Commit 479a3e72 authored by framatophe's avatar framatophe

maj

parent 8b4193d1
......@@ -3,7 +3,7 @@
Une chronique de Xavier De La Porte[^lev31] sur le site de la radio France Culture pointe une sortie du tout nouveau président Emmanuel Macron parue sur le compte Twitter officiel : « Une start-up nation est une nation où chacun peut se dire qu’il pourra créer une startup. Je veux que la France en soit une ». Xavier De La Porte montre à quel point cette conception de la France en « start-up nation » est en réalité une vieille idée, qui reprend les archaïsmes des penseurs libéraux du XVII^e^ siècle, tout en provoquant un « désenchantement politique ». [La série des Nouveaux Léviathans](https://framablog.org/tag/leviathans/), dont voici le troisième numéro, part justement de cette idée et cherche à en décortiquer les arguments.
Dans cet article nous allons voir comment ce que Shoshana Zuboff nomme *Big Other* trouve dans ces archaïques conceptions de l'État un lieu privilégié pour déployer une nouvelle forme d'organisation sociale et politique. L'idéologie-Silicon ne peut plus être aujourd'hui analysée comme un élan ultra-libéral auquel on opposerait des valeurs d'égalité ou de solidarité. Cette dialectique est dépassée car c'est le Contrat Social qui change de nature : la légitimité de l'État repose désormais sur des mécanismes d'expertise[^lev32] par lesquels le capitalisme de surveillance impose une logique de marché à tous les niveaux de l'organisation socio-économique, de la décision publique à l'engagement politique. Pour comprendre comment le terrain démocratique a changé à ce point et ce que cela implique dans l'organisation d'une nation, il faut analyser tour à tour le rôle des monopoles numériques, les choix de gouvernance qu'ils impliquent, et comprendre comment cette idéologie est non pas théorisée, mais en quelque sorte auto-légitimée, rendue presque nécessaire, parce qu'aucun choix politique ne s'y oppose. Le capitalisme de surveillance impliquerait-il la fin de la démocratie ?
Dans cet article nous allons voir comment ce que Shoshana Zuboff nomme *Big Other*[^lev30] trouve dans ces archaïques conceptions de l'État un lieu privilégié pour déployer une nouvelle forme d'organisation sociale et politique. L'idéologie-Silicon ne peut plus être aujourd'hui analysée comme un élan ultra-libéral auquel on opposerait des valeurs d'égalité ou de solidarité. Cette dialectique est dépassée car c'est le Contrat Social qui change de nature : la légitimité de l'État repose désormais sur des mécanismes d'expertise[^lev32] par lesquels le capitalisme de surveillance impose une logique de marché à tous les niveaux de l'organisation socio-économique, de la décision publique à l'engagement politique. Pour comprendre comment le terrain démocratique a changé à ce point et ce que cela implique dans l'organisation d'une nation, il faut analyser tour à tour le rôle des monopoles numériques, les choix de gouvernance qu'ils impliquent, et comprendre comment cette idéologie est non pas théorisée, mais en quelque sorte auto-légitimée, rendue presque nécessaire, parce qu'aucun choix politique ne s'y oppose. Le capitalisme de surveillance impliquerait-il la fin de la démocratie ?
## Libéralisme et *Big Other*
......@@ -198,6 +198,7 @@ Le constat est particulièrement sombre. Reste-t-il malgré tout une possibilit
[^lev30]: Shoshana Zuboff, « [Big Other: Surveillance Capitalism and the Prospects of an Information Civilization](http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=2594754) », *Journal of Information Technology*, **30**, 2015, pp. 75-89.
[^lev31]: Xavier De La Porte, [« *Start-up* ou *Etat-plateforme* : Macron a des idées du 17^e^ siècle »](https://www.franceculture.fr/emissions/la-vie-numerique/start-ou-etat-plateforme-macron-des-idees-du-17eme-siecle), Chroniques *La Vie Numérique*, France Culture, 19/06/2017.
......
No preview for this file type
No preview for this file type
No preview for this file type
......@@ -6,7 +6,6 @@ rights: Licence Art Libre
language: fr-FR
...
# Les nouveaux Léviathans I. Histoire d'une conversion capitaliste
Dans cette première partie, je tente de synthétiser les transformations des utopies numériques des débuts de l'économie informatique vers ce que S. Zuboff nomme le « capitalisme de surveillance ». Dans cette histoire, le logiciel libre apparaît non seulement comme un élément disruptif présent dès les premiers âges de cette conversion capitaliste, mais aussi comme le moyen de faire valoir la primauté de nos libertés individuelles face aux comportements imposés par un nouvel ordre numérique. La dégooglisation d'Internet n'est plus un souhait, c'est un impératif !
......@@ -515,7 +514,7 @@ Nous ne sommes pas des êtres a-technologiques. Aujourd'hui, nos vies sont plein
Une chronique de Xavier De La Porte[^lev31] sur le site de la radio France Culture pointe une sortie du tout nouveau président Emmanuel Macron parue sur le compte Twitter officiel : « Une start-up nation est une nation où chacun peut se dire qu’il pourra créer une startup. Je veux que la France en soit une ». Xavier De La Porte montre à quel point cette conception de la France en « start-up nation » est en réalité une vieille idée, qui reprend les archaïsmes des penseurs libéraux du XVII^e^ siècle, tout en provoquant un « désenchantement politique ». [La série des Nouveaux Léviathans](https://framablog.org/tag/leviathans/), dont voici le troisième numéro, part justement de cette idée et cherche à en décortiquer les arguments.
Dans cet article nous allons voir comment ce que Shoshana Zuboff nomme *Big Other* trouve dans ces archaïques conceptions de l'État un lieu privilégié pour déployer une nouvelle forme d'organisation sociale et politique. L'idéologie-Silicon ne peut plus être aujourd'hui analysée comme un élan ultra-libéral auquel on opposerait des valeurs d'égalité ou de solidarité. Cette dialectique est dépassée car c'est le Contrat Social qui change de nature : la légitimité de l'État repose désormais sur des mécanismes d'expertise[^lev32] par lesquels le capitalisme de surveillance impose une logique de marché à tous les niveaux de l'organisation socio-économique, de la décision publique à l'engagement politique. Pour comprendre comment le terrain démocratique a changé à ce point et ce que cela implique dans l'organisation d'une nation, il faut analyser tour à tour le rôle des monopoles numériques, les choix de gouvernance qu'ils impliquent, et comprendre comment cette idéologie est non pas théorisée, mais en quelque sorte auto-légitimée, rendue presque nécessaire, parce qu'aucun choix politique ne s'y oppose. Le capitalisme de surveillance impliquerait-il la fin de la démocratie ?
Dans cet article nous allons voir comment ce que Shoshana Zuboff nomme *Big Other*[^lev30] trouve dans ces archaïques conceptions de l'État un lieu privilégié pour déployer une nouvelle forme d'organisation sociale et politique. L'idéologie-Silicon ne peut plus être aujourd'hui analysée comme un élan ultra-libéral auquel on opposerait des valeurs d'égalité ou de solidarité. Cette dialectique est dépassée car c'est le Contrat Social qui change de nature : la légitimité de l'État repose désormais sur des mécanismes d'expertise[^lev32] par lesquels le capitalisme de surveillance impose une logique de marché à tous les niveaux de l'organisation socio-économique, de la décision publique à l'engagement politique. Pour comprendre comment le terrain démocratique a changé à ce point et ce que cela implique dans l'organisation d'une nation, il faut analyser tour à tour le rôle des monopoles numériques, les choix de gouvernance qu'ils impliquent, et comprendre comment cette idéologie est non pas théorisée, mais en quelque sorte auto-légitimée, rendue presque nécessaire, parce qu'aucun choix politique ne s'y oppose. Le capitalisme de surveillance impliquerait-il la fin de la démocratie ?
## Libéralisme et *Big Other*
......@@ -698,7 +697,7 @@ Le rêve de Mark Zuckerberg et, avec lui, les grands monopoles du numérique, c'
## Conclusion : l'État est-il soluble dans les GAFAM ?
## Conclusion : l'État est-il soluble dans les GAFAM ?
Nous ne perdons pas seulement notre souveraineté numérique mais nous changeons de souveraineté. Pour appréhender ce changement, on ne peut pas se limiter à pointer les monopoles, les effets de la concentration des services numériques et l'exploitation des *big data*. Il faut aussi se questionner sur la réception de l'idéologie issue à la fois de l'ultra-libéralisme et du renversement social qu'impliquent les techniques numériques à l'épreuve du politique. Le terrain favorable à ce renversement est depuis longtemps prêt, c'est l'avènement de la gouvernance par les instruments (par les nombres, pour reprendre Alain Supiot). Dès lors que la décision publique est remplacée par la technique, cette dernière est soumise à une certaine idéologie du progrès, celle construite par les firmes et structurée par leur marché.
......@@ -710,6 +709,7 @@ Le constat est particulièrement sombre. Reste-t-il malgré tout une possibilit
[^lev30]: Shoshana Zuboff, « [Big Other: Surveillance Capitalism and the Prospects of an Information Civilization](http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=2594754) », *Journal of Information Technology*, **30**, 2015, pp. 75-89.
[^lev31]: Xavier De La Porte, [« *Start-up* ou *Etat-plateforme* : Macron a des idées du 17^e^ siècle »](https://www.franceculture.fr/emissions/la-vie-numerique/start-ou-etat-plateforme-macron-des-idees-du-17eme-siecle), Chroniques *La Vie Numérique*, France Culture, 19/06/2017.
......
Markdown is supported
0% or
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment