Si vous constatez la perte de tickets, de commentaires ou de projets, veuillez consulter la page https://status.framasoft.org/incident/626.

Commit a992eb60 authored by Yann Kervran's avatar Yann Kervran

Suite premier jet Qit’a 089 - Entéléchie

parent c803ab90
---
date : 2019-03-15
abstract : 1157-1159.
characters : Libourc, Ernaut, Sanson de Brie, Mahaut, Marguerite
abstract : 1157-1159. Jeune fille, Libourc ne voit pas son avenir autrement que liée à un homme dont elle tiendra la maison. Malgré toutes ses prévenances, son sérieux et son application, la temporalité de son établissement en tant que femme maîtresse de son foyer est loin de s’accorder avec celle dont elle rêve depuis son enfance.
characters : Libourc, Ernaut, Sanson de Brie, Mahaut, Marguerite, Père Giriaume
---
# Entéléchie
......@@ -110,13 +110,67 @@ Libourc se frotta le visage, incapable de réagir à une telle annonce. Sans lui
« Tant que tu es là, il y a sûrement d’autres péchés qu’il serait bon que tu me narres… »
## Casal de Mahomeriola, demeure de Sanson de Brie, matin du jeudi 24 septembre 1159
Sanson de Brie avait l’habitude de faire un tri des graines qu’il avait mises de côté pour leur alimentation hivernale juste avant que les frimas n’arrivent. Malgré la plus faible humidité en Judée qu’en Brie, il avait toujours la crainte que leurs réserves moisissent et qu’il faille entamer els réserves de semences de l’année à venir. il n’avait donc jamais laissé cette tâche domestique à Mahaut, qu’il aurait de toute façon harcelé si elle l’avait fait par elle-même.
Les jarres pour l’accès régulier étaient enterrées au fond de la réserve close, couverte d’un épais couvercle de bois étanché de tresses et on se servait d’une barre marquée pour contrôler le volume de graines restant. On y conservait froment et seigle, ainsi qu’un peu d’avoine. Ce dernier était surtout utilisé pour pousser les bêtes qui travaillaient, mais Sanson avait toujorus apprécié cette céréale de luxe, avec laquelle on faisait galette et bouillies légères. Libourc était venu avec luin, profitant de l’ouverture du cellier pour remplir sacs et pots qui seraient portés au moulin pour les semaines à venir.
Il fallait se mouvoir avec précaution au milieu des étagères, des sacs et des céramiques entreposées et la jeune fille se rendit rapidement compte que quelque chose n’allait pas avec son père. Il avait la tête ailleurs. Lui d’habitude si serein et assuré avait manqué de renverser plusieurs contenants et s’était cogné aux montants des étagères. Il grognait sans cesse et prenait un temps fou à puiser dans les grains qu’il versait dans les sacs que tenait Libourc. Elle savait que ce n’était guère le moment de l’interroger, quand il était dans une humeur aussi exécrable, mais elle craignait qu’il n’ait quelque grief à son encontre et s’en émut auprès de lui, d’une voix douce.
« Nenni, ma douce, je n’ai nulle colère envers toi. C’est juste que je me fais vieux, et que cela m’agace.
— Est-ce fardeau que je pourrais vous aider à porter ? »
Le vieil homme soupira longuement, s’assit sur un vieil escabeau et mit un moment à répondre.
« Ne va pas parler de cela à ta mère, elle en mourrait de peur. Mais je crains que ma vue décline ces temps-ci.
— C’est bien normal avec les ans…
— Je ne te parle pas de ça. Tu n’as guère connu ma tante Emeline, ma marraine.
— Je ne me souviens que d’une vieille nonne que nous visitions à l’occasion.
— C’est cela. Si elle a rejoint les sœurs, c’est parce qu’elle a vécu ses dernières années dans le noir. Je crains d’avoir le même mal qu’elle…
— Vous voulez dire que vous allez devenir…
— Aveugle. Si fait. Je n’arrive déjà plus à reconnaître le seigle du froment si ce n’est au toucher. Et sans bonne lumière, je ne discerne que des formes vagues. »
Libourc ne put s’empêcher de prendre la main de son père et de la serrer dans les siennes.
« Les valets ne sont bons à rien si on ne les houspille pas en permanence et ils auront beau jeu à en faire à leur tête, avec un maître aveugle. Je ne peux demadner à ta mère de s’occuper des terres en plus de la maison…
— Je suis là, père. Vous savez que vous pouvez compter sur moi.
— Que non pas, ma fille. Tu as ta vie avec le jeune Ernaut, et elle te mènera loin d’ici, dans la ville. Nous ne pouvons nous dédire maintenant.
— Ernaut a bon cœur, père. Il ne saurait souffrir de vous voir esseulé et en difficulté, j’en suis certaine. Le moment venu, vous pourrez vous installer avec nous, avec des valets pour s’occuper de vous. »
Sanson sourit faiblement, attendri par la spontanéité de sa fille. Mais il n’aimait guère l’idée de finir vieillard grabataire dans la maison d’un autre. Il lui caressa la main doucement.
« De cela j’aviserai si besoin s’en fait sentir. Mais, surtout, ne va pas en discuter avec ta mère. Elle a le œur fragile et s’enfrissonne d’un rien. Je vous dirai ma décision quand je l’aurai prise. »
## Mahomeriola, demeure de Sanson de Brie, soir du vendredi 25 décembre 1159
Occupée à découper un petit pâté à la viande, Libourc laissait ses pensées vagabonder. Elle appréciait ce moment simple, en famille, qu’ils passaient avec ses parents et Ernaut. Avec les fêtes, les valets et servantes étaient chez eux, et ne demeuraient que les personnes dont elle se sentait le plus proche. Elle regrettait juste l’absence de Lambert et d’Osanne. Elle ne les connaissait guère, mais souhaitait renforcer les liens avec eux. Elle avaitl’impression que son frère aîné exerçait une bonne influence sur Ernaut. Il était parfois un peu sentencieux, mais c’était un homme posé et prudent, qui pondérait l’enthousiasme parfois irréfléchi d’Ernaut.
Elle n’avait pas abordé avec son fiancé le sujet de la santé de son père,s entant qu’elle risquait de contrarier Sanson en le faisant sans son accord; Elle se sentait néanmoins tiraillé par son devoir entre les deux hommes. Ce que le prêtre lui avait dit l’avait bouleversée et quand elle en avait parlé à Ernaut, il avait semblé ennuyé, lui aussi; Il s’était donc mis en tête de leur permettre de s’établir au plus vite, redoublant d’effort en cela. Libourc avait bien senti que leur relation avait changé et qu’ils se comportaient l’un envers l’autre déjà comme des époux. Elle se sentait donc un peu en faute de ne pas lui avouer ce qu’elle avait sur le cœur et en projet.
Elle lui lança un petit sourire, en le voyant assis au coin du feu, certainement occupé à échaffauder des plans pour êtrepromu dans l’hôtel du roi. Elle était très fière de tout ce qu’il faisait, et hésitait parfois à l’en féliciter. Elle craignait qu’il n’en devienne fanfaron, et veillait donc à ne pas lui ouvrir ainsi la voie au péché d’orgueil. Elle serait plus à l’aise pour aborder tous ces sujets avec lui quand ils partageraient un logement et leur couche. Jusqu’à présent, leurs moments d’intimité étaient bien trop rares et précieux pour qu’elle les gaspille. Étrangement, après les assurances du prêtre, ils n’avaient plus osé aller au-delà de quelques baisers, craignant peut-être de reompre leur délicat équilibre actuel. Libourc était également soulagée de n’avoir pas à gérer une possible grossesse prématurée, qu’elle avait forcément crainte un moment. Ils étaient néanmoins impatients que les choses avancent.
La table prête, Sanson mit un moment à venir s’installer. Il arborait son visage des bons jours, légèrement espiègle et content de lui. Lorsqu’après le bénidicité, il prit la parole doucement, elle n’en fut qu’à demi étonnée. Enfin il donnait son accord définitif pour leur union. Le cœur de Libourc se mit à battre la chamade, surtout quand elle vit Ernaut sourire de bonheur, incapable de répondre. Sanson paraissait fier de son effet et enchaîna, tout sourire.
« Il me semble que passer Carême nous laissera le temps de provisionner pour offrir beau banquet à compères et commères. Qu’en dites-vous ? Les Pâques ne sont que dans trois mois, ce pourrait être peu après. » ❧
## Notes
À l’époque d’Ernaut, la femme européenne est une mineure de façon quasi naturelle, que ce soit au niveau religieux ou d’un point de vue social, économique et politique. Elle passe de la sujétion à son père à celle à son mari et ne peut vraiment devenir indépendante, complètement majeure qu’une fois veuve. Sa voie est donc toute tracée dès sa naissance, et en dehors de l’intégration à une maison religieuse, impossible à éviter. Une structure sociale traditionnaliste faisait que cela n’empêchait pas certaines de parfaitement s’épanouir dans un système si oppressif, en adhérant dès l’enfance à un fonctionnement dont rien n’indiquait qu’il pouvait en exister un autre.
Il devait exister des réfractaires, on pensera à des femmes d’influence comme Mélisende de Jérusalem ou, bien sûr, Aliénor d’Aquitaine. Mais on a quelques traces infimes de leur existence parmi les couches les plus populaires. Je pense là à Guillelme Maury, de Montaillou, dont Anne Brenon nous narre le roman vrai dans son magnifique récit « L’impénitente ». Je n’ai néanmoins pas choisi de me baser sur elle pour Libourc, que je voulais plus semblable à ce que je perçois et crois comprendre de la femme de cette époque, pour peu qu’on puisse définir sans restreindre et appauvrir et se projeter sans trop trahir.
En ce qui concerne la confession de Libourc, c’est l’occasion d’évoquer les traditions légales en droit canon qui s’affrontaient alors autour de l’importance du consentement, de sa temporaltié et de l’intervention de relations sexuelles. les pénitentiaires qui nous sont parvenus sont très détaillés, et semblent indiquer que les confesseurs exigeaient les détails que Libourc peine à dévoiler. Les glosateurs sur les péchés avaient ainsi défini des catégories précises, selon les moindres faits et gestes, y compris dans les relations intimes, et y appliquaient des pénitences en fonction de leur cadre d’analyse de la société. Avec parfois un décalage avec ce qu’on pourrait imaginer, en laïc du XXIe siècle.
## Références
......
Markdown is supported
0%
or
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment