Commit 4b5ef7ad authored by Yann Kervran's avatar Yann Kervran

Typos Qit’a 059 Basses eaux

parent 2f82d651
......@@ -14,7 +14,7 @@ Les rues étaient quasiment désertes, les Damascènes savaient que les intempé
Ibrahim appartenait un peu aux deux. Il menait des caravanes d’ânes entre les villages alentours et Damas, apportant les aliments frais des vergers et jardins et y emportant les produits manufacturés. Il louait les bêtes ou était embauché par de riches propriétaires, espérant amasser avec le temps de quoi s’acheter ses propres animaux. Depuis bientôt dix ans que son père l’avait poussé au travail, il n’avait guère vu progresser son pécule. Il s’acharnait malgré tout, y compris les jours où il faisait bon rester chez soi.
Il parvint enfin au bassin où il faisait boire les ânes avant de les rentrer dans leur écurie, dans un apprenti contigu à l’immeuble où il habitait. Grossière maçonnerie appuyée le long d’un mur, sous une profonde arcade qui lui faisait comme un toit, l’eau y coulait claire et pure, depuis une canalisation dérivée de l’alimentation du hammam voisin. Coincé sur la margelle, se protégeant de la pluie de son mieux, il reconnut le vieil al-Dabbi.
Il parvint enfin au bassin où il faisait boire les ânes avant de les rentrer dans leur écurie, dans un appentis contigu à l’immeuble où il habitait. Grossière maçonnerie appuyée le long d’un mur, sous une profonde arcade qui lui faisait comme un toit, l’eau y coulait claire et pure, depuis une canalisation dérivée de l’alimentation du hammam voisin. Coincé sur la margelle, se protégeant de la pluie de son mieux, il reconnut le vieil al-Dabbi.
C’était un mendiant à la silhouette tordue, la barbe miteuse et le turban en désordre, qui errait autour de son quartier, vivant des offrandes et de la bonté des riches donateurs à la mosquée. Il amusait les enfants avec ses histoires, se louait à l’occasion comme conteur lors des fêtes, mais dépendait surtout de la charité. Il salua Ibrahim en ricanant, tirant sur sa tête un repli des chiffons qui lui servaient de vêtement.
......@@ -46,7 +46,7 @@ Il fouetta l’air de sa main, comme pour en éloigner un fantôme et ajouta ses
— Si seulement ! La honte serait moins brûlante ! »
Al-Dabbi renifla, se frotta le nez et lançant, un air de dégoût barrant son visage :
Al-Dabbi renifla, se frotta le nez et lança, un air de dégoût barrant son visage :
« Nous devons verser tribut à nouveau, belle réussite pour le sultan ! Il n’en a que pour ses terres du Nord. Il ajouté le Bilad al-Sham à son collier de perles et n’a cure de notre honneur, de notre prospérité…
......
Markdown is supported
0% or
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment