Commit 403f05fc authored by framatophe's avatar framatophe

modification mineure

parent 25df074a
# Les nouveaux Léviathans I. Histoire d'une conversion capitaliste
Dans cette première partie, je tente de synthétiser les transformations des utopies numériques des débuts de l'économie informatique vers ce que S. Zuboff nomme le « capitalisme de surveillance ». Dans cette histoire, le logiciel libre apparaît non seulement comme un élément disruptif présent dès les premiers âges de cette conversion capitaliste, mais aussi comme le moyen de faire valoir la primauté de nos libertés individuelles face aux comportements imposés par un nouvel ordre numérique. La dégooglisation d'Internet n'est plus un souhait, c'est un impératif !
Dans cette première partie, je tente de synthétiser les transformations des utopies numériques des débuts de l'économie informatique vers ce que S. Zuboff nomme le « capitalisme de surveillance ». Dans cette histoire, le logiciel libre apparaît non seulement comme un élément critique présent dès les premiers âges de cette conversion capitaliste, mais aussi comme le moyen de faire valoir la primauté de nos libertés individuelles face aux comportements imposés par un nouvel ordre numérique. La dégooglisation d'Internet n'est plus un souhait, c'est un impératif !
## Techno-capitalisme
......@@ -33,7 +33,7 @@ Tel l'œuf et la poule, on peut parler du [logiciel libre](https://fr.wikipedia.
En fait, le logiciel libre est doublement révolutionnaire. Il s'oppose en premier lieu à la logique qui consiste à privatiser la connaissance et l'usage pour maintenir les utilisateurs dans un état de dépendance et établir un monopole basé uniquement sur le non-partage d'un programme (c'est à dire du code issu d'un langage informatique la plupart du temps connu de tous). Mais surtout, il s'oppose au contexte dont il est lui-même issu : un monde dans lequel on pensait initier des modèles économiques basés sur la capacité de profit que représente l'innovation technologique. Celle-ci correspondant à un besoin, elle change le monde mais ne change pas le modèle économique de la génération de profit par privatisation de la production. Or, avec le logiciel libre, l'innovation, ou plutôt le programme, ne change rien de lui-même : il est appelé à être modifié, diffusé et amélioré par tous les utilisateurs qui, parce qu'ils y participent, améliorent le monde et partagent à la fois l'innovation, son processus et même le domaine d'application du programme. Et une fois formalisé en droit par le concept de licence libre, cela s'applique désormais à bien d'autres productions que les seuls programmes informatiques : les connaissances, la musique, la vidéo, le matériel, etc.
Le logiciel libre représente un épisode disruptif dans le *story telling* des Silicon Valley et des Steve Jobs du monde entier. Il correspond à un moment où, dans cette logique de conversion des techno-utopistes au capitalisme, la principale faille fut signalée : l'aliénation des utilisateurs des technologies. Et le remède fut compris : pour libérer les utilisateurs, il faut qu'il participent eux-mêmes en partageant les connaissances et la contrepartie de ce partage est l'obligation du partage. Et on sait, depuis lors, que ce modèle alternatif n'empêche nullement le profit puisque celui-ci se loge dans l'exercice des connaissances (l'expertise est monnayable) ou dans la plus-value elle-même de programmes fortement innovants qui permettent la production de services ou de nouveaux matériels, etc.
Le logiciel libre représente un épisode divergent dans le *story telling* des Silicon Valley et des Steve Jobs du monde entier. Il correspond à un moment où, dans cette logique de conversion des techno-utopistes au capitalisme, la principale faille fut signalée : l'aliénation des utilisateurs des technologies. Et le remède fut compris : pour libérer les utilisateurs, il faut qu'il participent eux-mêmes en partageant les connaissances et la contrepartie de ce partage est l'obligation du partage. Et on sait, depuis lors, que ce modèle alternatif n'empêche nullement le profit puisque celui-ci se loge dans l'exercice des connaissances (l'expertise est monnayable) ou dans la plus-value elle-même de programmes fortement innovants qui permettent la production de services ou de nouveaux matériels, etc.
## Économie du partage ?
......
No preview for this file type
No preview for this file type
Markdown is supported
0% or
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment