Commit c5ad6ed7 authored by Yann Kervran's avatar Yann Kervran
Browse files

Corrections coquilels Qit’a 113 - Primus inter pares

parent 47b5033b
......@@ -8,7 +8,7 @@ characters : Gembert, Baudoin III de Jérusalem, Foulque de Jérusalem, Aymar, J
## Acre, château royal, matin du mercredi 10 novembre 1143
La brume matinale s’était retirée rapidement, laissant un timide soleil chasser les ombres récalcitrantes. La cour, gorgée de l’eau des averses nocturnes, n’était que flaques et boue, mais cela ne semblait nullement gêner le jeune homme blond, richement habillé, agenouillé auprès de chiots. Il agaçait d’un bâton ceux qui voulaient jouer, éprouvant le mordant des plus vifs d’entre eux. À ses côtés, un valet aux jambes arquées, vêtu de toile solide, surveillait d’un œil distrait que les bêtes d’en prenaient pas trop à leur aise. Si le prince Baudoin était amical et peu enclin à reprocher à quiconque ses propres décisions, la reine était moins débonnaire vis-à-vis des serviteurs qui laissaient son fils revenir crotté comme un vilain. Il y avait des limites à la simplicité de mœurs estimait-elle.
La brume matinale s’était retirée rapidement, laissant un timide soleil chasser les ombres récalcitrantes. La cour, gorgée de l’eau des averses nocturnes, n’était que flaques et boue, mais cela ne semblait nullement gêner le jeune homme blond, richement habillé, agenouillé auprès de chiots. Il agaçait d’un bâton ceux qui voulaient jouer, éprouvant le mordant des plus vifs d’entre eux. À ses côtés, un valet aux jambes arquées, vêtu de toile solide, surveillait d’un œil distrait que les bêtes n’en prenaient pas trop à leur aise. Si le prince Baudoin était amical et peu enclin à reprocher à quiconque ses propres décisions, la reine était moins débonnaire vis-à-vis des serviteurs qui laissaient son fils revenir crotté comme un vilain. Il y avait des limites à la simplicité de mœurs estimait-elle.
« Je choisirais bien le petit marron pour diriger ma meute, il me semble plein d’allant et a le regard qui sied à bon chasseur !
......@@ -34,9 +34,9 @@ Baudoin releva la tête et étudia la meute qui se tenait au repos. Ce n’étai
— Es-tu en train de me dire que simple cabot surveille sa mesnie comme un juif ses deniers ? Me prends-tu pour jouvenceau de cité ? »
Gembert échappa un rire rauque et rendit l’animal au jeune prince, s’approchant pour lui montrer ce qui se déroulait dans l’enclos.
Gembert laissa échapper un rire rauque et rendit l’animal au jeune prince, s’approchant pour lui montrer ce qui se déroulait dans l’enclos.
« Je leur ai donné quelque restes ce tantôt. Il en conserve plus bel os entre ses pattes, mais a laissé ce qui ne l’intéressait pas. Il surveille qui y arrive le premier et qui ose passer dans ses traces. Il sait que le défi viendra de là. S’il a désir de garder la tête, il lui faut être au fait de qui a volonté de le pousser hors. Demeurer plus haut lui garantit de ne rien manquer du spectacle. Outre, il se fait voir ainsi que le donjon d’un seigneur à ses vilains : il leur manifeste sa primauté. »
« Je leur ai donné quelques restes ce tantôt. Il en conserve plus bel os entre ses pattes, mais a laissé ce qui ne l’intéressait pas. Il surveille qui y arrive le premier et qui ose passer dans ses traces. Il sait que le défi viendra de là. S’il a désir de garder la tête, il lui faut être au fait de qui a volonté de le pousser hors. Demeurer plus haut lui garantit de ne rien manquer du spectacle. Outre, il se fait voir ainsi que le donjon d’un seigneur à ses vilains : il leur manifeste sa primauté. »
Baudoin acquiesça, caressant le chiot machinalement. Il n’avait jamais pensé que la constitution d’une meute répondait à autant de règles. Habitué à ce que les choses se conforment à ses souhaits, il découvrait la nécessité d’assimiler la façon dont les animaux fonctionnaient. Cela contrariait quelque peu ses désirs, mais il en éprouvait le bien fondé. Il n’était pas de ces jeunes nobliaux fats et trop imbus d’eux-mêmes pour ne jamais rien apprendre des plus modestes. Il y avait du bon sens à retirer de la main qui sème, du dos qui porte et même du chien qui ronge son os, il en était persuadé. Il se mit à étudier le petit animal qui, excité par les manipulations, tentait de lui mordre le pouce.
......@@ -58,7 +58,7 @@ Il reconnut la silhouette empressée d’un des clercs de la reine qui sortait d
« Le bon jour, Jehan. As-tu porté quelque nouvelle réjouissante à mon sire ?
— Il n’appartient pas au messager de choisir les oreilles qui doivent entendre ! » répondit le fin notaire, horrifié de se faire ainsi apostrophé.
— Il n’appartient pas au messager de choisir les oreilles qui doivent entendre ! » répondit le fin notaire, horrifié de se faire ainsi apostropher.
Puis, comprenant toute l’angoisse de la situation dans laquelle tous étaient plongés par la maladie de Mélisende, il se fendit d’un sourire bref avant d’ajouter d’une voix plus amène.
......@@ -94,7 +94,7 @@ Aymar n’était pas au fait des jeux d’alliance et de la subtilité des rappo
En fin de journée, la terrasse préférée du maître de la Milice Bertrand de Blanquefort offrait une magnifique perspective sur le dôme du Temple. Il y venait pour assister à l’engourdissement progressif de la ville tandis que les lueurs plus vacillantes des flammes domestiques succédaient au flamboiement du soleil couchant. Il en profitait pour relire certains courriers, en espérant trouver l’inspiration pour des réponses durant son court sommeil. Il appréciait aussi de jouer aux tables, surtout aux échecs, qui lui permettaient de s’abstraire du monde pour focaliser sa pensée sur un problème ou l’autre. Il invitait donc à tour de rôle ses principaux officiers, ses intimes ou ses familiers pour passer agréablement ces soirées citadines.
Il avait une affection toute particulière pour Geoffroy Foucher, le neveu du maître précédent. Fils de bonne famille au tempérament batailleur, celui-ci s’était assagi en venant en Terre sainte. Bien qu’il fut tout à fait à l’aise à rompre des lances, il était rarement employé comme combattant, envoyé là où ses talents de mesure et de diplomatie pouvaient être plus efficaces. On le disait capable de parler plusieurs langues, de lire le latin aussi bien qu’un clerc et il avait en tête les relations et la généalogie de nombreuses lignées régnantes, y compris chez leurs adversaires musulmans. Mais son plus grand atout était de pousser le pion agréablement, sans chercher à gagner à tout prix, accordant la victoire non sans avoir opposé suffisamment de résistance pour qu’elle ne soit pas factice. Bertrand soupçonnait là quelque habileté de diplomate, mais appréciait de se les voir appliquer. Il n’était jamais insensible aux marques de respect.
Il avait une affection toute particulière pour Geoffroy Foucher, le neveu du maître précédent. Fils de bonne famille au tempérament batailleur, celui-ci s’était assagi en venant en Terre sainte. Bien qu’il fût tout à fait à l’aise à rompre des lances, il était rarement employé comme combattant, envoyé là où ses talents de mesure et de diplomatie pouvaient être plus efficaces. On le disait capable de parler plusieurs langues, de lire le latin aussi bien qu’un clerc et il avait en tête les relations et la généalogie de nombreuses lignées régnantes, y compris chez leurs adversaires musulmans. Mais son plus grand atout était de pousser le pion agréablement, sans chercher à gagner à tout prix, accordant la victoire non sans avoir opposé suffisamment de résistance pour qu’elle ne soit pas factice. Bertrand soupçonnait là quelque habileté de diplomate, mais appréciait de se les voir appliquer. Il n’était jamais insensible aux marques de respect.
Il allait donner la main à son adversaire d’un soir, certain de son succès prochain, quand il aborda une des questions qui lui tournait en tête depuis quelques semaines.
......
Markdown is supported
0% or .
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment