Commit 71a3b1ff authored by Yann Kervran's avatar Yann Kervran

Mise en place et début premier jet Qit’a 094 La pierre et le puits

parent 4b5ef7ad
---
date : 2019-08-15
abstract :
characters : Said, Sabiha, Nivelet
---
# La pierre et le puits
## Jérusalem, abords de la rue des Arméniens, après-midi du samedi 15 juillet 1099
Des cris, des bruits de course, des invectives résonnaient parfois dans la ruelle qui menait au petit quartier où résidait Sabiha. Un peu plus tôt, un gamin était passé en courant, en criant « Ils sont entrés ! Ils sont entrés ! ». Depuis, un calme relatif régnait. Sabiha n’avait que très rarement eu affaire à des Celtes, ces hommes venus de par-delà les mers. On racontait qu’ils étaient sales, bruyants et violents, barbares et cannibales. Depuis des mois, les récits de leurs assauts, de leurs pillages émaillaient toutes les discussions. Et si, au départ, beaucoup pensaient qu’ils n’étaient qu’un fléau de plus parmi les catastrophes habituelles, la plupart s’effrayaient de les voir approcher.
N’ayant personne sur qui compter, Sabiha avait prévu depuis longtemps de faire des réserves de nourriture. Au moins pouvait-elle tenir plusieurs jours sans avoir à ouvrir sa porte, puisant l’eau dans la petite citerne de sa courette. Elle avait même une chèvre qui lui donnait du lait pour son petit garçon, né quelques mois plus tôt. Elle avait rassemblé ses biens les plus précieux, tissus, céramiques et bijoux dans sa chambre et passait le temps à demenus travaux de couture. Elle regrettait de n’avoir ou garder avec elle la vieille Safwah. la veille servante avait préféré s’enfuir plusieurs jours auparavant, espérant rejoindre le village où un de ses fils était installé. Elle estimait que la campagne serait un plus sûr refuge.
Sabiha avait préféré s’en remettre à la solidité des murailles de la cité. Elle avait mis des années à trovuer sa place ici, et n’avait nulle part où aller. Ses protecteurs, en particulier le riche Yusuf al-Yama al-Bandaniji, étaient tous de Jérusalem. Et si elle arrivait à se faire respecter de son voisinage, qui avait su s’habituer à elle, elle ne se faisait aucune illusion sur le sort qui lui serait réservé si elle partait à l’aventure.
Elle sursauta et se piqua le doigt quand un fracas se fit entendre au bout de la rue. Des coups puissants et répétés, certainement sur la grille d’accès. Un temps de silence, puis le vacarme revint, avant de déboucher sur des cris et des appels. Les Celtes étaient parvenus à entrer, ils échangeaient à voix forte avec des voisins, peut-être le vieil al-Jayhani, le portier dont la voix résonnait si fort. Terrifié, il implorait d’une voix trainante. Étaient-ils en train de le torturer ? l’avaient-ils frappé de leurs lames ? Il lui sembla entendre une autre voix compréhensible. Elle se rapprocha de la fenêtre, non sans un regard vers son enfant, tranquillement étendu sur la couche, dormant les poings fermés.
Il y avait en effet des Latins, qui tenaient al-Jayhani. Ils étaient en armes, casque sur la tête et armes en main. Il y avait aussi un soldat musulman avec eux, les mains ligotées. C’était lui qui parlait, échangeant parfois, avec difficulté, avec les soldats autour de lui : Une dizaine d’hommes, occupés à frapper sur toutes les portes. On leur intilmait à tous de sortir, en présentant toutes les armes qu’ils pourraient posséder.
Elle hésita, son regard faisant des allers et retours entre la petite fenêtre à claustra et son enfant. Elle ne possédait aucune arme, mais carignait qu’on ne lui dérobe sa maigre fortune amassée au fil des ans. Elle souleva le bébé, glissa rapidement quelques-unes de ses plus belles étoffes sous la couche et se prépara à sortir. Elle s’enveloppa dans un large izār assez sobre, dont elle ramena un pan sur son visage en un geste coutumier. Puis elle descendit l’escalier qui menait à la petite cour par laquelle on pénétrait chez elle. Elle quittait la dernière marche lorsque des coups redoublés fuirent frémir son huis, la faisant sursauter.
Elle s’approcha avec crainte, déverrouilla la serrure et tira la barre. Elle n’eut pas le temps de tirer la porte qu’il venait à elle, révélant un grand gaillard hirsute, sale comme un poux, barbu en diable, une épée à la main. Il se figea un instant, brailla derrière lui tout en l’invitant à approcher, d’un signe de la main impératif. le temps qu’elle sorte, le soldat musulman ligoté fut amené et le soldat s’adressa à lui dans son dialecte. L’homme traduisit avec lenteur, peinant visiblement à bien comprendre ce qu’on lui demandait.
« Es-tu seule ? As-tu des armes ou des hommes cachés chez toi ? »
Elle fit non de la tête, rivant ses yeux sombres dans ceux du grand guerrier.
« Appartiens-tu à une grande famille ? Quelqu’un souhaitera-t-il payer rançon pour toi ? »
Sabiha réfléchit un moment, tentant de retenir l’effroi qui la gagnait. Il ne lui fallut guère de temps pour prendre sa décision. Elle tendit sa main libre vers le soldat, après avoir dégagé son visage des replis de toile, révélant son profil net et sa chevelure d’ébène. . Elle se força à un sourire qu’elle espérait engageant.
« Dis à cet homme que je suis sa servante, si il veut venir fouiller ma demeure. Il aura accès à tout ce qu’il veut s’il passe ma porte. »
Le prisonnier fronça les sourcils puis lui lança un regard courroucé. Elle lui intima d’un coup de mentyon de traduire. Pendant ce temps, le grand soldat latin ne la quittait pas des yeux. Il semblait juste impatient de comprendre ce qu’elle disait, ce qu’elle voulait. Quand il entendit la traduction, il rugit d’un sourire carnassier et lança une plaisanterie à la cantonade. Puis il poussa Sabiha sans ménagement en direction de sa maison. Il tenait nénamoins toujours son épée à la main.
## Notes
## Références
Markdown is supported
0% or
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment