ernaut_04_epub.md 575 KB
Newer Older
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14
![Framabook, le pari du livre libre](logo_framabook_epub.jpg)

Framasoft est un réseau d'éducation populaire, issu du monde éducatif, consacré principalement au logiciel libre. Il s'organise en trois axes sur un mode collaboratif : promotion, diffusion et développement de logiciels libres, enrichissement de la culture libre et offre de services libres en ligne.

Pour plus d'informations sur Framasoft, consultez <http://www.framasoft.org>

Se démarquant de l'édition classique, les Framabooks sont dits « livres libres » parce qu'ils sont placés sous une licence qui permet au lecteur de disposer des mêmes libertés qu'un utilisateur de logiciels libres. Les Framabooks s'inscrivent dans cette culture des biens communs qui favorise la création, le partage, la diffusion et l'appropriation collective de la connaissance.

Pour plus d'informations sur le projet Framabook, consultez <http://framabook.org>

Copyright 2018 : Yann Kervran, Framasoft (coll. Framabook)

*Le souffle du dragon* est placé sous [Licence Creative Commons By-Sa](https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/fr/).

15 16 17 18
Ouvrage publié avec le concours du Centre National du Livre

![Centre National du Livre](logo_cnl.png)

19
ISBN : 979-10-92674-23-1\
20
Dépôt légal : Décembre 2018\
21
Couverture : Folio 39 verso d'un ouvrage théologique, détail d'un dragon affrontant un éléphant. British Library Harley MS 3244, vers 1236-1250. Domaine Public\
22

23 24 25 26 27 28 29 30 31
Remerciements
=============

En plus de l'habituelle équipe de correcteurs de Framabook, Mireille en tête comme toujours, j'ai eu la chance d'être assisté dans mon travail par Frédéric Urbain, éditeur attentionné. Ses relectures précises et ses étonnements parfois drôles, souvent justifiés, sur certaines de mes formulations ou des parties de la narration m'ont beaucoup aidé à finaliser cet ouvrage.

Qu'il en soit ici remercié.

*Pour toi, Amalia, dont le souffle engendre lumière et chaleur*

32 33 34
Liste des personnages
---------------------

35
***Lydda, royaume de Jérusalem***
36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90

-   Adam, chanoine\
-   Amos, maître teinturier\
-   Anquetin, artisan membre du guet à Lydda\
-   Ascelin, chanoine\
-   Aymar, sergent\
-   Barsam de Galilée, chef maçon\
-   Bertaut, valet\
-   Clément d'Acre, architecte de la basilique\
-   Constantin, évêque et seigneur de Lydda\
-   Danyel, dit père Breton, chanoine et drapier\
-   Élies, doyen des chanoines\
-   Gembert, chanoine et hospitalier\
-   Gerbaut, manouvrier\
-   Gilbert, clerc de l'administration épiscopale\
-   Hashim, gamin des rues\
-   Heimart, chanoine et trésorier\
-   Léo, presbytre byzantin\
-   Maître Domenico, chef charpentier\
-   Marzawi, valet d'un loueur de chevaux à Lydda\
-   Maugier du Toron, vicomte de Lydda\
-   Oleg, boyard de Staraya Ladoga\
-   Régnier de Waulsort, chanoine\
-   Rolant, sergent\
-   Thibault, valet de Régnier de Waulsort\
-   Umayyah, fabricant de paniers\
-   Willelmo Marzonus, négociant en cordages\
-   Zénon de Morée, maître mosaïste\

***Administration royale***

-   Arnulf, vicomte de Jérusalem\
-   Basequin, sergent\
-   Baset, sergent\
-   Brun, clerc de l'administration des finances royales, la Secrète\
-   Droart, sergent\
-   Ernaut, sergent\
-   Eudes, sergent\
-   Ganelon, sergent de Régnier d'Eaucourt\
-   Gaston, sergent\
-   Guillemot, sergent\
-   Jean d'Acre, sénéchal du roi Baudoin\
-   Joscelin de Courtenay, héritier du comté d'Édesse, maréchal du roi Baudoin III\
-   Raoul, scribe\
-   Régnier d'Eaucourt, chevalier\
-   Ucs de Monthels, mathessep\

***Clergé***

-   Amaury de Nesle, patriarche latin de Jérusalem\
-   Frédéric de la Roche, évêque d'Acre\

***Clergé de Tyr***

-   Germain, valet\
91
-   Herbelot Gonteux, secrétaire de Pierre de Barcelone\
92 93
-   Pierre de Barcelone, archevêque de Tyr\

94
***Proches d'Ernaut***
95 96 97 98 99

-   Lambert, frère d'Ernaut, colon à La Mahomerie\
-   Libourc, promise de Ernaut\
-   Mahaut, mère de Libourc\
-   Osanne, épouse de Lambert\
100
-   Sanson de Brie, colon à la Petite Mahomerie et père de Libourc\
101 102 103

***Divers***

104
-   Amaury, comte de Jaffa, frère du roi Baudoin\
105 106 107 108 109 110 111
-   Baudoin III, roi de Jérusalem\
-   Guy le François, sénéchal du comte de Jaffa\
-   Henri le Buffle, chevalier du roi Baudoin\
-   Hugues d'Ibelin, seigneur de la cité de Rama\
-   Manuel, basileus, ou empereur, byzantin\
-   Philippe de Milly, seigneur de Naplouse\
-   Wibald de Stavelot, abbé et conseiller de Frédéric Barberousse\
112

113 114
Prologue
--------
115 116 117

### Monastère bénédictin de la Charité-sur-Loire, hiver 1223

118
Le vent faisait craquer les branches givrées du jardin d'agrément jouxtant le chauffoir. Poussé par des rafales cinglantes, Déodat frissonna d'autant plus fort lorsqu'il traversa les allées de gravier crissant sous ses pieds. Au moment où il ouvrit la porte du bâtiment, la chaleur le gifla avec la même violence que les frimas l'avaient griffé à sa sortie. Il tapa ses pieds engourdis malgré les chausses de laine, saluant les autres moines quand il en croisait le regard, tout en se dirigeant droit vers la couche de celui qu'il venait écouter jour après jour.
119

120
Comme toujours, on n'entendait que crachotements et ronflements, chuchotements et reniflements , gémissements et toux. Les plus faibles, les malades et les vieillards partageaient leurs miasmes en même temps que les soins de leurs frères et la chaleur de belles flambées. Déodat glissa sans bruit vers le petit lit près duquel il avait ses habitudes, son tabouret n'ayant pas quitté le chevet de l'infirme qu'il visitait quotidiennement.
121

122
Le moine grabataire semblait assoupi, la bouche entrouverte. Pourtant ses yeux n'étaient pas clos, même s'ils ne devaient plus voir grand-chose d'autre que des macules neigeuses. Il sut néanmoins reconnaître l'approche discrète de son jeune compagnon, qu'il accueillit d'un sourire avant que le moindre mot ne fût prononcé.
123

124
« J'espère que vous avez pris repos depuis matines, on m'a dit que vous avez eu nuit fort agitée.
125

126
--- Il est temps que Dieu rappelle mon âme à lui, ce corps ne me vaut plus rien.
127

128
--- Ne dites pas cela, nous avons encore tant à apprendre de vous, mon frère. »
129

130
Le vieil homme ricana, puis toussa. Une fois la quinte apaisée, il se rencogna sous les couvertures, son visage tavelé disparaissant presque sous les épaisseurs de laine.
131

132
« Qui peut apprendre de quiconque, mon jeune ami ? J'ai depuis longtemps perdu si fol espoir !
133

134
--- Que voulez-vous dire ? Il convient que le jeune apprenne de l'ancien, c'est là l'ordre naturel des choses voulu par Dieu.
135

136
--- Ah... Ça ! Je ne peux nier qu'avec l'âge vient le désir de semer les graines de sagesse qu'on a pu glaner au parmi de toutes ses erreurs. Mais qu'elles se plantent en bon terreau, de cela j'ai doutance. »
137

138
Tandis que le vieil homme parlait, Déodat s'installait avec son écritoire et ses plumes, ainsi qu'il en avait l'habitude. Il vérifia la pointe de ses instruments puis se prépara à noter.
139

140
« Auriez-vous l'heur de me narrer la suite de vos récits, mon frère ?
141

142
--- Avec joie, d'autant que tu y verras combien il n'est de leçons bien sues qu'on ne les ait apprises de son propre chef.
143

144
--- Où souhaitez-vous reprendre ?
145

146
--- C'est à l'abord de l'hiver, quand les ténèbres se font plus fortes et dans l'attente de la Lumière qui nous sauvera que nous allons retrouver Ernaut. Mais avant qu'il ne soit question de lui, retrouvons donc un de ses compagnons. Le roi Baudoin était au loin, espérant par ses mariages s'aboucher avec les Griffons. Le royaume s'endormait sous les gelées, ignorant du feu secret qui brûlait en lui. »
147

148 149
Chapitre 1
----------
150 151 152

### Lydda, chantier de construction de la cathédrale, matin du mardi 9 décembre 1158

153
Glissant péniblement dans la fine boue née de la pluie du matin, le petit homme semblait perdu dans le gigantesque amoncellement de pierres taillées et de bois de charpente, parmi les chants des portefaix et les aboiements des charretiers. Il ne vacillait pourtant pas dans son cheminement, une main serrant le bas de son habit de clerc et l'autre papillonnant entre les soutiens. De temps à autre, il lançait un regard courroucé à une vaste flaque ou à une passerelle branlante, mais poursuivait son avancée, avec mille précautions pour ne pas se salir.
154

155
Les artisans du chantier étaient habitués à la présence des religieux. Le chœur de nouveau consacré permettait aux chanoines de célébrer les offices de façon régulière, interrompant les travaux autour d'eux, remplaçant le bruissement des bras affairés par l'envolée des psaumes glorifiant la splendeur divine. Le reste du temps, l'endroit était confié aux maçons, charpentiers et couvreurs, plâtriers et peintres, mosaïstes et imagiers. De mois en mois, le vaisseau de pierre s'élançait vers les cieux, hébergeant en son cœur massif les mystères de la foi catholique. L'évêque avait vu les choses en grand, soucieux d'honorer un saint capable de tuer le démon. Un guerrier dont la vaillance et la détermination devaient inspirer à tous le courage en cette terre où pullulaient les ennemis de la vraie religion : saint Georges.
156

157
Parvenu dans la zone orientale couverte et en partie dallée, le jeune clerc marqua une pause, impressionné par la majesté de l'ensemble. Il leva son long nez pointu, dressant son bouc vers les voûtes, enchâssant ses yeux plus profondément encore qu'à l'accoutumée tandis qu'il embrassait d'un regard les ambitieux décors déployés sur les hauteurs. Fils de Cluny, il n'aimait rien tant que le faste et la pompe à destination du créateur. Rien n'était trop beau pour le glorifier, pâle reflet de sa magnificence. Lui qui ne savait rien faire de ses mains, à part les tacher d'encre, était ébahi de voir que des plus simples éléments, terre et pigments, pierres et sable, on pût tirer de tels hymnes au Très-Haut. Par la magie de la science de ses semblables.
158

159
Il se renfrogna, poussa un long soupir désabusé. Comment une créature si imparfaite que l'homme arrivait-elle à si céleste réalisation ? Depuis qu'il était sorti de son monastère pour venir servir l'archevêque de Tyr, il avait chaque jour un peu plus déploré ce qu'il avait découvert. Aussi habile qu'il fût, aucun mortel n'était de la glaise dont on pouvait bâtir une Église à la hauteur des aspirations du jeune prêtre. Il refusait de verser dans l'acédie, effroyable désespérance qui repoussait l'amour de Dieu et niait sa mansuétude. Pourtant, la noirceur des âmes qu'il rencontrait l'abattait chaque jour un peu plus. Aujourd'hui plus que jamais.
160

161
Il sentit qu'il avait besoin de mettre de l'ordre dans ses pensées, ses désirs, ses craintes. Le courage lui manquait à l'idée de la tâche qui l'attendait. Il savait qu'une des chapelles contenait un petit autel dédié à la mère de Dieu. N'ayant jamais connu ses parents, il avait pour elle une affection qui dépassait la foi. Enfant, il avait récité l'*Ave Maria* avec ferveur, espérant chaque jour que cette admirable et sainte femme viendrait le visiter un jour. Il avait depuis longtemps écarté ces chimères, désormais convaincu qu'elle résidait à chaque instant en lui. Lançant un regard rapide aux échafaudages qui grinçaient autour de lui, il vérifia qu'il serait tranquille. Les peintres et mosaïstes avaient l'avantage de ne faire aucun bruit pendant leur travail.
162

163
Il s'agenouilla donc face à la statue, sentant le froid de la pierre traverser l'étoffe du vêtement. Il perçut la dureté de la dalle, sourit aux souvenirs que cela faisait remonter en lui. Il leva les deux mains en oraison, baissa la tête humblement, clôt les yeux et commença à réciter.
164

165
« *Ave Maria gracia plena...* »
166

167
Loin au-dessus de lui, un cordage finissait de s'effilocher, brin à brin, jusqu'à se rompre. Un étai subitement détaché s'inclina peu à peu. La plateforme, déséquilibrée, se mit à tanguer en silence. Un bac d'enduit, des truelles et des marteaux, plusieurs seaux, glissèrent lentement. Heurtant un treillage léger, ils en arrachèrent les attaches. Le tout s'effondra alors en un fracas tumultueux. La passerelle inférieure fut pulvérisée, dispersant les auges de mortier, les baquets d'eau et de tesselles. L'ensemble s'abattit en un bruit de tonnerre, pluie de gravats et de poutraisons.
168

169
Tous les présents se figèrent. Il n'était pas rare que les fragiles échafaudages rompent, mais le vacarme avait été amplifié par les voûtes. Quelques ouvriers abandonnèrent leur ouvrage, inquiet de savoir si l'un des leurs avait été emporté. Nulle plainte, aucun râle ne s'échappait des décombres. Ils haussèrent les épaules et s'avancèrent pour nettoyer le lieu. Jusqu'à ce qu'un des gamins qui avait empoigné une planche reculât, les yeux écarquillés.
170

171
« Y'a un homme là-dessous, j'ai vu son habit ! »
172

173
Les bras s'activèrent d'autant plus vite, mettant rapidement au jour un corps broyé, le cou rompu et les membres disloqués. Un des plus courageux, un sculpteur à la démarche lourde osa s'approcher afin de reconnaître la victime. Il le tourna avec douceur, de ses grosses mains empoussiérées.
174

175
« C'est pas l'invité du sire évêque ? »
176 177 178

Ils se signèrent tous.

179
« Si, je crois qu'on le nommait père Herbelot. Il a visité le chantier tantôt, confirma un des présents.
180

181
--- Au moins l'est mort en oraisons. Y filera droit au Ciel. »
182 183 184

### Jérusalem, palais du Patriarche, fin de matinée du vendredi 12 décembre 1158

185
Le vent froid avait apporté une pluie fine et piquante qui glaçait jusqu'aux os. Bien au chaud dans son cabinet de travail, le patriarche Amaury de Nesle termina sa lecture et regarda les gouttelettes se former sur le verre de la fenêtre. Confortablement installé dans un siège avec une couverture sur les genoux, il conservait en main la lettre qu'on venait de lui remettre. Elle affichait le petit sceau de l'évêque de Lydda. Il sentait sur son visage la chaleur rayonnant du brasero proche. Machinalement, il porta les doigts au crucifix qui ornait sa poitrine. Il le fit tinter de l'anneau de sa bague sacerdotale.
186

187
Des pas dans la salle adjacente attirèrent son regard, mais personne ne frappa à l'huis. Ses yeux vagabondèrent ensuite sur les meubles de prix qui l'entouraient, jusqu'à s'arrêter sur Frédéric de la Roche, assis face à lui en silence. L'évêque d'Acre grignotait des rissoles. Son opulent bliaud de soie, à la dernière mode, recevait régulièrement des miettes qu'il époussetait d'un geste énergique. Sans sa tonsure, sa bague et son crucifix, on aurait pu le prendre pour un riche baron.
188

189
Les deux clercs, pour différents qu'ils fussent, se considéraient comme des amis. Le jeune patriarche était plus porté sur les affaires de la Foi tandis que Frédéric était un homme du siècle, un ecclésiastique qui n'avait guère connu le cloître. Il n'aimait rien tant qu'accompagner l'ost dans ses campagnes, bénir les lances et les glaives. La Haute Cour de Jérusalem le voyait plus souvent que ses ouailles du littoral et on lui prêtait une ambition sans bornes. Même, de sinistres rumeurs couraient, mais Amaury de Nesle savait qu'il y entrait une large part de jalousie. L'homme n'était pas un contemplatif et cela avait parfois des avantages en ces lieux emplis de périls, pour le corps autant que pour l'âme. Le patriarche était donc heureux de le compter parmi ses fidèles, apte à résoudre le souci soulevé par cette missive.
190

191
Voyant qu'Amaury avait fini de réfléchir, l'évêque s'enquit poliment de ce que contenait la lettre dont il avait reconnu le sceau qui l'ornait.
192

193
« Funestes nouvelles mon fils, bien peu réjouissantes à l'approche de la Noël. L'évêque Constantin est fort ennuyé, car un des membres de la suite de l'archevêque Pierre a trouvé la mort sur son chantier. Peut-être le connaissez-vous, d'ailleurs ? Un jeune prêtre, Herbelot Gonteux.
194

195
--- De certes, clerc érudit et consciencieux. Mon sire Pierre sera fort chagriné de cette perte. »
196 197 198

Il fronça les sourcils, se pencha en avant.

199
« Mais je ne vois pas là raison de vous informer. Tous les jours les hommes meurent d'accident ou de maladie. Voulez-vous que je fasse assavoir la chose à l'archevêque ?
200

201
--- Ce qui remue les sangs de Constantin, c'est qu'il y voit l'intervention du Malin...
202

203
--- Allons donc ! Comme il y va ! Vous éclaire-t-il sur ses motifs à cela ? »
204

205
Pour toute réponse, le patriarche tendit la lettre. Il en profita pour prendre un verre de vin qu'il sirota, laissant à Frédéric le temps de prendre connaissance de la missive. L'impétueux prélat ponctuait sa lecture à mi-voix d'interjections de surprise, de désapprobation voire d'agacement. Il rendit finalement le document en souriant avec aigreur.
206

207
« Un de ses chanoines tué par le feu et un clerc cherchant à en expliquer le mystère enseveli sous de la terre et voilà que l'évêque y voit marque des compagnons de la Bête. J'ai cru un instant que j'allais y voir surgir les prophéties de Jean[^1] ! Va-t-il s'enfrissonner de la pluie ou du vent dès à présent ? Cela n'est pas sérieux !
208

209
--- Pour invisibles qu'elles soient, certaines forces n'en sont pas moins puissantes. Je sens la frayeur et l'inquiétude qui s'installent en la congrégation de Lydda. Je ne peux laisser un de mes suffragants en pareil désarroi.
210

211
--- Pourquoi ne pas porter l'affaire auprès du frère le roi ? Après tout, il est comte du lieu et sera plus à même de s'occuper de dénouer ces tragiques soucis.
212

213
--- Je connais votre proximité avec le jeune Amaury, mais quelle légitimité aurait pareille requête ?
214

215
--- Hé bien, de prime, si ce n'est pas là simples accidents, comme le redoute votre suffragant, c'est donc affaire de sang. Son gros vicomte n'est pas de taille, Constantin le confesse quasiment en sa missive. Il convient alors d'en référer au comte. »
216

217
Amaury de Nesle n'était pas très à l'aise avec les jeux de pouvoir au sein de la Haute Cour. Il appréciait Frédéric, car il pouvait s'appuyer sur sa connaissance des luttes d'influences qui s'y déroulaient. Néanmoins il n'était jamais favorable à l'idée de trop s'acoquiner avec des laïcs dont il n'appréhendait que fort mal les usages et désapprouvait souvent les méthodes. Il devait son élection à sa pratique rigoureuse et son amitié pour la reine mère et ses sœurs, qui avaient soutenu cet esprit fort et profondément religieux. Il n'était pas homme de faction.
218

219
« De toute façon, le sire comte est parti au nord avec le roi Baudoin. Je ne peux attendre son retour pour clore cette affaire. C'est là le genre d'étincelle qui embrase les granges, je le sens bien.
220

221
--- Nul besoin d'en appeler à Amaury lui-même. Un des chevaliers de son hostel demeuré ici fera bien l'affaire. Demandons-lui de prendre les choses en main.
222

223
--- J'aurais préféré missionner quelque clerc discret plutôt que d'ébruiter l'affaire.
224

225
--- Il n'y a certainement nul trouble autre que des manquements dans l'organisation du chantier. Cela arrive tout le temps. Le conseil de quelques hommes de l'art les rassurera sur ce qui s'est passé et sur les façons pour l'éviter à l'avenir. Certains hommes cèdent trop vite à des angoisses irraisonnées. Cela ne leur vaut rien de les conforter en ce sens. »
226 227 228

Le patriarche prit encore quelques instants de réflexion, appuyant son visage massif sur ses mains jointes.

229
« Voyez-donc si on peut nous trouver quelque chevalier du sire comte Amaury dans le palais du roi, que je puisse prendre décision sans tarder. »
230

231
Soulagé que le patriarche acceptât de se débarrasser de ces menus tracas, l'évêque se leva avec vigueur. Il ouvrit la porte et héla le premier valet qu'il aperçut, lui confiant l'urgente tâche.
232

233
« Au moins avons-nous l'heur que votre palais et celui du roi partagent nombreux passages. Ce sera rapide » affirma-t-il, enthousiaste, avant de reprendre une rissole.
234

235
Il ne fallut en effet que peu de temps pour voir arriver un grand échalas bien mis, avec un bliaud assez resserré sur le buste, à longues manches, orné de nombreux décors. Il semblait avoir érigé la coquetterie en art de vivre : imposante barbe bien entretenue, bijoux et étoffes de laine de première qualité. Si ses cheveux n'avaient déserté son crâne, nul doute qu'il les aurait portés à la dernière mode. Le patriarche déplora en silence cette débauche de luxe dérisoire. L'homme ne lui inspirait guère de confiance. Il se présenta poliment, s'inclinant avec respect devant les deux importants prélats et déclina son nom : Guy le François. Amaury de Nesle connaissait très bien sa famille, mais n'avait jamais eu l'occasion de le rencontrer. Il savait que sa fratrie était proche de la couronne et plus encore du jeune Amaury, comte de Jaffa.
236

237
L'évêque Frédéric prit les choses en main et traita Guy comme un familier, le priant de passer à ses frères les plus amicales salutations du clergé. Il invita le chevalier à s'asseoir, car ils avaient besoin de ses vues sur un épineux problème. Il n'en fallut guère pour allumer une lueur de vif intérêt dans les yeux de Guy. En quelques phrases lapidaires, le patriarche expliqua le contenu de la lettre venant de Lydda. Tout en parlant, il revint peu à peu sur sa mauvaise impression : l'homme était clairement réfléchi et posé, pas un de ces godelureaux avides de conquêtes militaires et amoureuses. Guy osa quelques questions pertinentes et, ayant obtenu réponse, prit un long moment avant de proposer son opinion.
238

239
« Le sire comte de Jaffa n'a certes nul plus grand désir que de se rendre amiable à l'Église et à son premier représentant ici, sire patriarche. Le seul point qui me chagrine, c'est que je ne voudrais pas froisser un éminent prélat comme le sire évêque Constantin.
240

241
--- Il écrit pour demander de l'aide en cette affaire. Il doit bien se douter qu'il n'est pas de mes attributions de m'intéresser à crimes de sang, fussent-ils de clercs.
242

243
--- Rien n'est plus vrai. Seulement, comme vous en avez certainement savoir, Hugues de Rama[^2] est actuellement captif des Mahométans, et l'hostel comtal s'efforce de tenir son domaine en son absence. Si la mort de ces deux clercs est bien maligne, ce qui demeure à établir, il ne faut pas oublier que le sire évêque Constantin se bat depuis fort longtemps pour ne pas voir le seigneur de Rama[^3] en ses terres. Je crains qu'il ne voie pas d'un bon œil notre arrivée en son domaine, a fortiori s'il se sent dépassé en cette affaire. Il pourrait y craindre perfide intention.
244

245
--- Vous aurez courrier scellé de notre part, cela pourrait apaiser ses craintes. »
246

247
Guy le François se redressa dans son siège, lissant sa longue barbe. Il sourit aux deux ecclésiastiques tandis qu'il cherchait une façon de ne pas les décevoir tout en se sortant de ce qu'il pressentait comme un piège politique. Involontaire, mais bien réel. Cela faisait des années que la querelle entre l'évêque de Lydda et le comte de Rama pourrissait l'ambiance à la cour de Jaffa. Il n'avait pas envie d'être à l'origine d'un regain de polémique. Voyant ses réticences, Frédéric de la Roche renchérit.
248

249
« Nous pourrions missionner un clerc, de certes, mais aucun n'est familier des affaires de sang. Le vicomte de Lydda pouvait suffire pour le chanoine, mais le second, il s'agit tout de même d'un proche de l'archevêque de Tyr. Pierre de Barcelone n'est pas homme à se fâcher d'une telle histoire, mais je ne doute de son immense peine et de son envie de voir l'histoire élucidée.
250

251
--- À son départ pour le nord, le roi Baudoin a laissé plusieurs fidèles de valeur, dont un en particulier dont je sais qu'il est de bonne fame et l'esprit acéré. Un homme de terrain, mais qui a suffisamment de diplomatie pour ne pas se comporter comme un taureau agacé de taons.
252

253
--- N'a-t-il pas mission en l'absence du roi ?
254

255
--- Pas que je sache. Il a longtemps servi la reine, nous avons quelque usage l'un de l'autre. Je peux lui parler en toute fiance. Et puis Lydda n'est guère éloignée, il lui sera facile de se rendre sur place, de démêler ce qu'il y trouvera. Cela peut être résolu en une journée, voire deux. Dans tous les cas l'évêque Constantin aura des réponses à donner au sire archevêque de Tyr, tout en récoltant baume à répandre sur ses angoisses. »
256

257
Enjoué, Frédéric de la Roche hocha la tête avec vigueur et n'attendit pas la réponse du patriarche pour marquer son assentiment. Amaury de Nesle réserva son jugement un petit moment avant d'acquiescer lentement du menton.
258

259
« Je vais rédiger une lettre pour cet émissaire, qu'on lui fasse bon accueil.
260

261
--- Je la lui porterai moi-même, sire patriarche.
262

263
--- Et quel est le nom de ce dernier, d'ailleurs ? s'immisça Frédéric de la Roche.
264

265
--- Régnier d'Eaucourt[^4]. »
266 267 268

### Jérusalem, palais royal, matin du dimanche 14 décembre 1158

269
Petit homme à la bedaine aussi impressionnante que la barbe brune, Ganelon ruminait son mécontentement en finissant de lacer des sacs sur des chevaux. Il s'accommodait fort bien de demeurer à Jérusalem avec la cour au loin et n'appréciait guère de devoir partir vers la côte. Il avait entretenu l'espoir de passer la Noël tranquillement avec son épouse. Fraîchement mariés, ils s'étaient établis dans une modeste maison près de la porte de David et escomptaient bien s'affranchir de leurs services pour rénover le commerce du rez-de-chaussée. Lorsque son maître Régnier était au palais, Ganelon n'avait que peu de tâches. Le chevalier disposait désormais d'un hôtel complet, avec valets et cuisinière, peu loin du domicile royal, et le travail de Ganelon s'en trouvait grandement facilité.
270

271
Il avait été touché d'apprendre le décès du jeune Herbelot Gonteux, qu'il avait pu apprécier lors de leur retour d'Europe. Mais il ne s'en sentait pas suffisamment proche pour aller courir par monts et par vaux afin d'élucider le mystère d'une mort qui n'était certainement que simple accident de chantier. Il profitait donc de l'absence de Régnier et des derniers préparatifs pour grommeler à son aise, à l'abri de tout risque de réprimande.
272

273
« Alors, mestre Ganelon, tu as donc grande ire à grogner tel l'ours Martin ? »
274

275
La voix qui venait de l'apostropher lui arracha un sourire. Il se retourna et salua avec enthousiasme le géant qui s'avançait vers lui. Dépassant d'une bonne tête les gens autour de lui, Ernaut semblait avoir encore grandi et forci depuis la dernière fois qu'il avait vu. Le jeune homme paraissait bien déterminé à battre Samson voire Goliath en taille et en vigueur. Le cheveu blond coupé à l'écuelle, la barbe naissante au menton, il arborait son sourire le plus enjoué, éclairant son visage de guerrier d'une surprenante amabilité. À ses côtés, un compagnon, faisant figure de nain, s'avançait, une large besace de scribe en bandoulière.
276 277 278

Ernaut salua avec chaleur Ganelon et lui présenta Raoul, qui serait chargé de rédiger d'éventuelles missives.

279
« J'ai plaisir à chevaucher avec vous de nouvel. C'est grande pitié que ce soit pour aller mettre en terre mestre Gonteux. »
280 281 282

Ganelon haussa les épaules.

283
« *Dieu dispose*.
284

285
--- Je l'avais recroisé à l'occasion, quand il venait en compagnie de l'archevêque de Tyr. C'était de la graine de patriarche, c'est vraiment pitié. »
286 287 288

Ernaut fit jouer ses muscles puissants, gonflant le dos et la poitrine tandis qu'il comprimait son poing dans sa main.

289
« Si jamais je peux grapper celui qui l'aura occis...
290

291
--- De ce que mon sire Régnier m'a dit, nul ne sait si c'est accident ou meurtrerie. Le premier serait d'évidence, en un chantier comme celui de la cathédrale.
292

293
--- Ça, l'avenir nous le contera, mon ami. »
294

295
La cour était relativement calme, la fraîcheur de la saison ayant incité les domestiques à privilégier les corvées en intérieur. On entendait malgré tout le tintement d'une enclume dans les bâtiments annexes. Autour d'eux, quelques montures étaient préparées par les palefreniers. Plusieurs hommes chargeaient aussi sur une imposante charrette la litière usagée issue des écuries, destinée à amender les jardins de la cité. Se voir accorder le droit de prélever le purin de la cavalerie de l'hôtellerie royale était un avantage très envié, financièrement intéressant si on n'était pas délicat de l'odorat. Fronçant le nez, Ernaut se trouvait bien content de sa fonction de sergent.
296

297
Attrapant son filet, il héla Ganelon tout en équipant sa monture.
298

299
« J'ai ouï-dire que tu as désir de quitter le service du sire d'Eaucourt.
300

301
--- fronça un instant les soucis dit ainsi, mais ça finira par arriver, de certes. Je me suis marié voilà peu et nous avons espoir de nous établir, soit en louant notre bien, soit en faisant commerce par nous-mêmes.
302

303
--- Et que veux-tu donc négocier ? Tu sais que je m'y connais en vin ?
304

305
--- C'est aimable à toi, mais je pensais à quelque chose de plus simple pour nous. Élainne est bonne couturière, nous pourrions acheter, ravauder et revendre tenues. Le pérégrin a toujours nécessité de linges, pour porter beau aux sanctuaires ou faire le chemin à rebours jusque chez lui. »
306 307 308

Il flatta le cheval d'une bourrade et se pencha pour en inspecter les sabots.

309
« De toute façon, elle s'est jurée à l'hostel le roi, il nous faut voir comment elle pourrait achever son service avant tout.
310

311
--- Et toi, tu vas faire comment ?
312

313
--- Sire Régnier n'a plus tant besoin de moi. C'est surtout lorsqu'il doit compaigner l'ost ou faire chemin que je lui suis utile. Mais cela peut se faire de gré à gré, même avec un homme libre. »
314

315
Ernaut était enthousiasmé de voir un de ses amis réussir ainsi. Il escomptait lui-même connaître semblable chemin et se languissait dans l'attente. Il était impatient de s'unir à sa promise Libourc et de s'installer avec elle dans leur demeure. Bien que sa tristesse soit réelle quant aux motifs de ce voyage, il était malgré tout ravi de pouvoir renouer avec Régnier d'Eaucourt. Il espérait lui prouver qu'il avait bien évolué, ces dernières années au service de Baudoin III. Ernaut en était convaincu, il se présentait toujours dans le royaume des opportunités profitables pour qui savait les saisir.
316

317
Lorsque Régnier d'Eaucourt s'annonça, tout était prêt pour leur départ. Ils n'auraient guère à chevaucher, à peine plus d'une demi-journée en tenant un bon train et ne se pressaient donc guère. Le chevalier salua les présents et contrôla que tout avait été préparé selon ses instructions. Il avait toute confiance en Ganelon et ne s'attarda pas. Au moment où il allait mettre le pied à l'étrier, une voix tonna depuis le bâtiment d'où il était sorti.
318

319
« Qui dispose ainsi de mes chevaliers ? Ne suis-je pas le maréchal ici ? »
320

321
Accompagnant l'éclat de voix, Joscelin de Courtenay fit son apparition en haut de l'escalier, mains sur les hanches et le visage envahi de tics désapprobateurs. Sa grosse tête s'agitait, hérissée de ses cheveux mi-longs. Habillé comme toujours d'une tenue impeccable, il arborait un fourreau coûteux et une épée dont la poignée richement ornée d'émaux laissait deviner la qualité. Il dévala les marches rapidement, faisant claquer ses éperons dorés de chevalier.
322

323
« Alors ? J'ai posé question ! »
324

325
Régnier, soucieux de ne pas se mettre entre deux puissants personnages, préféra demeurer dans le vague.
326

327 328 329
« C'est là mission pour le frère le roi, aux fins de complaire aux attentes du sire patriarche, mon sire maréchal. J'encroyais que vous aviez donné votre aval.

--- Pour cela, il aurait fallu que l'on me demande avis. C'est tout de même incroyable ! Comment puis-je diriger l'ost si on envoie mes chevaliers faire les coursiers selon son bon plaisir ! »
330

331
À son éclat de voix, la plupart des valets s'étaient retirés, ayant trouvé une tâche à faire au loin, aussi apeurés qu'une bande de lapins devant un renard.
332

333
« Je ne doute pas qu'on vous ait donné beau motif pour chevaucher je ne sais où...
334

335
--- Lydda, sire maréchal. Ce n'est pas tant loin que je ne sois là à la moindre semonce de votre part.
336

337
--- De ce dernier point, je n'ai nulle doutance, vu que vous allez demeurer ici.
338

339
--- Mais, sire Joscelin, le patriarche compte sur moi et...
340

341
--- Il ferait beau jeu qu'un tonsuré ordonne à mes féaux. Ne suis-je pas celui à qui votre foi fut jurée ? »
342

343
Régnier, mortifié de se voir ainsi morigéner par un bachelier à peine sorti de l'enfance, approuva en silence, une moue contrariée défigurant ses traits. Il avait juré sa foi au roi, et certainement pas à un autoritaire parvenu.
344

345
« Parfait, voilà qui est dit.
346

347
--- Sire Joscelin, il faudrait au moins mander quelqu'un à Lydda. L'évêque nous y espère. Le patriarche a certainement envoyé coursier pour prévenir de notre arrivée.
348

349
--- Hé bien, la prochaine fois, il me viendra demander. »
350

351
Le maréchal se tourna, indifférent, et fit mine de découvrir Ernaut, qu'il considéra ainsi qu'on le fait d'un animal de foire.
352

353
« Il n'y a qu'à lui envoyer ce valet vôtre. S'il est un homme qui peut redonner confiance, c'est bien lui !
354

355
--- Il n'est pas mien sergent, sire. Il est au service le roi, lui aussi. »
356

357
Le jeune maréchal fronça un instant les sourcils, suspectant le sarcasme, mais ne s'y attarda pas.
358

359
« Hé bien, si le sénéchal laisse baguenauder ses sergents, je n'en ai cure. Qu'il se rende donc là-bas et nous fasse savoir de quoi il retourne. Nous verrons s'il y a lieu d'y mander plus forte délégation. »
360

361
Ayant distribué ses ordres, Joscelin tourna les talons et remonta dans le bâtiment, apaisé d'avoir pu ainsi affirmer son autorité. Il laissait les quatre émissaires dans l'expectative.
362

363
« Que faisons-nous, sire Régnier ? s'enquit Ganelon.
364

365
--- Tu l'as entendu comme moi, tonna Régnier, agacé. Nous demeurons ici et Ernaut sera l'envoyé royal auprès de l'évêque. »
366

367
Le jeune homme, qui avait jusque là affiché un air sombre à voir ainsi humilié un chevalier qu'il estimait fort, ne put cacher sa joie. Il allait être l'envoyé désigné par l'hôtel du roi, à la demande du patriarche, pour aider un haut ecclésiastique à résoudre ses problèmes. C'était possiblement l'occasion de faire valoir ses talents. Régnier comprit en un instant le cheminement intellectuel qu'Ernaut était en train de suivre.
368

369
« Garde la mesure, Ernaut. Tu vas simplement aller là-bas constater ce qui s'y est passé et tu nous en feras part rapidement. »
370

371
Tout en parlant, il défit une petite boîte métallique qu'il avait à la ceinture. Elle contenait le message du patriarche à destination de l'évêque. Sans plus un mot, il la tendit à Ernaut. Raoul, resté en retrait jusque là, intervint de sa voix claire.
372

373
« L'évêque risque d'être fort désappointé en ne voyant que nous. Que devons-nous lui dire ?
374

375
--- Il suffira de lui expliquer que le roi, pour complaire à la fraîche épouse de son frère[^5], s'est adjoint un coquelet en guise de maréchal. »
376

377
La réponse d'Ernaut fit rire tout le monde, les délivrant du poids de l'intervention désagréable de Joscelin de Courtenay. Étrangement, cela fut accompagné de la réapparition de plusieurs valets. Régnier les abandonna rapidement, désireux d'aller prévenir au plus vite de la décision prise par le maréchal. Avant de partir, Ernaut aida Ganelon à transférer quelques provisions sur leurs montures.
378

379
« On disait l'ancien maréchal colérique et violent, mais on dirait que le nouveau n'est guère mieux !
380

381
--- De certes, je n'aurais jamais cru que les hommes désespéreraient si tôt de la capture d'Eudes de Saint-Amand, confirma Ganelon. Il pestait et tonnait tant et plus, mais jamais il n'aurait parlé à un homme de valeur de pareille façon. Et devant de simples sergents en plus !
382

383
--- M'est avis qu'à se fâcher ainsi avec tous, ce béjaune ne fera pas longue carrière ici.
384

385
--- On le dit bien plus pressé de faire valoir son titre de comte.
386

387
--- *Asne d'Arcadie, chargé d'or, mange chardons et ortie* lança Raoul. Il n'a plus rien à Édesse, je l'ai entendu maintes fois en la chancellerie. C'est ce qui doit le rendre fort amer.
388

389
--- Holà, attention, voilà mestre Raoul qui nous éclaire de sa sapience issue des plus grandes écoles cathédrales, se moqua gentiment Ernaut. »
390

391
Voyant bien dans le regard malicieux de son comparse qu'il n'y avait là nulle méchante intention, Raoul sourit et fit mine de le tancer de la main. Ce qui ne fit qu'inciter Ernaut à aller plus loin. Il gratifia Ganelon d'une bourrade, monta en selle et poursuivit, goguenard.
392

393
« De vrai, sans rire, Raoul est homme de lettres. Un de ses frères étudie auprès des plus grands maîtres et nous reviendra au moins évêque. Sauf s'ils l'élisent pape entretemps. »
394

395
Attendant que son compagnon soit installé en selle à son tour, Ernaut salua les présents autour de lui et lança son cheval en direction de la sortie. Il siffla un des gamins pour qu'on lui tire la porte. Il n'avait pas envie de démonter pour quitter la cour de l'hôtel du roi. Après tout, n'était-il pas officiellement chargé d'une mission d'importance, la boîte à messages battant à sa ceinture ? Lorsqu'il passa l'arcade, il se mit à espérer que Libourc le voyait ainsi qu'il se rêvait : sur son destrier, équipé de son harnois de guerre, casque sur la tête et lance à penon en main. Il en oubliait qu'il était assis, de façon plutôt grossière, sur un vilain roncin.
396

397
### Lydda, abords du palais de l'évêque, soir du dimanche 14 décembre 1158
398

399
Le soleil avait disparu depuis un moment lorsqu'Ernaut et Raoul parvinrent enfin aux abords de l'impressionnant monastère qui abritait la demeure de l'évêque de Lydda. Le lieu tenait à la fois de la forteresse, du couvent pour les chanoines, du palais épiscopal et de l'église de pèlerinage, le tout en un vaste chantier pour servir un ambitieux programme architectural. Séparé de l'agglomération par une belle muraille, une porte extérieure permettait d'y accéder directement.
400

401
Lorsqu'ils longèrent les fortifications de la ville, de rares silhouettes les épièrent depuis le rudimentaire chemin de ronde. Il n'était pas si tard et des bruits d'activité humaine franchissaient les murs pour mourir dans leurs oreilles. Autour d'eux, tout était calme dans les vergers et les jardins. Un camp de nomades installé à l'abri d'une palmeraie bruissait à peine de l'agitation des moutons enserrés dans leur enclos. Ils passèrent au large, obliquant vers l'imposant massif de pierre où brillaient encore des lumières. La lune sur son dernier quartier n'éclairant que d'une lueur blême la voie, Ernaut se félicita d'être dans la plaine, sur un ample et droit chemin de poussière.
402

403
La porterie du palais s'appuyait sur une tour où flottait une bannière indéchiffrable dans la nuit. Sans vent, elle pendait mollement comme un chiffon. À leur approche, malgré la boîte de messager royal, l'homme de faction refusa d'ouvrir grand les vantaux et ils durent descendre de leur monture pour les mener à la bride par le petit guichet piétonnier. Après des heures passées en selle, ils sentaient la raideur de leurs membres.
404

405
« Vous v'nez de la Cité en réponse de l'appel du sire Constantin ? grogna l'homme, peu convaincu par l'aspect des deux émissaires.
406

407
--- De certes, nous sommes porteurs d'un message de la part du patriarche Foucher. Fais donc assavoir à ton maître que nous sommes arrivés. »
408

409
Sans se départir de son attitude circonspecte, le soldat envoya un gamin d'un simple mouvement de tête. Puis il expira longuement, avant de proposer d'un ton plus amène :
410

411
« Compaignez-moi donc. Le sire évêque est en plein repas. Vous avez bien temps de grignoter un truc et de vous rendre présentables. »
412

413
Suivant le vieil homme au pas traînant, ils perdirent rapidement le fil des pièces, cours et escaliers qu'ils parcouraient. Comme beaucoup de palais, il était régulièrement aménagé, amendé, augmenté, complexifiant peu à peu le plan originel, s'adaptant aux velléités des nouveaux possédants. Ils aboutirent bientôt à une petite salle avec deux banquettes en pierre, surmontées chacune d'une niche de couchage creusée à même la maçonnerie. Une minuscule fenêtre donnait sur des jardins, au-dessus d'un coffre adjoint de deux tabourets.
414

415
« Vous êtes en l'hostellerie. V'là la clef de votre cellule. Vous pourrez demander après une lampe aux cuisines. On va vous porter les linges de lit. »
416

417
Il les laissa poser leurs affaires puis les mena à la salle commune où le personnel partageait ses repas, avec les hôtes les moins prestigieux. Ayant décidé d'autorité que ces deux-là n'étaient sûrement pas des gens de marque, il leur indiqua une place sur un banc et les abandonna, après leur avoir rappelé qu'on viendrait les chercher pour les présenter à l'évêque.
418

419
Familiers de ce genre d'endroit, pour prendre régulièrement leurs diners et soupers au palais royal, Ernaut et Raoul s'installèrent à leur aise, profitant d'une cuisine assez honnête, où le pain était moelleux et le brouet pas trop clair. Même le vin ne piquait pas trop, approuva Ernaut. La tablée n'était pas très bavarde et assez disséminée. Le lieu était pensé pour accueillir, au besoin, les pèlerins. Avec la clôture des mers, il ne s'en trouvait guère en cette saison.
420

421
Raoul commençait à dodeliner de la tête au-dessus de son écuelle lorsqu'un valet vint les chercher : l'évêque allait les recevoir. Ils frottèrent leurs cottes fatiguées et suivirent le domestique jusqu'à la grande porte qui s'écarta pour eux, ouvrant sur la magnifique salle d'honneur du palais. Un instant, Ernaut se figea, impressionné de se trouver être celui qu'on attendait. Devant lui, la vaste pièce était éclairée de quelques lampes et de plusieurs chandeliers, redonnant vie aux histoires tracées à fresque sur les murs. Tout au fond, un trône garni de coussin accueillait un homme âgé, corpulent, mais au port assez raide. Il était vêtu d'un bliaud richement brodé, aux motifs scintillants. D'une main il caressait une épaisse croix émaillée suspendue à son cou. De l'autre il leur fit signe d'approcher. Son visage était plein, ridé et flanqué de deux oreilles en feuille de chou. Son regard semblait fatigué tandis qu'il dévisageait les deux messagers.
422

423
À sa droite, recouvrant une chaise curule de son imposant fessier, un gros homme les jaugeait également tout en s'épongeant le front. Il était vêtu de façon assez commune, mais on ne pouvait manquer de voir les éperons dorés brillants à ses pieds et l'épée au fourreau posée non loin de lui. Il fit un salut de tête à peine perceptible, un fantôme de sourire animant sa moue gourmande.
424

425
Le plus étonnant dans la scène était un petit singe vervet qui s'accrochait à un des montants du trône. Il ne bougeait guère que le bout de sa queue, ce qui faisait qu'on ne le remarquait pas immédiatement en entrant. Lorsque les deux messagers s'avancèrent, il vint se réfugier dans les bras du prélat, qui le flatta doucement. Peu à l'aise avec le protocole, Ernaut s'agenouilla devant l'évêque, qui lui tendit sa main baguée. Il la baisa et attendit, tête baissée. Le silence s'installa.
426

427
Inquiet d'avoir fait une bourde, Ernaut s'accorda un regard en dessous en direction du gros homme sur le côté. Il lui sembla que celui-ci l'invitait à s'exprimer. Sa voix lui parut comme le tonnerre lorsqu'il osa parler. Il salua poliment au nom du patriarche et du roi, et indiqua qu'il était porteur d'un message de la part du premier. Il le sortit de la boîte fixée à sa ceinture et le présenta avec toute la dignité dont il se sentait capable.
428

429
L'évêque s'en saisit et n'y jeta pas même un coup d'œil. Sa voix était amère lorsqu'il s'exprima.
430

431
« N'y a-t-il donc que valets et sergents en la sainte Cité pour qu'on ne daigne pas même m'envoyer un chevalier, si ce n'est baron de renom ? Ai-je donc perdu tout crédit ? »
432 433 434

Mortifié, Ernaut ne trouva pas quoi répondre et ce fut Raoul qui osa le faire, de sa voix claire et posée.

435
« Sire évêque, nous sommes, tout au contraire, là pour témoigner de l'intérêt porté à votre affaire. De façon à ce que nul ne remette en cause votre autorité en ce lieu, il a été décidé de confier vos intérêts à quelqu'un de l'hostel du roi. Las, avec la rencontre dans le Nord, il s'est trouvé difficile de dépêcher un homme de qualité rapidement. Notre présence ne s'explique que par le souci de ne pas vous laisser sans réponse. »
436

437
L'évêque Constantin grommela un instant, quelque peu rasséréné par la réponse. Ernaut se rendit compte de l'habileté de son ami, familier qu'il était des puissants. Pour sa part, il n'était guère habitué à faire assaut de tant de diplomatie. Le temps que l'ecclésiastique déplie le message et le parcoure à mi-voix, le gros homme leur lança un sourire aimable, avant de s'emparer d'une poignée d'amandes dont il offrit quelques unes au singe, venu sur ses genoux dans l'intervalle. L'animal ne perdait pas de vue les arrivants, se promenant aux alentours tout en grignotant ses friandises.
438

439
La lecture de la missive sembla calmer les aigreurs de Constantin. Il reprit ses aises sur son trône et se composa une attitude moins agressive. Grimpé sur un des montants du siège, le primate penchait comme une gargouille, comme s'il hésitait à prendre connaissance d'un courrier qui ne lui était pas destiné.
440

441
« Le patriarche Amaury me parle d'un chevalier parmi vous. S'est-il perdu en chemin ?
442

443
--- Las, au moment de partir, le maréchal a dû lui confier une tâche urgente, répondit Ernaut.
444

445
--- N'y avait-il nul autre homme que lui pour ce service ?
446

447
--- Je ne saurais vous dire, sire évêque. Mais je tiens pour certain que cela lui a de certes fort coûté. Il était bon ami avec Herbelot, le secrétaire de l'archevêque. Il n'aurait pas laissé sa place sans quelque urgence vitale au service du roi.
448

449
--- Il avait été désigné pour ces raisons ?
450

451
--- J'ose l'encroire. Il en est de même pour moi. Nous avons navigué à bord du Falconus et connu moult péripéties dont nous avons triomphé ensemble. Nul plus que nous au sein de l'hostel du roi n'a plus grand désir d'honorer la mémoire de celui dont vous déplorez la mort.
452

453
--- Tu connaissais donc ce jeune prêtre ?
454

455
--- Nous étions amis autant que peut l'être un homme de son rang avec un simple sergent comme moi. Et je peux donner gage du lien qui l'unissait à Régnier d'Eaucourt, le chevalier qui nous devait compaigner. »
456

457
Tout en échangeant, l'évêque retrouvait son calme. Il avait craint un moment que l'on ne cherche à le rabaisser avec cette histoire. Il s'opposait depuis tant d'années au pouvoir du seigneur de Rama qu'il redoutait que le comte Amaury ne profite de la capture de ce dernier pour annuler toutes ses prétentions. Mais le patriarche avait bien entendu sa détresse et avait fait en sorte de lui envoyer des serviteurs loyaux à un ami, donc peu enclins à se laisser influencer par des jeux politiques. Il désigna le gros homme, resté silencieux jusque là.
458

459
« Jusqu'à présent, Maugier du Toron, mon vicomte, s'occupait du décès de Régnier de Waulsort, à l'origine de tous nos malheurs. C'est alors qu'il s'efforçait de l'assister en cela que votre pauvre ami a rendu son âme à Dieu.
460

461
--- Comme personne ne pouvait être suspecté d'avoir attenté aux jours du pauvre Régnier, je n'avais nulle raison d'y consacrer trop de temps, indiqua le vicomte.
462

463
--- D'autant que certains murmuraient choses impies à ce sujet, approuva l'évêque.
464

465
--- Donc quand ce jeune clerc a proposé d'y porter lumière, j'en étais plus que satisfait. Moi je m'occupe des mauvais valets et des marchands escrocs.
466

467
--- Tant que cela ne concernait qu'un de mes chanoines, nous pouvions faire cela à notre idée. Mais là, un serviteur de l'archevêque est mort. Il nous faut porter réponse. »
468

469
Hésitant sur ce qu'il devait en comprendre, Ernaut se tourna vers le vicomte.
470

471
« Vous dites qu'Herbelot s'appliquait à résoudre le mystère d'une mort, c'est bien cela ? »
472

473
Le gros homme hocha la tête en silence tandis que l'évêque répondait pour lui.
474

475
« Certes, tout vient de là. La mort de Régnier de Waulsort. Tragique disparition qui inquiète toutes les âmes de ce palais.
476

477
--- Il y aurait eu meurtrerie ?
478

479
--- Voilà bien épineuse question, mon garçon. »
480

481
L'évêque marqua une pause, se pencha un peu en avant, renâclant à dire ce qu'il avait sur le cœur. Il ne répondit qu'à mi-voix, inquiet de réveiller des forces qui le dépassaient.
482

483
« Il se trouve que Régnier était un des plus doctes d'entre nous. Il supervisait tout le programme décoratif du nouveau sanctuaire. Un grand spécialiste des hauts faits de saint Georges. »
484 485 486

Il se rapprocha encore, baissant la voix tandis que sa silhouette s'inclinait.

487
« On l'a retrouvé un matin, en sa demeure, le corps brûlé comme charbon. »
488 489 490

Une chape de silence s'abattit sur les présents. Même le petit singe se figea un moment. Ernaut se demandait si l'évêque avait mal formulé sa phrase ou s'il tenait à attirer son attention sur un point particulier.

491
« Pensez-vous que quelque malfaisant a bouté le feu à sa maison, ce ne serait pas juste une lampe qui aurait versé ?
492

493
--- Un tel incident aurait embrasé toute la demeure, ce qui ne fut pas le cas...
494

495
--- Comment est-ce possible ?
496

497
--- C'est bien là le coeur du mystère, mon garçon, intervint le vicomte. »
498

499
Constantin baissa la tête, comme si une grande fatigue s'abattait soudain sur lui.
500

501
« Les esprits s'inquiètent de cela, surtout après le second incident. On murmure déjà que le feu et la terre ont tué... Je ne peux tolérer cela. Il me faut réponse à donner aux miens et à l'archevêque. »
502 503 504

Il reprit d'une voix plus assurée tout en accueillant le singe sur ses genoux.

505
« Demain je ferai savoir à tous que vous êtes ici, car le roi Baudoin a désir de faire une donation au sanctuaire de saint Georges. On ne s'étonnera donc pas que vous alliez et veniez à votre guise, histoire d'apprécier nos besoins. Seuls le vicomte et les chanoines sauront la réalité. Veillez à vous montrer discrets, les rumeurs se propagent plus vite qu'incendie de paille. »
506 507 508

Les deux émissaires hochèrent gravement la tête en silence.

509
« Vu que l'hostel du roi et le sire patriarche vous ont envoyé à moi, je n'ai d'autre choix que de m'en remettre à vous. Je prierai pour que vous portiez toute la lumière en cette ténébreuse question. »
510 511 512 513 514

Il les bénit d'un lent signe de croix puis baissa la tête. L'audience était terminée.

### Lydda, hôtellerie du palais de l'évêque, matin du lundi 15 décembre 1158

515
Les braiments d'un âne tout proche réveillèrent Ernaut en sursaut. La lumière entrait à flots dans la pièce chaulée. Assis sur sa couche, visiblement depuis peu, Raoul se frottait les yeux. Ernaut se leva, ouvrit la fenêtre pour humer l'air au-dehors. Un ciel lapis-lazuli couvrait la palmeraie qui accueillait les jardins. Il s'étira lentement et prit quelques affaires pour se rendre au bassin qu'il avait repéré la veille. Il poserait aussi la question des bains, dont il était certain qu'il y en avait quelque part. C'était une des commodités d'outremer à laquelle il avait rapidement pris goût.
516

517
Il échangea quelques mots polis avec des valets autour de la fontaine. Un petit groupe de notables du Lyonnais avait décidé de passer une année entière en Terre sainte. Pèlerins de qualité, ils profitaient de l'hospitalité des nobles et voyageaient à cheval, accompagnés de domestiques et de soldats. Arrivés la veille, ils faisaient une courte escale avant de reprendre leur route vers Naplouse.
518

519
Non loin d'eux, dans la cour, sous un appentis couvert de feuilles de palmier, on s'activait à dépecer un cochon. De nombreux pots fumaient aux alentours, apportant l'eau bouillante nécessaire au travail. Gourmand, Ernaut se demanda s'ils auraient l'occasion de goûter les charcuteries et pâtés fraîchement réalisés. On lui expliqua que cela serait servi au banquet de Noël. Un peu à l'écart, les gamins généralement occupés à surveiller des oies avaient oublié un temps leurs corvées pour s'amuser à se lancer une balle façonnée dans la vessie de l'animal. Cela rappela des souvenirs à Ernaut, qui n'aimait rien tant que grignoter les petites saucisses aux herbes que son père confectionnait pour fêter l'abattage du cochon.
520

521
Mis en appétit, il retrouva Raoul dans la grande salle, attablé devant une tranche de pain tartiné de hoummous. Autour d'eux, plusieurs manouvriers venaient prendre une collation après les premiers travaux de la journée. Certains étaient clairement des artisans, les manches salies de mortier ou les mains grises de pierre. Bien que Noël ne soit plus guère éloigné, le temps était beau et les températures assez douces. Ernaut, habitué aux rigueurs des hivers bourguignons, s'émerveillait de cela.
522

523
« C'est qu'on est guère loin des côtes, le temps y est plus doux, moins sec aussi, précisa Raoul.
524

525
--- Tu es d'où au fait, toi ?
526

527
--- Je suis né à Jérusalem. Cela fait des années que ma famille y est installée.
528

529
--- Tu n'es jamais allé ailleurs ?
530

531
--- Je ne suis jamais sorti du royaume, non. Et guère de la cité, à dire le vrai. J'apprécie ses fortes murailles. Mais comme tu le sais, mon frère Guillaume, lui, est parti au loin.
532

533
--- Cela fait long temps ?
534

535
--- Des années ! De temps à autre nous recevons de ses nouvelles. Mère aurait été heureuse de savoir qu'il finira peut-être abbé ou évêque. »
536 537 538

Abandonnant la croûte de pain trop dure, qui finirait sûrement aux chiens, Ernaut se leva.

539
« Je vais m'enquérir de la dépouille d'Herbelot, j'aurais désir de prier pour son âme. On se retrouvera auprès du vicomte ?
540

541
--- Il y a une audience ce matin, en une grande salle près de la porterie donnant en ville. »
542

543
Approuvant de la tête, Ernaut salua le jeune homme et prit la direction du sanctuaire. Le cimetière devait se situer aux abords, un serviteur de l'archevêque ayant sûrement droit à une sépulture privilégiée. Il traversa les différentes zones de bâtiments, depuis les communs les plus à l'extérieur, où il se trouvait, pour rejoindre la partie noble, où étaient implantés les édifices dévolus aux chanoines en pierre de taille. Le palais de l'évêque se déployait de l'autre côté du sanctuaire, au sud. Au centre, adjoint d'un petit cloître qui desservait tous les lieux de prestige, s'élevait la basilique en pleine reconstruction.
544

545
Au moment où il y parvint, Ernaut entendit la cloche sonner. Elle marquait les heures pour les clercs, qui chantaient les louanges du Seigneur plusieurs fois chaque jour. Bien peu de gens du commun accordaient un intérêt religieux à ces appels, en dehors peut-être des vêpres, car elles indiquaient généralement la fin de la journée de travail. Certains parmi les plus pieux ou les plus superstitieux remerciaient d'une courte prière qu'elle se soit bien déroulée.
546

547
Lorsqu'il pénétra dans l'église, seuls les outils s'exprimaient : le chœur recevait de nombreux décors tandis que la partie occidentale était encore en cours de construction, en partie à ciel ouvert. Des portefaix chargeaient leurs lourds paniers de mortier dans une fosse creusée à même la nef. Puis ils montaient à l'aide d'échelles jusqu'aux niveaux où les maçons empilaient les moellons, emplissaient le blocage. Les murs résonnaient de coups secs, les tailleurs ajustant les pièces les plus délicates à leur emplacement.
548

549
Perdu dans un labyrinthe de charpente soutenant les arcades esquissées, les voûtes inachevées, Ernaut tenta de se faire discret, impressionné par l'activité fébrile du lieu. Dans des loges couvertes de nattes, des sculpteurs dégageaient des motifs floraux, des têtes d'animaux de leur gangue de pierre. Si l'édifice en lui-même était bâti dans un calcaire jaune-brun, les plus belles décorations étaient ciselées dans un marbre blanc parfois veiné de gris. Bien sûr, des peintures, des tesselles de mosaïques rehaussaient progressivement les murs, en particulier au niveau du chœur. Enfin, un mobilier liturgique, soies brodées et bijoux d'orfèvrerie, serait extrait du trésor lors des occasions solennelles de façon à célébrer dignement la grandeur de Dieu.
550

551
Il fit quelques pas, le regard rivé au sol. Il ne demeurait rien de visible du lieu où était décédé Herbelot et Ernaut dut se faire indiquer l'endroit, devant une des chapelles latérales. Les passages étaient de nouveau fixés en hauteur, permettant aux ouvriers d'aller et venir sans encombre entre plusieurs niveaux à l'aide d'échelles et de cordages... Ernaut s'agenouilla dans le chœur, où le maître autel accueillait de nombreux cierges et de magnifiques bouquets d'anémones multicolores. Il nota mentalement de se procurer de quoi accompagner une prière pour Herbelot. Il ne connaissait guère le jeune clerc et pourtant sa mort lui semblait un affront à la vie. Il avait toutes les qualités pour devenir un ecclésiastique d'importance, savait parfois se montrer agréable compagnon malgré un abord souvent crispant. Avec son décès, tout cela disparaissait. Il n'en demeurait que les bons souvenirs.
552

553
Il sortit par une porte latérale et rejoignit les jardins accolés au sanctuaire. De l'extérieur, l'édifice était vraiment imposant. Il tenait tout autant du donjon que de l'église. Son toit offrirait une large terrasse permettant de surveiller les alentours des lieues à la ronde. Il franchit un petit carré abritant encore de nombreuses fleurs, coiffées de pergolas et de plantes grimpantes. Lorsqu'il traversa les lieux, des gamins s'activaient à remplir une énorme jarre de l'eau qu'ils extrayaient du puits au centre.
554

555
Il découvrit le cimetière juste après, au plus près de l'église. La présence du corps d'un martyr incitait les religieux les plus fervents à s'assurer une protection fiable dans l'autre monde en se faisant ensevelir à ses côtés. Il y trouva deux tombes récentes. Il avait oublié qu'un chanoine était mort aussi et hésitait donc sur celle où se recueillir. Estimant que Constantin aurait certainement eu soin de garantir une bonne place à l'émissaire de l'archevêque, il opta pour celle qui était la plus proche du lieu saint. Il récita les quelques prières qu'il connaissait, *Pater*, *Ave* et *Credo*, puis adressa une demande particulière à la Vierge, dont il savait l'oreille attentive aux complaintes du commun. Enfin, il alla arracher d'autorité une corolle de fleur qu'il déposa sur la terre fraîchement remuée.
556

557
Peu désireux de retrouver tout de suite l'agitation du chantier qui résonnait par les fenêtres non encore obturées de vitraux, il déambula un temps dans les jardins. Un large verger prolongeait la zone d'agrément et plusieurs valets s'employaient à ramasser ce qui serait vraisemblablement les dernières grenades de l'année. Selon la qualité des fruits, ils étaient soigneusement triés dans différentes corbeilles, sous le contrôle d'un latin tonsuré. Ernaut réalisa alors que les chanoines ne s'étaient pas présentés pour chanter. Peut-être qu'en période de travaux, ils bénéficiaient d'exemption. L'exemple d'Herbelot qui avait reçu un échafaudage sur le crâne pendant ses oraisons ne devait guère les motiver à aller célébrer la grâce de Dieu tandis que s'activaient autour d'eux les ouvriers.
558

559
Le clerc le salua d'un signe, sans un mot, mais n'abandonna pas son ouvrage. Ernaut savait qu'en plus d'être délicieux, le fruit servait en teinture et Raoul lui avait même montré qu'on pouvait en faire de l'encre, d'un beau noir profond. Avec l'olive et la datte, c'était un des produits miraculeux de l'Outremer. Il leva la tête et renifla le temps. Une nuée grise s'était répandue depuis l'ouest, apportant des relents marins et propageant une fraîcheur renouvelée.
560

561
Il fit demi-tour, traversa les carrés aromatiques et médicinaux puis retrouva le sanctuaire. Dans la nef centrale, devant l'escalier qui menait au sous-sol auprès de la tombe, quelques croyants attendaient qu'un domestique les laisse descendre. Ernaut se souvenait de la fois où il était venu avec son frère Lambert. Cela faisait désormais plusieurs années et il ne reconnaissait pas l'homme de faction. Un peu somnolent, il s'appuyait sur un bâton, baillant régulièrement à s'en décrocher la mâchoire. Ernaut comprit bien vite qu'il s'agissait d'un de ces simplets que l'Église prenait sous son aile, incapables de se débrouiller par eux-mêmes, mais aptes à répéter leur vie durant une tâche circonscrite, quoique rébarbative.
562

563
De façon instinctive, Ernaut trouva sa place dans la queue, s'attirant des sourires et des salutations. Il estimait qu'il ne serait pas de trop de confier la mémoire d'Herbelot à saint Georges. Vu le gabarit du clerc, il n'était pas inutile de le recommander à un grand guerrier.
564 565 566

### Lydda, cour des Bourgeois, fin de matinée du lundi 15 décembre 1158

567
Arrivé alors que la séance battait son plein, Ernaut s'était installé au fond, à côté de Raoul qui était venu plus tôt. Il avait chuchoté à Ernaut qu'il était toujours curieux de voir les différentes façons dont les cours opéraient. Ernaut s'étonna d'un tel goût pour des procédures administratives, intrinsèquement rébarbatives. Il en percevait l'importance sans pour autant y trouver le moindre intérêt. Au moins saurait-il qui consulter le jour où il lui faudrait démêler un épineux cas de bornage douteux ou de vol de monture boiteuse.
568

569
La salle n'était pas si imposante que celle de Jérusalem, simple cube aux murs blanchis à la chaux, avec un crucifix accroché derrière le vicomte. Lui non plus n'avait guère de points communs avec Arnulf. Si ce n'était ses éperons dorés et son épée, de bonne facture sans ostentation, on aurait pu le prendre pour un artisan prospère ou un négociant peu regardant sur son apparence. Il passait son temps à se gratter et extrayait de temps à autre de sa manche un impressionnant mouchoir dont il se frottait le visage. Il fit néanmoins preuve de bon sens et de tact, remarqua Ernaut, et ses décisions ou recommandations emportaient souvent l'adhésion des présents.
570

571
Lorsqu'enfin la séance s'acheva, ils se dirigèrent vers lui, impatients d'en apprendre plus. Maugier du Toron finissait de saluer les jurés, échangeant avec quelques plaideurs des points de détail des procédures. Ernaut comme Raoul étaient familiers de ces scènes, qu'ils voyaient se répéter sans fin chaque semaine à Jérusalem. Raoul aborda le scribe qui rangeait ses tablettes et feuillets dans une vaste cassette en bois marqueté, sans obtenir rien d'autre en retour qu'un reniflement dédaigneux.
572

573
« Je suis à vous, mes amis ! »
574

575
Le vicomte leur sourit aimablement en s'approchant d'eux. De près, il exhalait une odeur assez forte qui indisposa un peu Ernaut, désormais habitué aux mœurs orientales où l'on célébrait le bain et le savon.
576

577
« Je n'ai guère eu de temps au matin, je pensais aller en ville me chercher de quoi rompre mon jeûne. Nous pourrons discuter en marchant si cela vous convient ? »
578

579
Sans même attendre la réponse, il attacha son baudrier, ajusta son épée sur ses hanches et se dirigea vers la sortie. Malgré sa petite taille, il marchait à un bon rythme, sans paraître le moins du monde essoufflé par sa forte panse. À chaque fois qu'il croisait une connaissance, il levait sa toaille[^6] en un salut étrange sans ralentir le pas. Désireux de ne pas parler en public, il proposa à Ernaut de patienter qu'ils soient parvenus à destination, où ils pourraient discuter à leur aise. Le jeune homme se rengorgea, flatté de se voir invité à la table d'un vicomte, fût-il peu notable.
580

581
Il en fut pour ses frais. Maugier se contenta de bâtonnets de viande dans du pain, rehaussé d'une sauce très poivrée. Il leur en fit l'article, les incitant à s'en procurer, avant de les guider pour s'installer dans la cour d'une maison abandonnée où un bosquet de tamaris avait pris ses aises. Il alla puiser dans une citerne proche et remplit un pichet ébréché qu'il cala entre ses pieds en s'asseyant sur un rognon de mur. Le vicomte n'était apparemment pas homme de faste. Étrangement, il rappelait à Ernaut son père. Il lui parut d'emblée sympathique.
582

583
« Je dois avouer être bien aise que vous puissiez vous occuper de cette affaire. J'ai déjà suffisamment de travail avec les plaintes habituelles et les récriminations. Avec la capture du sire Hugues de Rama, les petits malins tentent de tirer leur avantage. Je dois redoubler de prudence.
584

585
--- Vous avez enquêté sur le décès du chanoine, c'est cela ?
586

587
--- Que voilà bien grand mot ! J'ai surtout veillé à ce que nulle rumeur n'aille enfler. À dire le vrai, vu que personne ne se plaignait vraiment de sa mort, je n'ai pas tant cherché.
588

589
--- Mais là, ça a changé ?
590

591
--- Cul-Dieu, ça oui. L'archevêque, malgré toute sa bonté, aura grand désir de savoir ce qui est arrivé à son secrétaire. Et lui répondre qu'il prit une planche sur le crâne ne suffira pas, au vu des circonstances.
592

593
--- Quelles sont-elles ? »
594

595
Maugier avala une grosse bouchée arrosée d'une belle rasade. Ses yeux noyés de graisse ne perdirent guère de vue la nourriture tandis que son cerveau s'agitait.
596

597
« De prime, le jeune clerc était venu dans l'espoir d'encontrer le père Waulsort. Apprenant son décès, il proposa au sire évêque d'essayer d'élucider sa mort étrange. De seconde, après avoir fureté qui ci qui là plusieurs jours durant, il encontre son trépas à son tour. De tierce,... »
598 599 600

Son élocution se fit soudain hésitante.

601
« De tierce, on a appris que le père abbé Wibald, le conseiller du roi des Alemans Frédéric, est mort voilà peu alors qu'il était en mission chez les Griffons[^7]. »
602

603
Ernaut n'avait jamais entendu parler de ce personnage et ne comprenait pas en quoi un important ecclésiastique mort à l'autre bout du monde avait à voir avec deux décès autour de la basilique de Lydda.
604

605
« Quel rapport avec ce qui nous occupe ici ?
606

607
--- Le chanoine Régnier de Waulsort était très lié au père abbé Wibald, ils s'étaient connus dans leurs jouvences. Ils échangeaient nombreux courriers, comme le font les grands savants.
608

609
--- Je ne vois toujours pas...
610

611
--- Il faut savoir que Régnier était le plus érudit de tous les hommes de l'évêque. Il parlait plusieurs langues, connaissait fort bien de nombreux auteurs, dont les sentences parsemaient son discours. Il avait en charge de définir les programmes des décors ornant le sanctuaire et se montrait toujours désireux d'accroître ses connaissances, sur tous les sujets. De là à penser qu'il aurait mis la main sur un savoir dangereux, il n'y a qu'un pas que nombreux ont déjà fait. »
612

613
Ernaut salivait en voyant le gros homme manger et regrettait finalement d'avoir décliné son invitation. Il s'offrit malgré tout une longue rasade d'eau. À ses côtés, Raoul se tenait impassible, ainsi qu'il l'était lors des audiences. Il semblait bien décidé à ne pas sortir de son rôle habituel de scribe, en retrait des débats.
614

615
« Et vous, sire Maugier, qu'en dites-vous ? Aurait-il mis au jour un savoir à l'origine de leur mort à tous trois ?
616

617
--- Considérant qu'il ne chérissait rien tant que la sapience et le savoir, j'encrois volontiers que la peur ne l'aurait jamais fait reculer.
618

619
--- Un parchemin n'a jamais tué, que je sache.
620

621
--- Nul besoin, des hommes s'en chargent : pour lire ou pour empêcher de lire. »
622

623
Ernaut était soudain bien embarrassé. Il n'était guère à l'aise avec l'écrit, et sûrement pas assez cultivé pour estimer la valeur et la portée d'un texte. Les disputes et chicaneries sans fin entre érudits étaient sujets de moquerie dans les contes populaires et il n'en savait guère plus.
624

625
« Qu'espérez-vous de nous, alors ?
626

627
--- Oh, moi je n'attends rien. C'est le sire Constantin qui avait besoin de marquer son intérêt envers cette histoire. Pour montrer à ses suzerains qu'il ne prend pas la chose à la légère, mais aussi de façon à calmer les esprits au sein du couvent. Tout cela est hors de mon ressort, même si Régnier est mort en sa maison de ville.
628

629
--- Ils ne couchent donc pas au dortoir, tous ensemble ?
630

631
--- Cela arrive, et ils sont sensés le faire, mais dans la réalité, tous ont demeure en la cité et y dorment plus souvent qu'ailleurs.
632

633
--- Mais comment chantent-ils les heures ?
634

635
--- Ils le font chacun chez soi, dans un oratoire voire leur chambre. »
636

637
Ernaut comprenait mieux la désaffection du sanctuaire. Le vicomte avala sa dernière bouchée, s'essuya les lèvres et les mains dans ce mouchoir gigantesque qu'il ne lâchait jamais.
638

639
« Tout le mystère vient du fait que le chanoine est mort de bien étrange façon, brûlé avec son valet. Si vous arrivez à montrer qu'il n'y a là ni main humaine ni mystère maléfique, rien de plus aisé que de montrer que le pauvre clerc de l'archevêque a simplement joué de malchance, comme cela arrive sur tous les chantiers.
640

641
--- C'est là votre pensée ?
642

643
--- Je n'ai guère échangé avec le père Régnier, c'était un homme secret, distant. D'autant que nous n'avions rien en commun. Lui tutoyait les plus hautes sphères, perdu dans son savoir. On venait de loin pour apprendre de lui, ce que fit votre ami, d'ailleurs. Je ne serais guère étonné qu'il ait libéré une force qu'il pensait contrôler et y succomba. Dire ce qu'était cette chose est au-delà de mon pouvoir. Je ne suis qu'un modeste chevalier, plus habitué à percer le poing de larrons ou à faire payer l'amende qu'à étudier des savoirs inconnus.
644

645
--- Nul chanoine ne saurait nous épauler en cela ?
646

647
--- De ce que j'en sais, aucun ici ne peut rivaliser avec ce grand esprit. Ce qui n'est pas sans entraîner certaines jalousies, comme vous pouvez le deviner.
648

649
--- L'un d'eux aurait pu tuer pour cela ?
650

651
--- Je ne sais. Ils me semblent tous bien inoffensifs, à défaut d'être sans rancœur. »
652

653
Il se leva, épousseta sa cotte froissée, attendit de voir s'il demeurait des questions puis les invita à le suivre. Ils retournèrent en silence en direction de l'imposante forteresse. En comparaison, la ville était modeste, avec des bâtiments de rarement plus d'un ou deux étages. La brique crue y était fréquente, recouverte généralement de chaux. Des poutres grossièrement équarries dépassaient des façades, soutenant le toit léger, souvent de simples feuillages. Partout des palmiers élançaient leur tronc balançant doucement dans la brise. D'innombrables puits et citernes apportaient toute l'eau désirée et de petits jardinets fleurissaient ici et là, tranchant d'émeraude la terre grise des chemins.
654

655
Aucune logique ne semblait avoir présidé à l'organisation des quartiers et les rues serpentaient, s'affinant fréquemment en fines venelles avant de déboucher sur des places accueillant les marchands et les artisans. La cité était assez animée, les boutiques proposaient des denrées venues parfois de très loin. La présence de pèlerins était moins prégnante qu'à Jérusalem, la vie était plus tournée vers le commerce. La verdoyante zone de jardins qui s'étendait au sud jusqu'à joindre celle englobant Rama fournissait largement les marchés en légumes et fruits frais. Les ports proches apportaient des poissons de mer qu'Ernaut ne voyait que bien rarement à Jérusalem, et de plus à des prix trop élevés pour lui. L'endroit lui donnait une impression d'opulence et d'affairement qu'il n'avait plus guère éprouvée depuis des mois. Il se prit à envisager son installation ici, une fois marié. Loin des frontières, le lieu offrait toute la sécurité dont on pouvait rêver. Les murailles n'en étaient pas très imposantes, mais suffisantes pour repousser des pillards ou une chevauchée.
656

657
Lorsqu'ils retrouvèrent la porterie du palais épiscopal, le vicomte s'arrêta près du bâtiment abritant les différentes administrations civiles.
658

659
« Allez donc voir le jeune valet qui accompagnait votre ami. Il saura vous guider sur les différents lieux. Les gens le connaissent déjà. Si jamais vous avez besoin de moi, les sergents d'ici sauront me trouver. »
660

661
Quand il se fut éloigné, Raoul lança un regard complice à Ernaut.
662

663
« Je ne sais pas toi, mais pour ma part, le voir engloutir son en-cas m'a ouvert l'appétit. Que dirais-tu de passer par le réfectoire ? On y dénichera peut-être quignon à grignoter. »
664

665 666
Chapitre 2
----------
667 668 669

### Lydda, réfectoire du palais, après-midi du lundi 15 décembre 1158

670
Une fois leur repas avalé, Ernaut et Raoul demandèrent après le valet qui accompagnait Herbelot. On leur indiqua un jeune garçon, encore installé à table, occupé à dévorer avec gourmandise un plat à base de purée de lentilles qu'il étalait sur du pain. À le voir agir ainsi, on aurait pu croire qu'il n'avait pas mangé depuis des jours, ce que démentait sa physionomie replète. Les voyant s'approcher, il ralentit son rythme, accordant à Ernaut des regards un peu inquiets.
671

672
« Le bon jour à toi, l'ami. On nous a dit que tu étais valet d'Herbelot. Est-ce vrai ?
673

674
--- Je suis au service de l'archevêque, mais je me consacrais tout particulièrement au père Herbelot. »
675

676
Ernaut lui adressa un sourire, qu'il espérait avenant, et s'installa à côté de lui, à califourchon sur le banc. Raoul alla faire le tour de la grande table.
677

678
« Nous aurions besoin de ton aide. Je suis Ernaut, de Jérusalem et voici Raoul. Nous sommes là pour en savoir un peu plus sur ce qui s'est passé ces jours derniers. »
679 680 681

En entendant Ernaut rompre le voile de secret sur lequel comptait l'évêque, Raoul s'empressa d'ajouter :

682
« Ne t'avise pas de bavarder à ce sujet, nul ne souhaite que l'inquiétude se propage. Si on te demande, tu diras qu'on t'a questionné sur les avis de l'hostel[^8] du patriarche vis-à-vis du chantier. »
683

684
Le jeune homme adoptait de plus en plus l'attitude d'un lapin devant des prédateurs. Il écarquillait de grands yeux, déglutissait et mâchait lentement. Il considéra le réfectoire presque vide autour d'eux. Ernaut attrapa le pichet, en renifla le contenu et le reposa.
685

686
« N'aie nulle crainte, je comptais Herbelot comme un mien ami, c'est ce qui motive mes questions. Quel est ton nom ?
687

688
--- Germain.
689

690
--- Très bien. Alors, Germain, connaissais-tu bien Herbelot ? T'avait-il fait quelque confidence sur ce qu'il faisait ici ?
691

692
--- Le père Herbelot était homme de bien. J'avais grande estime pour lui, mais je n'étais que son valet, nullement son confident.
693

694
--- Tu n'as donc aucune idée de ses entreprises en ce lieu ?
695

696
--- Il était d'une grande érudition, je ne saurais rien dire de ses activités. Il travaillait depuis des mois à une grande œuvre qui l'enthousiasmait et il espérait encontrer un des chanoines ici pour en discuter. Las, celui-ci était mort, de façon bien étrange, alors le père Herbelot a entrepris d'en savoir plus.
697

698
--- Tu vois que tu peux nous être de grande utilité, l'encouragea Ernaut aimablement. Saurais-tu nous montrer l'endroit où ce clerc est mort ? On m'a dit qu'il n'était pas dans le dortoir ni même dans le couvent.
699

700
--- Si fait, il possédait belle demeure en la ville, nous y sommes allés plusieurs fois avec le père Herbelot. »
701

702
Son assurance renaissant, son rythme d'ingestion s'était accéléré et chaque phrase s'accompagnait de flocons de lentilles ou de miettes qui volaient sur la table. Il semblait bien déterminé à finir sa collation avant de décoller du banc.
703

704
« Par le plus grand des hasards, tu n'étais pas avec Herbelot quand... l'accident s'est déroulé ? »
705

706
Les yeux emplis de crainte, Germain secoua la tête, la bouche trop pleine pour s'exprimer. Il termina rapidement d'avaler ce qui traînait devant lui puis se leva. Il n'était pas très grand et peu vigoureux, plutôt indolent. Il lissa ses cheveux bruns frisés en arrière avant de coiffer un petit bonnet de feutre. Frottant les ultimes miettes de sa cotte, il signifia d'un coup de menton qu'il était prêt à y aller.
707

708
Tout en traversant les communs du palais à ses côtés, Ernaut en profita pour l'étudier à la dérobée. Il avait cru un instant que le jeune garçon, qui devait avoir quelques années de moins que lui, était un Syriaque. Il s'exprimait avec un accent, avait le teint mat et les traits assez orientaux. Pourtant il s'habillait à la façon franque, cotte et chausses et portait un prénom indéniablement latin. Cela rappela à Ernaut le valet de l'hôpital de Jéusalem dont la passion consistait à identifier l'origine des gens à leur simple tenue[^9]. Il aurait apprécié de posséder pareil talent en cet instant.
709

710
Ils traversèrent quelques quartiers, d'abord artisanaux puis en partie d'habitation. Ils aboutirent dans une ruelle devant une petite porte à guichet qui ouvrait dans une belle demeure à étage. Chaulés peu auparavant, les murs étaient coiffés de décors triangulaires. L'endroit offrait une impression de prospérité. Ernaut interrogea Germain du regard.
711

712
« Nous y sommes, c'est la demeure du chanoine.
713

714
--- Le lieu ne semble guère avoir connu d'incendie. Est-ce bien là qu'il a rendu son âme à Dieu ?
715

716
--- De certes. J'y suis venu quelques fois compaigner le père Herbelot. Mais il n'y a nul dommage.»
717

718
Ernaut se gratta la tête. Malgré ce qu'avait dit l'évêque, il s'était attendu à découvrir au moins quelques traces calcinées et il se trouvait devant un beau bâtiment, dont la porte était fermée.
719

720
« Où donc le chanoine est-il mort, alors ?
721

722
--- Il a brûlé ici, tout comme son valet.
723

724
--- Le lieu me semble en bien bel état pour avoir été mortelle fournaise il y a peu. Ils n'ont tout de même pas reconstruit si vite.
725

726
--- C'est bien là qu'on les a trouvés, on l'a affirmé sans nul doute au père Herbelot.
727

728
--- Comment auraient-ils pu brûler sans qu'une partie de la maison ne s'embrase peu ou prou ? »
729

730
Ernaut se gratta le front avec plus de vigueur. Il était absurde que deux hommes puissent se consumer sans que rien d'autre n'ait été touché, même si l'incendie avait été par la suite maîtrisé ou se soit éteint par lui-même.
731

732
« Quelqu'un a dû bouger les dépouilles, ce n'est pas possible autrement.
733

734
--- De certes, ce n'était pas possible, leurs... dépouilles étaient bien trop abîmées. C'est bien ce qui enfrissonne chacun ici : seuls les deux hommes avaient brûlé. Rien d'autre autour d'eux. »
735

736
Raoul et Ernaut le dévisagèrent comme s'il avait trop bu et proféré un juron sacrilège.
737

738
« Tu es en train de me dire qu'un feu mortel n'a touchés qu'eux deux et pas le moindre meuble ?
739

740
--- Il semblerait. Je n'ai guère usage de pareilles choses. Mais de leur mort par brûlure, je suis acertainé. Nous avons vu les corps avant qu'ils ne soient portés en terre. »
741

742
Germain en frissonna d'horreur. Ernaut lança un regard désolé sur la porte. Il commençait à comprendre pourquoi les esprits s'échauffaient à la mention de cette histoire. Quoi qu'il en soit, pour le moment, cette découverte le contrariait plus qu'elle ne l'inquiétait, car au lieu de parcourir des ruines en quête de traces, il se trouvait bloqué par une serrure verrouillée. Il ne lui restait plus qu'à retourner auprès du vicomte, en espérant obtenir la clef de l'endroit.
743

744
Ils rebroussèrent chemin rapidement, réussirent à retrouver Maugier, qui les informa que l'intégralité du contenu de la maison avait été confiée au doyen des chanoines. C'était lui l'exécuteur testamentaire du défunt et il avait en conséquence la garde de ses biens le temps de voir si on pouvait identifier des héritiers. Ils repartirent donc en quête de l'ecclésiastique, dont on leur indiqua qu'il était le plus souvent dans la pièce de réunion du chapitre, où il avait installé son bureau. Estimant qu'il n'était pas nécessaire de s'encombrer d'un témoin, Ernaut proposa à Germain de le retrouver plus tard dans la chambre qu'il avait partagée avec Herbelot.
745

746
La salle capitulaire s'étendait à l'est du petit cloître, son entrée marquée d'une belle porte bordée d'arcades fines. La pierre récemment taillée avait reçu un décor multicolore de motifs géométriques. Sur le tympan surmontant l'huis, une fresque avait été commencée, avec des visages entourant la scène centrale où, très certainement, le Christ ou un saint d'importance, sûrement saint Georges en l'occurrence, allait être figuré. L'huis s'ouvrit sans bruit sur une pièce lumineuse, avec de nombreuses baies ornées de châssis de verre. Des bancs en occupaient la majeure partie, ainsi qu'un lutrin et un trône aux couleurs vives, sous un crucifix monumental. À l'opposé, un espace avait été aménagé en bureau, avec des braseros pour réchauffer l'atmosphère. Plusieurs malles étaient disposées sous des niches closes de volets, creusées à même les murs en pierre de taille. Un large plateau était encombré de volumes et de rouleaux divers, plusieurs encriers, des plumes et des stylets regroupés dans un coffret.
747

748
Les bras croisés sur les documents et la tête appuyée dessus, un vieil homme ronflait tranquillement. Son crâne squelettique ne possédait plus que des souvenirs de sa chevelure et, avec sa peau blanche, donnait l'impression que c'était un œuf abrité en un nid d'étoffes sombres bouillonnant autour de lui. Il ne bougea pas à leur entrée. Ernaut se rapprocha en traînant les pieds, espérant que cela suffirait à tirer le dormeur de ses rêves, mais rien n'y fit. Raoul tenta de tousser à plusieurs reprises, sans plus d'effet. Amusé, Ernaut finit par tendre la main vers un épais volume relié de cuir et de bois, posé sur la table. Il le souleva légèrement et le laissa retomber sur le plateau, non sans faire un grand pas en arrière dans le même mouvement.
749

750
Le livre claqua d'un bruit sourd qui résonna dans la haute pièce tout en projetant un fin nuage de poussière. Le vieil homme releva la tête, affolé. L'air innocent, Ernaut fit mine de tousser discrètement. Le doyen tenta d'accommoder les deux ombres devant lui, se racla la gorge et se frotta le nez avant d'arriver à sortir un mot intelligible. Sa voix chevrotante mangeait certains sons, l'absence de nombreuses dents lui faisant avaler ses lèvres à chaque inspiration.
751

752
« Qui vient donc m'interrompre dans mes réflexions ?
753

754
--- J'ai nom Ernaut, de Jérusalem, et voici Raoul, scribe de la cour. Nous sommes ici à la demande du sire évêque, pour l'affaire qui vous occupe. »
755

756
Le vieux chanoine, la joue encore déformée par la sieste, farfouilla parmi les documents devant lui, comme s'il avait espoir d'y trouver réponse à ses interrogations. Ses yeux clignaient, tentant d'éliminer les larmes abondantes qui suintaient sur ses paupières. Il les essuyait d'une main osseuse où un chaton rubis scintillait sur un anneau doré. Il parvint finalement à retrouver une contenance et invita les deux jeunes gens face à lui à s'asseoir.
757

758
« Le sire évêque Constantin nous a parlé de vous, au matin. Je pensais vous voir plus tôt.
759

760
--- Il nous a fallu savoir où en était rendu le vicomte Maugier avant toute chose. Inutile d'aller cheminer en sentiers qu'il avait déjà battus. Nous sommes d'ailleurs ici pour...
761

762
--- Certes. Certes. Cependant, j'encrois qu'il n'aurait guère su prospecter là où il le faudrait. Régnier de Waulsort était homme de grande sapience, de sûr appelé à s'asseoir en mon siège le moment venu. Il se rendait en esprit là où bien peu ont capacité à cheminer.
763

764
--- Y voyez-vous un lien avec sa mort ?
765

766
--- Comment cela pourrait être autrement ? Son monde était d'images et de symboles qui éveillent en nous bien terribles puissances. Son incommensurable finesse d'esprit le portait à toutes les vanités, je le crains. Il se perdait lui-même, à parcourir des auteurs oubliés à juste titre. Ou s'ouvrait à des traditions qui polluèrent sa vertu, je le perçois désormais. De justes intentions ne suffisent pas toujours à garantir des écueils. »
767

768
Ernaut fit la grimace. Le doyen Élies cherchait-il à lui expliquer que le chanoine avait cédé à des influences étrangères, qu'il professait une religion déformée par de fausses croyances ? Herbelot l'aurait suivi en tel chemin ? Les inanes subtilités des théologiens le laissaient de marbre et il n'y voyait que spécieux bavardages, incompréhensibles et inutiles pour le commun, dont il était. Pourtant, si cela était à l'origine des morts, il lui fallait en découvrir le pourquoi, ou du moins avoir des pistes à proposer à l'hôtel du roi. Il comptait bien impressionner ses commanditaires par la pertinence de ses investigations. Il s'abandonna à une certaine effronterie dans sa réplique.
769

770
« Je ne vois guère en quoi cela aurait à voir avec sa mort ou celle de son valet, et encore moins avec celle d'Herbelot. Le feu ne prend pas spontanément sur un corps.
771

772
--- Dieu peut punir de bien des façons ou les démons se déchaîner à leur gré. Régnier a commis un grand péché en se croyant au-dessus de sa condition. Il en a payé le prix. Pour le jeune secrétaire, je ne saurais dire, mais il m'a semblé lui aussi farci de suffisance intellectuelle. Peut-être a-t-il succombé aux mêmes travers ? Ou alors Dieu y aura mis bon ordre, dans sa grande mansuétude, avant qu'il ne mette son âme en état de péché mortel. »
773

774
Tout en parlant, le vieil homme frappait de ses phalanges le plateau de bois, martelant chaque mot de sentencieuse façon. À la fin, il ravala la salive envahissant sa bouche édentée, fixant les deux enquêteurs face à lui.
775

776
« Soyez bien prudents, mes enfants. Ne risquez en rien de vous aventurer en funestes lieux. Nous ne sommes rien devant les forces qui s'affrontent autour de nous. »
777 778 779

Il esquissa une timide bénédiction, marquant par là son soutien et son inquiétude tout en invitant peut-être à leur départ.

780
« J'aurais une ultime requête à vous soumettre, si vous le permettez.
781

782
--- Le sire évêque nous a clairement indiqué de vous aider en vos entreprises. Demande donc, mon enfant, je ferai de mon mieux.
783

784
--- Pourriez-vous nous confier la clef de la demeure du chanoine ? Nous n'y toucherons rien, j'en fais serment. Je pense malgré tout que cela serait utile. »
785

786
Dodelinant de sa tête parcheminée, le doyen acquiesça. Il fouilla dans les cassettes autour de lui et lança sur les documents devant Ernaut une grosse clef en fer, dont l'anneau était formé de deux serpents stylisés se faisant face.
787

788
### Lydda, hôtellerie du palais épiscopal, fin d'après-midi du lundi 15 décembre 1158
789

790
Ernaut et Raoul n'eurent aucune peine à retrouver Germain dans le bâtiment accueillant les visiteurs. Il n'y avait pas grand monde en cette période de l'année. Cela changerait certainement à l'approche de Noël, qui serait le moment où banquets et célébrations seraient l'occasion de rassemblements dans les lieux de pouvoir. Le roi ayant emmené avec lui la majeure partie de la Haute Cour dans le nord afin de rencontrer le basileus byzantin, les nobles de moindre importance auraient toutes latitudes pour recevoir leurs obligés dans leur propre demeure.
791

792
Germain occupait une cellule identique à celle de Raoul et Ernaut. Il avait simplement entassé toutes les affaires dans la niche qui avait dû servir au clerc, et s'était ménagé un nid douillet dans son alcôve, avec le plus de couvertures qu'il avait pu trouver. Il semblait d'ailleurs en train de somnoler quand il accueillit les deux enquêteurs. D'autorité, Ernaut s'assit sur un des petits bancs tandis que Raoul s'installait sur un coffre.
793

794
« Alors, mon ami, as-tu pourpensé à des choses qui pourraient nous être d'utilité ?
795

796
--- Je ne sais guère...
797

798
--- Il est possible que le chanoine ait professé des choses étranges, peut-être était-il détenteur de savoir secret ? Herbelot t'a-t-il parlé de cela ?
799

800
--- Nullement. Nous ne parlions guère de choses en dehors de mon service. Mais si quelqu'un pouvait découvrir croyances erronées ou pratique vicieuse, c'était bien le père Herbelot.
801

802
--- Était-il là pour ça ?
803

804
--- Aucune idée. Il semblait plutôt impatient de pouvoir encontrer le chanoine. Il avait d'ailleurs emporté de nombreux sacs emplis de ses propres recherches. Habituellement il ne prend pas tout cela pour porter missive. »
805

806
Ernaut lança un coup d'oeil à l'amoncellement de sacoches et de besaces accumulé sur le matelas. Il y avait là un bon nombre de documents, tablettes, rouleaux et codex. Si le chanoine détenait ou professait un savoir interdit, Ernaut n'arrivait pas à imaginer Herbelot se fourvoyer en pareil chemin. Il était plus probable qu'il aurait cherché à le raisonner, et peut-être était-ce son intention première. Constatant le décès, il aurait pu être tenté de contacter d'autres égarés afin de les admonester. Ernaut se souvenait très bien que cela constituait une des activités favorites du petit homme. De là à imaginer qu'une main malveillante avait dénoué les liens tenant l'échafaudage...
807

808
Ernaut se doutait que ces territoires orientaux regorgeaient de pratiques hérétiques, voire païennes. Lui-même était bien incapable d'y reconnaître clairement les différents groupes. Il ne s'identifiait d'ailleurs comme catholique que par le versement de la dîme, la récitation des trois prières qu'il connaissait et sa fréquentation assez régulière de la messe. Où il ne comprenait rien, mais qui lui offrait l'occasion de voir ses amis, de discuter avec eux le temps que les officiants exécutent leur liturgie. Enfin, il honorait un certain nombre de saints, dont il reconnaissait la compétence pour retrouver un objet perdu, soigner un proche ou exaucer un vœu. Avec une efficacité toute relative.
809 810 811

Raoul l'interrompit dans ses réflexions, en se dirigeant vers le tas d'affaires entreposées sur la couche.

812
« Verrais-tu objection à ce que nous regardions dans les bagages du clerc ?
813

814
--- C'est que je ne sais si le père Herbelot aurait accepté...
815

816
--- C'est justement pour apaiser sa mémoire que je te le demande. Il est possible qu'il ait noté ici ou là ce qu'il avait en tête. Nous serons alors plus à même de savoir si sa mort est fâcheux accident ou maligne meurtrerie. »
817

818
Incapable d'opposer un argument construit, Germain plissa plusieurs fois la bouche sans oser apporter contradiction. Finalement, il haussa les épaules et hocha la tête. Raoul alla jeter un coup d'œil aux différents bagages et en sortit une grande quantité de tablettes, de papiers et livrets. Il soupira en réalisant que lire tout cela prendrait beaucoup de temps, même à un habitué comme lui. Il déroula quelques cylindres, parcourut rapidement des panneaux de cire. Il constata avec soulagement que le clerc ne faisait pas usage d'autre chose que le latin. Il était déjà laborieux pour lui de le déchiffrer et il avait craint de se voir confronté à des langues plus exotiques encore, étant donné l'image érudite qu'il se faisait du personnage.
819

820
« Je reviendrai avec une lampe pour étudier cela. Il est fort possible que nous y trouvions les obscurs motifs qui se trament derrière les événements.
821

822
--- Je suis bien aise que tu sois là, approuva Ernaut. Je n'ai nul désir de devoir pénétrer les mystères de verbiages en latin. »
823 824 825

Il se tourna de nouveau vers Germain.

826
« N'as-tu vraiment aucun souvenir sur ce que ton maître voulait découvrir ici ? Quelque remarque qui lui aurait échappé ?
827

828
--- Il était impatient de discourir avec le chanoine, mais je ne saurai dire de quoi. La découverte de son trépas l'a fort déçu.
829

830
--- A-t-il découvert dans les affaires de ce dernier ce qu'il espérait ? Ou, au contraire, en a-t-il éprouvé contrariété ?
831

832
--- Il a passé beaucoup de temps en sa demeure, mais je n'y étais pas. Il a aussi étudié assez longuement son appentis dans la loge.
833

Yann Kervran's avatar