31 @@ Ernaut manqua s'étouffer devant la provocation.
– Il a refusé de faire hommage au petit prince, aussi. C'est bien là vanité ! »
Droart, affalé contre le mur, ne prenait pas part à la conversation. Il savait qu'Ernaut entretenait une sorte de vénération pour le prince d'Antioche Renaud de Châtillon. Il se demandait si c'était lié au fait que tous les deux étaient Bourguignons ou à l'espoir qu'Ernaut entretenait de connaître le même parcours. Renaud de Châtillon était un petit chevalier au service du roi Baudoin quand l'annonce de son mariage avec la veuve de Raymond d'Antioche avait surpris tout le monde. On le disait vaillant et bien de sa personne, mais il incarnait le rêve de beaucoup, devenu prince par ses mérites et son amour, habile à manier la lance et jamais en reste pour aller poindre des deux. Par contre, on le disait également irascible, coléreux et violent. Un jeune bachelier convaicu que le monde n'était qu'un verger sans fin où cueillir les fruits qu'il dévorait à belles dents. Se penchant pour remplir de nouveau leurs verres, Droart ne put finalement résister à l'envie de rentrer dans la conversation.
Droart, affalé contre le mur, ne prenait pas part à la conversation. Il savait qu'Ernaut s’était mis à entretenir au fil du temps une sorte de vénération pour le prince d'Antioche Renaud de Châtillon. Il se demandait si c'était lié au fait que tous les deux étaient Bourguignons ou à l'espoir qu'Ernaut entretenait de connaître le même parcours. Renaud de Châtillon était un petit chevalier au service du roi Baudoin quand l'annonce de son mariage avec la veuve de Raymond d'Antioche avait surpris tout le monde. On le disait vaillant et bien de sa personne, mais il incarnait le rêve de beaucoup, devenu prince par ses mérites et son amour, habile à manier la lance et jamais en reste pour aller poindre des deux. Par contre, on le disait également irascible, coléreux et violent. Un jeune bachelier convaicu que le monde n'était qu'un verger sans fin où cueillir les fruits qu'il dévorait à belles dents.
«Vu l'importance de la ville selon le vicomte, le prince Renaud aurait pu accepter que le sire Thierry jure sa foi au roi, non ? Ainsi ils auraient pris la cité.
« Vu l'importance de la ville selon le vicomte, le prince Renaud aurait pu accepter que le sire Thierry jure sa foi au roi, non ? Ainsi ils auraient pris la cité.
– Césaire dépendait d'Antioche dans les temps anciens, pourquoi rompre coutume, ce n'est pas l'usage ! N'en plaise au sire comte !
– Parfois voir les choses telles qu'elles sont ne fait pas de mal, Ernaut.
– Doit-on ployer le genou parce que c'est désir de baron ? Renaud est un preux chevalier tel qu'il en faudrait quelques échelles[^2] pour le royaume. Les mahométans auraient tôt faits de se convertir ou de disparaître. »
– Doit-on ployer le genou parce que c'est désir de baron ? Renaud est preux chevalier tel qu'il en faudrait quelques échelles[^2] pour le royaume. Les mahométans auraient tôt faits de se convertir ou de disparaître. »
Il conclut sa diatribe d'une longue rasade avant de claquer son verre sur la table. Puis il se leva.
« Moi je dis que le sire prince Renaud est homme de bien, on le rabaisse car il n'est pas fils de comte. Sa vaillance est son droit, moi je dis ! »
Il jeta quelques piécettes pour son écot de vin et s'en fut, enfilant sa chape avant de sortir. Droart sourit et se pencha vers son collègue, mi figue, mi raisin :
Il jeta quelques piécettes de cuivre pour son écot de vin et s'en fut, enfilant sa chape avant de sortir. Droart sourit et se pencha vers son collègue, mi figue, mi raisin :
« Faut pas le chercher sur le prince d'Antioche. Renaud, c'est son héros ! »
## Palais royal, soir du vendredi 17 janvier 1158
La senteur de bois brûlé des braseros se mêlait à l'odeur de soupe et de sauce. Les cuillers claquaient dans les écuelles et on entendait les cruches heurter les gobelets, dans le brouhaha des conversations. Des marmitons allaient et venaient, les bras chargés de pains et de plats, bourdonnant autour des tables où les serviteurs du roi se restauraient. La haute table, sur l'estrade était vide, aucun hôte de marque n'étant présent. Le roi Baudoin guerroyait au nord, la plupart des gens de son hôtel l'avait suivi. Et le vicomte Arnulf ne s'était pas montré ce soir. Malgré tout, il demeurait une armée de serviteurs à nourrir, sergents de ville et hommes d'arme, voyageurs, invités et messagers. Même lorsque ce n'était pas fête, le roi nourrissait amplement sa maisonnée, comme il seyait à tout baron digne de ce nom.
La senteur de bois brûlé des braseros se mêlait à l'odeur de soupe et de sauce. Les cuillers claquaient dans les écuelles et on entendait les cruches heurter les gobelets dans le brouhaha des conversations. Des marmitons allaient et venaient, les bras chargés de pains et de plats, bourdonnant autour des tables où les serviteurs du roi se restauraient. La haute table, sur l'estrade était vide, aucun hôte de marque n'étant présent. Le roi Baudoin guerroyait au nord, la plupart des gens de son hôtel l'avait suivi. Et le vicomte Arnulf ne s'était pas montré ce soir. Malgré tout, il demeurait une armée de serviteurs à nourrir, sergents de ville et hommes d'arme, voyageurs, invités et messagers de moindre rang. Même lorsque ce n'était pas fête, le roi nourrissait amplement sa maisonnée, comme il seyait à tout baron digne de ce nom.
En l'absence des seigneurs de rang, on s'assemblait un peu selon ses affinités et Ernaut avait pris place près d'un cavalier arrivé dans la journée. Son turban étrangement noué, sa tenue et son visage indiquaient clairement qu'il n'était pas Latin. Mais il n'était pas Syrien ou Turc pour autant, et il aurait pour sûr pris comme insulte qu'on l'appela Grec. Karpis était un Arménien, un montagnard farouche au geste sûr et au verbe haut. Il avait fait voyage depuis Harenc[^3] comme escorte d'un messager. Le siège se poursuivait, malgré les conditions hivernales difficiles. Tout en parlant, l'Arménien engloutissait tout ce qui lui était présenté. Il avait confié ne pas voir si bien mangé depuis des semaines.
En l'absence des officiers, on s'assemblait un peu selon ses affinités et Ernaut avait pris place près d'un cavalier arrivé dans la journée. Son turban étrangement noué, sa tenue et son visage indiquaient clairement qu'il n'était pas Latin. Mais il n'était pas Syrien ou Turc pour autant et il aurait pour sûr pris comme insulte qu'on l'appela Grec. Karpis était un Arménien, un montagnard farouche au geste sûr et au verbe haut. Il avait fait voyage depuis Harenc[^3] comme escorte d'un messager. Le siège se poursuivait, malgré les conditions hivernales difficiles.
Tout en parlant, l'Arménien engloutissait tout ce qui lui était présenté. Il avait confié ne pas voir si bien mangé depuis des semaines.
« Voilà long temps que tu t'es juré au service du prince ?
......@@ -68,7 +70,7 @@ Ernaut se redressa, arborant un large sourire. Il s'était rapproché de Karpis
– Il emploie volontiers qui a désir de le bien servir. Et toi, avec ta carrure d'ours des montagnes, tu serais accueilli à bras ouverts dans l'hôtel de n'importe quel baron. »
Celui qui disait ça était pourtant solidement charpenté, les bras épais et les mains puissantes, carrées, aux doigts noueux. La tête semblait émerger directement des larges épaules et sa tenue semblait le mouler malgré l'aisance de la toile. Il avait un physique de lutteur de foire, sauf qu'il ne le mettait pas en avant. Ce qu'on voyait avant tout, c'était ses deux yeux bruns moqueurs, qui brillaient sous des sourcils broussailleux, aussi noirs que sa barbe raide.
Celui qui disait ça était pourtant solidement charpenté, les bras épais et les mains puissantes, carrées, aux doigts noueux. La tête semblait émerger directement des larges épaules et sa tenue se tendait à chaque geste malgré l'aisance de la toile. Il avait un physique de lutteur de foire, sauf qu'il ne le mettait pas en avant. Ce qu'on voyait, c'était ses deux yeux bruns moqueurs, qui brillaient sous des sourcils broussailleux, aussi noirs que sa barbe raide.
« J'ai espoir de ne pas demeurer ici, en la cité, et de servir le roi au-dehors, l'arme en main. Avec un peu de chance… »
......@@ -78,7 +80,7 @@ L'Arménien avala un morceau de pain et lui sourit.
## Environs de la rue des Tanneurs, veillée du jeudi 30 janvier 1158
Depuis la cour voisine, l'ombre se faufila sans un bruit en quelques bonds souples et discrets. Longeant la terrasse, elle se laissa couler sans bruit jusqu'à un encadrement de fenêtre avant d'atterrir mollement au sol. Elle se figea un instant, ses yeux scrutant l'obscurité dans l'attente d'un éventuel problème. La petite cour était déserte, mais des voix filtraient depuis un volet entrebaillé. De la lumière en sortait également, ainsi qu'une odeur de nourriture. De la viande, même. Intriguée, la silhouette sauta sur le rebord et risqua un œil vers l'intérieur. Elle y découvrit plusieurs personnes, les familiers de l'endroit mais aussi le géant aux geste amples, moins fréquent. Il aimait son odeur à celui-là, et les caresses qu'il prodiguait. Il lui sauta donc dessus, dans l'espoir de s'en attirer quelques-unes.
Depuis la cour voisine, l'ombre se faufila sans un bruit en quelques bonds souples et discrets. Longeant la terrasse, elle se laissa couler sans bruit jusqu'à un encadrement de fenêtre avant d'atterrir mollement au sol. Elle se figea un instant, ses yeux scrutant l'obscurité dans l'attente d'un éventuel problème. La petite cour était déserte, mais des voix filtraient depuis un volet entrebaillé. De la lumière en sortait également, ainsi qu'une odeur de nourriture. De la viande, même. Intriguée, la silhouette sauta sur le rebord et risqua un œil vers l'intérieur. Elle y découvrit plusieurs personnes, les familiers de l'endroit mais aussi le géant aux geste amples, moins fréquent. Agréable odeur que la sienne, sans compter les caresses qu'il prodiguait. Il lui sauta donc dessus, dans l'espoir de s'en attirer quelques-unes.
« Prince ! », hurla un des gamins d'Eudes, tandis que le chat venait se frotter à Ernaut. Tiphaine, la femme d'Eudes, allait chasser l'animal d'un coup de torchon mais elle se retint, voyant que son invité semblait apprécier l'animal. Il ne perdait néanmoins rien pour attendre, ce petit chapardeur.
......@@ -88,19 +90,19 @@ Depuis la cour voisine, l'ombre se faufila sans un bruit en quelques bonds soupl
– C'est moi qu'ai trouvé son nom, indiqua Rufus, l'aîné âgé de six ans. Il a comme couronne sur le chef, ajouta-t-il en riant et en se tortillant sur le banc
– Je vois ça ! », confirma Ernaut.
– Je vois ça ! » confirma Ernaut.
Il flatta un peu l'animal qui se mit à ronronner puis le posa sur ses genoux alors qu'Eudes revenait avec une cruche de bière légère. Il préférait ça au vin lorsqu'il mangeait. Il en servit une généreuse rasade à son invité.
Il flatta un peu l'animal qui se mit à ronronner puis le posa sur ses genoux alors qu'Eudes revenait avec une cruche de bière légère. Il préférait ça au vin lorsqu'il mangeait et en servit une généreuse rasade à son invité.
« Grand merci, Eudes. J'ai fort bien mangé. J'avais pas avalé compotée de choux depuis bien longtemps !
– Tu auras bientôt un foyer où mijoteront les plats », s'amusa Tiphaine.
– Tu auras bientôt un foyer où mijoteront les plats » s'amusa Tiphaine.
La jeune femme avait semblé un peu distante à Ernaut au début, mais il avait finit par l'apprécier. Elle demeurait toujours un peu en retrait mais savait échapper quelques remarques amicales de temps à autre. Ses grands yeux bruns vous regardaient franchement et on voyait qu'elle était sincèrement attachée à Eudes, qui le lui rendait bien. Il aimait manger chez eux car l'ambiance y était bien meilleure que chez Droart, même si la chère n'y était pas si bonne. Ils lui donnaient l'image du foyer qu'il espérait prochainement fonder avec Libourc.
« Toujours pas de date prévue ?, demanda Eudes.
« Toujours pas de date prévue ? demanda Eudes.
– Pour le mariage ? Certes non. Je n'ai nul bien encore, et Sanson n'est pas homme à accepter un douaire de journalier. J'amasse mon pécule, mais cela va bien lentement à mon goût. Il me faudrait joindre l'armée peut-être, espérer bon butin.
– Pour le mariage ? Certes non. Je n'ai nul bien encore, et Sanson n'est pas homme à accepter un douaire de journalier. J'amasse mon pécule, mais cela va trop lentement à mon goût. Il me faudrait joindre l'armée peut-être, espérer bon butin.
– Tu as trop discuté avec l'Arménien, toi. Il t'a mis de drôles d'idées en tête mon ami. »
......@@ -112,17 +114,17 @@ Ernaut haussa les épaules, avalant sa dernière bouchée avec une large portion
– Que veux-tu dire ?
– J'ai connu un vétéran du vieux prince Raymond, désormais retiré dans un casal vers Hébron. Il racontait certaines choses pas bien belles sur Chypre, et le nom de Karpis était dans sa bouche en ces moments.
– J'ai connu un vétéran du vieux prince Raymond, désormais retiré en un casal vers Hébron. Il racontait certaines choses pas bien belles sur Chypre, et le nom de Karpis était dans sa bouche en ces moments.
– Y'a pas qu'un âne qui s'appelle Martin ! », le coupa Ernaut, péremptoire.
– Y'a pas qu'un âne qui s'appelle Martin ! » le coupa Ernaut, péremptoire.
Eudes commençait à bien connaître son ami, et savait qu'il était illusoire de lui faire entendre raison quand il avait une idée en tête. Il liait à un physique de géant la détermination d'un sanglier. Mieux valait l'aborder par le flanc et laisser les choses se faire à leur rythme.
« Je sais bien que tu brûles d'aller batailler, mais c'est un endroit d'où on revient différent. Karpis est de ceux qui se sont perdus là-bas, je peux le voir, et tu t'en rendras compte un jour. Je pense que le prince Renaud est pareil. Trop de vaillance n'est pas forcément un don.
« Je sais bien que tu brûles d'aller batailler, mais c'est un endroit d'où on revient différent. Karpis est de ceux qui se sont perdus là-bas, je peux le voir, et tu t'en rendras compte un jour. Je pense que le prince Renaud est pareil. Trop de vaillance n'est pas forcément un don.
– Si j'ai envie d'écouter un prêche, je mange habituellement chez mon frère, le railla Ernaut.
– Cul-Dieu, si je me mets à parler comme Lambert, je vais bientôt finir moine !, éclata de rire Eudes.
– Cul-Dieu, si je me mets à parler comme Lambert, je vais bientôt finir moine ! éclata de rire Eudes.
– Sers-moi donc de ta bière, frère Eudes, avant que d'aller te faire tonsurer le crâne. Moi je n'ai pas l'intention de quitter le siècle. »
......
Markdown is supported
0% or
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment