Commit 12888f03 authored by Yann Kervran's avatar Yann Kervran

Création Qit’a 086 La croix et la bannière

parent b76d9754
---
date : 2018-12-15
abstract : 1152-1156.
characters : Ernaut,
characters : Ernaut, Arnaud
---
# La croix et la bannière
## Jérusalem, boutique de Thomas le regrattier, début d’après-midi du vendredi 6 janvier 1139
## Vezelay, pâturages communs, après-midi du mardi 17 juin 1152
Quelques nuages cotonneux épars flottaient autour d’un chaud soleil annonçait l’été à venir. Au pied de la colline où le bourg et l’abbaye s’étendaient, assis autour d’une auge de bois où l’on faisait boire les bêtes, une dizaine de garçons se rafraichissaient, rouges et haletants d’avoir trop couru. En contrebas, près de taillis et de ronciers abritant un ruisseau, tracées de pierres et de brindilles, on voyait encore les lignes qui délimitaient les camps de jeu, brouillées par les nombreuses parties de barre.
Au-dessus des têtes résonna la cloche des moines, qui appelait ces derniers à la prière. Aucun n’y prit garde, indifférents qu’ils étaient au temps religieux, occupés de leurs affaires d’enfants. Parmi les adolescents, un géant dominait tous les autres, avec un corps massif semblable à celui d’un bûcheron ou d’un portefaix. Il n’avait pourtant qu’un visage juvénile, où le poil n’était que duvet, et sa voix oscillait malgré lui parfois entre grave et aigu. Sur les vêtements gris de poussière, une traînée brune coulait depuis son menton, après les gorgées qu’il venait de prendre à même l’abreuvoir. Malgré son essouflement et son teint rouge, son entrain ne paraissait guère entamé et il éclaboussait quiconque s’approchait de lui, le regard invitant à une bagarre amicale.
Ernaut aimait les jeux où sa taille et sa force lui conféraient un avantage indiscuté. Rien ne le remplissait plus de joie que de se confronter à plus âgé, plus retors ou plus nombreux que lui. Il lui fallait affronter tous les adversaires et les vaincre avant de s’estimer satisfait. Il était généralement vêtu de vieilles cottes fatiguées, rapiécées et reprisées, sa famille ayant compris qu’il ne servait à rien de l’habiller de belle toile. Jamais il n’avait pris soin de ses affaires, se roulant dans la poussière ou la boue pour peu qu’on lui offre l’occasion d’un bel affrontement.
Il n’était néanmoins pas belliqueux, simplement désireux de mesurer sa force et d’en garantir la suprématie face à tous. Il n’hésitait d’ailleurs pas à prêter main-forte à quiconque pouvait en avoir besoin, goûtant autant les compliments sur sa puissance que la victoire lors d’un jeu disputé. Il avait prévu pour la fin de journée de retrouver un de ses camarades afin de l’aider à s’acquitter d’une corvée d’épierrage. S’il était fils de bonne famille, de riches vignerons, Ernaut ne dédaignait pas les amitiés plus modestes comme avec Droin, même s’il se brouillait avec celui-ci aussi souvent qu’il se réconciliait. Il s’humecta une dernière fois la nuque et se rinça les mains avant de s’adresser au groupe.
« Ceux qui se sentent peuvent me compaigner jusque chez Droin. Je lui ai fait promesse d’assistance, pour son vieux et lui.
— Nous prends-tu donc pour serfs des bons frères ? se railla un grand brun au visage rond.
— Il s’agit juste d’aider compère à sa corvée…
— Il suffit d’attendre et les tonsurés ne pourront plus exiger pareille redevance, d’ici peu. »
Arnaud était parmi les plus vieux de leur petit groupe et le compagnon habituel de bêtises d’Ernaut. Il tirait une grande fierté de la richesse de son père Hugues et s’arrangeait souvent pour diriger les activités. Conscient du naturel dominant d’Ernaut, il le faisait par ses paroles et ses propositions, laissant à son cousin annoncer de sa voix autoritaire ce qu’Arnaud lui avait soufflé par d’habiles suggestions. Et s’il aimait aller faire les pires diableries auprès des moines avec Droin, dont le père était un des servants porcher, il était moins enthousiaste à l’idée de se fatiguer à accomplir une de leurs obligations.
« Le comte Nevers saura bientôt nous libérer du joug des clercs, c’est mon père qui le dit.
— Vous croyez qu’ils feront comme à l’époque de l’Ancien ? Petiot, il me disait qu’ils avaient pendu l’abbé en leur temps !
— Crois-moi qu’il faudra bien à ces tonsurés demeurer en leur place et reconnaître qu’ils tirent de nous injustes exactions ! » confirma Arnaud.
Tous lancèrent un regard vers le chantier des murailles de la ville, sur la partie ouest du relief. Depuis de nombreuses années, les habitants du bourg tentaient de s’affranchir de la tutelle exigeante de l’abbaye de la Madeleine. Ils avaient trouvé une oreille complaisante dans la famille du comte de Nevers, dont les appétits pour cette riche bourgade aiguisaient l’intérêt. Les bourgeois espéraient assouplir les rpétentions fiscales de l’abbé et avoir un recours auprès de qui en appeler lorsqu’ils estimaient les jugements trop partiaux ou les impôts trop lourds, voire injustes. Parmi les nombreuses redevances contestées ou jugées trop lourdement exigées depuis des décennies, le droit d’héberge, qui permettait aux moines de faire loger des pèlerins chez l’habitant était l’occasion de récriminations et de revendications qui dégénéraient parfois en affrontements ouverts.
« Que dirais-tu d’aller plutôt cueillir quelques framboises aux abords de la pâture aux moines ? Le pâtre n’y est guère, en ce moment, les bêtes sont plus bas. On y trouve baies grosses comme le pouce ! »
Avec une telle proposition, Arnaud était certain de convaincre Ernaut, dont la gourmandise le disputait au bon cœur. Assaisonnée d’un soupçon de licence, l’éventualité d’un tel goûter était de nature à faire pencher la balance vers plus agréable activité. Il ne fallut guère plus de quelques instants pour que résonne l’appel du géant à sa troupe.
« Allez, compères, allons quérir monnaie de nos impôts ! Sus aux framboises des tonsurés ! »
......
Markdown is supported
0% or
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment