Commit 3fe60f14 authored by Yann Kervran's avatar Yann Kervran

Corrections coquilles T4

parent fdebc903
......@@ -441,7 +441,7 @@
[^job1]: (Job, 42, 1-2).
[^jobedesse]: Savant, philosophe (IXe siècle) et, surtout, traducteur depuis le grec vers le syriaque de *Galien*, médecin grec très rénommé en Méditerranée orientale.
[^jobedesse]: Savant, philosophe (IXe siècle) et, surtout, traducteur depuis le grec vers le syriaque de *Galien*, médecin grec très renommé en Méditerranée orientale.
[^jongleur]: Le terme désigne alors les amuseurs de façon générique.
......
## Notes de l'auteur
L’idée de ce roman est née de la lecture de l’anecdote de Jean Phocas à propos de l’ouverture de la tombe de saint Georges à Lydda. Cette histoire, qui lui aurait été narrée par des prêtres du lieu lors de son passage en 1185, parle d’un flash qui brûla plusieurs hommes qui avaient tenté d’ouvrir le sépulcre, suite à la demande de l’évêque. J’y ai tout de suite flairé quelques éléments propres à une intrigue mâtinée de fantastique. En travaillant l’idée, je me suis dit que c’était aussi l’occasion de mettre en scène un aspect essentiel de mon rapport à l’histoire. En effet, j’estime toujours cette dernière comme le résultat d’une fabrication. D’où naquit la suggestion d’Ernaut de tordre la réalité pour qu’elle se conforme à une légende mieux adaptée. Cela me permettait en outre de bénéficier de plus de libertés opératoires, le lieu saint et un événement public étant bien évidement plus difficiles à utiliser comme scène de crime.
L’idée de ce roman est née de la lecture de l’anecdote de Jean Phocas à propos de l’ouverture de la tombe de saint Georges à Lydda. Cette histoire, qui lui aurait été narrée par des prêtres du lieu lors de son passage en 1185, parle d’un flash qui brûla plusieurs hommes qui avaient tenté d’ouvrir le sépulcre, suite à la demande de l’évêque. J’y ai tout de suite flairé quelques éléments propres à une intrigue mâtinée de fantastique. En travaillant l’idée, je me suis dit que c’était aussi l’occasion de mettre en scène un aspect essentiel de mon rapport à l’histoire. En effet, j’estime toujours cette dernière comme le résultat d’une fabrication. D’où naquit la suggestion d’Ernaut de tordre la réalité pour qu’elle se conforme à une légende mieux adaptée. Cela me permettait en outre de bénéficier de plus de libertés opératoires, le lieu saint et un événement public étant bien évidemment plus difficiles à utiliser comme scène de crime.
Pour le cadre général, je me suis donc largement appuyé encore une fois sur les travaux de Denys Pringle (*Secular Buildings in the Crusader Kingdom of Jerusalem. An archaeological Gazetteer*, Cambridge University Press, 1997 & *The Churches of the Crusader Kingdom of Jerusalem. A corpus*, Deux volumes, Cambridge University Press, 1993 & 1998). Sa longue notice descriptive de l’existant et du connu des lieux m’a permis de brosser un portrait cohérent de ce lieu si particulier, palais forteresse et lieu de pèlerinage accolé à une ville.
......
Markdown is supported
0% or
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment