Commit 303f4a86 authored by Yann Kervran's avatar Yann Kervran
Browse files

Correction typo Qit’a 109 - Nonette suis

parent daeab060
......@@ -204,8 +204,10 @@ Sybille ne répondit pas, se contentant de caresser doucement la main de son ami
## Notes
L’histoire médiévale s’attarde souvent sur les figures dominantes de l’époque, et il est toujours malaisé de reconstruire le parcours, et encore moins la personnalité des plus humbles. Et parfois même de personnages de premier plan, mais qui ont été occultés par les hasards de l’histoire. On ne retient donc généralement des filles de Budoin II que Mélisende, dont l’éclat ternit la visibilité de ses sœurs, d’Iveta en premier lieu. Elle a pourtant fait un choix de vie radical, pour n’être pas si rare à l’époque.
Le fait de devenir religieuse lui permettait d’acquérir une autonomie et un pouvoir qui lui aurait été bien disputés si elle avait du se marier. Par ses origines, elle a pu se hisser à un niveau d’influence certain, dont on peut voir la réalité par quelques signes, comme l’usage d’un sceau (elle est la seule femme en dehors de la reine à en posséder un à cette époque). En outre, elle dirigeait un établissement réputé parmi les pèlerins, dont le souvenir aujourd’hui ne rend pas compte de l’importance d’alors.
L’histoire médiévale s’attarde souvent sur les figures dominantes de l’époque, et il est toujours malaisé de reconstruire le parcours, et encore moins la personnalité des plus humbles. Et parfois même de personnages de premier plan, mais qui ont été occultés par les hasards de l’histoire. On ne retient donc généralement des filles de Baudoin II que Mélisende, dont l’éclat ternit la visibilité de ses sœurs, d’Iveta en premier lieu. Elle a pourtant fait un choix de vie radical, pour n’être pas si rare à l’époque.
Le fait de devenir religieuse lui permettait d’acquérir une autonomie et un pouvoir qui lui aurait été bien disputé si elle avait du se marier. Par ses origines, elle a pu se hisser à un niveau d’influence certain, dont on peut voir la réalité par quelques signes, comme l’usage d’un sceau (elle est la seule femme en dehors de la reine à en posséder un à cette époque). En outre, elle dirigeait un établissement réputé parmi les pèlerins, dont le souvenir aujourd’hui ne rend pas compte de l’importance d’alors.
Par ailleurs, le lien avec Usamah ibn Munqidh est une pure invention de ma part, mais je me suis qu’Iveta ayant passé plusieurs mois comme otage à Shayzar alors qu’elle était très jeune, elle avait pu y apercevoir le jeune prince, alors en plein jeunesse. Et le retrouver des années plus tard, quand il représentait Unur de Damas à la cour de Jérusalem.
Le titre est une référence au texte de Christine de Pisan « Seulette suis » :
......
Markdown is supported
0% or .
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment